EXPERTISE MÉDICALE SUISSE: MAJORQUE, ZURICH, LONDRES, OFFSHORE

9 Minutes

Édité et examiné médicalement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

Pendant longtemps, certaines personnes n’ont pas pu expliquer pourquoi la vue des nids d’abeilles, des coraux, des éponges, du dessous des chapeaux de champignons et d’autres objets parsemés de petits trous ou d’irrégularités leur cause de l’aversion, de l’anxiété et même une forte peur, accompagnée de manifestations physiques.

Les scientifiques soutiennent que le sentiment de peur est utile car il peut activer l’instinct d’auto-préservation et sauver la vie d’une personne. Les psychologues soulignent qu’il existe une peur naturelle et une peur névrotique. La première est due à une menace réelle qu’une personne peut vaincre ou fuir et se débarrasser du sentiment de peur.

La peur névrotique est causée par les pensées et les angoisses d’une personne, lorsqu’il n’y a pas de danger réel, mais qu’il n’y a que des hypothèses sur le danger futur. Une phobie est déjà une peur obsessionnelle qui ne s’en va pas, par exemple, la trypophobie.

La trypophobie est la peur ou le dégoût de voir des grappes, de petits trous, d’irrégularités ou de motifs, tels que des nids d’abeilles, des gousses de graines de plantes ou des photographies en gros plan des pores de la peau.

Le terme « trypophobie » a été introduit en 2005, il vient du mot grec « tripa », qui signifie « forage » ou « trou ». Les chercheurs pensent que la trypophobie remonte à des instincts humains très anciens et l’accompagne à travers l’histoire.

La trypophobie peut se manifester de différentes manières. Son déclencheur principal est une surface avec un groupe de petits trous, bosses ou motifs de contraste. Certains ne ressentent d’inconfort qu’à la vue d’amas « naturalistes », tels que des nids d’abeilles, de la viande vermoulue ou un crapaud qui transporte des alevins dans des trous sur son dos. Pour d’autres, même une photo de gobelets en plastique côte à côte, de fromage troué ou de voyants LED peut les mettre mal à l’aise.

Ces personnes peuvent réagir différemment à certains stimuli selon le système de perception : auditif, visuel ou kinesthésique, qu’elles ont développé. Parfois, il suffit à une personne de voir une image représentant des nids d’abeilles ou des terriers d’animaux, certaines font face à des manifestations négatives lorsqu’ils rencontrent un objet désagréable dans la nature ou en ville, et quelqu’un a juste besoin d’entendre le mot déclencheur.

Une personne trypophobe est une personne qui souffre de réactions négatives à la vue d’amas de petits objets situés à proximité les uns des autres, notamment des sentiments d’inconfort, de peur ou d’anxiété.

Les trypophobes ont peur de :

  • Trous dans le corps humain.
  • Trous dans les plantes et les animaux.
  • Trous et multiples trous sur les aliments.
  • Trous sur des objets inanimés : fossiles, domestiques, hygiéniques.
  • Trous d’amas formés à la suite de la vie humaine et animale (passages de vers de terre).
  • Images graphiques et numériques de plusieurs trous.

Il est à noter que les trypophobes n’ont pas peur d’absolument tous les objets qui ont des trous de grappe. Ainsi, une personne souffrant de phobie peut avoir peur d’un gant de toilette, mais réagir assez calmement aux trous dans le fromage ou le pain.

Les psychologues expliquent la réaction négative de certains trypophobes aux insectes porteurs d’œufs ou de larves déjà nées par le fait qu’une personne imagine un contact cutané avec un être vivant, c’est-à-dire qu’elle prend automatiquement le relais de l’interaction avec lui : elle sent un insecte ramper sur lui ou mordant.

Cela provoque une sensation généralisée de démangeaisons cutanées et d’hostilité, dont une personne veut se débarrasser, comme si elle se secouait.

Il existe cependant d’autres symptômes. Les chercheurs ont identifié trois groupes de symptômes typiques des trypophobes : cognitifs (dégoût,  anxiété), cutanés (démangeaisons, sécheresse) et physiologiques (nausées, tremblement des mains, difficultés respiratoires).

Le plus souvent, il s’agit de réactions du système nerveux autonome :

  • Augmentation du rythme cardiaque.
  • Augmentation de la pression artérielle.
  • Des nausées.
  • Des étourdissements.
  • Augmentation de la salivation et de la transpiration.
  • Sensation de démangeaison dans différentes parties du corps.

