8 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

Beaucoup de gens, qui commencent à consommer une drogue, sont sûrs qu’ils peuvent arrêter à tout moment et rester « maîtres de la situation ». En fait, la cocaïne « prend littéralement possession » du système nerveux et change une personne, la privant de sa propre volonté, de ses désirs et même de la capacité d’être consciente de ce qui se passe.

De nombreux toxicomanes commencent à consommer de la cocaïne en pensant qu’elle ne provoque pas de dépendance physique ni de crise de sevrage. En fait, la dépendance à cette substance se forme après la première dose, et au lieu de souffrir physiquement pendant la période de sevrage, une personne éprouve de véritables accès de folie.

Le syndrome de sevrage est un syndrome de troubles physiques et/ou mentaux qui se développe chez les toxicomanes quelque temps après l’arrêt du médicament ou la réduction de sa dose. Le sevrage fait partie intégrante du syndrome de dépendance physique.

Lorsqu’une personne s’abstient de prendre de la drogue, le sevrage commence. La nature du sevrage dépend de la drogue prise par le toxicomane. Avec la dépendance à la cocaïne, le sevrage est le plus fort.

Les premiers symptômes de sevrage commencent à apparaître  2 à 4 heures après la prise de la dernière dose de cocaïne. Ses principales manifestations comprennent :

  • Des frissons (la personne tremble, les muscles se tordent).
  • Des nausées.
  • Des vomissements.
  • Une migraine.
  • Des convulsions.
  • Une augmentation de la pression artérielle.
  • Un trouble digestif.
  • Des arythmies cardiaques qui menacent d’arrêter de respirer.

Avec le syndrome de sevrage, des signes de troubles mentaux apparaissent. La dépression, les phobies, la paranoïa sont exacerbées. Le danger de rupture est que si vous ne retirez pas les déchets, le risque de suicide augmente.

Il n’y a pas de pilule magique qui puisse se débarrasser de la dépendance à la cocaïne en une journée, en effet, le patient doit se préparer à un traitement long et sérieux en clinique.

Un traitement de haute qualité et correct comprend :

  • Un nettoyage rapide du corps des toxines de la cocaïne, amenant la victime à un état stable.
  • Un diagnostic complet du patient, qui permet de dresser une liste des dommages à la santé dans le processus de consommation de cocaïne.
  • Une nomination d’un traitement individuel, en tenant compte de toutes les caractéristiques du corps affecté par une intoxication systématique et des surdoses du corps.
  • Un accompagnement des toxicomanes.
  • Le cours d’assistance psychologique et de réhabilitation du patient.
  • Une assistance à la socialisation d’un toxicomane, le ramenant à une vie pleine sans dépendance.

À la fin du traitement, les rechutes ont été exclues.

D’abord, il faut souligner que le traitement de la toxicomanie sans le désir du patient dans presque 100 % des cas ne donne pas le résultat souhaité. Les parents et amis du patient doivent être patients et persévérer vers leur objectif.

Le traitement de la dépendance à la cocaïne tient compte de l’état de santé d’une personne, ainsi que de toutes les conséquences sociales et psychologiques de la consommation de drogue.

Il n’est pas nécessaire de rappeler constamment au cocaïnomane son erreur, car même le désir de se débarrasser de la dépendance est très difficile. Il n’est pas nécessaire de provoquer une rupture de traitement avec une moralisation régulière.

Naturellement, la dépendance à la cocaïne est beaucoup plus dangereuse qu’un simple rhume, par conséquent, le traitement n’est effectué que dans un hôpital, sous la surveillance constante de médecins.

Afin d’arrêter la cocaïne et éliminer la dépendance, la guérison comprend trois étapes : la désintoxication, la réhabilitation et la rééducation.

Des médicaments pour la désintoxication de la coke

Dans cette première étape, le corps est débarrassé de la drogue par perfusion de nettoyage du sang, et un traitement thérapeutique des conséquences de la toxicomanie.

La désintoxication est effectuée avec des préparations spéciales, en règle générale, des compte-gouttes avec des médicaments et une solution de nutriments.

Il faut souligner d’abord qu’il n’existe actuellement aucun médicament disponible pour traiter la dépendance à la cocaïne.

En raison des changements d’humeur observés au début de l’abstinence de cocaïne (sevrage de la cocaïne), les antidépresseurs et des tranquillisants se sont avérés utiles, pour la stabilisation de la psyché du patient.

Le sevrage médicamenteux consiste à l’élimination symptomatique du syndrome de sevrage, par le soulagement de la douleur, la désintoxication intraveineuse pendant 7 à 14 jours, la nomination d’antispasmodiques pour l’altération de la fonction intestinale.

Des antidépresseurs, des anticonvulsivants, des bronchodilatateurs sont prescrits et nomination de médicaments pour la correction de la pression artérielle, des hypnotiques et des sédatifs.

De plus, une thérapie réparatrice dans laquelle des solutions poly-ioniques sont introduites, de plus, des vitamines, des hépato-protecteurs, des nootropiques sont administrés.

La réhabilitation pour sortir de la cocaïne 

Au cours de cette deuxième phase, des spécialistes de la réadaptation et des psychologues travaillent avec le patient pour l’aider à surmonter la dépression, à se débarrasser des pensées suicidaires et à réapprendre à vivre.

