9 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

Le cannabis est la drogue la plus consommée dans le monde, connaissant la plus forte croissance ces dernières années, et est l’une des substances psychoactives les plus consommées après l’alcool.

Bien qu’il soit difficile et présente des effets sur le toxicomane, le sevrage de cannabis ou l’arrêt de fumer cette drogue est possible. La désintoxication du cannabis nécessite un traitement et une évaluation multidisciplinaires par des professionnels expérimentés.

Le sevrage du cannabis se produit lorsque des symptômes négatifs spécifiques, à la fois physiques et mentaux, surviennent lorsqu’une personne qui fume régulièrement du cannabis arrête d’en consommer.

L’expérience du sevrage du cannabis dépend de divers facteurs, notamment l’état de santé général de la personne qui la consomme, la fréquence et la durée de sa consommation, et éventuellement le sexe biologique de la personne. Les femmes peuvent éprouver plus de symptômes de sevrage du cannabis avec une plus grande intensité que les hommes.

Après l’arrêt immédiat de la consommation de cannabis, après plusieurs heures d’abstinence, des symptômes de sevrage du cannabis commencent à apparaître.

Les effets de sevrage du cannabis comprennent :

  • Une perte d’appétit.
  • Des sautes d’humeur.
  • Une irritabilité.
  • Des troubles du sommeil, y compris l’insomnie.
  • Un mal de tête.
  • Une perte de concentration.
  • Une envie de consommer le cannabis.
  • Une transpiration, y compris des sueurs froides.
  • Des frissons.
  • Un sentiment accru de dépression.
  • Des problèmes d’estomac.

Ces symptômes peuvent varier de légers à graves et varient d’une personne à l’autre. De plus, ils peuvent ne pas être graves ou dangereux, mais ils peuvent être désagréables.

Plus la consommation de cannabis était depuis longtemps, plus il y a un risque de ressentir des symptômes de sevrage.

En effet, le corps doit s’adapter à un apport régulier en delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) qui est le principal ingrédient psychoactif du cannabis. Lorsqu’une personne fume régulièrement du cannabis, son cerveau développe une tolérance à ce composé.

Plus une personne fume, plus son cerveau dépend de l’apport en THC. Lorsqu’elle s’arrête, son cerveau doit s’adapter pour ne pas être là. Au fur et à mesure que le corps s’adapte à cette nouvelle normalité, des symptômes désagréables peuvent survenir, d’où les symptômes de sevrage.

Dans certains cas, ces symptômes peuvent être si intenses que les toxicomanes décident de recommencer à fumer pour ne plus souffrir du syndrome de sevrage.

Le traitement de la dépendance au cannabis est individuel, car ce n’est qu’en connaissant les besoins spécifiques du patient que nous pouvons développer le traitement le plus efficace.

Il est nécessaire de se rappeler que l’objectif du traitement du sevrage au cannabis n’est pas seulement d’atteindre l’arrêt de la consommation de cannabis, mais aussi de jeter les bases de son utilisation par le drogué.

Ainsi, le psychologue travaille avec les drogués afin qu’ils apprennent à identifier les sensations, les pensées et les circonstances qui les entourent avant qu’ils ne consomment le cannabis, et par conséquent développent des stratégies et des compétences spécifiques pour changer ces pensées.

Une prise en charge pluridisciplinaire avec des professionnels est nécessaire pour sensibiliser le toxicomane au problème de la consommation et à ses conséquences. Cette prise de conscience est essentielle pour créer un sevrage vraiment efficace du cannabis.

Le traitement est divisé en trois phases distinctes et il est conçu pour une meilleure réhabilitation et une récupération plus rapide de l’abus de cannabis. Il s’agit des étapes suivantes : désintoxication du cannabis, réhabilitation et réinsertion.

La phase de désintoxication du cannabis :

La phase initiale d’une cure de désintoxication au cannabis commence par un arrêt complet de la consommation, sans doses minimales, ni baisse de consommation, afin d’arrêter brutalement de consommer du cannabis.

La désintoxication est obtenue en éliminant le THC (le composé organique qui se trouve dans le cannabis) accumulé dans le corps à la suite de l’utilisation de cette drogue. En effet, le rejet du cannabis signifie le début d’une restauration progressive de l’état normal du corps.

Cette étape peut durer des jours ou des semaines selon la consommation habituelle du patient avant le début thérapeutique de la désintoxication et se caractérise par le développement d’états dépressifs pouvant évoluer jusqu’à des humeurs suicidaires.

 Pour éviter cela, le narcologue prescrira des médicaments qui stabilisent le fond psycho-émotionnel, améliorent l’humeur et les performances.

La phase de réhabilitation du cannabis :

L’étape de la réhabilitation du cannabis fait l’objet d’une thérapie multidisciplinaire, psychologique et éducative afin que le patient en convalescence puisse s’éloigner des habitudes de consommation et faire face aux conséquences qui l’ont conduit à consommer.

Le programme de réhabilitation psychologique comprend :

  • Des éléments d’ergothérapie selon la méthode Makarenko.
  • Des entraînements collectifs et des cours individuels selon le programme de Daytop en 12 étapes.
  • Une psychothérapie de groupe et familiale.
  • Une art-thérapie.

Le but de la réhabilitation est de prendre conscience du problème, apprendre à contrôler ses envies, vivre des émotions positives sans stimulation chimique.

