EXPERTISE MÉDICALE SUISSE: ZURICH, MAJORQUE, LONDRES, NEW YORK

10 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

Nombreux sont ceux qui consacrent une grande partie de leur temps à prendre soin de leur beauté, de leur jeunesse et de leur force. Cependant, les experts mettent en garde contre les risques qui peuvent découler d’une obsession pour la santé. Passer des heures à la salle de sport ou à scruter chaque aliment peut mener à la bigorexie, un trouble du comportement encore peu connu, mais tout aussi dangereux.

La bigorexie, ou dysmorphie musculaire, est l’un des types de dysmorphophobie, dans laquelle une personne est trop préoccupée par tout défaut ou caractéristique de son corps. Plus précisément, ce trouble mental se manifeste par un désir malsain de développer autant de muscles que possible.

Selon une publication de Courtney G. Pope et ses collègues (1), le terme « anorexie mentale inversée » a été utilisé pour la première fois dans une publication scientifique en 1993 (2).

Par la suite, en 1997, le trouble a été reconnu comme une «dysmorphie musculaire» grâce aux travaux de Pope HG Jr et de ses collègues (3).

La bigorexie est considérée comme une forme de trouble dysmorphique corporel et depuis 1997, la recherche sur le sujet s’est développée. Cependant, la relation entre la bigorexie et d’autres formes de trouble dysmorphique corporel reste incertaine.

Les personnes souffrant de bigorexie sont constamment préoccupées par la pensée qu’elles ne sont pas assez musclées, pas assez grosses. Si avec l’anorexie une personne se considère trop grande, alors avec ce trouble, elle se perçoit comme petite et mince, quelle que soit sa taille réelle.

Ce trouble conduit à des régimes dangereux et à des entraînements plus rigoureux afin de réaliser le rêve d’une silhouette parfaite.

Le problème de la bigorexie est devenu particulièrement pertinent au 21ème siècle. Au cours des dernières décennies, l’idéal du corps masculin a changé, ainsi de grands volumes et une masse musculaire importante sont devenus à la mode.

Ainsi, en 2005, un groupe de scientifiques a analysé l’évolution des jouets pour enfants au cours des 25 dernières années. L’étude a montré que les figurines d’action d’aujourd’hui, telles que les soldats et les super-héros, sont plus grandes et plus musclées que leurs prédécesseurs, et beaucoup d’entre elles ont des muscles qui, en réalité, ne peuvent pas être construits même avec l’aide de stéroïdes (4).

Dans les années 1970, l’image d’un corps masculin élancé, presque androgyne, comme celui de Mick Jagger ou de David Bowie, était populaire.

Pendant les années 1980, la situation de la bigorexie est aggravée par les films de plus en plus populaires sur les super-héros, avec des personnalités telles qu’Arnold Schwarzenegger et Sylvester Stallone. Grâce aux films Rambo (1982), Predator (1987) et The Terminator (1984), l’image de l’homme idéal à la masculinité hyper-exprimée, à l’attitude militante, capable de surmonter tous les obstacles qui se sont répandus dans le monde entier.

A la fin des années 1990, après le rôle de Brad Pitt dans Fight Club, l’esthétique d’un corps masculin élancé mais très musclé devient à la mode. Aujourd’hui, les films de super-héros ont inondé les corps musclés, et Chris Hemsworth et Jason Momoa sont devenus les symboles de l’époque.

Les personnes souffrant de bigorexie voient des imperfections dans l’apparence de leur corps, bien qu’elles puissent ne pas être là. Les bigorexiques considèrent leur corps comme imparfait, ne répondant pas à des critères stricts. Ils s’efforcent constamment d’améliorer la croissance des tissus musculaires, de contrôler non seulement leurs muscles, mais également toute leur apparence.

La bigorexie peut affecter n’importe qui, mais elle est beaucoup plus fréquente chez les hommes. Environ 90 % des personnes atteintes de ce trouble sont des hommes. La plupart d’entre eux développent cette maladie à la fin de leur adolescence. Le problème concerne la préoccupation de la société envers la représentation du corps masculin considéré comme idéal.

Il est difficile de déterminer combien de personnes dans le monde souffrent de dysmorphie musculaire, mais il est probable que plus de 100 000 personnes répondent aux critères de la maladie.

