EXPERTISE MÉDICALE SUISSE: ZURICH, MAJORQUE, LONDRES, NEW YORK

11 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

Il y a des gens qui ont tellement envie de faire du bien à tout le monde : ils donnent des conseils non sollicités et imposent leur aide. En psychologie, ce comportement est appelé le syndrome du sauveur. Aider les gens est une chose utile et le désir de toujours venir à la rescousse des autres est si bon, mais si cette complicité devient un mode de vie, alors cela devient déjà dangereux. Le fait est que les sauveurs transforment chaque situation de la vie en tragédie pour être utiles.

Selon leur scénario, toutes les circonstances de la vie deviennent négatives et un sauveur vient alors en aide. Ces personnes inspirent un sentiment d’impuissance et de dépendance vis-à-vis de leur entourage, et prétendent que les autres ne pourront jamais s’en sortir sans leur aide.

Aider les autres est l’une des formes de comportement qui reçoit l’approbation sociale. Mais parfois l’altruisme se retourne contre nous. Un exemple frappant de cela est le « syndrome du sauveur ». Le syndrome du sauveur n’a rien à voir avec le bénévolat ou l’aide à la grand-mère du voisin. Il s’agit plutôt d’une préoccupation non sollicitée que vous cherchez à imposer aux autres.

Les personnes qui améliorent le quartier à leurs frais, qui sont toujours prêtes à remplacer leurs collègues de travail, qui considèrent qu’il est de leur devoir d’imposer de l’aide à tous ceux qui en ont besoin, sont souvent caractérisées par le syndrome du sauveteur. Par ce terme, les psychologues entendent un comportement qui résulte d’un désir exagéré de se sentir utile.

Le complexe du sauveur n’est pas un problème médical mais plutôt un état d’esprit. Cependant, les chercheurs ont découvert que les personnes atteintes de troubles bipolaires et de schizophrénie sont plus susceptibles de rencontrer le problème. Cela ne fait pas de vous une mauvaise personne, mais cela ne fait pas non plus de vous une bonne personne.

Le narcissique n’a aucun doute qu’il est plus intelligent, plus expérimenté, plus talentueux que ceux qui l’entourent. Et généralement, il veut vraiment le démontrer. Ce qu’il fait, en aidant constamment les plus faibles et les plus stupides, à son avis, les gens.

Les narcissiques oscillent souvent du mode héros au mode victime. En tant que héros, le narcissique tente de dominer la situation. Sauver la journée alimente son ego et lui donne le contrôle.

Deux résultats malheureux résultent du besoin d’un narcissique d’être un héros. Le premier est la tendance à attribuer injustement le blâme et à attaquer une personne innocente. Souvent, un narcissique utilise des techniques sournoises pour persuader les autres de convenir qu’une personne a besoin de « se redresser ». Utiliser une tranche de vérité mais la superposer avec des distorsions est une approche courante. Souvent, un élément de fait dans un récit amène une personne à supposer que les détails qui suivent sont également vrais.

Deuxièmement, se faire passer pour un héros et sauver une autre personne de son sort peut ne pas être utile à cette personne. La sympathie ou le fait de se sentir désolé pour quelqu’un peut le déresponsabiliser.

Malheureusement, les narcissiques manquent souvent d’empathie. La sympathie leur permet de se sentir puissants, en contrôle et justes, ce qui les rend plus attrayants. L’empathie est désintéressée et éprouvante. Malheureusement, un narcissique sélectionne généralement la réponse sympathique qui alimente son ego.

Le caractère du « sauveur » se révèle le plus clairement dans une relation amoureuse. La communication est basée sur le fait qu’un partenaire a constamment besoin de l’autre. Tous deux souffrent : le premier se retrouve dans la position d’un enfant sans défense, dont il n’a pas le droit de sortir. Le second sacrifie ses affaires et ses intérêts pour lui.

Le sauveteur fait toujours partie intégrante de la vie de son partenaire, résolvant presque tous les problèmes pour lui dans une noble impulsion. Si le partenaire, à son tour, est en bonne santé mentale et n’a pas tendance à jouer le rôle de victime ou d’agresseur, ces relations se rompent (puisque le sauveteur n’a pas la possibilité de se réaliser), ou « guérir » le porteur du syndrome, ou entrer dans la phase de conséquences malsaines (le sauveteur peut involontairement encourager l’alcoolisme, la toxicomanie, la divulgation de tendances abusives).

Les sauveteurs masculins ont tendance à trop idéaliser leurs femmes, à les considérer comme impuissantes, ayant besoin de soutien. Les femmes secouristes montrent souvent une préoccupation excessive pour les hommes, leur extrapolant inconsciemment les mêmes tactiques que lorsqu’elles élèvent des enfants. Souvent, les femmes ont tendance à justifier le comportement destructeur de leurs amants, estimant qu’elles ne peuvent rien faire d’elles-mêmes.

