9 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

Actuellement, l’alcoolisme s’est répandu et est devenu une menace mondiale qui tue chaque année des milliers de personnes. Le patient ne fait absolument pas attention à la façon dont chaque jour il boit de plus en plus.

Faire face à toute dépendance sans le soutien de la famille peut être très difficile, et la dépendance à l’alcool ne fait pas exception.

Les personnes proches font de nombreuses tentatives pour lui parler de la nécessité d’un traitement, cependant, malheureusement, elles ne comprennent pas clairement comment aider un alcoolique à renoncer à l’alcool.

Discuter du problème est la première étape pour vaincre la dépendance :

Votre proche peut ne pas remarquer qu’il est dépendant de l’alcool, ou avoir honte d’en parler. Votre tâche est de créer des conditions confortables pour une conversation paisible.

Vous ne pouvez entamer une discussion lorsqu’une personne est sobre. Il est important d’agir de manière amicale : vous ne pouvez pas crier, jurer et traiter l’interlocuteur d’alcoolique. Très probablement, il se sent déjà coupable ou avoir honte de soi, donc votre critique ne fera qu’aggraver la situation et éloigner la personne de vous.

Parlez calmement et doucement, demandez à votre proche de parler de ses expériences et de partager les raisons qui poussent votre proche à boire.

Préparez-vous au fait qu’une personne puisse prendre tout ce qu’elle dit avec hostilité, nier ses problèmes ou même vous crier dessus. Si le ton de la conversation est agité, mieux vaut ne pas répondre aux provocations et reporter la conversation à un moment plus approprié.

Votre proche pourra faire une pause, digérer les informations reçues, et éventuellement revenir pour continuer quand il sera prêt.

Apprenez à votre proche à ressentir des émotions positives sans alcool :

L’alcool occupe une place importante dans la vie quotidienne d’une personne. Mais si vous remplissez sa journée d’activités intéressantes, la tentation de boire diminuera légèrement.  

Proposez à votre proche de s’inscrire à un cours de langue étrangère ou de dessin, de commencer à jouer au tennis ou d’aller à la piscine. Toute activité passionnante sans alcool fera l’affaire.

Vous pouvez proposer votre participation à ces activités, mais vous ne devez pas insister. Peut-être que votre proche veut se lancer dans un passe-temps et nouer des relations avec de nouveaux amis.

Il est important de se rappeler que, malgré la dépendance, votre proche est un adulte qui a le droit de prendre des décisions. Pour la même raison, vous n’avez pas besoin d’assumer la responsabilité de tous ses problèmes : aidez-le, mais n’agissez pas à sa place.

Proposez de passer du temps ensemble :

Ce conseil est lié au précédent. N’essayez pas de punir votre proche alcoolique par le silence et l’ignorance. Au contraire, appelez-le pour une visite, asseyez-vous dans un café, allez au cinéma, jouez au bowling ou promenez-vous dans le parc. Cela l’aidera également à s’éloigner de la bouteille et à ne pas complètement sortir du rythme normal de la vie.

Personnellement, vous ne devriez pas boire en compagnie d’un être cher dépendant à l’alcool. Ceci est généralement perçu comme douloureux et la crédibilité de votre aide peut être minée.

Parlez des façons alternatives de gérer le stress :

Il n’est pas rare que les toxicomanes consomment de l’alcool pour faire face à la tristesse, au stress et à la frustration. Et il y a une explication scientifique à cela. Une fois dans le corps, l’alcool provoque la libération d’endorphines – des hormones qui atténuent la douleur et améliorent l’humeur.

Cependant, à mesure que la dose augmente, l’effet s’inverse. Dans ce cas, le corps produit de la tétrahydroisoquinoline, une substance qui inhibe la synthèse d’autres « hormones du bonheur » : la sérotonine et la dopamine.

Expliquez cela à votre proche et suggérez des options sûres pour améliorer son humeur, sans effets secondaires détruisant la santé et la personnalité. Ainsi, il existe divers manières pour gérer le stress comme les balades en plein air, les exercices aérobiques, la musique, la méditation et le chocolat noir.

L’alcoolisme contribue à la dégradation personnelle et à la perte de contact avec la société. Parallèlement, une grande partie des toxicomanes n’avouent pas leur dépendance à l’alcool, mais ils sont convaincus qu’ils peuvent refuser de boire s’ils le souhaitent.

Ces personnes ont un sens affaibli des responsabilités envers leur famille et la société. Les demandes de soins et de conseils sont ignorées ou provoquent des comportements agressifs, ce qui fait naître des doutes quant à savoir s’il vaut la peine d’aider l’alcoolique ou s’il vaut mieux le laisser seul face à ses problèmes.

Afin de réussir le dialogue avec le patient, il est nécessaire de maintenir une stabilité émotionnelle, surtout lorsqu’il s’agit d’un parent ou d’une personne proche. Lorsque vous êtes déprimé, nerveux ou anxieux, vous ne pouvez pas faire grand-chose pour aider à résoudre le problème du toxicomane. Il est fortement conseillé aux personnes qui vivent avec un alcoolique de veiller avant tout à leur propre équilibre mental. Surveillez attentivement votre santé, essayez de contrôler la situation et vos émotions.