La bigorexie est un problème de perception de soi. Malgré le fait que les personnes souffrant de cette maladie vivent dans un monde très réel avec des haltères, des exercices et des shakes protéinés, elles passent la plupart de leur temps dans un monde imaginaire où elles ont une forme et un volume incroyables, où leurs biceps sont injectés de sang et ressemblent à pastèques, et le contour de chaque muscle apparaît clairement sous la surface de la peau.

Certains, pour atteindre l’idéal, commencent à recourir à des substances, des molécules et des médicaments illégaux, notamment la testostérone et la nandrolone. Par conséquent, la personne bigorexique entre dans un cercle vicieux : plus il en prenait, plus il y avait de changements dans son corps, plus ses doses augmentaient. Une recherche a rapporté qu’environ 1 million de Britanniques utilisent des médicaments qui stimulent la croissance musculaire (5).

Les psychologues cherchent les causes de la bigorexie dans de nombreux facteurs, dont certains proviennent de l’enfance. Le désir d’idéal peut être influencé par une faible estime de soi, le rejet de son propre corps.

Cependant, la maladie est difficile à classer. Certains experts suggèrent que ce trouble est lié à un trouble dysmorphique corporel, d’autres à des troubles de l’alimentation, à des troubles obsessionnels compulsifs ou à des dépendances comportementales.

Parmi les causes de développement de la bigorexie chez une personne :

Prédisposition génétique et facteurs sociaux :

L’incidence des troubles de l’alimentation chez un parent plus âgé augmente le risque de problèmes similaires chez la jeune génération. Les personnes qui grandissent dans des familles à problèmes sont également à risque de développer des troubles de l’alimentation.

Faible production du neurotransmetteur sérotonine :

L’absence du neurotransmetteur sérotonine peut être associée à un mode de vie stressant, à une alimentation déséquilibrée ou à des caractéristiques individuelles d’activité nerveuse plus élevée. Paradoxalement, l’exercice lui-même stimule la production de sérotonine, mais le surentraînement bloque sa production.

La présence d’événements traumatisants ou désagréables :

La présence, dans le cheminement de vie des individus, de certains événements traumatisants ou désagréables, peut les faire se sentir incapables de faire face au monde incertain dans lequel ils vivent. Cela inclut le viol, la violence physique, le harcèlement, etc.

Certaines des femmes souffrant de bigorexie développent la maladie précisément après un viol. Ces personnes pensent que lorsqu’elles sont grandes et musclées, elles sont en sécurité.

Impact des médias :

Les modèles du cinéma ont un impact significatif sur le fait que de nombreux hommes essaient de faire correspondre les images présentées dans les médias. De plus, les désirs des gens sont influencés par les exigences de la société, la vie créée dans les réseaux sociaux, dans laquelle le succès est combiné avec une apparence impeccable.

La croyance de l’existence d’un lien entre un corps musclé et la procréation :

Certains hommes pensent que le fait d’avoir plus de masse musculaire peut être considéré par leur partenaire comme une indication que cet homme peut assurer la sécurité et une ressource pour la survie de la progéniture.

Insatisfaction quant à la taille de l’organe génital masculin :

Il a été suggéré qu’il existe une corrélation entre le désir d’un homme d’avoir un corps très musclé lorsqu’il souffre d’un complexe de taille de pénis.

Au début, la bigorexie provoque des symptômes non évidents qui peuvent facilement passer inaperçus. Diagnostiquer le trouble peut être difficile, car la personne bigorexique semble être physiquement athlétique et mène simplement une vie saine. Ce n’est qu’avec le temps, lorsque certains comportements commencent à s’intensifier et à affecter les activités quotidiennes, que le problème devient perceptible.

Pour identifier une personne bigorexique, il est possible de remarquer les signes suivants :

Vivre pour s’entraîner :

Chaque jour, il se rend au gymnase, élabore un plan d’entraînement et note les prochaines réalisations. Il s’entraîne, parfois même plusieurs fois par jour, peut reporter ou ignorer tout le reste de ses occupations pendant qu’il a le temps de faire les exercices nécessaires au sport. L’entraînement lui-même peut prendre plusieurs heures.

L’entraînement vient en premier et devient plus important que le travail, les loisirs et la communication avec la famille et les amis. Il y a une peur de manquer une séance d’entraînement. En même temps, rien ne peut la retarder : ni la douleur, ni la maladie, ni même le traumatisme.