Un comportement d’évitement se forme également, vous voulez partir, fuir l’irritant, il y a un désir de détacher les sensations inconfortables, des attaques de panique, une anxiété, un sentiment de déréalisation et d’autres manifestations se produisent, jusqu’à la perte de conscience.

Si la trypophobie va au-delà de l’inconfort habituel, les gens peuvent commencer à éviter certaines choses ou certains aliments. L’un des rares cas signalés de trypophobie aiguë est une fillette de 12 ans qui était dégoûtée par tout pain poreux ou saupoudré de sésame, fraises et soupe de nouilles. Elle ne pouvait pas non plus boire de jus de framboise ou manger de la marmelade : la sensation de pierres ou de granules sur sa langue évoquait la même réaction en elle.

La trypophobie n’est pas incluse dans la liste officielle des maladies, alors que de nombreuses personnes éprouvent de la peur lorsqu’elles interagissent avec des images d’objets contenant des trous. Cependant, les psychologues estiment que dans certains cas, les patients subissent une substitution de concepts.

D’une manière générale, la phobie est l’une des façons de faire face au stress émotionnel, plus ou moins contrôlé. Derrière cela peut être à la fois la peur et tout autre sentiment, même l’excitation sexuelle, qui ne trouve pas de décharge. Dans l’anamnèse chez le psychologue et en demandant aux patients : « Comment vous sentez-vous ? », « Comment avez-vous peur ? », il s’avère que ce n’est pas de la peur, mais du dégoût ressenti par les personnes atteintes de la trypophobie.

La trypophobie n’a pas de critères de diagnostic précis. Les tests décrits ci-dessous ne sont pas scientifiques et impliquent d’examiner les déclencheurs de la trypophobie.

Des scientifiques japonais ont mis au point un questionnaire pour mesurer le niveau de trypophobie chez une personne. Il est nécessaire d’évaluer l’intensité de 17 sensations qu’elle éprouve en regardant les trous des agrégats, sur une échelle de 5 points, où le degré 1 représente une sensation qui ne se manifeste plus, et 5 le degré qui correspond à une forte manifestation.

Voici une liste de ces sentiments :

  • La frayeur.
  • Le dégoût.
  • La sensation d’inconfort ou de lourdeur.
  • La sensation de panique, des cris.
  • L’anxiété.
  • La nausée.

–          Les manifestations corporelles d’excitation : « sensation semblable à un papillon volant dans tous les sens dans l’estomac », les palpitations, la transpiration, les douleurs abdominales, etc.

  • L’impression de devenir fou.
  • Le désir de détruire les trous des agrégats.
  • La démangeaison.
  • Le chatouillement.
  • La chaire de poule.
  • L’envie de pleurer.
  • Vomir.
  • Les frissons.
  • Les troubles respiratoires.

Il n’y a pas de méthodologie exacte pour évaluer le niveau de trypophobie sur ce test, mais dans l’expérience des créateurs du test, le score moyen d’un échantillon de 582 personnes était de 32,2 et la plage de valeurs allait de 17 à 85.

Par ailleurs, il existe un grand nombre de tests de trypophobie sur Internet. Chacun d’entre eux aidera à évaluer subjectivement son niveau à un degré ou à un autre.

Le test vidéo de trypophobie est très populaire. C’est très facile à passer. Vous devez d’abord activer la vidéo et prendre une pose conformément aux instructions qu’elle contient. Ensuite, on vous montrera des images trypophobes qui deviendront de plus en plus désagréables. Lorsque vous avez envie de changer de position ou d’éteindre la vidéo, faites-le.

Il n’y a pas non plus de critères précis ici non plus, mais plus vous pouvez regarder cette vidéo longtemps sans gêne, moins vous risquez d’avoir la trypophobie.

Étant donné que la phobie des trous n’est pas une maladie, les mesures visant à éliminer ce trouble mental ne peuvent pas impliquer un traitement traditionnel spécifique. Si nous parlons de la réhabilitation d’une personne atteinte d’une telle phobie et de la restauration de l’état mental, les actions visant à éliminer la trypophobie impliquent une visite chez un psychologue.

Les psychanalystes aident à surmonter les peurs qui ne font pas partie du groupe des peurs fixes et qui sont difficiles à fonder en raison de leur originalité : à travers divers stimuli, ils pénètrent dans les associations profondes du patient et tentent d’isoler la véritable cause de ses expériences.

