EXPERTISE MÉDICALE SUISSE: ZURICH, MAJORQUE, LONDRES, NEW YORK

12 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

La MDMA, communément appelée ecstasy, se classe parmi les substances psychoactives les plus prisées au sein de la jeunesse. Elle favorise la détente et libère de l’énergie. Lorsqu’ils consomment ces pilules aux couleurs vives pour le plaisir, rares sont ceux qui considèrent les répercussions de cette stimulation artificielle des hormones liées à la joie et à l’euphorie.

Cependant, développer une accoutumance à ce stimulant, tout comme à toute autre substance chimique addictive, nécessite une approche de traitement complexe.

L’ecstasy, aussi connu sous le nom de méthylènedioxyméthamphétamine (MDMA), est une drogue synthétique fabriquée à partir de modifications de molécules d’amphétamine (1). C’est une substance à la fois stimulante et psychédélique qui influence le cerveau de diverses manières. Plus précisément, elle altère les états mentaux, les humeurs et les perceptions.

Particulièrement, elle déclenche la libération de neurotransmetteurs qui engendrent des sensations plaisantes telles que la détente, des sentiments d’affection et de sécurité, ainsi qu’une sociabilité accrue. Cependant, elle comporte également plusieurs risques sérieux pour la santé, notamment des effets négatifs sur les régions cérébrales cruciales pour le fonctionnement, l’apprentissage et la mémoire.

Cependant, l’ecstasy, tout comme d’autres drogues, est illégale en ce qui concerne sa distribution, sa production et sa vente. Elle est fabriquée illégalement et vendue par l’intermédiaire de réseaux de revendeurs. Elle est commercialisée sous forme de comprimés colorés, de gélules, de cristaux à avaler ou de poudre à inhaler par le nez.

La composition de l’ecstasy peut contenir non seulement de la MDMA, mais aussi de la kétamine, du LSD, des barbituriques, de l’amphétamine et de la caféine (2). Les types de substances narcotiques présentes dans les comprimés d’ecstasy influencent directement leur impact sur le corps d’un utilisateur, ainsi que leur potentiel addictif.

L’ecstasy stimule l’activité de trois neurotransmetteurs cérébraux, à savoir la dopamine, la sérotonine et la noradrénaline (ou la norépinéphrine), lesquels influent sur l’état d’esprit, les niveaux d’énergie, l’appétit, la sexualité, les émotions et le sommeil d’un individu (3).

Sur le plan mental et émotionnel :

Sur le plan mental et émotionnel, la drogue provoque :

  • Une amélioration de l’humeur.
  • Une exacerbation des signaux des sens.
  • Une confiance en soi et un désir de communiquer.
  • Une gaieté et une explosion d’énergie.
  • Un besoin d’amour, de compréhension et d’intimité.
  • Une empathie accrue pour les autres.
  • Un déferlement de souvenirs et de fantasmes.
  • Une libération des sentiments de peur, de culpabilité, d’impuissance et de ressentiment.
  • Un sentiment de liberté vis-à-vis des normes morales et législatives.

Certains utilisateurs peuvent développer de l’anxiété et de la méfiance, un changement dans la perception de l’espace et de leur corps. Des hallucinations, une manie et de la paranoïa sont possibles.

Sur le plan physiologique :

  • Une augmentation du rythme cardiaque et de la respiration (4).
  • Une augmentation de la pression artérielle et de la température corporelle (5).
  • Une dilatation de la pupille (6).
  • Une augmentation de la transpiration (7).

Parmi d’autres réactions individuelles : une sensation de picotement de la peau et un affaiblissement des muscles, des nausées et des difficultés à uriner.

Lorsqu’une personne consomme de la MDMA, cela déclenche la libération de sérotonine, de dopamine et de norépinéphrine à partir de leurs réservoirs neuronaux. Cette action conduit à une intensification de l’activité des neurotransmetteurs dans le cerveau.

