10 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

Les médecins se plaignent souvent que les gens ne prennent pas bien soin de leur santé. En effet, beaucoup d’entre nous peuvent se soigner par nous-mêmes dans le cas d’un nez qui coule ou lorsqu’on tousse.

Cependant, il existe également des situations inverses : lorsque les gens s’inquiètent trop pour leur santé, on les traite d’hypocondriaques. Ils sont des clients fréquents des médecins, soupçonnant qu’ils ont de nombreuses maladies mortelles.

Parfois, les hypocondriaques ne réalisent même pas que leur trouble est davantage lié à des problèmes psychologiques et peut être traité.

L’hypocondrie est l’une des maladies somatoformes les plus courantes, pour laquelle la personne hypocondriaque présente une préoccupation excessive pour sa propre santé, qui se manifeste par une méfiance accrue et par la perception de toute sensation ordinaire comme la manifestation d’une maladie dangereuse et grave.

En même temps, la personne hypocondriaque concentre son attention sur un ou plusieurs organes, mais hésite à évaluer son état et découvre constamment des symptômes de diverses maladies supplémentaires.

C’est plutôt une conséquence des problèmes psychologiques accumulés. Souvent, le catalyseur du trouble est un stress aigu ou des problèmes chroniques dont un hypocondriaque dans la plupart des cas n’est pas conscient, mais qui s’accumulent. Puis, en réponse à une tension interne, une fixation sur les manifestations externes de son anxiété peut se produire.

Le principal symptôme de l’hypocondrie est l’anxiété hypertrophiée concernant l’état de santé. Il est caractéristique de toutes les formes, mais il peut trouver différentes formes d’expression et de pensées obsessionnelles, qui, dans les cas graves, se manifestent sous forme de délire.

Plusieurs symptômes permettent de reconnaître un hypocondriaque, nous citons notamment :

Des symptômes psychosomatiques :

Les hypocondriaques développent souvent des symptômes prononcés d’origine psychosomatique, tels que des palpitations, un essoufflement, des étourdissements. Ou des symptômes causés par un stress interne constant, comme des crampes ou de la constipation.

Ces sensations sont immédiatement interprétées par l’hypocondriaque comme des signes d’une maladie grave.

Des idées intrusives :

En règle générale, la peur n’est associée à aucune maladie particulière. Une personne s’inquiète pour sa santé et arrête donc de sortir ou de visiter des endroits bondés pour ne pas être infectée par un passant au hasard.

De plus, il s’intéresse activement à la médecine, visite des sites Web spécialisés, regarde des programmes, lit des informations de santé pertinentes, participe à des sondages en ligne, etc.

Des idées surévaluées :

Les soucis de santé se concrétisent sous la forme de peur d’une certaine maladie ou d’inquiétude pour l’un des organes. Le plus souvent, les patients concentrent leur attention sur le cœur, le tube digestif, les organes reproducteurs et perçoivent les maux de tête comme des symptômes d’une tumeur au cerveau.

Sous l’influence de leur idée surévaluée, ils consultent activement les médecins, subissent des examens, adhèrent à un régime strict et s’engagent dans des pratiques de santé.

Des idées folles :

C’est le symptôme le plus grave de l’hypocondrie, qui se manifeste par des conclusions délirantes et illogiques. Par exemple, une fissure dans le mur est perçue comme une source de rayonnement radioactif, qui devrait provoquer un cancer du cerveau chez un patient.

En règle générale, l’hypocondriaque est sûr que les médecins ne peuvent pas reconnaître sa maladie et le traiter de manière convenable. Par conséquent, il se prescrit lui-même des médicaments puissants, tente de se suicider ou décide de « punir » les médecins qui ne veulent pas le soigner.

La cénestopathie :

Les sensations désagréables qui ne sont pas liées à certaines maladies provoquent une gêne chez l’hypocondriaque. Dans diverses parties du corps, le patient peut ressentir une sensation de brûlure, un gonflement, une torsion, un vide, une hésitation, un étouffement, etc. Il ne peut pas décrire avec précision ces sensations, mais il souffre à chaque nouvelle attaque.

Des hallucinations viscérales :

Les fausses sensations sont clairement localisées dans une certaine zone du corps, le patient les décrit clairement et avec précision. Souvent, ils sont liés à la présence d’un corps étranger dans le corps.

