8 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

Beaucoup de gens vivent avec une mauvaise humeur et une dépression, mais essayent de ne pas y prêter attention. Si la dépression devient chronique, la personne peut souffrir de dysthymie.

La dysthymie est un trouble mental caractérisé par des troubles de l’humeur persistants, une dépression, une apathie envers les autres et les événements. Selon d’autres définitions, les spécialistes utilisent souvent le terme « dépression prolongée ».

Avec la dysthymie, une personne perd tout intérêt pour les activités quotidiennes normales et vit avec un sentiment de désespoir. Chez ce patient, l’estime de soi diminue, la productivité s’abaisse et le sens de l’adéquation de ce qui se passe est perdu.

Cette condition peut durer des années et affecter considérablement les relations, le travail, l’école et toute autre activité quotidienne.

La maladie survient chez 5 % de la population mondiale. Dans 20 % des cas, la dysthymie se transforme en une psychose maniaco-dépressive, ainsi qu’en un trouble dépressif récurrent.

La cause exacte de cette maladie chronique n’est toujours pas claire. Mais, comme toutes les autres maladies dépressives majeures, elle est causée par plusieurs facteurs qui provoquent l’apparition de la dysthymie.

Parmi eux, on distingue le stress prolongé et les situations qui affectent négativement le psychisme et provoquent des perturbations dans le métabolisme de la sérotonine. Cette hormone est impliquée dans la régulation des fonctions cérébrales et affecte directement l’humeur et les émotions.

Les signes de dysthymie se développent avec un stress constant dans l’enfance et sont associés à :

  • Un manque d’aide des proches.
  • Des critiques imméritées à l’école.
  • Une humiliation par les amis.
  • Une violence ou un harcèlement.
  • Des punitions fréquentes et des parents trop stricts.

Sous l’influence de ces facteurs, l’estime de soi d’un adolescent diminue et les émotions positives sont remplacées par le pessimisme. À un âge plus avancé, le développement de la dysthymie chez les garçons et les filles s’observe sous l’influence d’autres facteurs :

  • Une perte d’emploi.
  • Des problèmes dans la vie personnelle.
  • Une incompréhension de la part des proches et de l’environnement.
  • Un manque de sommeil et de nutrition appropriés.

Par ailleurs, les personnes ayant une prédisposition héréditaire et sujettes à des sautes d’humeur sans cause sont également sujettes à une dysthymie prolongée. L’échec ou une situation de vie difficile chez ces patients se termine souvent par une forme légère de dépression.

Les caractéristiques de la dysthymie comprennent une longue période d’humeur dépressive associée à au moins deux autres symptômes, qui peuvent inclure :

  • Une insomnie ou une hypersomnie (somnolence diurne excessive).
  • Une apathie, une sensation de fatigue constante ou un manque d’énergie.
  • Une faible estime de soi ou un sentiment de désespoir, il semble à une personne qu’elle n’est capable de rien et inutile.
  • Une humeur maussade, une sensation de « vide intérieur ».
  • Une irritabilité accrue, divers événements déraisonnables provoquent des crises de colère.
  • Une diminution des performances. Les tâches qui étaient auparavant faciles ont commencé à prendre plus de temps, l’efficacité également diminue.
  • Des sentiments de culpabilité fréquents.
  • Une perte d’envie à communiquer avec les autres et à ne participer à aucune affaire sociale.
  • Manque d’appétit ou excès alimentaires constants.
  • Le manque de concentration ou la difficulté à prendre des décisions.

Dans les cas plus graves, les patients atteints de dysthymie peuvent même refuser les activités quotidiennes. Habituellement, ils ne tirent pas beaucoup de plaisir des activités et des jeux ordinaires.

Le diagnostic de la dysthymie est parfois difficile en raison de la nature « subtile » des symptômes. Les patients peuvent souvent les cacher dans diverses situations sociales. De plus, la dysthymie survient souvent en même temps que d’autres troubles mentaux, ce qui rend difficile la détermination de la présence de dysthymie, notamment en raison des cas fréquents de symptômes « chevauchants » d’autres troubles mentaux.

Il existe une fréquence élevée de maladies comorbides chez les patients atteints de dysthymie. Un autre problème pour les personnes atteintes de ce trouble est le comportement suicidaire.

Par conséquent, il est essentiel de pouvoir reconnaître, chez les patients dysthymiques, les signes de dépression majeure, de trouble panique et d’anxiété généralisée, d’alcoolisme et de toxicomanie et de troubles de la personnalité.

Souvent, les personnes atteintes de dysthymie ne recherchent pas de traitement en raison d’une humeur dépressive, mais plutôt en raison d’un niveau de stress croissant ou de difficultés personnelles pouvant être associées à une situation particulière.

On suppose que cela est dû à la nature chronique du trouble mental, ainsi qu’au fait que l’humeur dépressive est plus souvent considérée comme caractéristique d’une personne atteinte de ce trouble. Ainsi, une personne ne pense à aller chez le médecin que lorsque le stress augmente afin de soulager ses symptômes.

