EXPERTISE MÉDICALE SUISSE: MAJORQUE, ZURICH, LONDRES, OFFSHORE

10 Minutes

Édité et examiné médicalement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

La dermatillomanie est un trouble psychiatrique caractérisé par un grattage compulsif de la peau au point de causer des dommages tissulaires. On estime que 2 à 5 % des adolescents et des adultes souffrent de dermatillomanie.

Sans traitement, ce trouble peut provoquer des ulcères, des infections et de larges cicatrices, générant du stress, de l’anxiété et une réduction du bien-être. Il peut souvent être gérée efficacement avec une combinaison de médicaments et de thérapies.

La dermatillomanie, aussi appelée trouble du grattage de la peau, est un trouble psychiatrique où l’individu ressent un besoin compulsif et répétitif de gratter sa peau, causant des dommages cutanés et tissulaires (1).

Les personnes souffrant de dermatillomanie éprouvent une difficulté à contrôler leur envie de se gratter, pincer ou creuser la peau, ce qui conduit souvent à des plaies ouvertes, des croûtes et des cicatrices. Gratter leur peau leur procure généralement un sentiment temporaire de soulagement ou de satisfaction, mais cela est souvent suivi par des sentiments de culpabilité, de honte ou de détresse.

Ce comportement peut devenir une réponse habituelle et compulsive à des situations de stress, d’anxiété, d’ennui ou à d’autres stimuli émotionnels (2).

Bien qu’il n’existe pas de causes confirmées pour la dermatillomanie, plusieurs facteurs sont soupçonnés de contribuer à son développement, notamment :

La génétique :

Il est fréquent que les personnes atteintes de dermatillomanie aient au moins un membre de leur famille proche (parent, frère, sœur ou enfant) qui souffre également de ce trouble (3).

Les modifications de la structure cérébrale :

Des différences dans la structure des régions cérébrales impliquées dans l’apprentissage et la formation des habitudes sont souvent observées chez les personnes souffrant de dermatillomanie.

Les facteurs psychologiques :

La dermatillomanie peut servir de mécanisme d’adaptation face au stress, à l’anxiété, ou à d’autres troubles de santé mentale. Elle peut aussi être liée à l’ennui ou à d’autres états émotionnels. En effet, la dermatillomanie peut être liée au perfectionnisme, entraînant un toilettage excessif.

Elle peut aussi servir de moyen pour éviter des situations stressantes ou pour libérer les tensions accumulées en réponse à des émotions négatives telles que l’impatience, la frustration, l’insatisfaction et l’ennui (4).

Autres maladies sous jacentes :

Les personnes atteintes de dermatillomanie sont souvent susceptibles de rencontrer d’autres problèmes de santé mentale ou médicaux. Parmi ces problèmes, on retrouve :

  • Les troubles associés tels que la trichotillomanie (arrachage compulsif des cheveux) ou l’onychophagie (habitude de se ronger les ongles).
  • La dépression.
  • Les troubles anxieux.
  • Le trouble bipolaire.
  • Le syndrome de Prader-Willi (5).

Selon le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM 5), ce trouble peut être diagnostiqué si les critères suivants sont remplis :

  • La répétition de prélèvements cutanés qui causent des lésions.
  • Les efforts répétés pour réduire ou cesser de gratter la peau.
  • Le prélèvement de la peau causant une détresse significative, incluant une perte de contrôle, de la gêne, et de la honte, ou une altération du fonctionnement social ou personnel (6).

Ce trouble ne se manifeste généralement pas en présence d’autres personnes.

Les comportements incluent tirer, presser, gratter, piquer, et même mordre la peau saine ou endommagée sur diverses parties du corps, avec une préférence pour le visage, les mains, les doigts, les bras, et les jambes. Les outils comme les pinces à épiler ou les épingles peuvent être utilisés, et des rituels comme examiner ou manipuler la peau arrachée sont courants (7).

De plus, les personnes peuvent passer plusieurs heures par jour à ces comportements, persistant parfois pendant des mois ou des années. Le trouble peut entraîner des lésions cutanées visibles, des défigurations dues à des plaies ouvertes, des cicatrices, et des infections. C’est généralement une condition chronique, bien que les symptômes puissent fluctuer.

