EXPERTISE MÉDICALE SUISSE: ZURICH, MAJORQUE, LONDRES, NEW YORK

10 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

Nous vivons tous des variations émotionnelles telles que la joie, la tristesse et la colère. Les fluctuations d’humeur désagréables et les sautes d’humeur sont des réponses normales aux événements quotidiens, et il est souvent possible d’identifier les déclencheurs de ces variations.

Cependant, lorsque des changements d’humeur ou des fluctuations extrêmes surviennent de manière inattendue, perturbant notre fonctionnement normal, cela peut souvent être attribué à des troubles bipolaires.

Le trouble bipolaire, autrefois désigné sous les termes de maladie maniaco-dépressive ou maniaco-dépression, est un trouble mental caractérisé par des variations atypiques dans l’humeur, l’énergie, l’activité et la concentration d’un individu. Ces fluctuations peuvent compliquer l’accomplissement des activités quotidiennes (1).

Il existe trois catégories de troubles bipolaires, chacune caractérisée par des variations notables dans l’humeur, l’énergie et les niveaux d’activité. Ces humeurs oscillent entre des épisodes maniaques, marqués par un comportement excessivement exalté, irritable ou énergique, et des épisodes dépressifs, caractérisés par des sentiments de tristesse profonde, d’indifférence ou de désespoir.

Le trouble bipolaire de type I :

Ce type se caractérise par des épisodes maniaques persistant au moins 7 jours (quasiment tous les jours et la plupart du temps pendant la journée) ou par des symptômes maniaques d’une gravité telle qu’une intervention médicale immédiate est nécessaire. En général, des épisodes dépressifs surviennent également, s’étendant généralement sur au moins 2 semaines (2).

Il est également possible de connaître des épisodes de dépression présentant des caractéristiques mixtes, combinant des symptômes dépressifs et maniaques. Le fait de vivre quatre épisodes ou plus de manie ou de dépression au cours d’une année est qualifié de « cycle rapide ».

Le trouble bipolaire de type II :

Il est caractérisé par une alternance d’épisodes dépressifs et d’épisodes hypomaniaques, ces derniers étant moins sévères que les épisodes maniaques observés dans le trouble bipolaire de type I (3).

Le trouble cyclothymique :

Il se caractérise par la présence récurrente de symptômes hypomaniaques et dépressifs, lesquels ne sont ni suffisamment intenses ni assez prolongés pour être considérés comme des épisodes hypomaniaques ou dépressifs (4).

Les individus souffrant de trouble bipolaire traversent des périodes marquées par des émotions exceptionnellement intenses, des altérations dans leurs habitudes de sommeil et leurs niveaux d’activité, ainsi que l’adoption de comportements qui ne leur sont pas habituels, souvent sans prendre conscience des conséquences potentiellement néfastes ou indésirables (5).

Ces périodes distinctes sont désignées comme des épisodes d’humeur, se distinguant nettement des humeurs et des comportements habituels de la personne. Pendant un épisode, les symptômes persistent quotidiennement pour la majeure partie de la journée, pouvant également s’étendre sur une période plus longue, par exemple, sur plusieurs jours ou semaines.

Les symptômes d’un épisode maniaque :

  • Se sentir très bien, exalté ou extrêmement irritable.
  • Se sentir nerveux et plus actif que d’habitude.
  • Une diminution du besoin de sommeil.
  • Parler vite de beaucoup de choses différentes (« fuite des idées »).
  • Se sentir capable de faire plusieurs choses à la fois sans se fatiguer.
  • Avoir un appétit excessif pour la nourriture, la boisson, le sexe ou d’autres activités agréables.
  • Se sentir inhabituellement important, talentueux ou puissant.

