9 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

L’héroïne (diacétylmorphine) est une substance analgésique semi-synthétique de la série des opioïdes, c’est l’une des drogues les plus dangereuses de notre époque, qui provoque une grave dépendance physique et mentale après la première utilisation.

Il a été développé en 1874 comme substitut plus sûr de la morphine, mais après des tests, il s’est avéré que l’héroïne est plus forte et plus dangereuse que la morphine, et que le sevrage de l’héroïne provoque des souffrances insupportables. L’héroïne est généralement utilisée par voie intraveineuse ou fumé.

Il existe toute une panoplie de signes qui permettent de suspecter une personne de consommer de l’héroïne. Leur spécificité peut différer selon les caractéristiques individuelles du corps humain, ainsi que la méthode d’utilisation : avalée, inhalée, fumée ou injectée.

Dans la plupart des cas, la présence d’une dépendance à l’héroïne peut être déterminée par les signes suivants :

  • Une nette amélioration de l’humeur, une agitation accrue, une irascibilité, des sautes d’humeur rapides.
  • L’appétit diminue, une personne commence à perdre du poids rapidement.
  • Il y a des traces d’injections sur les mains ou des restes d’une poudre légère près des narines.
  • L’accélération de la respiration devient fréquente et superficielle.
  • La bouche devient sèche et le toxicomane a une sensation constante de soif.
  • Rougeur de la peau du visage, des démangeaisons à court terme apparaissent dans diverses zones.
  • Les pupilles se rétrécissent, la rougeur autour des yeux est visible.
  • Une expression de légère prévenance se forme sur le visage.
  • Le patient a un besoin urgent d’argent, sans explication. Un toxicomane peut aller au vol, y compris auprès de ses proches.
  • Commence à se comporter de manière inhabituelle et à utiliser un jargon spécifique.
  • Il commence à prendre des bouteilles d’eau avec lui la nuit.
  • Ment pour n’importe quelle raison.
  • Dort pendant la journée.
  • Commence à parler d’une voix rude.
  • Avec une longue absence de drogue dans le sang, le sevrage de l’héroïne apparaît.

Tous ces symptômes indiquent que la personne a commencé à prendre de l’héroïne.

Les scientifiques ont prouvé que l’héroïne affecte certaines zones du cerveau. L’usage systématique de cette drogue s’accompagne d’une stimulation active des récepteurs opioïdes, ce qui entraîne une amélioration rapide de l’humeur, une sensation de légèreté imaginaire et d’euphorie.

L’euphorie dure plusieurs heures (de 4 à 6). Dans ces moments-là, les héroïnomanes oublient leurs problèmes, ressentent une poussée d’énergie et de bonheur. C’est pourquoi la dépendance à l’héroïne survient si rapidement et le traitement est difficile.

La dépendance à l’héroïne se manifeste dans deux directions à la fois : physiologique et psycho-émotionnelle. Après les premières doses, une dépendance persistante se forme et en l’absence de  l’héroïne dans le sang, le toxicomane éprouve un sevrage de l’héroïne.

Les effets physiologiques :

Les manifestations physiologiques s’accompagnent d’une coordination altérée des mouvements, de problèmes de vision, d’élocution confuse, de vertiges, de brûlures aux yeux, de problèmes de défécation et de miction, ainsi que de fragilité.

Les effets psycho-émotionnelles :

Les manifestations psycho-émotionnelles sont associées à une perturbation du fonctionnement des récepteurs opioïdes. Ces troubles entraînent un dysfonctionnement du système nerveux central, qui s’accompagne de : troubles délirants, sautes d’humeur soudaines et déraisonnables, hallucinations terribles pour un toxicomane et confusion, y compris pendant les périodes de sobriété, lorsque l’intoxication à l’héroïne est passée.

