8 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

Le trouble bipolaire est loin d’être rare, entre 3 et 5 % de la population sont touchés par cette maladie. Cependant, le trouble bipolaire est très méconnu du grand public et mal estimé à sa juste valeur. Il est souvent mal interprété par les autres comme « juste des hauts et des bas de l’humeur » ou « une personne avec une forte personnalité ».

Les troubles bipolaires ont été classés au 4ème rang des pathologies neuropsychiatriques les plus invalidantes, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et restent associés à un taux important de suicide.

Étant donné que les conséquences des troubles bipolaires sont catastrophiques, dont une partie est attribuée au retard du diagnostic, il est nécessaire d’identifier les troubles bipolaires.

Appelé auparavant « maniaco-dépression », la maladie du trouble bipolaire est un dysfonctionnement cérébral caractérisé par des va-et-vient entre deux épisodes extrêmes d’humeur, c’est-à-dire entre la manie (un état d’enthousiasme intense) et la dépression (un état de tristesse et d’apathie marquée) comme un pendule.

A lire aussi :Les effets du stress sur le cerveau

Nous passons notre quotidien à être content, lorsque nous avons des événements agréables et déprimés lorsque nous avons des événements tristes. Dans le trouble bipolaire, le niveau des sautes d’humeur est largement dépassé. En effet, le passage d’humeur du trouble bipolaire s’exerce à plusieurs reprises, de manière pathologique, pour une raison quelconque.

L’âge moyen d’apparition de cette maladie se situe entre 20 et 30 ans, mais elle peut survenir à un large éventail d’âges, de l’enfance aux personnes âgées. 

Il existe plusieurs classifications des troubles bipolaires. La classification la plus communément utilisée est la suivante, qui prend en considération le degré de l’état maniaque :

Trouble bipolaire de type I

Diagnostiqué lorsque l’état maniaque est sévère. Ce dernier perturbe la vie sociale et nécessite, par conséquent, une hospitalisation. Cette catégorie est caractérisée par :

  • L’état de dépression et l’état maniaque apparaissent fortement.
  • L’état maniaque persiste durant la majeure partie de la journée, pendant au moins une semaine.
  • Pendant l’état maniaque, le malade peut manifester des paroles et des actes déviants, qui perturbent ses relations sociales dans son environnement.
  • Le traitement médical est indispensable afin que les symptômes de la personne bipolaire ne s’aggravent pas.

Trouble bipolaire de type II

Moins grave que le type I, ce type présente moins de symptômes et moins de problèmes sociaux que le type I et associe au moins un épisode dépressif majeur avec une hypomanie. Ce type ne nécessite pas l’hospitalisation. Elle est caractérisée par :

  • Aucun état maniaque intense n’est observé, le malade présente uniquement un état maniaque léger (appelé hypomaniaque), une faible excitation apparaît.
  • L’épisode de l’hypomanie persiste au moins 4 jours, durant presque toute la journée.
  • L’épisode de la dépression dure plus longtemps que l’épisode hypomaniaque (presque le double).
  • Le degré de symptômes n’est pas aussi grave que celui du type I, par conséquent le traitement médical est plus doux que celui du type I.

Les symptômes des troubles bipolaires correspondent à une alternance des phases d’excitation appelée également manie, et de dépression. Ces cycles sont souvent reliés par des périodes où l’humeur est normale. Ces phases ont une intensité, une durée et une fréquence qui varient d’une personne à une autre.

Les différents symptômes d’une personne bipolaire se traduisent par une perte de contrôle extrême dans le comportement, le discours et les pulsions et par l’impossibilité de pouvoir gérer ses émotions.

Les principaux symptômes de l’état maniaque

  • Une sensation d’énergie envahissant le corps, et l’impression de se sentir de mieux en mieux.
  • Une sensation de bien-être même en cas de manque de sommeil.
  • Diminution des envies de sommeil.
  • Une impression brusque de devenir puissant et augmentation de l’estime de soi.
  • Une sensation de pouvoir extrême.
  • Devenir bavard.
  • Émergence des idées les unes après les autres.
  • Remise en colère rapidement et facilement.
  • Distraction immédiate.
  • Hyperactivité physique.
  • Enthousiasme pour les activités de plaisir dangereuses.
  • Gaspillage.
  • Evasion sexuelle.

Les principaux symptômes de l’état dépressif

  • Une sensation d’apathie.
  • Une envie intense de dormir.
  • Absence de motivation.
  • Une fatigue intense.
  • Une sensation que toute action est inutile.
  • Une sensation que la vie est absurde.
  • Envie de se suicider.
  • Perdre sa détermination.
  • Perdre l’appétit.