La libération de quantités excessives de ces neurotransmetteurs par la consommation de drogues peut épuiser le cerveau de ces messagers chimiques avec de nombreuses conséquences négatives.

Des études ont révélé que les dégâts infligés aux neurones contenant de la sérotonine par l’utilisation de l’ecstasy peuvent avoir une durée considérable (8). D’autres études ont mis en évidence que les individus consommant une grande quantité de MDMA peuvent présenter les effets suivants :

  • Une dépression (9).
  • Des perturbations des processus d’attention.
  • Une altération de la fonction motrice.
  • Une altération de la mémoire de travail (10).
  • Un trouble de la régulation des émotions.

Les conséquences potentiellement graves de la prise d’ecstasy soulignent l’importance de prévenir ces effets indésirables. L’excès de cette substance est généralement lié à une consommation excessive, à son association avec de l’alcool, ou à une sensibilité accrue de l’organisme à la MDMA. Les symptômes d’une intoxication aiguë se manifestent graduellement (11).

effets secondaires de la MDMA

À un niveau léger, cela peut engendrer de l’anxiété, de l’irritabilité, une surexcitation, des pupilles dilatées, des perturbations du sommeil, un blanchiment cutané, des nausées et des vomissements. À un niveau moyen, des crises de panique, des hallucinations, voire des délires, peuvent surgir, accompagnés d’une désorientation spatiale. Une intensité élevée se traduit par une fièvre marquée, avec une température atteignant ou dépassant 40 °C. L’apparition d’un œdème pulmonaire et de convulsions est également envisageable.

Malgré la réputation relativement sûre de cette drogue, une utilisation prolongée peut perturber les fonctions physiologiques et mentales du consommateur, ainsi que son intégration sociale.

Les conséquences de la prise d’ecstasy comprennent :

  • Des battements cardiaques irréguliers et accélérés.
  • Une encéphalopathie.
  • Une cirrhose et une altération du foie.
  • Une hépatite toxique.
  • Une diminution du nombre de plaquettes sanguines (la thrombocytopénie), etc.

La première expérience de consommation de drogue d’une personne peut comporter des risques particulièrement élevés. Une nouvelle recherche sur les conséquences de la drogue de la danse, l’ecstasy, met en lumière que les individus qui en font usage pour la première fois risquent de subir des altérations de la mémoire ainsi que des dommages cérébraux.

Les dangers sont susceptibles d’augmenter si l’individu se trouve seul, si la dose est incorrecte, si l’environnement n’est pas propice ou si d’autres substances influent sur son état, notamment l’alcool, qui est généralement et potentiellement le plus périlleux.

Risques pour la santé physique :

La consommation d’ecstasy a été associée à des problèmes touchant le foie, les reins et le cœur. Certains consommateurs ont signalé une fréquence accrue de rhumes et de maux de gorge après avoir pris de l’ecstasy.

En outre, les personnes souffrant de problèmes cardiaques, de tensions artérielles élevées, d’épilepsie ou d’asthme courent un risque élevé de réactions dangereuses à cette substance.

L’ecstasy perturbe la régulation de la température corporelle (12). En effet, danser pendant de longues périodes dans des environnements chauds, comme en boîte de nuit, accroît les risques de surchauffe et de déshydratation. Il est conseillé aux utilisateurs de faire des pauses régulières sur la piste de danse pour se rafraîchir, et d’être attentifs à leurs amis, car ces derniers pourraient ne pas se rendre compte des risques de surchauffe ou de déshydratation.

Il faut également éviter de boire excessivement, y compris de l’eau. En effet, l’ecstasy peut déclencher la libération d’une hormone qui entrave la production d’urine. Boire trop rapidement peut perturber l’équilibre des sels dans le corps, ce qui peut être aussi dangereux que de ne pas boire suffisamment d’eau.