Pour les deux sexes, un extrême est possible, c’est-à-dire la critique excessive et le contrôle d’un partenaire sous prétexte d’aider. De telles relations sont généralement codépendantes. En s’aidant, ils détruisent la sympathie l’un pour l’autre. Cependant, cela peut être compris, en règle générale, par ceux qui ont la possibilité d’observer l’évolution de ces relations de l’extérieur.

Beaucoup de gens sont pris dans le complexe du sauveur dans le monde de la guérison spirituelle et de l’enseignement. Étant donné que de nombreuses personnes s’attendent déjà à ce que l’enseignant / guérisseur spirituel puisse les « sauver », c’est un rôle très facile à jouer.

Si une personne a un intérêt même léger à aider les autres, les choses peuvent facilement dégénérer. Cela conduit de nombreuses personnes à devenir des guérisseurs blessés alors qu’elles épuisent leur propre énergie dans des tentatives de faire plus et d’être plus pour les autres. Ils essaient de résoudre des problèmes que l’autre personne doit résoudre eux-mêmes, et cela peut être très dommageable.

Les personnes souffrant du syndrome du sauveur sont 24h / 24 et 7j / 7 à la recherche de quelqu’un à qui elles pourraient rendre leurs « services ». Ce sont les mêmes personnes qui savent tout : comment manger, élever des enfants et où partir en vacances. On peut les rencontrer au bureau ou lors d’une soirée amicale.

Le syndrome du sauveteur peut se manifester avec divers degrés d’intensité. Souvent, ses principaux symptômes sont des sautes d’humeurs fréquentes et un sentiment d’abandon. Pour résister à cela et se sentir nécessaire aux autres, une personne construit sa stratégie comportementale dans une aide obsessionnelle : du conseil à l’intervention active dans les affaires des autres.

Le sauveteur se sent extrêmement seul. Le seul moyen de combler son besoin d’intimité affective, de chaleur, de reconnaissance, c’est d’aider les autres. Il semble donc lier les autres à lui-même, les entraînant dans des relations de dépendance, dont il est très difficile de sortir.

Les signes suivants permettent d’identifier une personne atteinte d’un syndrome du sauveteur :

  • Le sauveur entre souvent dans des relations de co-dépendance ou les crée.
  • Il est certain de rendre les gens heureux près de lui et de les aider.
  • Il sacrifie ses propres intérêts au profit d’un autre.
  • Il aide les gens, et insuffle en eux, consciemment ou non, la dépendance et l’impuissance.
  • Il a lui-même besoin d’aide, mais ne la demande pas, car il ne reconnaît pas ce besoin.
  • Il reproche à ceux qu’il a aidés l’ingratitude et la frivolité.
  • Il lui est difficile de passer du temps seul avec intérêt, il ne peut pas rester longtemps sans relation.
  • Il ne sait pas dire non, il essaie de ne pas refuser les gens, même s’il sait que ce serait la meilleure solution.                                                           
  • Il montre rarement sa colère et son mécontentement.                                                               
  • Il essaie d’éviter les conversations conflictuelles.                                       
  • Faisant preuve d’une préoccupation excessive pour les autres, il s’oublie, et abandonne ses objectifs et sa réalisation de soi.

Une fois que vous avez réalisé qu’il est très possible que vous ayez le syndrome du sauveur, il est temps de prendre le contrôle et de le surmonter. Pour cela, le plus important est que vous vous rendiez chez un psychologue professionnel.

Le professionnel pourra vous aider à faire face à vos peurs et à ces besoins non satisfaits que vous essayez de combler en vous tournant vers les autres. La thérapie peut prendre du temps, mais elle fonctionnera.

La clé de la guérison de la codépendance et du complexe du sauveur est de commencer à se concentrer sur soi-même et sur les problèmes sous-jacents qui poussent à se concentrer sur les autres.

Développez la conscience de soi :

Commencez à prêter attention à votre expérience interne tout au long de la journée. Écoutez votre corps et les informations émotionnelles internes qu’il peut fournir. Essayez de vous asseoir tranquillement. Prenez des respirations profondes et relaxantes et amenez votre conscience dans votre ventre ou votre cœur.

Remarquez ce qui se passe. Remarquez la température, la couleur, les sons et les mouvements. Vous pouvez vous concentrer sur un problème de votre vie et remarquer vos sensations corporelles autour de lui.