En plus des dommages physiques, le trouble d’excoriation provoque une détresse psychologique. Les personnes affectées peuvent ressentir une tension intense avant de céder à l’impulsion, similaire à celle observée dans les troubles du contrôle des impulsions comme la kleptomanie.

Les émotions associées, telles que l’anxiété, la dépression, et la honte, ainsi que la peur d’être découvert, amènent souvent les individus à cacher leur peau avec du maquillage ou des vêtements. Ces émotions et d’autres conséquences du trouble peuvent perturber les interactions sociales normales, affectant les relations familiales et amicales.

La dermatillomanie n’est pas diagnostiquée si les symptômes résultent d’une autre condition médicale ou psychiatrique, comme certaines maladies dermatologiques, auto-immunes, le sevrage aux opiacés, ou des troubles du développement tels que l’autisme (8).

Les tests médicaux utilisés dans ce cas visent presque toujours à exclure toute autre condition médicale. Le professionnel de la santé sera le mieux à même d’expliquer quels tests il souhaite effectuer pour le cas spécifique du patient et pourquoi.

D’une manière générale, le diagnostic de la dermatillomanie repose sur une combinaison d’examens. Tout d’abord, un examen physique est réalisé par un médecin qui recherche des signes de cette maladie sur le corps du patient. Des questions concernant les antécédents médicaux, les conditions de vie et les comportements susceptibles d’être associés à cette affection sont également posées.

Bien que des tests de diagnostic et de laboratoire puissent être effectués pour exclure d’autres causes de cueillette cutanée, ils sont rarement nécessaires pour confirmer ce diagnostic. Pour poser un diagnostic de cette maladie, il est nécessaire de répondre aux cinq critères suivants :

  • Un prélèvement de peau en cours ou répété.
  • Plusieurs tentatives infructueuses pour cesser ou réduire le prélèvement cutané.
  • Un impact négatif sur divers aspects de la vie du patient, comme le travail ou la vie sociale, en raison de sentiments tels que la honte ou la gêne.
  • L’absence de toute autre condition médicale, telles que la gale ou d’autres affections cutanées, et non induit par des médicaments, qu’ils soient récréatifs ou sur ordonnance.
  • Le comportement n’est pas attribuable à un autre trouble de santé mentale, comme un trouble dysmorphique corporel où la maladie est motivée par une perception altérée de l’apparence corporelle (9).

Il n’y a pas de « remède » définitif pour la dermatillomanie, cependant, la maladie peut être efficacement gérée grâce à un traitement approprié, permettant à de nombreuses personnes d’éviter de se gratter la peau pendant de longues périodes.

Le traitement du prélèvement compulsif de la peau varie en fonction de la cause sous-jacente et de la prise de conscience du patient à l’égard de son comportement. Lorsque ce comportement est lié à un trouble psychologique, la psychothérapie est souvent la plus efficace.

En revanche, quand le prélèvement est une habitude inconsciente, la thérapie de choix est généralement la psychothérapie, spécifiquement une méthode connue sous le nom de thérapie d’inversion des habitudes. Les études indiquent que la combinaison de traitements psychothérapeutiques et médicamenteux est généralement plus bénéfique que l’application d’un seul type de traitement (10).

Traitement médicamenteux :

Les médicaments fréquemment prescrits par les professionnels de santé pour traiter cette affection incluent :

  • Les antidépresseurs :

Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) sont particulièrement utilisés pour ce trouble.

  • Les anticonvulsivants :

Par exemple, la lamotrigine, connue pour contrôler les mouvements musculaires involontaires, peut être efficace dans certains cas de dermatillomanie (11).

  • Les antipsychotiques :

Ces médicaments modifient l’équilibre chimique du cerveau et sont utilisés pour traiter divers troubles tels que la démence, le trouble bipolaire et la schizophrénie.

  • Les nutraceutiques :

Les produits liés à la nutrition, tels que le supplément d’acides aminés N-acétylcystéine, ont montré un potentiel pour diminuer l’envie de se gratter chez les personnes atteintes de dermatillomanie.

