EXPERTISE MÉDICALE SUISSE: MAJORQUE, ZURICH, LONDRES, OFFSHORE

7 Minutes

Édité et examiné médicalement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

L’émétophobie est la peur de vomir ou de voir quelqu’un vomir. Être en présence d’une personne malade, voir des vomissements ou ressentir des nausées peut rendre anxieux et paniqué.

Pour ceux qui ont peur de vomir, il peut être difficile d’entendre ou de lire le mot « vomir ». Même si cela est inconfortable, il est conseillé de poursuivre la lecture pour en savoir plus sur les options de traitement qui peuvent aider à se sentir mieux.

L’émétophobie est une peur de vomir qui peut perturber considérablement la vie quotidienne. En plus de la peur de vomir, une personne peut également redouter d’avoir la nausée, de voir ou d’entendre quelqu’un vomir, ou de voir des vomissements (1).

Cette inquiétude peut devenir dévorante et s’intensifier avec le temps. Pour réduire l’anxiété liée aux vomissements, une personne atteinte d’émétophobie peut essayer d’éviter de vomir en sautant l’école ou le travail, en ne passant pas de temps avec ses amis, ou en n’allant pas au restaurant.

L’émétophobie est classée comme un trouble anxieux dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, cinquième édition (DSM-5) (2), le guide utilisé par les prestataires de soins de santé mentale pour diagnostiquer les problèmes de santé mentale.

On estime que 2 % des hommes et 7 % des femmes souffrent d’émétophobie à un moment donné de leur vie. Les soins de santé mentale peuvent aider à réduire la détresse causée par l’émétophobie et fournir des stratégies d’adaptation (3).

L’émétophobie peut amener une personne à développer certains comportements ou à éviter des situations. L’un des plus grands signes de l’émétophobie est que cette personne réorganise sa vie pour éviter le risque de tomber malade.

Il est courant que les personnes atteintes de cette phobie ressentent de l’anxiété à l’idée d’aller au travail ou à l’école. De nombreuses planifications stratégiques sont mises en œuvre pour garantir qu’elles évitent toute possibilité de vomir ou d’être malade en public (4).

Lorsqu’une personne souffre d’émétophobie et qu’elle entend, voit ou ressent des nausées ou des vomissements, elle peut ressentir ce qui suit :

  • Une anxiété.
  • Une nervosité.
  • Une détresse.
  • Une panique.
  • Un accablement.

Cela peut provoquer les symptômes suivants :

  • L’augmentation du rythme cardiaque.
  • Une transpiration.
  • Des tremblements.
  • Des maux d’estomac.
  • Une sensation de serrement dans la poitrine.
  • Des étourdissements, vertiges ou évanouissements.

Pour apaiser cette peur, une personne souffrant d’émétophobie peut adopter certains comportements. Comme elle ne peut pas se sentir responsable de son corps lorsqu’elle vomit, elle pourrait se sentir plus à l’aise en se préparant à toute situation pouvant entraîner des vomissements (5).

Ces comportements pourraient inclure :

  • Chercher une salle de bain et rester à proximité.
  • Dormir avec une poubelle à côté de son lit.
  • Éviter les longs trajets en voiture, être près de l’eau (surtout sur un bateau) ou faire des manèges à sensations fortes (comme des montagnes russes).
  • Ne pas prendre de médicaments qui mentionnent les nausées ou les vomissements comme effet secondaire possible.

Les personnes atteintes d’émétophobie ressentent généralement cette peur pour la première fois pendant l’enfance ou l’adolescence. La plupart des personnes souffrant d’émétophobie sont des femmes. Cette phobie est généralement chronique et peut durer des années, voire toute une vie.

Une personne peut souffrir d’émétophobie après une expérience indésirable ou traumatisante de vomissements, ou cela peut survenir spontanément. En général, la phobie commence doucement et s’aggrave avec le temps si elle n’est pas traitée de manière appropriée (6).

Parce que les personnes atteintes d’émétophobie commencent généralement à éviter les lieux, les activités et les choses associées aux vomissements, elles peuvent ressentir encore plus de peur. Elles peuvent éviter complètement d’essayer de nouveaux aliments ou d’aller dans certains endroits. En conséquence, la peur peut s’accumuler avec le temps.

Le traitement de l’émétophobie peut inclure plusieurs approches, chacune adaptée aux besoins spécifiques de la personne. Voici quelques-unes des méthodes les plus couramment utilisées :

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) :

La thérapie cognitivo-comportementale est une méthode de thérapie par la parole conçue pour aider à gérer les pensées et les comportements liés à la peur (7).

