EXPERTISE MÉDICALE SUISSE: ZURICH, MAJORQUE, LONDRES, NEW YORK

13 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

Les antidépresseurs, fréquemment prescrits, sont des médicaments d’ordonnance qui s’avèrent bénéfiques dans le traitement de la dépression, ainsi que d’autres conditions telles que l’anxiété et les troubles obsessionnels compulsifs.

Divers types d’antidépresseurs sont disponibles, et le patient, en collaboration avec son médecin, œuvrera à identifier celui qui correspond le mieux à sa situation. Il est possible que le premier antidépresseur testé soit efficace, mais si cela ne soulage pas les symptômes ou provoque des effets secondaires gênants, il peut être nécessaire d’explorer d’autres options.

Les antidépresseurs, prescrits pour traiter la dépression, sont des médicaments visant à agir sur les troubles bien au-delà d’une simple tristesse passagère (1). La dépression est une maladie sérieuse et répandue qui altère significativement l’humeur et la santé mentale générale. Elle peut engendrer fatigue, désespoir, anxiété, ou appréhension, tout en influant sur la pensée, le sommeil, et l’appétit. Certains individus peuvent même être poussés à envisager des pensées suicidaires.

Néanmoins, les antidépresseurs se révèlent bénéfiques pour de nombreuses personnes touchées par la dépression. Les chercheurs estiment que ces médicaments contribuent à améliorer la manière dont le cerveau utilise certains produits chimiques régulateurs de l’humeur et du stress.

Les antidépresseurs ont été inventés dans les années 1950. Depuis lors, les chercheurs ont développé plusieurs types différents de médicaments.

De nombreux professionnels de la santé mentale estiment qu’il existe une corrélation entre la dépression et certaines substances chimiques cérébrales appelées neurotransmetteurs, en particulier la sérotonine, la noradrénaline et la dopamine.

La plupart des antidépresseurs contribuent à atténuer les symptômes dépressifs en agissant sur ces neurotransmetteurs, également qualifiés de messagers chimiques, qui facilitent la transmission d’informations entre les cellules cérébrales. Chaque type d’antidépresseur influe légèrement différemment sur ces neurotransmetteurs.

Il a été démontré que les antidépresseurs favorisent la neuroplasticité, un processus par lequel le cerveau peut ajuster sa structure en renforçant ou en affaiblissant les connexions entre les neurones (2).

Il existe divers types d’antidépresseurs, chacun agissant de manière distincte. Les professionnels de la santé privilégient généralement les nouveaux antidépresseurs en première instance, en raison de leurs effets secondaires moins prononcés par rapport aux anciens. Ces médicaments semblent également être plus efficaces pour résoudre différents types de problèmes liés à la dépression et à l’anxiété.

Les inhibiteurs de la recapture :

Le mécanisme par lequel les neurotransmetteurs sont naturellement réabsorbés dans les cellules nerveuses du cerveau après leur libération pour transmettre des messages entre ces cellules est connu sous le nom de recapture. Un inhibiteur de recapture agit en empêchant ce processus.

Plutôt que d’être réabsorbé, le neurotransmetteur demeure, au moins temporairement, dans l’espace situé entre les nerfs, appelé la synapse. Le maintien de concentrations accrues de neurotransmetteurs pourrait potentialiser la transmission d’informations entre les cellules nerveuses, renforçant ainsi les réseaux cérébraux régulant l’humeur (3).

Divers types d’inhibiteurs de la recapture ciblent des neurotransmetteurs spécifiques, se répartissant en trois catégories distinctes :

  • Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) :

Ces médicaments agissent sur le transporteur de sérotonine pour atténuer les symptômes de la dépression majeure. En règle générale, ces antidépresseurs entraînent moins d’effets secondaires indésirables et sont moins susceptibles de causer des problèmes à des doses thérapeutiques plus élevées que d’autres catégories d’antidépresseurs (4).

  • Inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSN) :

Font partie des types d’antidépresseurs les plus récents. Comme leur nom l’indique, ils bloquent la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (5).

  • Inhibiteurs de la recapture de la noradrénaline et de la dopamine (NDRI) :

Sont une autre classe d’inhibiteurs de la recapture qui affectent la recapture de la noradrénaline et de la dopamine (6).

En cas d’inefficacité de ces antidépresseurs, le médecin pourrait envisager la prescription d’un antidépresseur plus ancien.

Les autres antidépresseurs : tétracycliques et SARI :

  • Les antagonistes de la sérotonine et les inhibiteurs de la recapture (SARI) :

Ces antidépresseurs semblent agir de deux façons. D’une part, ils empêchent la recapture de la sérotonine. D’autre part, ils préviennent également la liaison des particules de sérotonine libérées dans une synapse avec certains récepteurs indésirables, les redirigeant plutôt vers d’autres récepteurs qui peuvent favoriser un meilleur fonctionnement des cellules nerveuses dans les circuits de l’humeur (7).

Les antidépresseurs plus anciens : tricycliques et IMAO :

Ces médicaments ont été parmi les premiers antidépresseurs. Bien qu’ils soient efficaces, leur utilisation peut entraîner des effets secondaires graves et représenter un risque élevé en cas de surdosage. Actuellement, de nombreux médecins ne les prescrivent que lorsque des médicaments plus récents se sont révélés inefficaces.

Ces antidépresseurs peuvent néanmoins être très bénéfiques dans le traitement de la dépression résistante ou de certaines formes particulières de dépression, notamment celles accompagnées d’anxiété.

  • Les antidépresseurs tricycliques (ATC) :

De manière similaire aux inhibiteurs de la recapture, les antidépresseurs tricycliques semblent entraver la réabsorption de la sérotonine et de l’épinéphrine dans les cellules nerveuses après que ces substances chimiques ont été libérées dans une synapse (8).

Cependant, ces médicaments pourraient présenter des risques pour les individus ayant certains troubles du rythme cardiaque.

  • Les inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO) :

Ces antidépresseurs semblent agir de manière différente. Les inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO) ciblent une enzyme naturelle responsable de la dégradation de la sérotonine, de l’épinéphrine et de la dopamine. En bloquant l’action de cette enzyme, les IMAO peuvent potentiellement accroître les niveaux de ces neurotransmetteurs (9).

Cependant, un inconvénient majeur est que les IMAO empêchent également la décomposition d’autres médicaments métabolisés par cette enzyme, augmentant ainsi le risque d’hypertension artérielle. De plus, ils affectent un acide aminé appelé tyrosine, présent dans certains aliments tels que les viandes vieillies et les fromages.

Par conséquent, les IMAO ne doivent pas être combinés avec d’autres médicaments susceptibles d’augmenter la sérotonine, tels que certains médicaments contre la migraine ou d’autres antidépresseurs, car cela peut entraîner une accumulation excessive de sérotonine, mettant potentiellement la vie en danger (syndrome sérotoninergique).

De plus, l’utilisation d’un IMAO implique le respect strict d’un régime alimentaire en raison d’interactions potentiellement dangereuses, voire mortelles, avec des aliments contenant de la tyramine, tels que certains fromages, cornichons et vins. De plus, des précautions similaires doivent être prises en ce qui concerne certains médicaments, notamment des analgésiques, des décongestionnants et certains suppléments à base de plantes.

  • Les nutraceutiques ou « aliments médicaux » :

Il s’agit d’une variante de folates disponible sur ordonnance, également désignée sous le nom de vitamine B essentielle, B9. La dépression est fréquemment associée à des taux bas de folates, qui influent sur les neurotransmetteurs régulant l’humeur. L’utilisation de l-méthylfolate s’est avérée efficace pour stimuler la production de ces neurotransmetteurs (10).