Les effets sur le corps :

Après avoir pénétré dans l’organisme, l’héroïne est transformée en métabolites de la morphine, qui ont un effet stimulant direct sur les récepteurs opioïdes. Quelques minutes seulement après avoir pris de l’héroïne, le toxicomane ressent une sensation imaginaire d’euphorie et d’insouciance.

L’action de l’héroïne sur l’organisme est progressive : dans le foie, elle est transformée en morphine, puis elle traverse la barrière hémato-encéphalique et pénètre dans le cerveau, où elle stimule les récepteurs opioïdes. La dégradation de l’héroïne produit de grandes quantités d’acide gamma-amino-butyrique, qui a un effet calmant sur le système nerveux central.

Contrairement à d’autres types de drogues, l’héroïne provoque une forte dépendance, littéralement dès la première consommation. Aux premiers stades de la prise, des conséquences telles que l’anxiété sans cause, une nervosité accrue, une insuffisance respiratoire (accompagnée d’une sensation de manque d’air), un trouble de la conscience, une diminution des processus mentaux, une perturbation du tractus gastro-intestinal se manifestent.

En cas d’utilisation prolongée, le toxicomane fera face à des conséquences plus graves, notamment: perturbation du système immunitaire, maladies respiratoires, phénomènes convulsifs (jusqu’à la paralysie), épuisement physique du corps, perte de mémoire, troubles mentaux aigus, jusqu’au coma, pathologies cardiovasculaires…

La conséquence la plus grave est la mort. En effet, les statistiques ont montré que le taux de mortalité des héroïnomanes est le plus élevé parmi toutes les drogues. Les raisons en sont la gravité de la drogue, une dépendance rapide, une augmentation constante de la dose et un fort effet néfaste de l’héroïne sur tous les organes et systèmes du corps.

Le plus souvent, sans traitement pour la dépendance à l’héroïne, une personne meurt de :

  • Coma toxique sévère.
  • Maladie infectieuse ou VIH (l’immunité du toxicomane est réduite à la limite).
  • Overdose entraînant un arrêt complet de la respiration.
  • Événements à caractère criminel (l’usage d’héroïne conduit souvent le patient à fréquenter un environnement criminel).
  • Maladie cardiovasculaire.
  • Cirrhose du foie.
  • Troubles de l’irrigation sanguine des bras et des jambes (gangrène).
  • Complications purulentes.

Le sevrage de l’héroïne est la forme d’abstinence la plus forte de tous les sevrages des drogues. Lorsque la dépendance à l’héroïne se développe, le sevrage s’installe peu de temps après l’utilisation et le comportement change radicalement.

Lorsqu’un toxicomane arrête de consommer l’héroïne, le système de maîtrise de la douleur échoue complètement, ainsi, il commencera à bâiller et à éternuer, puis ses yeux commenceront à larmoyer et les premières douleurs musculaires apparaîtront.

Les troubles somatiques suivants sont caractéristiques du sevrage à l’héroïne :

  • Des frissons.
  • Des douleurs musculaires, articulaires et abdominales.
  • Une forte diarrhée.
  • Des vomissements.
  • Une salivation.
  • Des pupilles dilatées.

Séparément, il est nécessaire de souligner les symptômes de perturbation du système nerveux central :

  • Une insomnie.
  • Des crises de colère.
  • Des états dépressifs.
  • Une colère.
  • Un sentiment de désespoir.

Le sevrage de l’héroïne chez les toxicomanes expérimentés n’est pas moins dangereux qu’une overdose, car il s’accompagne d’une forte diminution des fonctions protectrices de l’organisme et d’une exacerbation de maladies chroniques, parfois mortelles. Un autre danger réside dans la possibilité de troubles mentaux aigus avec des troubles du comportement correspondants. En fait, les héroïnomanes se caractérisent par le délire et la psychose paranoïaque.

La durée et l’intensité du sevrage dépendent de la dose d’héroïne et de la durée d’utilisation. Le sevrage peut commencer dès 8 à 10 heures après l’arrêt de la consommation d’héroïne et peut durer jusqu’à 15 jours.