D’autres symptômes sont souvent présents chez l’hypocondriaque comme : le pessimisme, la dépression et une peur panique de la mort.

Vous pouvez aider une personne atteinte d’hypocondrie en l’aidant à obtenir une aide professionnelle, en l’aidant à changer ses habitudes et en vous protégeant en fixant des limites.

Encourager la personne à obtenir de l’aide professionnelle :

Vous devriez aider votre proche à aller voir un médecin de confiance. S’il a visité un médecin, vous pouvez suggérer un deuxième avis juste pour être sûr.  

Cependant, une fois qu’il a vu deux médecins de confiance, il ne devra pas aller voir un autre médecin. Proposez-lui plutôt d’aller voir un thérapeute ou un psychiatre.

Aider l’hypocondriaque à changer son comportement :

Les personnes souffrant d’anxiété liée à l’hypocondrie vérifient les symptômes plusieurs fois par jour. Vous pouvez aider votre proche à arrêter de vérifier les symptômes en l’encourageant à se connecter chaque fois qu’il les vérifie et à réduire lentement le nombre de fois qu’il a ce comportement.

Encouragez-les à participer à des activités normales :

Les hypocondriaques arrêtent souvent de faire des activités quotidiennes ordinaires, ils ne partent pas en vacances ou ne voyagent pas, ils évitent les groupes ou les nouveaux endroits, ils arrêtent de faire de l’exercice et s’abstiennent même d’avoir des relations sexuelles.

Encouragez votre proche à faire plus d’activités. Allez-y lentement en suggérant qu’ils fassent une chose qu’ils avaient l’habitude de faire chaque semaine jusqu’à ce qu’ils fassent la plupart de leurs activités normales.

Aidez-les à adopter des habitudes saines :

L’adoption de changements de mode de vie sains peut aider les hypocondriaques à se sentir mieux et moins stressés. Souvent, l’anxiété et le stress peuvent entraîner des symptômes qui peuvent être mal interprétés.

Discutez avec votre proche des habitudes saines qu’il peut inclure dans sa vie, telles que : une alimentation équilibrée, un sommeil profond et de qualité, l’exercice physique, la méditation et la respiration profonde.

Soyez patient :

N’oubliez pas d’essayer d’être patient avec l’anxiété de votre proche et avec ses efforts pour la gérer. Ils ne choisissent pas de se sentir anxieux et essaient de donner un sens à leur anxiété et d’y faire face du mieux qu’ils savent.

Faites preuve d’empathie, soyez serviable, essayez de ne pas être trop critique ou frustré, et demandez de l’aide pour vous-même en tant qu’assistant si nécessaire.

Arrêter d’être hypocondriaque nécessite un traitement personnalisé qui doit être effectué en fonction de la gravité de la maladie.

Traitement psychothérapeutique :

Le psychothérapeute aide l’hypocondriaque à se débarrasser des  mauvaises pensées, puis aide à remplir son monde intérieur à l’aide de méthodes de psychothérapie existentielles, axées sur les émotions.

La plupart des patients se voient prescrire des séances de psychothérapie, avec plusieurs approches telles que la thérapie cognitive et cognitivo-comportementale, la Gestalt-thérapie, la psychanalyse, la thérapie familiale, etc.

La thérapie cognitive et cognitivo-comportementale est particulièrement recommandée. Elle consiste à aider une personne hypocondriaque à distinguer les vrais symptômes de la maladie des faux signes et à se débarrasser des attitudes génératrices de maladie.

Il est convenable de noter que les personnes souffrant d’hypocondrie ont tendance à arrêter très rapidement les séances de psychothérapie et à refuser les soins. Ils se présentent généralement pour une ou deux séances, ensuite ils n’assistent plus. En fait, ces patients viennent en psychothérapie dans l’espoir secret que le psychologue les enverra pour une sorte de diagnostic afin de révéler une sorte de maladie en eux.

Traitement médicamenteux :

La thérapie médicamenteuse n’est généralement pas utilisée pour ces patients. En règle générale, les médicaments ne font que renforcer la validité des angoisses du patient.

