9 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

L’anorexie mentale est un trouble de l’alimentation caractérisé par une perte de poids causée et entretenue par le patient lui-même, la peur de prendre des kilos en trop et une perception déformée de son propre corps.

Les personnes souffrant d’anorexie font de grands efforts pour contrôler leur poids, ce qui entraîne des conséquences négatives pour la santé. L’anorexie mentale conduit souvent à la mort.

Le terme anorexie mentale signifie « absence d’envie de manger ». C’est un trouble des conduites alimentaires qui survient le plus souvent au moment de la puberté.

Il se manifeste par un refus complet ou partiel de s’alimenter normalement pendant une longue période, pour perdre du poids ou ne pas en prendre.

La prévalence de l’anorexie mentale a augmenté au cours des 25 à 30 dernières années.

Parmi les patients atteints de ce trouble mental, le risque de suicide et de décès est élevé. Environ 20 % des cas se terminent par la mort, dont la moitié à la suite d’un suicide.

L’anorexie mentale chez les femmes et les hommes :

Environ 20 % des jeunes filles adoptent des conduites de restriction et de jeûne à un moment de leur vie mais seule une minorité d’entre elles deviennent anorexiques, présentant alors tous les critères diagnostiques associés à ce trouble.

Généralement, l’anorexie mentale est plus fréquente chez les adolescentes et les jeunes femmes que chez les hommes, mais dans un cas sur 10, il peut s’agir d’hommes.

L’anorexie mentale chez les personnes âgées :

La catégorie d’âge la plus sensible à ce trouble est la période de l’adolescence de 12 à 15 ans, c’est-à-dire le stade de la maturation physiologique active et du changement d’apparence le plus significatif.

Le trouble débute généralement à l’adolescence et rarement après 40 ans. Cependant, les études épidémiologiques montrent qu’environ 4 % des personnes âgées (> 75 ans) qui vivent encore à domicile souffrent d’une dénutrition. En institution, cette prévalence varie entre 15 à 38 %.

Il est difficile de déterminer les causes exactes de l’anorexie mentale. Comme dans le cas d’autres maladies mentales, cela peut être dû à :

Une prédisposition génétique :

La présence d’une prédisposition génétique à cette maladie a été révélée. Le groupe à risque comprend les enfants et les adolescents dont les parents proches souffraient de troubles mentaux, tels que la boulimie et la schizophrénie.

Les causes psychologiques :

Un contexte psycho-émotionnel instable peut contribuer à la formation de l’anorexie mentale.

Les causes métaboliques :

Les changements dans les processus biochimiques qui régulent la fonction cérébrale peuvent également jouer un rôle dans la formation d’un trouble de l’alimentation.

Les causes culturelles :    

La société moderne positionne la minceur comme un attribut de réussite, d’attractivité sexuelle et un symbole de beauté. À un jeune âge, avec les caractéristiques personnelles, cela devient un facteur supplémentaire provoquant le développement de l’anorexie mentale.

Les causes familiales :

Une influence excessive et un contrôle parental excessif peuvent provoquer la maladie. En cas de surprotection et d’éducation autoritaire de la part des parents ou les tuteurs, le comportement alimentaire devient l’un des rares moyens par lesquels un enfant ou un adolescent peut montrer son indépendance.

Les causes personnelles :

L’anorexie mentale affecte le plus les enfants et les adolescents pendant la puberté. Cela est dû au fait qu’à cet âge, les patients manifestent des complexes,  tels que le sentiment d’inadéquation, la forte confiance en soi, le perfectionnisme… La perte de poids et, par conséquent, la minceur, deviennent des manifestations et des preuves de détermination, et une condition d’attractivité extérieure et de respect des pseudo-idéaux.

Certains facteurs peuvent augmenter le risque de développer un trouble alimentaire :

  • Des antécédents familiaux d’anorexie mentale.
  • Des antécédents de troubles psychiatriques (troubles anxieux, dépression, schizophrénie).
  • Des habitudes alimentaires négatives comme mode de vie. En effet, la sensation de faim et la perte de poids modifient le fonctionnement du cerveau, par conséquent, il devient difficile de revenir à un comportement alimentaire normal.
  • Le stress et le mode de vie.

