EXPERTISE MÉDICALE SUISSE: MAJORQUE, ZURICH, LONDRES, OFFSHORE

11 Minutes

Édité et examiné médicalement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

Dans le monde en évolution rapide d’aujourd’hui, la santé mentale est un sujet qui impacte la vie de nombreuses personnes. Les antidépresseurs sont conçus pour aider les individus à gérer des conditions telles que la dépression et l’anxiété, et ils sont fréquemment prescrits pour les aider à faire face à ces défis.

Bien que certaines personnes puissent supporter une consommation modérée d’alcool en association avec certains antidépresseurs, il est crucial de reconnaître qu’une telle pratique comporte divers risques. L’objectif de cet article est de répondre à quelques questions importantes concernant la consommation d’alcool en association avec les antidépresseurs.

Les antidépresseurs englobent une vaste catégorie de médicaments utilisés pour traiter divers troubles de santé mentale. Parmi les affections les plus fréquemment traitées par ces médicaments, on compte le trouble dépressif majeur, le trouble anxieux généralisé, l’anxiété sociale ou les phobies sociales, le trouble obsessionnel compulsif, les troubles de l’alimentation tels que la boulimie et les crises de panique (1).

Ces médicaments agissent en modifiant les niveaux de neurotransmetteurs dans le cerveau, induisant ainsi une amélioration de l’humeur dépressive et des symptômes associés tels que l’anxiété, l’insomnie et les idées suicidaires. Les neurotransmetteurs ciblés par les antidépresseurs comprennent la sérotonine, la dopamine, l’acide gamma-aminobutyrique (GABA) et la noradrénaline (2).

L’une des questions les plus fréquemment posées concernant les antidépresseurs est de savoir s’il est sûr de consommer de l’alcool tout en prenant ces médicaments. La réponse, comme de nombreux aspects du traitement de la santé mentale, n’est pas universelle.

En règle générale, il est déconseillé de mélanger l’alcool et les antidépresseurs en raison de nombreuses conséquences imprévisibles, susceptibles d’être influencées par divers facteurs, tels que le type d’antidépresseur pris, la tolérance individuelle à l’alcool et la quantité d’alcool consommée.

Bien que certaines personnes puissent tolérer une consommation modérée d’alcool avec certains antidépresseurs, il est essentiel de comprendre qu’elle comporte un certain nombre de risques. L’alcool peut exacerber les symptômes de la dépression et intensifier les effets secondaires associés aux antidépresseurs (3). Il est généralement recommandé aux personnes sous antidépresseurs de s’abstenir de boire de l’alcool, en particulier si elles sont amenées à conduire ou à utiliser des machines lourdes.

La prise d’alcool simultanée avec un antidépresseur peut entraîner des interactions négatives, surtout chez les personnes qui consomment régulièrement de l’alcool ou qui sont dépendantes de celui-ci. Le risque d’interactions indésirables augmente proportionnellement à la quantité d’alcool consommée pendant la prise d’un antidépresseur (4).

Parmi les interactions potentielles entre l’alcool et les antidépresseurs, on peut citer :

Une aggravation des symptômes de santé mentale (dépression et anxiété) :

L’alcool est un dépresseur, ce qui signifie que sa consommation peut empêcher l’efficacité des médicaments antidépresseurs, aggraver les symptômes de la dépression et compliquer leur traitement (5). Le patient s’expose également au risque de développer une forte dépendance à l’alcool, surtout s’il recourt à la consommation comme une forme d’automédication supplémentaire pour soulager ses symptômes.

Bien que l’alcool puisse temporairement améliorer l’humeur, les personnes prenant des antidépresseurs devraient éviter ce risque potentiel de complications à long terme.

Des réactions dangereuses :

Chez les personnes prenant des inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO), l’alcool peut entraîner une augmentation de la pression artérielle potentiellement dangereuse, voire mortelle. Les personnes sous IMAO doivent s’abstenir de toute consommation d’alcool susceptible de déclencher cette réaction.