Le professionnel de la santé mentale, abordera les points suivants :

  • L’histoire avec la peur :

Par l’exploration des expériences passées pour comprendre pourquoi elles provoquent de l’anxiété.

  • Des techniques de gestion de l’anxiété :

A travers l’apprentissage d’exercices de respiration, de relaxation et d’autres méthodes pour gérer l’anxiété lorsqu’elle survient.

  • L’adaptation aux situations évitées :

Ce sont des stratégies pour affronter et gérer les situations que vous préférez éviter, comme voyager ou socialiser.

  • Affronter et surmonter la peur :

Par le développement de moyens pour se sentir en sécurité face à la peur et pour affronter des situations difficiles (8).

La thérapie d’exposition :

La thérapie d’exposition est une méthode utilisée pour réduire la peur en réintroduisant progressivement les déclencheurs dans un environnement contrôlé. Cela permet de diminuer l’anxiété et de désensibiliser la personne à la peur de vomir au fil du temps. En général, les techniques de thérapie d’exposition sont pratiquées en complément de la thérapie cognitivo-comportementale.

Pour l’émétophobie, la thérapie d’exposition peut inclure les étapes suivantes :

  • Dire ou entendre le mot « vomir » ou des termes associés.
  • Tourner en rond pour provoquer des nausées, sous supervision médicale.
  • Fréquenter des lieux publics précédemment évités.
  • Regarder des émissions de télévision ou des films contenant des scènes de vomissements.

La thérapie d’exposition se déroule par étapes, et il n’est possible de progresser à l’étape suivante que lorsque la personne se sent à l’aise avec la précédente. La dernière étape du traitement d’exposition pour l’émétophobie consiste à simuler des vomissements (9).

Un professionnel de la santé ne fera pas vomir la personne, mais lui fournira des aliments à texture pâteuse ou épaisse, comme du maïs à la crème ou des fèves au lard. La personne prendra une cuillerée de l’aliment et le crachera dans les toilettes ou une poubelle pour imiter la sensation de vomir. C’est souvent la partie la plus difficile de la thérapie d’exposition.

La thérapie médicamenteuse :

Les médicaments ne sont généralement pas utilisés pour traiter des phobies spécifiques comme l’émétophobie. Cependant, ils peuvent parfois aider temporairement à soulager les symptômes de peur et d’anxiété lors de la thérapie psychologique ou dans des situations inévitables (10).

Ces médicaments peuvent inclure :

  • Des médicaments psychotropes : comme les benzodiazépines et les antidépresseurs.
  • Des médicaments gastro-intestinaux (antiémétiques) : pour réduire les maux d’estomac ou les nausées.

Lorsque l’émétophobie commence à empêcher une personne de participer à des activités spécifiques ou à interférer avec son bien-être physique et mental, il est essentiel de consulter un professionnel de la santé. Le traitement de l’émétophobie est très efficace et peut grandement améliorer la qualité de vie en aidant à surmonter cette phobie.

Les professionnels de la santé peuvent proposer diverses approches thérapeutiques, telles que la thérapie cognitivo-comportementale et la thérapie d’exposition, pour aider à gérer et à réduire cette peur.

Il est important de ne pas laisser l’émétophobie dicter la vie quotidienne. Avec un traitement approprié, il est possible de retrouver un sentiment de contrôle et de participer pleinement à des activités sans être paralysé par la peur des vomissements.

(1) Faye, A. D., Gawande, S., Tadke, R., Kirpekar, V. C., & Bhave, S. H. (2013). Emetophobia: A fear of vomiting. Indian journal of psychiatry, 55(4), 390–392. https://doi.org/10.4103/0019-5545.120556

(2) American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (5th ed.). https://doi.org/10.1176/appi.books.9780890425596

(3) Dargis, M., & Burk, L. (2019). A Transdiagnostic Approach to the Treatment of Emetophobia: A Single Case Study. Clinical Case Studies, 18(1), 69-82. https://doi.org/10.1177/1534650118808600

(4) Snaebjarnardottir, K., & Sigurdsson, E. (2014). Emetophobia: sjúklegur ótti við uppköst og ógleði [Emetophobia: morbid fear of vomiting and nausea]. Laeknabladid, 100(5), 281–284. https://doi.org/10.17992/lbl.2014.05.544

(5) Eckert, A. P., Wallner, L., & Hofstädter, A. C. (2024). Emetophobie: Die spezifische Phobie des Erbrechens – ein Case Report [Emetophobia – the Specific Phobia of Vomiting: a case report]. Fortschritte der Neurologie-Psychiatrie, 92(4), 135–138. https://doi.org/10.1055/a-2248-5229

(6) Sykes, M., Boschen, M. J., and Conlon, E. G. (2016) Comorbidity in Emetophobia (Specific Phobia of Vomiting). Clin. Psychol. Psychother., 23: 363–367. doi: 10.1002/cpp.1964.