Les symptômes d’un épisode dépressif :

  • Se sentir très déprimé, triste ou anxieux.
  • Se sentir ralenti ou agité.
  • Avoir du mal à s’endormir, se réveiller trop tôt ou dormir trop.
  • Parler très lentement, se sentir incapable de trouver quoi que ce soit à dire ou oublier beaucoup de choses.
  • Avoir du mal à se concentrer ou à prendre des décisions.
  • Se sentir incapable de faire même des choses simples.
  • Avoir un manque d’intérêt pour presque toutes les activités.
  • Se sentir désespéré ou sans valeur, ou penser à la mort ou au suicide.

Parfois, les individus présentent simultanément des symptômes maniaques et dépressifs au cours d’un même épisode, ce phénomène étant qualifié d’épisode aux caractéristiques mixtes. Pendant un tel épisode, les personnes peuvent ressentir une profonde tristesse, un sentiment de vide ou de désespoir tout en étant extrêmement énergiques.

Il est possible qu’une personne soit atteinte de trouble bipolaire même si ses symptômes sont moins prononcés. Par exemple, certaines personnes souffrant du trouble bipolaire de type II connaissent des épisodes d’hypomanie, une forme moins sévère de manie. Durant un épisode hypomaniaque, une personne peut se sentir bien, être capable de gérer ses responsabilités quotidiennes et poursuivre ses activités normales. Bien qu’elle puisse ne pas percevoir de problème, ses proches peuvent identifier des changements d’humeur ou de niveau d’activité comme des symptômes potentiels du trouble bipolaire.

Les individus souffrant de trouble bipolaire présentent un risque nettement accru de comportement violent, avec des antécédents allant de 9,4 % à un peu moins de 50 %, souvent en présence de diagnostics comorbides (6).

Ces patients peuvent manifester une agitation propice à des actes impulsifs d’agression lors d’épisodes maniaques et mixtes. Paradoxalement, les états dépressifs peuvent entraîner une dysphorie intense associée à de l’agitation et de l’irritabilité, augmentant également le risque de comportement violent.

Même en période d’euthymie, les patients bipolaires peuvent présenter une impulsivité chronique, les prédisposant à l’agressivité, en particulier en cas de comorbidité avec un trouble de la personnalité limite (7).

L’agression impulsive, en contraste avec l’agression préméditée, est le plus souvent associée aux troubles bipolaires et à d’autres troubles affectifs. L’augmentation de l’agressivité impulsive résulte soit d’une intensification des impulsions agressives, soit d’une diminution de la capacité à les contrôler. Au niveau neurochimique, l’agressivité impulsive est associée à des niveaux bas de sérotonine, des niveaux élevés de catécholamines, et une prédominance de l’activité glutamatergique par rapport à l’activité du neurotransmetteur GABA (8).

La dépression bipolaire se manifeste par une phase de morosité, de fatigue et de perte de motivation que peut éprouver une personne souffrant de trouble bipolaire.

Initialement, au moins 50 % des patients souffrant de trouble bipolaire présentent un épisode dépressif, et près de 40 % d’entre eux reçoivent un traitement exclusivement en soins primaires. Un diagnostic erroné de dépression bipolaire en tant que trouble dépressif majeur (TDM) survient chez 60 % des patients, et seulement 20 % des patients atteints de trouble bipolaire sont correctement identifiés au cours de la première année suivant la recherche d’un traitement (9).

Un diagnostic erroné de dépression unipolaire peut entraîner un traitement inapproprié de la dépression bipolaire avec des antidépresseurs, aggravant ainsi le trouble, retardant le début d’un traitement adéquat, et potentiellement conduisant à des conséquences néfastes, telles que des épisodes maniaques et des tendances suicidaires liées à l’utilisation d’antidépresseurs.

Les experts en santé ont d’abord classé la dépression maniaque comme un trouble psychiatrique en 1952 avec la publication de la première édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux et des troubles psychiatriques (DSM). Certains des critères étaient similaires aux critères actuels pour la manie et la dépression. Cependant, il ne prenait pas en compte la nature cyclique du trouble bipolaire.