Par ailleurs, lorsque l’on mélange de l’alcool et des antidépresseurs, cela peut entraîner une toxicité hépatique, signifiant que le foie ne peut pas métaboliser ces toxines. Cela peut entraîner des dommages durables au foie et, dans certaines situations, présenter un risque mortel.

De plus, il est important que ces personnes discutent avec leur médecin des aliments et des boissons sans danger pendant le traitement aux antidépresseurs.

Une somnolence, une confusion et une perte de coordination :

La combinaison d’alcool et d’antidépresseurs peut altérer la coordination et entraîner de la confusion et une somnolence sévère. Ceci augmente le risque de chutes et de blessures, rendant déconseillé de conduire ou d’utiliser des machines sous l’influence d’alcool pendant la prise d’antidépresseurs. Même avec une concentration d’alcool inférieure à la limite légale, sa combinaison avec un antidépresseur peut accentuer la somnolence et la perte de coordination.

Une aggravation des effets secondaires :

Si une personne consomme de l’alcool tout en prenant simultanément un antidépresseur et un autre médicament sur ordonnance pour un problème de santé distinct, cela peut significativement intensifier les effets secondaires des deux médicaments (6).

La combinaison d’alcool et d’antidépresseurs peut entraîner des effets secondaires supplémentaires, notamment :

  • Une somnolence excessive ou une sédation.
  • Une confusion.
  • Des vertiges.
  • Des perturbations de la pensée et de la vigilance.
  • Un ralentissement des réflexes réactionnels.
  • Des troubles du sommeil.
  • Un risque accru de consommation d’alcool et / ou de dépendance.

Certaines personnes peuvent tolérer une consommation légère d’alcool tout en prenant certains antidépresseurs, mais cela ne signifie pas que c’est sans danger pour tout le monde. Il est important de suivre les recommandations de son médecin et de ne pas prendre de risques avec la santé.

En outre, la tolérance à l’alcool peut varier d’une personne à l’autre, et ce qui est sûr pour une personne peut ne pas l’être pour une autre. Il est donc important de rester conscient des effets potentiels de l’alcool sur le traitement antidépresseur et de prendre des décisions éclairées en consultation avec son médecin.

Il est également important de noter que chaque médicament antidépresseur a des interactions différentes avec l’alcool, ainsi, il est essentiel de consulter son médecin pour obtenir des conseils spécifiques à la situation.

L’association de la paroxétine, un antidépresseur de la classe des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), avec l’alcool peut entraîner plusieurs conséquences indésirables (7).

Ces effets peuvent varier d’une personne à l’autre, mais il est important de noter que la combinaison de la paroxétine et de l’alcool peut augmenter le risque de certains problèmes. Voici quelques conséquences possibles :

Une intensification des effets secondaires :

L’alcool peut augmenter les effets secondaires de la paroxétine, tels que :

  • Les sautes d’humeur extrêmes.
  • Une nausée.
  • Des problèmes de vue.
  • Une fréquence cardiaque irrégulière.
  • Des épisodes maniaques.
  • Le vomissement.

Une amplification des symptômes de dépression :

L’abus d’alcool et la dépression sont deux conditions susceptibles de coexister. Comme mentionné précédemment, la consommation d’alcool peut aggraver les symptômes des troubles de l’humeur. Dans certains cas, des individus en bonne santé qui consomment de l’alcool sur une longue période peuvent également présenter des symptômes de dépression. On ne sait pas clairement quel trouble survient en premier, l’alcoolisme ou la dépression.

Cependant, la consommation de boissons alcoolisées peut conduire à des sentiments de désespoir, à des comportements d’automutilation et à des pensées suicidaires. Bien que de tels états soient traités avec la Paroxétine, l’alcool peut réduire l’efficacité des médicaments et interférer avec le processus de traitement.