Cette étape dure de 1 à 6 mois. Dans les cas graves, la réhabilitation peut prendre jusqu’à un an. L’efficacité de la réhabilitation est plus élevée si non seulement le toxicomane, mais aussi ses proches y participent.

La phase de réinsertion ou de socialisation du patient :

La dernière étape du rétablissement personnel après que le toxicomane ait décidé d’arrêter de fumer du cannabis est la réinsertion. Elle vise à restaurer la capacité d’une personne à interagir avec les autres de manière saine. Avec l’aide de formations de groupe et individuelles, la psychothérapie, le patient apprend les compétences de l’autosuffisance et des communications saines.

En fait, la socialisation est une étape de préparation à la vie autonome avec toutes ses complexités et ses problèmes. Déjà, un ancien toxicomane devra apprendre à les rencontrer complètement armé et à les résoudre, et non à se taire, à boire, à noyer les émotions négatives avec des drogues. Avec le développement réussi du cours de socialisation, le risque de rechute devient presque nul.

Si le drogué est prêt à arrêter le cannabis, il doit d’abord parler à son médecin ou à un spécialiste de la toxicomanie. En outre, il est conseillé de suivre ces recommandations pour faciliter la période de sevrage initiale de 24 à 72 heures.

Rester hydraté :

Boire beaucoup d’eau et éviter les boissons sucrées comme les sodas et les boissons contenant de la caféine.

Manger des aliments sains :

Fournir au corps une quantité généreuse de fruits frais, de légumes et de protéines maigres. Éviter la malbouffe qui peut rendre la personne léthargique et irritable.

Faire de l’exercice physique tous les jours :

Faire au moins 30 minutes d’exercice physique chaque jour favorise une amélioration naturelle de l’humeur et aide également à éliminer les toxines pendant la transpiration.

Trouver de l’aide :

Il est nécessaire que le drogué s’entoure d’amis, de membres de sa famille et d’autres personnes qui peuvent lui aider à gérer les symptômes de sevrage qu’il pourrait ressentir.

Il est très probable que les drogués n’auront pas besoin d’aide professionnelle pour arrêter le cannabis. Cependant, dans certains cas, il vaut peut-être mieux arrêter et avoir une aide médicale. Ces ressources peuvent être utiles :

–          Des centres de désintoxication, qui possèdent des programmes à court terme sont conçus pour aider les gens à traverser la phase initiale sans drogue. Ils fournissent une assistance et des soins médicaux dans le traitement des symptômes de sevrage.

–          Des centres hospitaliers de réadaptation, qui sont conçues pour aider les personnes pendant presque un mois. Ils aident une personne à cesser de consommer du cannabis, puis à traiter les problèmes sous-jacents qui ont conduit à la consommation et peuvent entraîner une rechute s’ils ne sont pas correctement traités.

–          Des programmes ambulatoires intensifs, nécessitent souvent plusieurs rendez-vous ou séances chaque semaine avec un thérapeute, un spécialiste de la toxicomanie ou un autre professionnel de la santé mentale.

–          Des groupes de soutien, qui fournissent l’occasion de se connecter avec des personnes qui font face à bon nombre des mêmes scénarios et défis dans un groupe de soutien et peut être un bon moyen d’acquérir des responsabilités et du soutien pour la prochaine phase de votre vie.

Bien que les symptômes de sevrage du cannabis ne soient pas aussi graves que ceux de certaines autres drogues, telles que la cocaïne ou l’héroïne, le sevrage du cannabis est réel.

Les personnes qui fument du cannabis peuvent devenir dépendantes et par conséquent, ressentir des symptômes tels que des troubles du sommeil, des sautes d’humeur et de l’irritabilité, en cas d’arrêt du cannabis.

Ces symptômes sont rarement dangereux et la plupart d’entre eux disparaissent dans les 72 heures suivant la dernière consommation du cannabis. À long terme, il est recommandé de trouver les conseils d’un thérapeute ou d’un groupe de soutien.

FAQs

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
1 - UN SEUL CLIENT À LA FOIS
2 - VIE PRIVÉE ET DISCRÉTION
3 - VÉRIFICATION COMPLÈTE
4 - PROGRAMME SUR MESURE TRAITANT LES CAUSES FONDAMENTALES
5 - RESTAURATION BIOCHIMIQUE
6 - APPROCHE HOLISTIQUE
7 - LES DERNIÈRES THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
8 - CONSEILLER EN RÉSIDENCE 24/7
9 - ÉTABLISSEMENT PRIVÉ DE LUXE
10 - CHEF PERSONNEL ET RÉGIME ALIMENTAIRE

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer une demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs de traitement

1 semaine

Évaluations complètes et désintoxication

1-4 semaine

Thérapie physique et mentale en cours

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Suivi

12+ semaine

Visite de remise à niveau

Accréditations & Médias

 
AMF
British Psychology Society
PsychologyTimes
COMIB
COPAO
EMDR
EPA
FMH
ifaf
Institute de terapia neural
MEG
NeuroCademy
Neurocare
OGVT
pro mesotherapie
Psychreg
red GDPS
WPA
SFGU
SEMES
SMGP
Somatic Experience
ssaamp
TAA
SSP
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
Views
abcMallorca
LuxuryLife