Des symptômes émotionnels et comportementaux :

  • Une perte de poids soudaine.
  • La personne enfile plusieurs couches de vêtements pour tenter de cacher les changements de poids ou pour conserver la chaleur de son corps.
  • La personne est très préoccupée par son poids, ses choix alimentaires, ses calories, sa teneur en matières grasses dans les aliments et son régime alimentaire.
  • La personne refuse certains aliments. Cela peut être suivi par le rejet de groupes entiers d’aliments différents (par exemple, le rejet des glucides).
  • La personne peut constamment parler de la façon dont elle pense avoir « pris du poids », même si en fait elle ne fait que perdre du poids.
  • Des plaintes de constipation, des douleurs abdominales, une mauvaise tolérance au froid, une grande fatigue et un manque d’énergie.
  • La personne peut nier qu’elle veut manger.
  • L’émergence de rituels alimentaires particuliers: par exemple, une personne ne mange de la nourriture que dans un certain ordre, essaie de tout mâcher soigneusement, déplace la nourriture dans une assiette, etc.
  • La personne prépare de la nourriture pour les autres, mais ne se mange pas elle-même.
  • La personne peut, sous divers prétextes, sauter des repas ou tenter d’éviter toute situation liée à l’alimentation.
  • L’un des symptômes de l’anorexie est le désir de « brûler » les calories gagnées.
  • Faire de l’exercice physique fréquemment, même en mauvais temps ou en présence de fatigue ou même de blessure.
  • La personne s’éloigne d’anciennes connaissances, devient discrète, solitaire, quitte ses activités habituelles et s’isole progressivement.
  • La personne devient nerveuse si elle doit manger en public.
  • La personne cesse de prendre l’initiative de communiquer avec les gens.
  • La personne ne peut pas ou ne veut pas maintenir un poids considéré comme normal pour son âge, sa taille et sa constitution.
  • Une forte peur de prendre du poids, de « grossir », même malgré le manque de poids évident.
  • Le déni qu’un poids trop faible peut être un problème de santé.
  • Chez les filles post-pubères (16-18 ans), les menstruations peuvent s’arrêter.
  • Le fort besoin de contrôle.
  • Des émotions fortement refoulées et manque d’initiative.

Des symptômes physiques :

  • Des crampes dans l’estomac et autres problèmes du tractus gastro-intestinal (constipation, reflux acide et autres).
  • Une perturbation du cycle menstruel, une aménorrhée (absence de menstruation), des règles irrégulières ou règles uniquement lors de la prise de contraceptifs hormonaux.
  • Une difficulté à se concentrer.
  • Des anomalies notables dans les résultats des tests de laboratoire (anémie, faibles quantités d’hormones thyroïdiennes, de potassium, de globules rouges, d’hémoglobine, etc., faible fréquence cardiaque).
  • Un vertige.
  • Un évanouissement.
  • La personne a toujours froid.
  • Des troubles du sommeil.
  • Des coupures ou un durcissement de la peau au bout des doigts.
  • Des problèmes dentaires. Érosion de l’émail, caries, sensibilité dentaire accrue.
  • Une peau sèche.
  • Des ongles secs et cassants.
  • Un gonflement au niveau des glandes salivaires.
  • L’apparition de poils duveteux à différents endroits du corps (lanugo).
  • Une faiblesse dans les muscles.
  • Des mains ou des pieds froids, tachetés, les pieds sont également enflés.
  • Les blessures guérissent moins bien que d’habitude.
  • Une perturbation du système immunitaire.

Les enfants et les adolescents ont tendance à cacher les véritables objectifs du jeûne, à nier la présence de la maladie. Cette position complique le diagnostic rapide, contribue à des erreurs dans la différenciation de l’anorexie mentale avec les maladies somatiques.

Le diagnostic de la maladie est effectué sur rendez-vous avec un psychiatre, ainsi qu’un gastro-entérologue et un psychothérapeute, généralement 2 à 3 ans après l’apparition des premiers symptômes. Les méthodes d’examen spécifiques sont :

L’interview avec le médecin :

Le médecin détermine l’attitude du patient envers son propre corps, son poids, son adhésion aux régimes ou aux systèmes de nutrition. De plus, les parents sont interrogés, le spécialiste précise l’heure d’apparition des symptômes, la perte de poids au cours du mois écoulé, les caractéristiques des troubles comportementaux et émotionnels.