La plupart des personnes bigorexiques commencent à rétrécir leur cercle social, leur intérêt pour les problèmes de travail diminue, ils sont obsédés par l’idée de passer chaque heure libre au gymnase. Il peut éviter les événements sociaux afin d’utiliser le temps pour s’entraîner, même quand il est fatigué.

Adaptation d’un régime strict :

L’exercice et un régime alimentaire spécial vont de pair avec la bigorexie. Les bigorexiques sont obsédés non pas par l’idée de perdre du poids à tout prix, mais de prendre le plus de volume musculaire possible. Ils commencent à manger plus, afin de pouvoir ensuite convertir les calories acquises en masse musculaire, et à cette fin ils consomment de 4 000 à 5 000 calories par jour. Le régime alimentaire n’est pas aléatoire, il devrait aider une à éliminer les graisses et à favoriser la croissance musculaire.

De plus, ils essaient de ne pas manger au restaurant pour ne pas violer leur régime « strict », riche en calories. Cela se traduit par le fait de ne manger que des aliments faits maison. En règle générale, ces personnes ne mangent nulle part, car elles ne peuvent pas contrôler les produits utilisés pour cuisiner.

Ainsi, une personne atteinte de bigorexie surveille son poids et prépare chaque jour des aliments qui lui donnent exactement l’énergie et les nutriments dont elle a besoin pour atteindre son objectif.

Utilisation des suppléments :

En plus d’un régime restrictif, il prend également des compléments (généralement plusieurs types de substances) censés accélérer ses efforts, soutenir le développement musculaire ou faciliter la combustion des graisses.

Dans certains cas, ces personnes peuvent recourir à des injections de médicaments qui augmentent la taille des muscles.

Insatisfaction avec leur apparence :

Un homme commence à concentrer toute son attention sur la façon dont il se présente, mais ne se sent pas satisfait. Malgré sa belle apparence, il estime que sa silhouette n’est pas assez musclée. Peu importe à quel point un athlète est beau, il lui semble que son corps n’est pas assez beau.

Cela vient du fait que les victimes de la bigorexie ont l’intention de s’habiller avec des vêtements amples qui cachent le corps « honteux ». Pour les bigorexiques, la façon dont les autres perçoivent leur silhouette est d’une importance fondamentale.

A cela s’ajoutent la dépression, l’anxiété et la faible estime de soi. C’est pour cela que ces personnes ont besoin d’une aide psychologique.

Éviter la critique :

La personne bigorexique ne prend pas bien les critiques sur son apparence et n’aime pas les situations dans lesquelles les autres le condamnent. De plus, elle se compare constamment aux autres athlètes, se percevant toujours comme moins que les autres.

Parce qu’il s’agit d’un trouble psychologique, le traitement de premier choix de la bigorexie consiste en une psychothérapie, de préférence une thérapie cognitivo-comportementale, en association avec un traitement médicamenteux ISRS (inhibiteur sélectif du recaptage de la sérotonine).

Le psychothérapeute permet de comprendre les causes du trouble, de reprendre le contrôle sur la perception de son corps, d’augmenter l’estime de soi en se basant sur les capacités et les compétences, et non sur la musculature.

L’objectif fondamental de la psychothérapie est d’apprendre au patient à reconnaître les pensées déformées et les mauvais comportements associés à sa détresse afin de les prévenir et / ou de les remplacer par d’autres moyens plus efficaces.

Si la dépression est associée à la bigorexie, un spécialiste peut recommander des antidépresseurs ou des anxiolytiques. Le type de traitement doit être adapté aux besoins individuels du patient.

Si le patient accepte le traitement et continue les séances de thérapie cognitivo-comportementale, la bigorexie a tendance à avoir un pronostic positif. Il convient de noter que le soutien de la famille et des amis est toujours nécessaire car ils peuvent l’aider à comprendre les effets négatifs dont il souffre et le motiver dans son cheminement.

La dysmorphie musculaire est un véritable problème de santé et les symptômes peuvent être difficiles à gérer. Heureusement, des solutions existent pour aider les personnes qui en souffrent. Un psychiatre peut aider à créer un plan de traitement adapté, et des modifications dans les soins personnels peuvent aider à maîtriser les symptômes.