Risques pour la santé mentale :

A court terme, la consommation de l’ecstasy peut entraîner des effets potentiellement dangereux sur la santé mentale, notamment :

  • Des difficultés à évaluer les mouvements des objets.
  • Une sensation de sécurité même dans des situations risquées.
  • Des problèmes de mémoire.
  • Une difficulté à traiter les informations.
  • Des troubles de la concentration.

Les preuves indiquent que les utilisateurs à long terme peuvent souffrir de problèmes de mémoire et peuvent développer une dépression et de l’anxiété.

Par ailleurs, l’ecstasy peut également accroître les comportements à risque tels que les rapports sexuels non protégés ou la combinaison de cette drogue avec de l’alcool ou d’autres drogues (13). De plus, une personne sous l’influence de l’ecstasy pourrait se sentir excessivement confiante pour conduire un véhicule, ce qui est particulièrement dangereux car sa perception du mouvement pourrait être altérée.

Risque d’addiction :

Une étude a révélé que l’utilisation d’ecstasy est associée à des changements dans les systèmes de dopamine et de sérotonine qui sont liés à une impulsivité accrue et à des troubles liés à la consommation de substances (14).

La dépendance est définie par la Société Américaine de Médecine de l’Addiction comme une utilisation continue malgré des conséquences néfastes. Des rapports suggèrent également que les personnes qui utilisent de l’ecstasy présentent de tels symptômes ainsi que d’autres indicateurs de dépendance, tels que la tolérance, les envies de drogue et le sevrage.

Près de 60 % des personnes qui consomment de l’ecstasy signalent des symptômes de sevrage, notamment de la fatigue, une perte d’appétit, des sentiments dépressifs et des problèmes de concentration (15).

Après une utilisation modérée du médicament pendant une semaine, les effets psychologiques et physiques dus au sevrage peuvent inclure :

  • Une irritabilité.
  • Une dépression.
  • Une confusion.
  • Une agression.
  • Des crampes musculaires.
  • Des problèmes de sommeil.
  • Une anxiété.
  • Des déficits de mémoire.
  • Une perte d’attention.
  • Des nausées et une diminution de l’appétit.
  • Une perte d’intérêt pour le sexe.

Fréquemment, une utilisation prolongée d’ecstasy conduit à la création d’une dépendance physique qui se développe graduellement. Cette dépendance se manifeste notamment par un syndrome de sevrage lorsque l’arrêt brusque de la drogue survient.

La dépendance psychologique de l’ecstasy peut être freinée par un programme de désintoxication et de sevrage, sans cela, la dépendance pourrait durer toute une vie avec des effets vraiment néfastes.

L’objectif principal du traitement de la dépendance à l’ecstasy est la rémission complète, il aide à se débarrasser de la dépendance et à commencer à vivre une vie saine et épanouie.

Un plan de prise en charge des dépendances en milieu hospitalier implique une hospitalisation au sein d’une installation médicale. La phase de désintoxication et d’élimination complète de l’ecstasy de l’organisme peut s’étendre sur plusieurs jours à plusieurs semaines. Au sein de l’établissement médical, une thérapie spécifique est mise en place pour remédier aux perturbations touchant divers organes et systèmes, comme la déshydratation fréquemment observée suite à l’abus d’ecstasy et les déséquilibres électrolytiques. Elle comprend :

Une pharmacothérapie :

Divers groupes de médicaments, tels que les tranquillisants, les sédatifs, les bêta-bloquants, les neuroleptiques et les antalgiques, peuvent être utilisés en fonction des symptômes.

Une psychothérapie :

La thérapie cognitive et comportementale s’avère particulièrement efficace dans la lutte contre les addictions. Le psychothérapeute assiste le patient dans la reprise d’une vie normale, dans l’identification des motifs sous-jacents de sa dépendance aux substances illicites, ainsi que dans la reconstruction des liens familiaux et sociaux.

Une réhabilitation :

La phase de réhabilitation vise à prévenir les rechutes et à faire face au stress post-traitement après la consommation d’ecstasy.