Le syndrome sérotoninergique :

Ce syndrome se manifeste comme une réaction médicamenteuse grave lorsqu’un médicament entraîne une accumulation excessive de sérotonine, un neurotransmetteur naturellement produit par le corps, qui est essentielle au bon fonctionnement des cellules nerveuses et du cerveau. Tout déséquilibre de ce neurotransmetteur peut entraîner des pensées dépressives et de l’anxiété.

Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) sont reconnus pour augmenter la production et l’équilibre de la sérotonine. Cependant, lorsque l’alcool, qui agit également sur ce même neurotransmetteur, est consommé, cela entraîne une production excessive de sérotonine. Les symptômes de cette affection varient de légers à graves et peuvent inclure de la fièvre, de la diarrhée, des frissons et des convulsions (8).

Des dommages au foie :

Le rôle principal du foie est de filtrer les substances présentes dans notre organisme, telles que l’alcool et les médicaments. Une consommation excessive d’alcool représente un défi supplémentaire pour le foie.

La situation devient plus préoccupante lorsque l’alcool est consommé en même temps que la prise de médicaments, pouvant entraîner des lésions hépatiques. Bien que la Paroxétine par elle-même ne soit pas associée à des lésions hépatiques, l’association avec l’alcool peut compromettre la fonction hépatique (9).

L’association d’antidépresseurs et d’alcool peut être dangereuse et peut entraîner des effets indésirables graves, voire potentiellement mortels, en fonction de divers facteurs tels que le type d’antidépresseur, la dose, le métabolisme individuel et la quantité d’alcool consommée.

La raison principale d’éviter la consommation d’alcool tout en prenant des antidépresseurs réside dans le fait que l’hypertension artérielle induite par la prise d’inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO) peut potentiellement être mortelle (10). Des effets secondaires intenses ou une déficience renforcée peuvent entraîner des problèmes de santé fatals ou une intoxication alcoolique. De plus, la consommation d’alcool peut accroître les pensées suicidaires.

La dépression expose déjà la personne à un risque accru de suicide. La consommation d’alcool aggrave simplement la dépression, augmentant ainsi le risque de pensées suicidaires ou de comportements suicidaires. Il existe un réel danger de décès lié à cette combinaison.

Les antidépresseurs représentent une classe de médicaments utilisée dans le traitement de troubles de santé mentale tels que l’anxiété et la dépression. La consommation d’alcool pendant la prise de ces médicaments peut engendrer divers effets secondaires et interactions potentiellement dangereux pour la santé et le bien-être mental d’une personne.

Éviter l’alcool lors de la prise d’antidépresseurs constitue la meilleure mesure de prévention contre les effets néfastes résultant de l’association de ces deux substances.

(1) Pruckner, N., & Holthoff-Detto, V. (2017). Antidepressant pharmacotherapy in old-age depression-a review and clinical approach. European journal of clinical pharmacology, 73(6), 661–667. https://doi.org/10.1007/s00228-017-2219-1

(2) Nutt D. J. (2008). Relationship of neurotransmitters to the symptoms of major depressive disorder. The Journal of clinical psychiatry, 69 Suppl E1, 4–7. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18494537/

(3) Graham, K., & Massak, A. (2007). Alcohol consumption and the use of antidepressants. CMAJ : Canadian Medical Association journal = journal de l’Association medicale canadienne, 176(5), 633–637. https://doi.org/10.1503/cmaj.060446

(4) Menkes, D. B., & Herxheimer, A. (2014). Interaction between antidepressants and alcohol: signal amplification by multiple case reports. The International journal of risk & safety in medicine, 26(3), 163–170. https://doi.org/10.3233/JRS-140632

(5) Tartara, A., Formigli, L., Crema, F., Maurelli, M., Perucca, E., Marchioni, E., Manzo, L., & Savoldi, F. (1985). Alcohol interactions with typical and atypical antidepressants. Neurobehavioral toxicology and teratology, 7(2), 139–141.