Tous les médicaments, y compris les antidépresseurs, peuvent entraîner des effets indésirables. Certains de ces effets secondaires peuvent être à peine perceptibles, tandis que d’autres peuvent considérablement compliquer la vie d’une personne déjà affectée par la dépression (11).

Dans des situations rares, les antidépresseurs peuvent occasionner des effets indésirables graves nécessitant une intervention médicale immédiate. Chaque catégorie d’antidépresseurs peut entraîner différents effets secondaires potentiels. Il convient de noter que les effets secondaires des antidépresseurs sont généralement légers et tendent à s’améliorer avec le temps.

Effets secondaires les plus courants des antidépresseurs :

Plusieurs symptômes fréquemment observés chez la majorité des individus sous traitement antidépresseur comprennent :

  • Des sensations de nausée.
  • Une faiblesse.
  • Une vision floue.
  • Des problèmes sexuels tels que la diminution de l’attraction ou des troubles liés à l’excitation.
  • Une anxiété persistante.
  • Une prise de poids.
  • Une constipation.
  • Une insomnie.
  • Une sécheresse des lèvres.
  • Des vomissements.
  • Des engourdissements.

Effets secondaires graves des antidépresseurs :

La plupart des effets secondaires les plus fréquents des antidépresseurs ne suscitent généralement pas de préoccupations majeures. Cependant, il est essentiel de rester vigilant, car il existe également des effets moins répandus mais plus graves. En cas d’apparition de l’un des symptômes suivants, il est impératif de faire appel à une assistance médicale d’urgence, car cette condition représente un danger imminent pour la vie de la personne concernée.

  • Le syndrome sérotoninergique :

Cet effet indésirable est lié à l’utilisation d’antidépresseurs appelés inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) et inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSN). Le syndrome sérotoninergique se manifeste lorsque les niveaux de sérotonine, un neurotransmetteur dans le cerveau, atteignent des niveaux excessivement élevés. Cela se produit généralement lorsqu’un médicament tel que les ISRS ou les IRSN est combiné avec un autre médicament qui influence également les niveaux de sérotonine, comme un autre antidépresseur (12).

Les symptômes du syndrome sérotoninergique comprennent la confusion, l’anxiété, des crampes musculaires, des frissons et même la diarrhée. De manière plus grave, des symptômes tels qu’une forte fièvre, des convulsions, des palpitations et une perte de conscience peuvent se manifester.

  • L’hyponatrémie :

L’hyponatrémie se caractérise par une diminution significative des niveaux de sodium ou de sel dans le sang du patient. En cas de survenue, une accumulation dangereuse de liquide peut se produire à l’intérieur des cellules du corps. Ce risque d’effet secondaire est généralement associé à l’utilisation de médicaments tels que les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), car ces médicaments peuvent altérer l’action d’une hormone impliquée dans la régulation des niveaux de sodium et de liquides dans le corps. Les personnes âgées sont particulièrement susceptibles de développer de l’hyponatrémie dans ce contexte (13).

Les formes moins graves d’hyponatrémie peuvent se manifester par des symptômes tels qu’un malaise général, des maux de tête, des douleurs musculaires, une perte d’appétit et une confusion. Dans les cas plus graves, les individus peuvent éprouver des symptômes tels que l’apathie, la fatigue, la désorientation, l’anxiété, la psychose et même des convulsions. Il est important de noter que l’hyponatrémie peut, dans de nombreux cas, entraîner le coma ou le décès.

  • Des pensées suicidaires :

Suite au premier arrêt des antidépresseurs, une détérioration temporaire de la dépression peut se produire, éventuellement conduisant à l’émergence de pensées suicidaires.

  • Des réactions allergiques :

Les réactions allergiques peuvent se manifester avec tout médicament, y compris les antidépresseurs, car une personne peut être allergique aux ingrédients actifs du médicament, aux colorants ou à d’autres agents de remplissage inactifs présents dans le comprimé.