Le patient doit apprendre à gérer les déclencheurs qui provoquent l’apparition d’abus. Les recommandations générales incluent également le maintien d’un mode de vie sain, la pratique de sports, l’évitement de l’utilisation de toute substance psychoactive.

Les effets de l’ecstasy informent sur la complexité de cette substance et son impact potentiel sur la santé physique et mentale des individus. De la dégradation de la santé physique et mentale des individus à la perturbation des relations sociales et professionnelles, les conséquences néfastes de cette dépendance sont manifestes.

Cependant, l’espoir réside dans les approches thérapeutiques et de réhabilitation qui offrent une lueur d’opportunité pour la guérison et la reprise en main de sa vie.

(1) El-Mallakh, R. S., & Abraham, H. D. (2007). MDMA (Ecstasy). Annals of clinical psychiatry : official journal of the American Academy of Clinical Psychiatrists, 19(1), 45–52. https://doi.org/10.1080/10401230601163592

(2) Morefield, K. M., Keane, M., Felgate, P., White, J. M., & Irvine, R. J. (2011). Pill content, dose and resulting plasma concentrations of 3,4-methylendioxymethamphetamine (MDMA) in recreational ‘ecstasy’ users. Addiction (Abingdon, England), 106(7), 1293–1300. https://doi.org/10.1111/j.1360-0443.2011.03399.x

(3) Parrott A. C. (2002). Recreational Ecstasy/MDMA, the serotonin syndrome, and serotonergic neurotoxicity. Pharmacology, biochemistry, and behavior, 71(4), 837–844. https://doi.org/10.1016/s0091-3057(01)00711-0

(4) Fonseca, D. A., Ribeiro, D. M., Tapadas, M., & Cotrim, M. D. (2021). Ecstasy (3,4-methylenedioxymethamphetamine): Cardiovascular effects and mechanisms. European journal of pharmacology, 903, 174156. https://doi.org/10.1016/j.ejphar.2021.174156

(5) Costa, G., & Gołembiowska, K. (2022). Neurotoxicity of MDMA: Main effects and mechanisms. Experimental neurology, 347, 113894. https://doi.org/10.1016/j.expneurol.2021.113894

(6) Hysek, C. M., & Liechti, M. E. (2012). Effects of MDMA alone and after pretreatment with reboxetine, duloxetine, clonidine, carvedilol, and doxazosin on pupillary light reflex. Psychopharmacology, 224(3), 363–376. https://doi.org/10.1007/s00213-012-2761-6

(7) Gowing, L. R., Henry-Edwards, S. M., Irvine, R. J., & Ali, R. L. (2002). The health effects of ecstasy: a literature review. Drug and alcohol review, 21(1), 53–63. https://doi.org/10.1080/09595230220119363

(8) Pázmány, P., Petschner, P., Ádori, C., Kirilly, E., Andó, D. R., Balogh, B., Gyöngyösi, N., & Bagdy, G. (2013). Az ecstasy hatása a kognitív funkciókra [The cognitive effects of ecstasy]. Neuropsychopharmacologia Hungarica : a Magyar Pszichofarmakologiai Egyesulet lapja = official journal of the Hungarian Association of Psychopharmacology, 15(4), 214–222. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24380962/

(9) Pantoni, M. M., Kim, J. L., Van Alstyne, K. R., & Anagnostaras, S. G. (2022). MDMA and memory, addiction, and depression: dose-effect analysis. Psychopharmacology, 239(3), 935–949. https://doi.org/10.1007/s00213-022-06086-9

(10) Nulsen, C. E., Fox, A. M., & Hammond, G. R. (2010). Differential effects of ecstasy on short-term and working memory: a meta-analysis. Neuropsychology review, 20(1), 21–32. https://doi.org/10.1007/s11065-009-9124-z

(11) Karlsen, S. N., Spigset, O., & Slørdal, L. (2008). The dark side of ecstasy: neuropsychiatric symptoms after exposure to 3,4-methylenedioxymethamphetamine. Basic & clinical pharmacology & toxicology, 102(1), 15–24. https://doi.org/10.1111/j.1742-7843.2007.00159.x