(6) Koski, A., Vuori, E., & Ojanperä, I. (2005). Newer antidepressants: evaluation of fatal toxicity index and interaction with alcohol based on Finnish postmortem data. International journal of legal medicine, 119(6), 344–348. https://doi.org/10.1007/s00414-005-0528-x

(7) Randall, C. L., Johnson, M. R., Thevos, A. K., Sonne, S. C., Thomas, S. E., Willard, S. L., Brady, K. T., & Davidson, J. R. (2001). Paroxetine for social anxiety and alcohol use in dual-diagnosed patients. Depression and anxiety, 14(4), 255–262. https://doi.org/10.1002/da.1077

(8) Velez, L. I., Shepherd, G., Roth, B. A., & Benitez, F. L. (2004). Serotonin syndrome with elevated paroxetine concentrations. The Annals of pharmacotherapy, 38(2), 269–272. https://doi.org/10.1345/aph.1D352

(9) Hu, T. M., Subeq, Y. M., Yang, F. L., Hsu, B. G., Lin, N. T., & Lee, R. P. (2013). The use of a selective serotonin reuptake inhibitor decreases heavy alcohol exposure-induced inflammatory response and tissue damage in rats. Journal of psychopharmacology (Oxford, England), 27(10), 940–946. https://doi.org/10.1177/0269881113494938

(10) Moustgaard, H., Joutsenniemi, K., Sihvo, S., & Martikainen, P. (2013). Alcohol-related deaths and social factors in depression mortality: a register-based follow-up of depressed in-patients and antidepressant users in Finland. Journal of affective disorders, 148(2-3), 278–285. https://doi.org/10.1016/j.jad.2012.12.008

FAQs

COMMENT LA BALANCE PEUT VOUS AIDER

The Balance RehabClinic est l'un des principaux fournisseurs de traitements de luxe en matière de toxicomanie et de santé mentale pour les personnes aisées et leurs familles, offrant un mélange de science innovante et de méthodes holistiques avec des soins individualisés inégalés.

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
UN SEUL CLIENT À LA FOIS
PROGRAMME SUR MESURE
RESTAURATION BIOCHIMIQUE
APPROCHE HOLISTIQUE
THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
THÉRAPIE INFORMÉE SUR LE TRAUMATISME

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer la demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs du traitement

1 semaine

Bilans & Détox

1-4 semaine

Thérapie psychologique et holistique

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Soins Suivis

12+ semaine

Visite de rappel

Désintox Insights

latest news & research on Désintox
Captagon
Captagon

Le Captagon est une drogue stimulante. Son usage étant illégal, toute forme de Captagon présente sur le territoire français est non seulement contraire à la loi mais aussi non soumis à des contrôles réglementaires.

read more
L’alcool et le sommeil
L’alcool et le sommeil

Les effets de l'alcool sur le fonctionnement du corps sont divers, et le sommeil n'échappe pas à son influence. Bien que l'alcool puisse induire la somnolence et faciliter l'endormissement

read more
Keppra
Keppra

Le Keppra est un médicament qui contient l'ingrédient actif lévétiracétam. Il appartient à une classe de médicaments appelés anticonvulsivants ou antiépileptiques

read more
La cétirizine
La cétirizine

La cétirizine fait partie d'une catégorie de médicaments, disponible en vente libre, connus sous le nom d'antihistaminiques

read more

Accréditations

 
Neurocare
TAA
ssaamp
Somatic Experience
SMGP
SEMES
SFGU
WPA
red GDPS
pro mesotherapie
OGVT
AMF
NeuroCademy
MEG
Institute de terapia neural
ifaf
FMH
EPA
EMDR
COPAO
COMIB
British Psychology Society
 

Médias

 
Live Science
Mallorca Magazin
Woman & Home
National World
American Banker
Marie Claire
BBC
La Nacion
Metro UK
General Anzeiger
Business Leader
Dazed
Apartment Therapy
Express UK
Bloomberg
Cosmopolitan
Morgenpost
Manager Magazin
Entrepreneur ME
Khaleej Times
abcMallorca
Psychreg
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
PsychologyTimes
LuxuryLife
The Times
The Standard
The stylist
Mirror UK
Mallorca Zeitung
Daily Mail
Guardian