Il faut souligner que les jours les plus difficiles sont les jours 3, 4 et 5 après l’arrêt de l’héroïne. Parfois, le sevrage se déroule par vagues avec une augmentation des symptômes.

L’élimination du syndrome de sevrage de l’héroïne est absolument impossible à réaliser par vous-même ! Aucune méthode de traitement douteuse (pilules étranges, remèdes populaires, aide de guérisseurs, etc.) n’aidera. Pendant que vous passez du temps dessus, la vie d’une personne proche de vous sera en danger.

Il n’y a qu’une seule solution, contacter une clinique spécialisée de désintoxication qui assurera une élimination rapide et sûre du sevrage à l’héroïne.

Si vous remarquez que votre proche présente des signes de sevrage, n’hésitez plus à appeler les urgences des centres de désintoxication. Jusqu’à leur arrivée, restez près du toxicomane. Ne lui donnez pas de drogue, et plus encore, ne cédez pas à la persuasion et aux demandes de lui procurer de la drogue.

Le narcologue viendra à la maison, examinera rapidement le patient et fera tout le nécessaire pour éliminer les symptômes de sevrage avec un compte-gouttes. La solution de perfusion est sélectionnée individuellement. Dans ce cas, le spécialiste tient compte de l’âge du toxicomane, de la dose de l’héroïne qu’il consomme et du stade de la dépendance.

En moyenne, le volume du compte-gouttes est de 400 à 450 ml. Comme base, des solutions multifonctionnelles sont utilisées (une alternative est une solution de glucose). De plus, des composants médicinaux, des vitamines et des minéraux sont ajoutés au compte-gouttes pour éliminer les symptômes de sevrage à la maison.

Ils nettoient le corps, éliminent la drogue et leurs produits de sa décomposition, et éliminent également les symptômes de sevrage. Ils soulagent les nausées et les vomissements, rétablissent le sommeil et l’appétit, normalisent la tension artérielle et la circulation sanguine et, surtout, soulagent le stress des organes internes.

La dépendance à l’héroïne est l’un des types les plus graves dépendances en raison de conséquences sociales catastrophiques.

Le traitement doit commencer le plus tôt possible pour éviter qu’un héroïnomane ne soit victime d’une surdose mortelle ou d’un autre décès. Et cela arrive souvent.

Cependant, il est extrêmement difficile de vaincre la dépendance à l’héroïne, il est impossible de le faire seul, la seule chance est un traitement dans une clinique de traitement de la toxicomanie.

FAQs

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
1 - UN SEUL CLIENT À LA FOIS
2 - VIE PRIVÉE ET DISCRÉTION
3 - VÉRIFICATION COMPLÈTE
4 - PROGRAMME SUR MESURE TRAITANT LES CAUSES FONDAMENTALES
5 - RESTAURATION BIOCHIMIQUE
6 - APPROCHE HOLISTIQUE
7 - LES DERNIÈRES THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
8 - CONSEILLER EN RÉSIDENCE 24/7
9 - ÉTABLISSEMENT PRIVÉ DE LUXE
10 - CHEF PERSONNEL ET RÉGIME ALIMENTAIRE

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer une demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs de traitement

1 semaine

Évaluations complètes et désintoxication

1-4 semaine

Thérapie physique et mentale en cours

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Suivi

12+ semaine

Visite de remise à niveau

Accréditations & Médias

 
AMF
British Psychology Society
PsychologyTimes
COMIB
COPAO
EMDR
EPA
FMH
ifaf
Institute de terapia neural
MEG
NeuroCademy
Neurocare
OGVT
pro mesotherapie
Psychreg
red GDPS
WPA
SFGU
SEMES
SMGP
Somatic Experience
ssaamp
TAA
SSP
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
Views
abcMallorca
LuxuryLife