Traitement psychothérapeutique :

La psychothérapie offre différentes approches pour traiter cette maladie, chacune adaptée à des besoins spécifiques, notamment :

  • La thérapie d’inversion des habitudes :

C’est une méthode de psychothérapie qui aide les patients à prendre conscience des situations et des événements déclenchant des épisodes de grattage de la peau. Les patients sont ensuite guidés pour adopter des comportements alternatifs face à ces déclencheurs (12).

  • La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) :

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) permet d’identifier et de modifier les pensées et les comportements du patient contribuant à la dermatillomanie Cette approche enseigne les patients sur des stratégies et mécanismes d’adaptation pour modifier leur comportement (13).

  • La thérapie de groupe et soutien par les pairs :

Les personnes souffrant de dermatillomanie peuvent tirer profit de thérapies de groupe ou de réseaux de soutien adaptés à leur situation.

  • La thérapie d’acceptation et d’engagement :

Cette méthode consiste à identifier les déclencheurs, à contrer les pensées négatives et à développer des comportements de substitution pour remplacer le grattage compulsif de la peau. Cette méthode aide les individus à changer des comportements problématiques comme le grattage de la peau, en acceptant les émotions négatives qui sous-tendent ces actions et en utilisant la pleine conscience ainsi que d’autres techniques d’adaptation (14).

La dermatillomanie est une condition complexe et souvent mal comprise qui nécessite une approche soignée et empathique. Heureusement, avec les progrès continus dans les traitements psychologiques et médicaux, ceux qui en souffrent ont désormais accès à une gamme de stratégies pour gérer efficacement cette affliction.

De la thérapie d’inversion des habitudes à la thérapie cognitivo-comportementale, en passant par le soutien de groupe, les options sont diverses et prometteuses. Il est intéressant pour les personnes atteintes de dermatillomanie de chercher de l’aide professionnelle et de ne pas hésiter à parler de leur condition.

(1) Malayala, S. V., Rehman, H., & Vasireddy, D. (2021). Dermatillomania: A Case Report and Literature Review. Cureus, 13(1), e12932. https://doi.org/10.7759/cureus.12932

(2) Wilhelm, S., Keuthen, N. J., Deckersbach, T., Engelhard, I. M., Forker, A. E., Baer, L., O’Sullivan, R. L., & Jenike, M. A. (1999). Self-injurious skin picking: clinical characteristics and comorbidity. The Journal of clinical psychiatry, 60(7), 454–459. https://doi.org/10.4088/jcp.v60n0707

(3) Mattheisen, M., Pato, M. T., Pato, C. N., & Knowles, J. A. (2021). What Have We Learned About the Genetics of Obsessive-Compulsive and Related Disorders in Recent Years?. Focus (American Psychiatric Publishing), 19(4), 384–391. https://doi.org/10.1176/appi.focus.20210017

(4) Rahman, S. M., Abduelmula, A., & Jafferany, M. (2023). Psychopathological symptoms in dermatology: A basic approach toward psychocutaneous disorders. International journal of dermatology, 62(3), 346–356. https://doi.org/10.1111/ijd.16344

(5) Symons, F. J., Butler, M. G., Sanders, M. D., Feurer, I. D., & Thompson, T. (1999). Self-injurious behavior and Prader-Willi syndrome: behavioral forms and body locations. American journal of mental retardation : AJMR, 104(3), 260–269. https://doi.org/10.1352/0895-8017(1999)104<0260:SBAPSB>2.0.CO;2

(6) Substance Abuse and Mental Health Services Administration. Impact of the DSM-IV to DSM-5 Changes on the National Survey on Drug Use and Health [Internet]. Rockville (MD): Substance Abuse and Mental Health Services Administration (US); 2016 Jun. Table 3.28, Excoriation (Skin Picking) Disorder. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK519704/table/ch3.t28/

(7) Harris, S. S., Kushon, D., & Benedetto, E. (2011). Pathologic grooming behavior: facial dermatillomania. Cutis, 87(1), 14–18.