Les symptômes d’une réaction allergique comprennent un gonflement, des éruptions cutanées, des démangeaisons, de l’urticaire, des ampoules ou des difficultés respiratoires. Les réactions allergiques graves sont particulièrement préoccupantes, car elles peuvent mettre en danger la vie du patient en compromettant sa fonction respiratoire.

  • Des convulsions :

Certains antidépresseurs, notamment les anciens appelés « tricycliques », peuvent accroître la probabilité de crises convulsives. En règle générale, les antidépresseurs plus récents présentent un moindre risque de déclencher de tels épisodes spasmodiques.

Les manifestations des convulsions incluent des mouvements soudains des bras et des jambes, de la confusion, ainsi que des périodes de perte de conscience. Il est impératif d’informer son médecin de tout épisode de convulsion observé.

Il est important de noter qu’aucun médicament n’est totalement exempt d’effets secondaires. Les antidépresseurs sont des médicaments utilisés pour traiter la dépression, mais ils peuvent entraîner divers effets secondaires chez certaines personnes. Cependant, les effets secondaires varient d’une personne à l’autre, et certaines personnes peuvent tolérer un médicament mieux que d’autres.

Il n’y a pas d’antidépresseur universellement optimal, car chaque personne réagit différemment à ces médicaments. Pour beaucoup, les effets secondaires associés aux antidépresseurs ont tendance à s’atténuer au cours des premières semaines de traitement.

Lorsqu’on discute des options de traitement, le médecin discutera également des avantages et des risques potentiels associés à chaque médicament, ainsi que des effets secondaires possibles. Parfois, des ajustements de dosage ou un changement de médicament peuvent être nécessaires pour minimiser les effets secondaires tout en assurant une efficacité thérapeutique.

Généralement, les effets des antidépresseurs les plus courants se manifestent généralement dans un délai de 2 à 4 semaines de prise du médicament, nécessitant ainsi de la patience de la part du patient.

La kétamine, à l’origine développée comme anesthésique, s’est révélée ces dernières années être un traitement prometteur contre la dépression. Son utilisation dans le traitement de la dépression remonte au début des années 2000, lorsque les chercheurs ont constaté ses effets antidépresseurs rapides et significatifs. Des études ont indiqué qu’une seule perfusion de faible dose de kétamine pourrait entraîner un soulagement rapide des symptômes dépressifs, souvent en quelques heures (14).

L’eskétamine, un dérivé de la kétamine, a été spécifiquement développé pour traiter la dépression résistante au traitement. Bien que sa structure soit similaire à celle de la kétamine, elle est formulée sous forme de spray nasal. En 2019, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a approuvé le spray nasal à l’eskétamine, commercialisé sous le nom de Spravato, en tant que traitement pour les personnes souffrant de dépression résistante au traitement (15).

L’eskétamine se distingue par sa rapidité d’action, diminuant les symptômes dépressifs en quelques heures ou jours, contrairement aux antidépresseurs traditionnels qui demandent plusieurs semaines pour produire des effets significatifs (16). Cette caractéristique en fait une option particulièrement avantageuse pour les individus qui n’ont pas obtenu de résultats satisfaisants avec d’autres traitements ou qui nécessitent un soulagement rapide des symptômes dépressifs sévères.

Les antidépresseurs jouent un rôle primordial dans le traitement de la dépression, offrant un espoir et une amélioration de la qualité de vie pour de nombreuses personnes. Bien que chaque individu réagisse différemment aux médicaments, il est essentiel de souligner l’importance de consulter un professionnel de la santé pour trouver le traitement le plus adapté à chaque cas particulier et diminuer les effets secondaires.

Les avancées constantes dans la recherche, telles que l’émergence de traitements comme l’eskétamine, ouvrent de nouvelles perspectives et offrent des options prometteuses pour ceux qui luttent contre la dépression.