En 1980, le DSM a été mis à jour pour la troisième fois. À ce moment-là, il a commencé à caractériser les troubles psychiatriques avec des critères de diagnostic spécifiques. Une des principales différences était l’exigence de divers épisodes pour le diagnostic du trouble bipolaire, comme les experts en santé avaient commencé à l’appeler à l’époque.

C’était également à ce moment-là que des définitions détaillées des épisodes maniaques et dépressifs étaient disponibles, incluant également les épisodes mixtes. De plus, les experts en santé ont introduit le terme d’hypomanie dans la troisième édition du DSM. Les types de trouble bipolaire commençaient également à recevoir des classifications. C’est la prise de conscience de la complexité des symptômes de la maladie qui a conduit, au moins en partie, au passage de la dépression maniaque au trouble bipolaire.       

Sans traitement approprié, les symptômes maniaques peuvent s’aggraver et évoluer vers une manie grave, caractérisée par une perte de contact avec la réalité, des comportements impulsifs et parfois dangereux, et une détérioration significative du fonctionnement social et professionnel.

D’autre part, l’hypomanie non traitée peut également évoluer vers une dépression, caractérisée par une diminution de l’énergie, des sentiments de désespoir et de tristesse, des troubles du sommeil et de l’appétit, et une perte d’intérêt pour les activités habituellement appréciées. Il est donc essentiel de reconnaître les symptômes de l’hypomanie et de chercher un traitement approprié pour prévenir le développement de manie grave ou de dépression.

En l’absence de traitement, le trouble bipolaire peut engendrer d’importants problèmes qui ont des répercussions sur tous les aspects de la vie de la personne, notamment :

  • Des complications liées à la consommation de drogues et d’alcool.
  • Des risques de tentatives de suicide.
  • Des difficultés juridiques ou financières.
  • Une altération des relations interpersonnelles.
  • Des performances médiocres au travail ou à l’école.

La bipolarité représente un trouble mental chronique faisant partie des troubles de l’humeur. Précédemment connue sous le nom de trouble maniaco-dépressive, cette condition à long terme induit des perturbations dans l’équilibre émotionnel, se manifestant sous diverses formes.

Dans sa manifestation la plus caractéristique, la maladie bipolaire présente une alternance entre des phases d’euphorie (épisodes maniaques) et des phases de baisse d’humeur (épisodes dépressifs).

Les troubles bipolaires sont fréquemment malheureusement souvent confondus avec dépression, entraînant ainsi des retards dans le processus de diagnostic et imposant des conséquences néfastes aux patients.

(1) Vieta, E., Berk, M., Schulze, T. G., Carvalho, A. F., Suppes, T., Calabrese, J. R., Gao, K., Miskowiak, K. W., & Grande, I. (2018). Bipolar disorders. Nature reviews. Disease primers, 4, 18008. https://doi.org/10.1038/nrdp.2018.8

(2) Marneros, A., Roettig, S., Roettig, D., Tscharntke, A., & Brieger, P. (2008). The longitudinal polymorphism of bipolar I disorders and its theoretical implications. Journal of affective disorders, 107(1-3), 117–126. https://doi.org/10.1016/j.jad.2007.08.009

(3) Parker, G., & Fletcher, K. (2014). Differentiating bipolar I and II disorders and the likely contribution of DSM-5 classification to their cleavage. Journal of affective disorders, 152-154, 57–64. https://doi.org/10.1016/j.jad.2013.10.006

(4) Van Meter, A. R., Youngstrom, E. A., & Findling, R. L. (2012). Cyclothymic disorder: a critical review. Clinical psychology review, 32(4), 229–243. https://doi.org/10.1016/j.cpr.2012.02.001

(5) Dejonckheere, E., Mestdagh, M., Houben, M., Erbas, Y., Pe, M., Koval, P., Brose, A., Bastian, B., & Kuppens, P. (2018). The bipolarity of affect and depressive symptoms. Journal of personality and social psychology, 114(2), 323–341. https://doi.org/10.1037/pspp0000186