La dysthymie est généralement identifiée par un entretien clinique psychothérapeutique structuré. Il est important de tenir compte de tous les facteurs de la vie d’une personne susceptible d’être touchée au moment de décider d’un traitement.

Il est intéressant de signaler que si une méthode de traitement utilisée pour une personne en particulier ne fonctionne pas, il vaut la peine de recourir à d’autres méthodes thérapeutiques.

Traitement médical :

La première ligne de pharmacothérapie est généralement constituée d’ISRS (inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine), en raison de leur nature plus tolérante et de leurs effets secondaires réduits par rapport aux inhibiteurs irréversibles de la monoamine oxydase ou aux antidépresseurs tricycliques.

Les types d’antidépresseurs les plus couramment utilisés pour traiter la dépression chronique comprennent :

  • Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine.
  • Les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline.
  • Les antidépresseurs tricycliques.

Une étude multiclinique a montré que les personnes souffrant de dépression générale doivent généralement essayer différentes marques de médicaments avant d’en trouver un qui fonctionne pour une personne en particulier.

De plus, ces médicaments peuvent avoir des effets secondaires. Parmi eux figurent la perturbation du cycle menstruel, les changements d’appétit, les nausées, la diminution du désir sexuel, la fatigue excessive et la somnolence.

Par conséquent, avant de commencer à prendre des antidépresseurs, il est intéressant de consulter le médecin. De plus, il est extrêmement important d’éviter l’arrêt brutal du médicament.

Traitement psychothérapeutique :

C’est une pratique courante dans le traitement de la dépression chronique. Cela implique de parler avec un spécialiste de vos symptômes et de la façon dont ils affectent votre vie. La psychothérapie est souvent efficace dans le traitement de la dysthymie. Ceci est démontré par l’utilisation de diverses méthodes.

En plus de la psychothérapie individuelle, la psychothérapie de groupe peut être un traitement efficace de la dysthymie.

La psychothérapie aide à :

  • Soulager les symptômes de dépression.
  • Identifier les facteurs qui contribuent à son développement.
  • Identifier les croyances négatives et les remplacer par des positives.
  • Apprendre à résoudre des problèmes.
  • Apprendre à établir des relations positives avec les autres.
  • Augmenter l’estime de soi.
  • Apprendre à se fixer des objectifs et à les atteindre.

Méthode de traitement combiné :

La combinaison séquentielle d’antidépresseurs et de psychothérapie s’est avérée efficace dans le traitement des personnes atteintes de dysthymie. Travailler avec un psychothérapeute pour traiter les causes et les conséquences d’un trouble mental, en plus de prendre des antidépresseurs pour aider à gérer les symptômes, peut être extrêmement utile. Cette combinaison est souvent le traitement de choix pour les personnes atteintes de dysthymie.

À la suite de diverses études liées au traitement de la dysthymie, 75 % des personnes ont répondu positivement à une combinaison de la thérapie comportementale et cognitive et de pharmacothérapie, tandis que seulement 48 % des personnes ont répondu positivement à la thérapie comportementale et cognitive ou aux médicaments seuls.

Plusieurs études ont montré que les personnes diagnostiquées avec une dysthymie résistante sévère répondent plus favorablement à la psychothérapie qu’à la pharmacothérapie.

L’humeur dépressive et les troubles du sommeil sont considérés comme normaux par de nombreuses personnes. Cependant, ces troubles peuvent en fait être des symptômes de la dysthymie.

Afin de ne pas manquer les signes du trouble et d’éviter que l’état ne s’aggrave, il est important de contacter précocement un spécialiste de la santé mentale.

FAQs

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
1 - UN SEUL CLIENT À LA FOIS
2 - VIE PRIVÉE ET DISCRÉTION
3 - VÉRIFICATION COMPLÈTE
4 - PROGRAMME SUR MESURE TRAITANT LES CAUSES FONDAMENTALES
5 - RESTAURATION BIOCHIMIQUE
6 - APPROCHE HOLISTIQUE
7 - LES DERNIÈRES THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
8 - CONSEILLER EN RÉSIDENCE 24/7
9 - ÉTABLISSEMENT PRIVÉ DE LUXE
10 - CHEF PERSONNEL ET RÉGIME ALIMENTAIRE

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer une demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs de traitement

1 semaine

Évaluations complètes et désintoxication

1-4 semaine

Thérapie physique et mentale en cours

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Suivi

12+ semaine

Visite de remise à niveau

Accréditations & Médias

 
AMF
British Psychology Society
PsychologyTimes
COMIB
COPAO
EMDR
EPA
FMH
ifaf
Institute de terapia neural
MEG
NeuroCademy
Neurocare
OGVT
pro mesotherapie
Psychreg
red GDPS
WPA
SFGU
SEMES
SMGP
Somatic Experience
ssaamp
TAA
SSP
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
Views
abcMallorca
LuxuryLife