Il n’y a pas de formule universelle pour éliminer une phobie, quelle qu’elle soit, car chaque personne est individuelle, donc la rééducation est effectuée en tenant compte des caractéristiques spécifiques d’une personne en particulier. Plusieurs types de traitement peuvent être recommandés pour les trypophobes, notamment :

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) :

Le principal traitement de la trypophobie est la thérapie cognitivo-comportementale (TCC). Le psychologue aide le patient à « remplacer » les attitudes invraisemblables à l’égard des objets de peur par des attitudes plus réalistes, puis à modifier le comportement.

La thérapie d’exposition :

Une autre méthode populaire et efficace est la thérapie d’exposition, au cours de laquelle une personne apprend progressivement à contrôler son niveau de peur. Il s’agit de l’une des sous-espèces de la thérapie cognitivo-comportementale.

Tout d’abord, dans un état de relaxation complète, le patient raconte ce dont il a peur, puis on lui montre une image de l’objet qui le fait peur. Au fil du temps, une personne peut être capable de se tenir à côté de lui et même de le toucher. La sensibilité et le niveau de peur sont ainsi réduits.

Quelqu’un peut avoir l’idée qu’il ne supportera pas de rencontrer une telle image, son malaise sera long ou ne finira pas, il perdra le contrôle de lui-même ou deviendra fou. Avec l’exposition, le psychologue teste « l’hypothèse » du patient selon laquelle son inconfort persiste.

Certains spécialistes indiquent que l’exposition fonctionne bien pour les phobies ordinaires, mais en cas de dégoût, cette méthode au format traditionnel ne conduit pas à une réduction de l’inconfort. Par conséquent, il a fallu le changer un peu : on apprend à une personne à endurer ce qui la dégoûte, à former des associations positives et des connexions en mémoire.

Traitement médicamenteux :

Dans certains cas, un médecin peut prescrire des médicaments pour traiter la trypophobie avec des antidépresseurs ou des benzodiazépines.

Si vous sentez que la trypophobie provoque un stress grave et affecte votre vie, aggravant sa qualité, vous n’avez pas besoin de supporter et d’essayer de vous débrouiller par vous-même. Il est préférable de confier la lutte contre les phobies à un spécialiste qui vous apprendra à vivre avec cette condition et sélectionner exactement la thérapie qui est nécessaire.

FAQs

COMMENT LA BALANCE PEUT VOUS AIDER

The Balance RehabClinic est l'un des principaux fournisseurs de traitements de luxe en matière de toxicomanie et de santé mentale pour les personnes aisées et leurs familles, offrant un mélange de science innovante et de méthodes holistiques avec des soins individualisés inégalés.

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
UN SEUL CLIENT À LA FOIS
PROGRAMME SUR MESURE
RESTAURATION BIOCHIMIQUE
APPROCHE HOLISTIQUE
THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
THÉRAPIE INFORMÉE SUR LE TRAUMATISME

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer la demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs du traitement

1 semaine

Bilans & Détox

1-4 semaine

Thérapie psychologique et holistique

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Soins Suivis

12+ semaine

Visite de rappel

Santé Mentale Insights

latest news & research on Santé Mentale
l'émétophobie
L’émétophobie

L'émétophobie est la peur de vomir ou de voir quelqu'un vomir. Être en présence d'une personne malade, voir des vomissements ou ressentir des nausées peut rendre anxieux et paniqué.

read more
La crise de nerfs
La crise de nerfs

La crise de nerfs désigne une période de stress mental ou émotionnel intense, rendant difficile la réalisation des tâches quotidiennes

read more
L’amaxophobie
L’amaxophobie

L'amaxophobie se caractérise par une peur extrême et accablante de conduire ou de voyager en tant que passager dans un véhicule

read more
La dermatillomanie
La dermatillomanie

La dermatillomanie est un trouble psychiatrique caractérisé par un grattage compulsif de la peau au point de causer des dommages tissulaires

read more

Accréditations

 
Neurocare
TAA
ssaamp
Somatic Experience
SMGP
SEMES
SFGU
WPA
red GDPS
pro mesotherapie
OGVT
AMF
NeuroCademy
MEG
Institute de terapia neural
ifaf
FMH
EPA
EMDR
COPAO
COMIB
British Psychology Society
 

Médias

 
Live Science
Mallorca Magazin
Woman & Home
National World
American Banker
Marie Claire
BBC
La Nacion
Metro UK
General Anzeiger
Business Leader
Dazed
Apartment Therapy
Express UK
Bloomberg
Cosmopolitan
Morgenpost
Manager Magazin
Entrepreneur ME
Khaleej Times
abcMallorca
Psychreg
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
PsychologyTimes
LuxuryLife
The Times
The Standard
The stylist
Mirror UK
Mallorca Zeitung
Daily Mail
Guardian