(6) Fazel, S., Lichtenstein, P., Frisell, T., Grann, M., Goodwin, G., & Långström, N. (2010). Bipolar disorder and violent crime: time at risk reanalysis. Archives of general psychiatry, 67(12), 1325–1326. https://doi.org/10.1001/archgenpsychiatry.2010.171

(7) Carpiniello, B., Lai, L., Pirarba, S., Sardu, C., & Pinna, F. (2011). Impulsivity and aggressiveness in bipolar disorder with co-morbid borderline personality disorder. Psychiatry research, 188(1), 40–44. https://doi.org/10.1016/j.psychres.2010.10.026

(8) Swann A. C. (2003). Neuroreceptor mechanisms of aggression and its treatment. The Journal of clinical psychiatry, 64 Suppl 4, 26–35. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/12672262/

(9) Mitchell, P. B., Goodwin, G. M., Johnson, G. F., & Hirschfeld, R. M. (2008). Diagnostic guidelines for bipolar depression: a probabilistic approach. Bipolar disorders, 10(1 Pt 2), 144–152. https://doi.org/10.1111/j.1399-5618.2007.00559.x(10) Malhi, G. S., Jadidi, M., & Bell, E. (2023). The diagnosis of bipolar disorder in children and adolescents: Past, present and future. Bipolar disorders, 25(6), 469–477. https://doi.org/10.1111/bdi.13367

FAQs

COMMENT LA BALANCE PEUT VOUS AIDER

The Balance RehabClinic est l'un des principaux fournisseurs de traitements de luxe en matière de toxicomanie et de santé mentale pour les personnes aisées et leurs familles, offrant un mélange de science innovante et de méthodes holistiques avec des soins individualisés inégalés.

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
UN SEUL CLIENT À LA FOIS
PROGRAMME SUR MESURE
RESTAURATION BIOCHIMIQUE
APPROCHE HOLISTIQUE
THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
THÉRAPIE INFORMÉE SUR LE TRAUMATISME

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer la demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs du traitement

1 semaine

Bilans & Détox

1-4 semaine

Thérapie psychologique et holistique

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Soins Suivis

12+ semaine

Visite de rappel

Santé Mentale Insights

latest news & research on Santé Mentale
La bipolarité
La bipolarité

Les individus souffrant de trouble bipolaire traversent des périodes marquées par des émotions exceptionnellement intenses, des altérations dans leurs habitudes de sommeil et leurs niveaux d'activité

read more
pensées suicidaires
Les idées suicidaires

Les idées suicidaires sont un terme général utilisé pour décrire une gamme de contemplations, de souhaits et de préoccupations concernant la mort et le suicide

read more
La confusion mentale
La confusion mentale

La confusion mentale désigne une diminution des capacités cognitives, englobant l’aptitude d’une personne à penser, à apprendre et à comprendre

read more
La fatigue chronique
La fatigue chronique

fatigue est une sensation relativement subjective et ardue à quantifier. Elle peut être naturelle lorsque quelqu'un a été impliqué dans un travail intense, que ce soit sur le plan physique ou mental

read more

Accréditations

 
Neurocare
TAA
ssaamp
Somatic Experience
SMGP
SEMES
SFGU
WPA
red GDPS
pro mesotherapie
OGVT
AMF
NeuroCademy
MEG
Institute de terapia neural
ifaf
FMH
EPA
EMDR
COPAO
COMIB
British Psychology Society
 

Médias

 
Live Science
Mallorca Magazin
Woman & Home
National World
American Banker
Marie Claire
BBC
La Nacion
Metro UK
General Anzeiger
Business Leader
Dazed
Apartment Therapy
Express UK
Bloomberg
Cosmopolitan
Morgenpost
Manager Magazin
Entrepreneur ME
abcMallorca
Psychreg
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
PsychologyTimes
LuxuryLife
The Times
The Standard
The stylist
Mirror UK
Mallorca Zeitung
Daily Mail
Guardian