Cette étape du traitement consiste en des séances de psychothérapie qui aident le patient à se débarrasser de l’envie subconsciente de cocaïne et à apprendre à gérer la dépression par d’autres moyens.

Parce que les troubles psychologiques ont tendance à augmenter la dépendance à certains comportements, le traitement psychothérapeutique de la maladie devient aussi important que le traitement de la dépendance elle-même.

Les méthodes comportementales, individuelle et de groupe, de traitement de la dépendance à la cocaïne, qui sont utilisées avec succès dans les centres de réadaptation, comprennent deux aspects principaux :

Les incitations motivationnelles, également connues sous le nom de gestion des imprévus :

Les stimuli motivationnels utilisés dans la réhabilitation des patients utilisent un système de rétroaction.

En fait, les participants reçoivent des récompenses incitatives pour avoir surmonté divers défis auxquels ils sont confrontés dans leur rétablissement.

Ainsi, une incitation à une vie saine et une expérience d’auto-motivation dans des situations de vie atypiques auxquelles il devra faire face dans la période de rééducation et de resocialisation post-programme se forment dans la personnalité de la personne en convalescence.

La thérapie cognitivo-comportementale :

​​La thérapie cognitivo-comportementale vise à réhabiliter les toxicomanes en transformant les comportements compulsifs de consommation de drogues en façons saines de faire face aux problèmes quotidiens.

Ceci se fait grâce à un programme efficace qui permet aux cocaïnomanes non seulement d’accepter le fait de la maladie, mais également de comprendre leurs problèmes de vie qui les ont incités à consommer la cocaïne.

Pour ces patients, une psychothérapie de groupe, de la méditation, de l’éducation, du yoga, des massages, des promenades, des exercices physiques, des entraînements au gymnase sont effectués.

La rééducation ou la réinsertion sociale :

Après le traitement principal, les patients subissent une rééducation, qui vise à les ramener à une vie normale.

Cela prend beaucoup de temps, car les toxicomanes perdent en fait le contact avec la société et, après la guérison, ils sont obligés d’apprendre à vivre à nouveau au sens littéral du terme.

Après la sortie de l’hôpital, la phase ambulatoire du traitement se poursuit pendant un an. Le patient prend les médicaments prescrits par le médecin, suit toutes les règles du traitement, vient pour des contrôles réguliers tous les mois.

En cas de changement d’état, d’apparition de dépression ou de besoin de médicaments, le patient en informe immédiatement l’hôpital afin de recevoir des recommandations complémentaires.

Selon les statistiques, un tiers des toxicomanes reviennent à la cocaïne dans l’année. Afin de prévenir les rechutes, il est recommandé de contrôler quotidiennement les toxicomanes à l’aide de tests en pharmacie et de les emmener chez un psychologue en toxicomanie au moins une fois tous les six mois.

La présence d’un membre de la famille qui lutte contre la dépendance de la cocaïne affecte toujours le reste de la famille, par conséquent l’implication de la famille est un facteur clé dans la réussite à long terme de la réhabilitation et de la rééducation du toxicomane.

Pour ce faire, il est recommandé d’encourager les membres de la famille du patient à rejoindre le programme de la thérapie de groupe pendant la période de traitement.

Les personnes fortement dépendantes à la cocaïne vivent rarement au-delà de 40 ans. Après 5 ans d’utilisation régulière, ils deviennent gravement handicapés et meurent dans une terrible agonie.

Par conséquent, les parents et les amis d’un cocaïnomane doivent tout faire pour le retirer de l’aiguille. Cela sera possible si vous parvenez à persuader un toxicomane de se rendre dans un centre de réadaptation pour un traitement complet.

Une thérapie bien choisie atténuera les symptômes de sevrage et soutiendra un corps déjà épuisé, et une communication étroite avec un psychologue et un psychothérapeute donnera le premier pas vers l’émergence de la motivation pour mettre fin à la consommation de drogue une fois pour toutes.

FAQs

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
1 - UN SEUL CLIENT À LA FOIS
2 - VIE PRIVÉE ET DISCRÉTION
3 - VÉRIFICATION COMPLÈTE
4 - PROGRAMME SUR MESURE TRAITANT LES CAUSES FONDAMENTALES
5 - RESTAURATION BIOCHIMIQUE
6 - APPROCHE HOLISTIQUE
7 - LES DERNIÈRES THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
8 - CONSEILLER EN RÉSIDENCE 24/7
9 - ÉTABLISSEMENT PRIVÉ DE LUXE
10 - CHEF PERSONNEL ET RÉGIME ALIMENTAIRE

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer une demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs de traitement

1 semaine

Évaluations complètes et désintoxication

1-4 semaine

Thérapie physique et mentale en cours

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Suivi

12+ semaine

Visite de remise à niveau

Accréditations & Médias

 
AMF
British Psychology Society
PsychologyTimes
COMIB
COPAO
EMDR
EPA
FMH
ifaf
Institute de terapia neural
MEG
NeuroCademy
Neurocare
OGVT
pro mesotherapie
Psychreg
red GDPS
WPA
SFGU
SEMES
SMGP
Somatic Experience
ssaamp
TAA
SSP
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
Views
abcMallorca
LuxuryLife