(8) Roi, C., & Bazzano, A. (2017). Improvement in Excoriation (Skin-Picking) with use of Risperidone in a Patient with Developmental Disability. Pediatric reports, 9(1), 6946. https://doi.org/10.4081/pr.2017.6946

(9) Arnold, L. M., Auchenbach, M. B., & McElroy, S. L. (2001). Psychogenic excoriation. Clinical features, proposed diagnostic criteria, epidemiology and approaches to treatment. CNS drugs, 15(5), 351–359. https://doi.org/10.2165/00023210-200115050-00002

(10) Lochner, C., Roos, A., & Stein, D. J. (2017). Excoriation (skin-picking) disorder: a systematic review of treatment options. Neuropsychiatric disease and treatment, 13, 1867–1872. https://doi.org/10.2147/NDT.S121138

(11) Gupta, M. A., Pur, D. R., Vujcic, B., & Gupta, A. K. (2018). Use of antiepileptic mood stabilizers in dermatology. Clinics in dermatology, 36(6), 756–764. https://doi.org/10.1016/j.clindermatol.2018.08.005

(12) Teng, E. J., Woods, D. W., & Twohig, M. P. (2006). Habit reversal as a treatment for chronic skin picking: a pilot investigation. Behavior modification, 30(4), 411–422. https://doi.org/10.1177/0145445504265707

(13) Van Noppen, B., Sassano-Higgins, S., Appasani, R., & Sapp, F. (2021). Cognitive-Behavioral Therapy for Obsessive-Compulsive Disorder: 2021 Update. Focus (American Psychiatric Publishing), 19(4), 430–443. https://doi.org/10.1176/appi.focus.20210015

(14) Twohig, M. P., Hayes, S. C., & Masuda, A. (2006). A preliminary investigation of acceptance and commitment therapy as a treatment for chronic skin picking. Behaviour research and therapy, 44(10), 1513–1522. https://doi.org/10.1016/j.brat.2005.10.002

COMMENT LA BALANCE PEUT VOUS AIDER

The Balance RehabClinic est l'un des principaux fournisseurs de traitements de luxe en matière de toxicomanie et de santé mentale pour les personnes aisées et leurs familles, offrant un mélange de science innovante et de méthodes holistiques avec des soins individualisés inégalés.

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
UN SEUL CLIENT À LA FOIS
PROGRAMME SUR MESURE
RESTAURATION BIOCHIMIQUE
APPROCHE HOLISTIQUE
THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
THÉRAPIE INFORMÉE SUR LE TRAUMATISME

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer la demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs du traitement

1 semaine

Bilans & Détox

1-4 semaine

Thérapie psychologique et holistique

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Soins Suivis

12+ semaine

Visite de rappel

Santé Mentale Insights

latest news & research on Santé Mentale
l'émétophobie
L’émétophobie

L'émétophobie est la peur de vomir ou de voir quelqu'un vomir. Être en présence d'une personne malade, voir des vomissements ou ressentir des nausées peut rendre anxieux et paniqué.

read more
La crise de nerfs
La crise de nerfs

La crise de nerfs désigne une période de stress mental ou émotionnel intense, rendant difficile la réalisation des tâches quotidiennes

read more
L’amaxophobie
L’amaxophobie

L'amaxophobie se caractérise par une peur extrême et accablante de conduire ou de voyager en tant que passager dans un véhicule

read more
La dermatillomanie
La dermatillomanie

La dermatillomanie est un trouble psychiatrique caractérisé par un grattage compulsif de la peau au point de causer des dommages tissulaires

read more

Accréditations

 
Neurocare
TAA
ssaamp
Somatic Experience
SMGP
SEMES
SFGU
WPA
red GDPS
pro mesotherapie
OGVT
AMF
NeuroCademy
MEG
Institute de terapia neural
ifaf
FMH
EPA
EMDR
COPAO
COMIB
British Psychology Society
 

Médias

 
Live Science
Mallorca Magazin
Woman & Home
National World
American Banker
Marie Claire
BBC
La Nacion
Metro UK
General Anzeiger
Business Leader
Dazed
Apartment Therapy
Express UK
Bloomberg
Cosmopolitan
Morgenpost
Manager Magazin
Entrepreneur ME
Khaleej Times
abcMallorca
Psychreg
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
PsychologyTimes
LuxuryLife
The Times
The Standard
The stylist
Mirror UK
Mallorca Zeitung
Daily Mail
Guardian