Les questionnaires :

Des outils de diagnostic spécifiques sont utilisés pour identifier les troubles de l’alimentation. Des questionnaires pour l’étude de la sphère émotionnelle, des caractéristiques personnelles, de l’estime de soi sont également utilisés.

Les épreuves projectives :

Ces méthodes permettent d’identifier des tendances cachées, niées par un adolescent lors d’une conversation et en remplissant des questionnaires, telles que le rejet de soi, les idées dominantes sur la perte de poids, les traits dépressifs et impulsifs.

Des examens de laboratoire :

Les diagnostics spécifiques sont complétés par des tests de laboratoire (analyses générales, biochimiques du sang et de l’urine, du foie, des reins, des tests hormonaux), des études instrumentales du tractus gastro-intestinal.

  • Des perturbations dans les fonctions de tous les systèmes du corps.
  • Un arrêt ou une dégradation du développement pubertaire.
  • Une anémie qui apparaît, la glycémie diminue et des troubles électrolytiques potentiellement mortels apparaissent.
  • Une dystrophie myocardique, une bradycardie, une diminution de la fréquence cardiaque et une diminution de la tension artérielle sont détectés.
  • Une aménorrhée (l’absence de menstruation).
  • Une ostéopénie (perte de densité minérale osseuse). En effet, les pertes de masse et de structure rendent les os plus vulnérables au stress et à la tension, en augmentant le risque de fracture avec relativement peu de force externe.
  • Une ostéoporose (diminution de la densité osseuse). Elle survient généralement en présence de comorbidités.
  • Une constipation et une perturbation des fonctions digestives.
  • Une hypothyroïdie. Le myxœdème est la manifestation ultime de cette maladie.
  • Des caries dentaires.
  • La survenue de diverses infections.
  • La peau devient sèche, squameuse et cyanosée.
  • Des troubles dépressifs de longue durée.
  • La posture se détériore (les patients se baissent).
  • Des troubles dysphoriques prémenstruels, qui s’accompagnent de colère, de tristesse et d’irritabilité, ce qui indique souvent la présence d’épilepsie, de psychopathie ou d’une maladie du système nerveux central.
  • Des troubles anxieux, caractérisés par une anxiété persistante générale qui n’est pas liée à des causes, des objets ou des situations spécifiques.
  • Une tendance à culpabiliser.
  • Une faiblesse du tonus musculaire, le refus de faire quoi que ce soit et une diminution de l’activité physique.
  • Un risque de suicide (jusqu’à 50%).

Très souvent, ces patients doivent être hospitalisés.

L’anorexie mentale est un trouble caractérisé par une perte de poids intentionnelle induite et maintenue consciemment. Le refus de nourriture est généralement associé à une insatisfaction vis-à-vis de son apparence, excessive, selon la personne elle-même, à la plénitude.

FAQs

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
1 - UN SEUL CLIENT À LA FOIS
2 - VIE PRIVÉE ET DISCRÉTION
3 - VÉRIFICATION COMPLÈTE
4 - PROGRAMME SUR MESURE TRAITANT LES CAUSES FONDAMENTALES
5 - RESTAURATION BIOCHIMIQUE
6 - APPROCHE HOLISTIQUE
7 - LES DERNIÈRES THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
8 - CONSEILLER EN RÉSIDENCE 24/7
9 - ÉTABLISSEMENT PRIVÉ DE LUXE
10 - CHEF PERSONNEL ET RÉGIME ALIMENTAIRE

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer une demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs de traitement

1 semaine

Évaluations complètes et désintoxication

1-4 semaine

Thérapie physique et mentale en cours

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Suivi

12+ semaine

Visite de remise à niveau

Accréditations & Médias

 
AMF
British Psychology Society
PsychologyTimes
COMIB
COPAO
EMDR
EPA
FMH
ifaf
Institute de terapia neural
MEG
NeuroCademy
Neurocare
OGVT
pro mesotherapie
Psychreg
red GDPS
WPA
SFGU
SEMES
SMGP
Somatic Experience
ssaamp
TAA
SSP
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
Views
abcMallorca
LuxuryLife