(12) Parrott A. C. (2012). MDMA and temperature: a review of the thermal effects of ‘Ecstasy’ in humans. Drug and alcohol dependence, 121(1-2), 1–9. https://doi.org/10.1016/j.drugalcdep.2011.08.012

(13) McElrath K. (2005). MDMA and sexual behavior: ecstasy users’ perceptions about sexuality and sexual risk. Substance use & misuse, 40(9-10), 1461–1477. https://doi.org/10.1081/JA-200066814

(14) Dolan, S. B., Chen, Z., Huang, R., & Gatch, M. B. (2018). “Ecstasy” to addiction: Mechanisms and reinforcing effects of three synthetic cathinone analogs of MDMA. Neuropharmacology, 133, 171–180. https://doi.org/10.1016/j.neuropharm.2018.01.020

(15) Schifano F. (2000). Potential human neurotoxicity of MDMA (‘Ecstasy’): subjective self-reports, evidence from an Italian drug addiction centre and clinical case studies. Neuropsychobiology, 42(1), 25–33. https://doi.org/10.1159/000026667

(16) Foëx, B. A., Subramanian, G., & Butler, J. M. (2010). Ecstasy overdose and memory loss. Emergency medicine journal : EMJ, 27(10), 733. https://doi.org/10.1136/emj.2008.069229

FAQs

COMMENT LA BALANCE PEUT VOUS AIDER

The Balance RehabClinic est l'un des principaux fournisseurs de traitements de luxe en matière de toxicomanie et de santé mentale pour les personnes aisées et leurs familles, offrant un mélange de science innovante et de méthodes holistiques avec des soins individualisés inégalés.

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
UN SEUL CLIENT À LA FOIS
PROGRAMME SUR MESURE
RESTAURATION BIOCHIMIQUE
APPROCHE HOLISTIQUE
THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
THÉRAPIE INFORMÉE SUR LE TRAUMATISME

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer la demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs du traitement

1 semaine

Bilans & Détox

1-4 semaine

Thérapie psychologique et holistique

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Soins Suivis

12+ semaine

Visite de rappel

Désintox Insights

latest news & research on Désintox
La cétirizine
La cétirizine

La cétirizine fait partie d'une catégorie de médicaments, disponible en vente libre, connus sous le nom d'antihistaminiques

read more
cymbalta
Cymbalta

Cymbalta peut provoquer des effets secondaires légers ou graves. Les listes suivantes contiennent certains des effets secondaires principaux qui peuvent survenir lors de la prise de Cymbalta.

read more
Adderall
Adderall

L’Adderall administré à des doses normales ne suscite généralement pas d'effets secondaires sexuels chez les hommes.

read more
Les antidépresseurs et l’alcool
Les antidépresseurs et l’alcool

La prise d'alcool simultanée avec un antidépresseur peut entraîner des interactions négatives, surtout chez les personnes qui consomment régulièrement de l'alcool ou qui sont dépendantes de celui-ci

read more

Accréditations

 
Neurocare
TAA
ssaamp
Somatic Experience
SMGP
SEMES
SFGU
WPA
red GDPS
pro mesotherapie
OGVT
AMF
NeuroCademy
MEG
Institute de terapia neural
ifaf
FMH
EPA
EMDR
COPAO
COMIB
British Psychology Society
 

Médias

 
Live Science
Mallorca Magazin
Woman & Home
National World
American Banker
Marie Claire
BBC
La Nacion
Metro UK
General Anzeiger
Business Leader
Dazed
Apartment Therapy
Express UK
Bloomberg
Cosmopolitan
Morgenpost
Manager Magazin
Entrepreneur ME
abcMallorca
Psychreg
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
PsychologyTimes
LuxuryLife
The Times
The Standard
The stylist
Mirror UK
Mallorca Zeitung
Daily Mail
Guardian