(7) Mark J. Boschen, Reconceptualizing emetophobia: A cognitive–behavioral formulation and research agenda, Journal of Anxiety Disorders, Volume 21, Issue 3, 2007, Pages 407-419, https://doi.org/10.1016/j.janxdis.2006.06.007.

(8) Lori Riddle-Walker, David Veale, Cynthia Chapman, Frank Ogle, Donna Rosko, Sadia Najmi, Lana M. Walker, Pete Maceachern, Thomas Hicks, Cognitive behaviour therapy for specific phobia of vomiting (Emetophobia): A pilot randomized controlled trial, Journal of Anxiety Disorders,Volume 43, 2016, Pages 14-22, https://doi.org/10.1016/j.janxdis.2016.07.005.

(9) Fix, R. L., Proctor, K. B., & Gray, W. N. (2016). Treating Emetophobia and Panic Symptoms in an Adolescent Female: A Case Study. Clinical Case Studies, 15(4), 326-338. https://doi.org/10.1177/1534650116642576

(10) Hantsoo, L., & Epperson, C. N. (2017). Anxiety Disorders Among Women: A Female Lifespan Approach. Focus (American Psychiatric Publishing), 15(2), 162–172. https://doi.org/10.1176/appi.focus.20160042

(11) David Veale, Camilla Hennig, Lucinda Gledhill, Is a specific phobia of vomiting part of the obsessive compulsive and related disorders?, Journal of Obsessive-Compulsive and Related Disorders, Volume 7, 2015, Pages 1-6, https://doi.org/10.1016/j.jocrd.2015.08.002

FAQs

COMMENT LA BALANCE PEUT VOUS AIDER

The Balance RehabClinic est l'un des principaux fournisseurs de traitements de luxe en matière de toxicomanie et de santé mentale pour les personnes aisées et leurs familles, offrant un mélange de science innovante et de méthodes holistiques avec des soins individualisés inégalés.

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
UN SEUL CLIENT À LA FOIS
PROGRAMME SUR MESURE
RESTAURATION BIOCHIMIQUE
APPROCHE HOLISTIQUE
THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
THÉRAPIE INFORMÉE SUR LE TRAUMATISME

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer la demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs du traitement

1 semaine

Bilans & Détox

1-4 semaine

Thérapie psychologique et holistique

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Soins Suivis

12+ semaine

Visite de rappel

Santé Mentale Insights

latest news & research on Santé Mentale
La thalassophobie
La thalassophobie

La thalassophobie est une peur irrationnelle de l'océan ou d'autres grandes étendues d'eau. Pour certaines personnes, le simple fait de voir une image de la mer suffit à déclencher des sentiments d’effroi et de panique

read more
Le syndrome d’asperger
Le syndrome d’asperger

Le syndrome d'Asperger était autrefois le nom donné à une déficience développementale affectant la façon dont les individus se comportent, perçoivent et comprennent le monde

read more
l'émétophobie
L’émétophobie

L'émétophobie est la peur de vomir ou de voir quelqu'un vomir. Être en présence d'une personne malade, voir des vomissements ou ressentir des nausées peut rendre anxieux et paniqué.

read more
La crise de nerfs
La crise de nerfs

La crise de nerfs désigne une période de stress mental ou émotionnel intense, rendant difficile la réalisation des tâches quotidiennes

read more

Accréditations

 
Neurocare
TAA
ssaamp
Somatic Experience
SMGP
SEMES
SFGU
WPA
red GDPS
pro mesotherapie
OGVT
AMF
NeuroCademy
MEG
Institute de terapia neural
ifaf
FMH
EPA
EMDR
COPAO
COMIB
British Psychology Society
 

Médias

 
Live Science
Mallorca Magazin
Woman & Home
National World
American Banker
Marie Claire
BBC
La Nacion
Metro UK
General Anzeiger
Business Leader
Dazed
Apartment Therapy
Express UK
Bloomberg
Cosmopolitan
Morgenpost
Manager Magazin
Entrepreneur ME
Khaleej Times
abcMallorca
Psychreg
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
PsychologyTimes
LuxuryLife
The Times
The Standard
The stylist
Mirror UK
Mallorca Zeitung
Daily Mail
Guardian