Le diagnostic précoce du trouble bipolaire est la clé du rétablissement du bipolaire. Le trouble bipolaire est une maladie qui prend du temps pour poser un diagnostic correct.

En effet, la dépression et le trouble bipolaire sont similaires, car les symptômes de la dépression apparaissent dans les deux pathologies, sont les mêmes pour les deux maladies et sont indiscernables.

De nombreux patients atteints de trouble bipolaire sont diagnostiqués comme étant en dépression, mais ce n’est qu’après avoir développé un état maniaque qu’ils reçoivent un diagnostic de trouble bipolaire.

D’autre part, en général, le patient ne peut pas reconnaître l’état maniaque comme une maladie. En développant cet état, certaines personnes sentent qu’elles se sentent mieux que d’habitude et pensent que c’est normal d’être excité, surtout dans les troubles bipolaires de type II.

Afin de savoir qu’une personne est bipolaire, il faut environ 4 à 10 ans en moyenne pour parvenir à un diagnostic correct. Le trouble bipolaire ne peut être diagnostiqué qu’en cas d’apparition d’un état maniaque, donc même dans le cas d’un trouble bipolaire, la dépression est souvent initialement diagnostiquée.

Par conséquent, pour un diagnostic efficace et précoce du trouble bipolaire, il est nécessaire que :

  • Les personnes souffrant d’une dépression consultent un médecin pour confirmer s’il s’agit ou pas d’une phase dépressive d’un trouble bipolaire.
  • Dans une consultation médicale, le patient doit parler au médecin des symptômes de la phase maniaque.
  • Le médecin demande à son patient s’il a connu des phases pendant lesquelles son humeur était anormalement bonne et s’il dormait peu pendant ces périodes euphoriques.
  • La famille du patient doit contrôler surtout l’alternance des épisodes de maniaque et de dépression chez lui, et ne pas retarder la consultation médicale.

Afin de diagnostiquer un trouble bipolaire lors d’une consultation, le médecin effectue un bilan clinique complet, par l’intermédiaire de :

  • Un questionnaire posé par le médecin concernant les sentiments et les comportements pendant la majeure partie de la vie du patient.
  • Un traçage de l’historique des épisodes maniaques et dépressifs déjà survenus (type, fréquence, circonstances…).

Avec les progrès de la recherche ces dernières années, il existe un test appelé « test de topographie optique » qui quantifie l’état dépressif afin de rechercher s’il s’agit d’une dépression ou d’un trouble bipolaire. L’âge cible pour le test est de 12 ans.

Par conséquent, ce test de diagnostic représente un moyen efficace de faire la distinction entre la dépression due au trouble bipolaire et la dépression due au trouble dépressif.

Par ailleurs, une équipe de chercheurs canadiens ont trouvé une méthode rapide, appelée « méthode électro-vestibulographie » qui mesure l’activité nerveuse du système vestibulaire, un organe situé dans l’oreille interne. Ce diagnostic permet de différencier les troubles bipolaires des dépressions souvent confondus lors du diagnostic.

Le trouble bipolaire est considéré comme une maladie récurrente, dans la plupart des cas, sans traitement préventif. Fréquemment, le patient peut perdre sa crédibilité sociale, son emploi, ou être abandonné par sa famille. Cependant, un traitement précoce et approprié est nécessaire afin de prévenir ces dommages sociaux.

Étant donné qu’il est difficile de distinguer les troubles bipolaires de la dépression, il faut du temps pour établir un diagnostic précis, c’est pour cela que le chemin vers la guérison a tendance à être long.

Les FAQs

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
1 - UN SEUL CLIENT À LA FOIS
2 - VIE PRIVÉE ET DISCRÉTION
3 - VÉRIFICATION COMPLÈTE
4 - PROGRAMME SUR MESURE TRAITANT LES CAUSES FONDAMENTALES
5 - RESTAURATION BIOCHIMIQUE
6 - APPROCHE HOLISTIQUE
7 - LES DERNIÈRES THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
8 - CONSEILLER EN RÉSIDENCE 24/7
9 - ÉTABLISSEMENT PRIVÉ DE LUXE
10 - CHEF PERSONNEL ET RÉGIME ALIMENTAIRE

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer une demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs de traitement

1 semaine

Évaluations complètes et désintoxication

1-4 semaine

Thérapie physique et mentale en cours

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Suivi

12+ semaine

Visite de remise à niveau

Accreditations & Media