Il est important de comprendre que la guérison de ce trouble est possible, mais cela demande avant tout de reconnaître que l’on est malade et d’avoir la volonté de chercher de l’aide spécialisée.

(1) Pope, C. G., Pope, H. G., Menard, W., Fay, C., Olivardia, R., & Phillips, K. A. (2005). Clinical features of muscle dysmorphia among males with body dysmorphic disorder. Body image, 2(4), 395–400. https://doi.org/10.1016/j.bodyim.2005.09.001

(2) Pope, H. G., Jr, Katz, D. L., & Hudson, J. I. (1993). Anorexia nervosa and “reverse anorexia” among 108 male bodybuilders. Comprehensive psychiatry, 34(6), 406–409. https://doi.org/10.1016/0010-440x(93)90066-d

(3) Pope, H. G., Jr, Gruber, A. J., Choi, P., Olivardia, R., & Phillips, K. A. (1997). Muscle dysmorphia. An underrecognized form of body dysmorphic disorder. Psychosomatics, 38(6), 548–557. https://doi.org/10.1016/S0033-3182(97)71400-2

(4) Timothy Baghurst, Daniel B. Hollander, Beth Nardella, G. Gregory Haff, Change in sociocultural ideal male physique: An examination of past and present action figures, Body Image,Volume 3, Issue 1, 2006, Pages 87-91, ISSN 1740-1445, https://doi.org/10.1016/j.bodyim.2005.11.001.

(5) Steven Morris. Up to a million Britons use steroids for looks not sport. 2018. The Guardian.  https://www.theguardian.com/society/2018/jan/21/up-to-a-million-britons-use-steroids-for-looks-not-sport

COMMENT LA BALANCE PEUT VOUS AIDER

The Balance RehabClinic est l'un des principaux fournisseurs de traitements de luxe en matière de toxicomanie et de santé mentale pour les personnes aisées et leurs familles, offrant un mélange de science innovante et de méthodes holistiques avec des soins individualisés inégalés.

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
UN SEUL CLIENT À LA FOIS
PROGRAMME SUR MESURE
RESTAURATION BIOCHIMIQUE
APPROCHE HOLISTIQUE
THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
THÉRAPIE INFORMÉE SUR LE TRAUMATISME

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer la demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs du traitement

1 semaine

Bilans & Détox

1-4 semaine

Thérapie psychologique et holistique

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Soins Suivis

12+ semaine

Visite de rappel

Santé Mentale Insights

latest news & research on Santé Mentale
La thérapie cognitivo-comportementale
La thérapie cognitivo-comportementale

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est une approche de traitement psychologique reconnue pour son efficacité dans le traitement d'un large éventail de problèmes, tels que la dépression

read more
effets secondaires du tramadol
Tramadol

Le tramadol peut entraîner une somnolence (3). Par conséquent, il est déconseillé de ne pas conduire, d’utiliser des machines lourdes ou d’effectuer des activités dangereuses

read more
La bipolarité
La bipolarité

Les individus souffrant de trouble bipolaire traversent des périodes marquées par des émotions exceptionnellement intenses, des altérations dans leurs habitudes de sommeil et leurs niveaux d'activité

read more
pensées suicidaires
Les idées suicidaires

Les idées suicidaires sont un terme général utilisé pour décrire une gamme de contemplations, de souhaits et de préoccupations concernant la mort et le suicide

read more

Accréditations

 
Neurocare
TAA
ssaamp
Somatic Experience
SMGP
SEMES
SFGU
WPA
red GDPS
pro mesotherapie
OGVT
AMF
NeuroCademy
MEG
Institute de terapia neural
ifaf
FMH
EPA
EMDR
COPAO
COMIB
British Psychology Society
 

Médias

 
Live Science
Mallorca Magazin
Woman & Home
National World
American Banker
Marie Claire
BBC
La Nacion
Metro UK
General Anzeiger
Business Leader
Dazed
Apartment Therapy
Express UK
Bloomberg
Cosmopolitan
Morgenpost
Manager Magazin
Entrepreneur ME
Khaleej Times
abcMallorca
Psychreg
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
PsychologyTimes
LuxuryLife
The Times
The Standard
The stylist
Mirror UK
Mallorca Zeitung
Daily Mail
Guardian