Honorez vos sentiments :

Bien que les sentiments ne soient pas logiques et puissent parfois sembler irrationnels, ils ont généralement une bonne raison. Ignorer vos sentiments les intensifie très probablement.

Reconnaître vos sentiments ne signifie pas que vous devez baser vos décisions sur ce que vous ressentez, vous pouvez vous permettre d’être triste en faisant les choses que vous avez à faire. Honorer vos sentiments signifie en être responsable, sans blâmer les autres. Personne ne vous fait ressentir quelque chose sans votre consentement.

Identifiez vos besoins émotionnels de base :

Vos relations antérieures peuvent également vous donner un aperçu de vos besoins. Lorsque vous identifiez vos propres besoins émotionnels de base et travaillez à les satisfaire, vous vous engagerez probablement dans des relations complémentaires et favorables à l’endroit où vous vous trouvez.

Cela ne signifie pas que vous devez répondre à vos besoins par vous-même. Cela signifie simplement que vous devez assumer la responsabilité de ces besoins et reconnaître que vous êtes votre propre soignant principal et que vous devez répondre à vos propres besoins autant que vous le pouvez.

Définissez vos priorités et vos valeurs dans la vie :

Prenez le temps de définir les éléments que vous aimeriez inclure dans votre vie. Qu’il s’agisse de croissance personnelle, d’amis, de loisirs, de travail… faites une liste de ces éléments et visualisez à quoi vous aimeriez que chaque partie de votre vie ressemble. Ensuite, listez les choses que vous devriez faire pour faire de cette visualisation une réalité.

Le syndrome du sauveur affecte à la fois la santé mentale et physique. Être secouriste consomme de l’énergie, ce qui entraîne une anxiété permanente, un épuisement professionnel et une dépression.

Le désir persistant d’anticiper et de satisfaire les besoins des autres épuisa grandement le système nerveux. De plus, le sauveur risque de se retrouver dans une relation malsaine, dont il ne sera pas facile de sortir.

Enfin, le sauveur, se donnant sans réserve aux autres, ne vit pas pleinement. Dans ce cas, la meilleure stratégie de soin est celle qui explique comment s’aider soi-même.

FAQs

COMMENT LA BALANCE PEUT VOUS AIDER

The Balance RehabClinic est l'un des principaux fournisseurs de traitements de luxe en matière de toxicomanie et de santé mentale pour les personnes aisées et leurs familles, offrant un mélange de science innovante et de méthodes holistiques avec des soins individualisés inégalés.

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
UN SEUL CLIENT À LA FOIS
PROGRAMME SUR MESURE
RESTAURATION BIOCHIMIQUE
APPROCHE HOLISTIQUE
THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
THÉRAPIE INFORMÉE SUR LE TRAUMATISME

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer la demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs du traitement

1 semaine

Bilans & Détox

1-4 semaine

Thérapie psychologique et holistique

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Soins Suivis

12+ semaine

Visite de rappel

Santé Mentale Insights

latest news & research on Santé Mentale
La bipolarité
La bipolarité

Les individus souffrant de trouble bipolaire traversent des périodes marquées par des émotions exceptionnellement intenses, des altérations dans leurs habitudes de sommeil et leurs niveaux d'activité

read more
pensées suicidaires
Les idées suicidaires

Les idées suicidaires sont un terme général utilisé pour décrire une gamme de contemplations, de souhaits et de préoccupations concernant la mort et le suicide

read more
La confusion mentale
La confusion mentale

La confusion mentale désigne une diminution des capacités cognitives, englobant l’aptitude d’une personne à penser, à apprendre et à comprendre

read more
La fatigue chronique
La fatigue chronique

fatigue est une sensation relativement subjective et ardue à quantifier. Elle peut être naturelle lorsque quelqu'un a été impliqué dans un travail intense, que ce soit sur le plan physique ou mental

read more

Accréditations

 
Neurocare
TAA
ssaamp
Somatic Experience
SMGP
SEMES
SFGU
WPA
red GDPS
pro mesotherapie
OGVT
AMF
NeuroCademy
MEG
Institute de terapia neural
ifaf
FMH
EPA
EMDR
COPAO
COMIB
British Psychology Society
 

Médias

 
Live Science
Mallorca Magazin
Woman & Home
National World
American Banker
Marie Claire
BBC
La Nacion
Metro UK
General Anzeiger
Business Leader
Dazed
Apartment Therapy
Express UK
Bloomberg
Cosmopolitan
Morgenpost
Manager Magazin
Entrepreneur ME
abcMallorca
Psychreg
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
PsychologyTimes
LuxuryLife
The Times
The Standard
The stylist
Mirror UK
Mallorca Zeitung
Daily Mail
Guardian