Cependant, si la maladie se développe dans un contexte de dépression, des antidépresseurs et des tranquillisants peuvent être prescrits au patient et, en cas de schizophrénie, des neuroleptiques.

Vivre avec un hypocondriaque peut être très stressant pour les membres de la famille ou pour le partenaire.

Cependant, vivre avec une personne atteinte d’hypocondrie peut être plus facile si vous en apprenez le plus possible sur la maladie et si vous assurez que votre proche bénéficie d’une aide professionnelle. Ainsi, vous pouvez faire plusieurs choses pour l’aider.

On peut parfois l’écouter et l’aider à décrire ses sentiments. Ainsi, plus une telle personne s’exprime avec précision, plus elle est potentiellement en bonne santé. En l’écoutant, nous montrons que nous sommes proches, que nous sommes psychologiquement présents.

Cependant, il ne faut pas lui parler de maladies ou de nouveaux examens pendant la journée, car un hypocondriaque a tendance à monopoliser la communication. Limitez ce temps (15 à 30 minutes suffisent), puis transférez la conversation sur n’importe quel autre sujet : après tout, autre chose devrait l’intéresser ! Ou invitez-le à se promener ou à voir un film au cinéma. Par ailleurs, vous devez récompenser son comportement sain par des mots convenables.

Un hypocondriaque ne sait généralement pas comment profiter de la vie et crée une atmosphère d’obscurité autour de lui. Inutile de culpabiliser pour cela. Cependant, une saine estime de soi et un sens de l’humour aideront un hypocondriaque.

N’essayez pas de le convaincre, en vous fiant à la logique. L’hypocondriaque a beaucoup plus étudié son état que vous. Et la logique ici ne fonctionne pas. En un sens, la logique abstraite est de son côté : après tout, même le médecin le plus brillant ne peut pas dire avec une certitude absolue que la maladie n’est pas là, et n’est pas attendue ! Donc, discuter avec lui de ses propres maladies est un acte complètement inutile.

De plus, vous n’avez pas besoin d’accuser un hypocondriaque d’inventer des maux et de se moquer de lui. Il ne ment pas, il n’est pas responsable de ses soucis. S’il est rejeté et pas pris au sérieux, il se sentira incompris et seul, et le stress ne fera qu’augmenter son hypocondrie. N’essayez pas de le changer. Un hypocondriaque ne peut se changer que s’il le veut.

Être hypocondriaque et vivre une anxiété liée à la santé peut être débilitant. Elle peut gravement affecter la vie des personnes qui en souffrent.

Connue mais souvent très incomprise par l’entourage, la phobie d’être malade n’a pourtant rien d’anecdotique, l’hypocondriaque angoisse tous les jours pour sa santé, sans parvenir à trouver de quoi apaiser ses inquiétudes.

La souffrance est quotidienne, n’a rien d’imaginaire et peut conduire, dans certains cas, à la dépression. S’en sortir est néanmoins possible, mais nécessite une bonne compréhension de la phobie et un traitement précoce convenable.

FAQs

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
1 - UN SEUL CLIENT À LA FOIS
2 - VIE PRIVÉE ET DISCRÉTION
3 - VÉRIFICATION COMPLÈTE
4 - PROGRAMME SUR MESURE TRAITANT LES CAUSES FONDAMENTALES
5 - RESTAURATION BIOCHIMIQUE
6 - APPROCHE HOLISTIQUE
7 - LES DERNIÈRES THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
8 - CONSEILLER EN RÉSIDENCE 24/7
9 - ÉTABLISSEMENT PRIVÉ DE LUXE
10 - CHEF PERSONNEL ET RÉGIME ALIMENTAIRE

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer une demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs de traitement

1 semaine

Évaluations complètes et désintoxication

1-4 semaine

Thérapie physique et mentale en cours

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Suivi

12+ semaine

Visite de remise à niveau

Accréditations & Médias

 
AMF
British Psychology Society
PsychologyTimes
COMIB
COPAO
EMDR
EPA
FMH
ifaf
Institute de terapia neural
MEG
NeuroCademy
Neurocare
OGVT
pro mesotherapie
Psychreg
red GDPS
WPA
SFGU
SEMES
SMGP
Somatic Experience
ssaamp
TAA
SSP
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
Views
abcMallorca
LuxuryLife