Les personnes qui souffrent d’alcoolisme ne perçoivent pas l’alcool comme une menace sérieuse. Ils ne visitent pas les médecins, ne répondent pratiquement pas aux demandes des proches. Le plus souvent, les larmes et les croyances n’affectent pas l’interlocuteur.

Néanmoins, il existe un moyen efficace de vous persuader d’arrêter de boire. Pour qu’une personne consente à suivre un traitement, elle doit être motivée pour effectuer une intervention. Vous pouvez encourager la consultation thérapeutique lors d’une réunion de famille. Ne blâmez pas le patient, ne le condamnez pas pour abus d’alcool. Il est très important qu’il soit capable de réaliser indépendamment qu’il a besoin d’aide.

Il est possible d’envoyer un toxicomane en réhabilitation si cette intervention est bien programmée. Dans ce cas, les membres de la famille du patient doivent faire preuve de maîtrise de soi et de volonté. Après avoir invité un psychologue pour une conversation, vous devez comprendre comment cela se passe. L’intervention comprend 4 étapes :

Recueillir l’historique du patient :

Le spécialiste recueille des informations sur le toxicomane afin de mieux comprendre sa psychologie, de reconnaître les principales façons de réagir. Ces détails sont clarifiés lorsque les proches se tournent vers le centre de réadaptation pour obtenir de l’aide. On leur pose des questions sur les préférences du patient, son âge, les caractéristiques de l’alcool consommé, l’expérience de l’abus d’alcool et les maladies chroniques concomitantes.

Départ de l’équipe d’assistance à l’adresse du patient :

Les proches appellent un psychologue au moment où le patient est le plus enclin à parler cœur à cœur. À ce stade, il est recommandé que des personnes proches et significatives soient proches du toxicomane.

L’éveil de la motivation et son renforcement :

Le psychologue identifie précisément le toxicomane, trouve ses forces et ses faiblesses, révèle les détails qu’il met en évidence lors de la communication. Pour renforcer la croyance du toxicomane en un résultat positif, le psychologue lui raconte des cas de sa pratique, à la suite desquels l’ignorance est remplacée par l’intérêt.

Traiter l’alcoolique dans un centre de désintoxication :

Si les 3 premières étapes sont terminées, il est plus facile de traiter un alcoolique, car il y consent lui-même. Sans différer l’envoi du toxicomane dans un centre de rééducation, nous l’emmenons à l’adresse de l’organisme. Dans ce cas, on ne lui laisse pas le temps de revenir sur sa décision, on ne lui laisse pas la possibilité de refuser l’hospitalisation.

Si vous voulez vraiment récupérer la personne que vous avez aimée et que vous voulez la sauver de la dépendance, laissez-la se sentir coupable de ce qui s’est passé. Même lorsqu’il est sobre, vous devez le traiter comme un étranger, car même lorsqu’il est sobre, il reste dépendant jusqu’à ce qu’il subisse un traitement et apprenne à gérer ses faiblesses.

Démontrez votre attitude fortement négative, faites-lui comprendre que la famille n’accepte pas un alcoolique. Arrêtez d’attaquer ou d’avoir peur, essayez d’être consciente de vous-même au moment de la conversation, présentez les informations calmement, essayez d’étayer votre point de vue par des arguments.

Si vous ne réussissez pas, ce n’est pas grave. Pas besoin de planifier immédiatement une évasion. Vous avez épousé la personne avec qui vous aviez l’intention de passer toute votre vie, alors trouvez le courage de vous battre pour votre bien-être commun.

Montrez-vous de l’amour et du respect, alors le mari ne pensera pas que tout vous convient quand il boit. N’ayez pas peur de lui parler sincèrement de vos peurs, mais ne transformez pas tout en conflit non plus.

Une personne alcoolique commence souvent à refuser de communiquer avec ses proches et ne s’entoure que de ceux avec qui elle peut boire.

Découvrir qu’un proche est alcoolique et la persuader d’accepter de l’aide pour son traitement n’est pas une tâche facile. C’est pourquoi il est si important de rester proche et de démontrer que la vie peut être différente et surtout de lui fournir l’aide et le soutien nécessaire pour qu’il dépasse cette dépendance.

FAQs

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
1 - UN SEUL CLIENT À LA FOIS
2 - VIE PRIVÉE ET DISCRÉTION
3 - VÉRIFICATION COMPLÈTE
4 - PROGRAMME SUR MESURE TRAITANT LES CAUSES FONDAMENTALES
5 - RESTAURATION BIOCHIMIQUE
6 - APPROCHE HOLISTIQUE
7 - LES DERNIÈRES THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
8 - CONSEILLER EN RÉSIDENCE 24/7
9 - ÉTABLISSEMENT PRIVÉ DE LUXE
10 - CHEF PERSONNEL ET RÉGIME ALIMENTAIRE

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer une demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs de traitement

1 semaine

Évaluations complètes et désintoxication

1-4 semaine

Thérapie physique et mentale en cours

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Suivi

12+ semaine

Visite de remise à niveau

Accréditations & Médias

 
AMF
British Psychology Society
PsychologyTimes
COMIB
COPAO
EMDR
EPA
FMH
ifaf
Institute de terapia neural
MEG
NeuroCademy
Neurocare
OGVT
pro mesotherapie
Psychreg
red GDPS
WPA
SFGU
SEMES
SMGP
Somatic Experience
ssaamp
TAA
SSP
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
Views
abcMallorca
LuxuryLife