(1) Salzman C. (1990). Antidepressants. Clinics in geriatric medicine, 6(2), 399–410. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/2184931/

(2) D’Sa, C., & Duman, R. S. (2002). Antidepressants and neuroplasticity. Bipolar disorders, 4(3), 183–194. https://doi.org/10.1034/j.1399-5618.2002.01203.x

(3) Prins, J., Olivier, B., & Korte, S. M. (2011). Triple reuptake inhibitors for treating subtypes of major depressive disorder: the monoamine hypothesis revisited. Expert opinion on investigational drugs, 20(8), 1107–1130. https://doi.org/10.1517/13543784.2011.594039

(4) Lochmann, D., & Richardson, T. (2019). Selective Serotonin Reuptake Inhibitors. Handbook of experimental pharmacology, 250, 135–144. https://doi.org/10.1007/164_2018_172

(5) Shelton R. C. (2019). Serotonin and Norepinephrine Reuptake Inhibitors. Handbook of experimental pharmacology, 250, 145–180. https://doi.org/10.1007/164_2018_164

(6) Wang, P., Yan, F., Dong, J., Wang, S., Shi, Y., Zhu, M., Zuo, Y., Ma, H., Xue, R., Zhai, D., & Song, X. (2023). A multiple-step screening protocol to identify norepinephrine and dopamine reuptake inhibitors for depression. Physical chemistry chemical physics : PCCP, 25(12), 8341–8354. https://doi.org/10.1039/d2cp05676c

 (7) Ayipo, Y. O., Alananzeh, W. A., Yahayaa, S. N., & Mordi, M. N. (2022). Molecular Modelling and Virtual Screening to Identify New Piperazine Derivatives as Potent Human 5-HT1A Antagonists and Reuptake Inhibitors. Combinatorial chemistry & high throughput screening, 10.2174/1386207325666220524094913. Advance online publication. https://doi.org/10.2174/1386207325666220524094913

(8) Gillman P. K. (2007). Tricyclic antidepressant pharmacology and therapeutic drug interactions updated. British journal of pharmacology, 151(6), 737–748. https://doi.org/10.1038/sj.bjp.0707253

(9) Sub Laban, T., & Saadabadi, A. (2023). Monoamine Oxidase Inhibitors (MAOI). In StatPearls. StatPearls Publishing. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30969670/

(10) Chandra, S., Saklani, S., Kumar, P., Kim, B., & Coutinho, H. D. M. (2022). Nutraceuticals: Pharmacologically Active Potent Dietary Supplements. BioMed research international, 2022, 2051017. https://doi.org/10.1155/2022/2051017

(11) Khawam, E. A., Laurencic, G., & Malone, D. A., Jr (2006). Side effects of antidepressants: an overview. Cleveland Clinic journal of medicine, 73(4), 351–361. https://doi.org/10.3949/ccjm.73.4.351

(12) Maitland, S., & Baker, M. (2022). Serotonin syndrome. Drug and therapeutics bulletin, 60(6), 88–91. https://doi.org/10.1136/dtb.2021.000032

(13) Viramontes, T. S., Truong, H., & Linnebur, S. A. (2016). Antidepressant-Induced Hyponatremia in Older Adults. The Consultant pharmacist : the journal of the American Society of Consultant Pharmacists, 31(3), 139–150. https://doi.org/10.4140/TCP.n.2016.139

(14) Witkin, J. M., Martin, A. E., Golani, L. K., Xu, N. Z., & Smith, J. L. (2019). Rapid-acting antidepressants. Advances in pharmacology (San Diego, Calif.), 86, 47–96. https://doi.org/10.1016/bs.apha.2019.03.002

(15) U.S.Food and Drugs. FDA approves new nasal spray medication for treatment-resistant depression; available only at a certified doctor’s office or clinic. https://www.fda.gov/news-events/press-announcements/fda-approves-new-nasal-spray-medication-treatment-resistant-depression-available-only-certified

(16) Chiappini, S., d’Andrea, G., De Filippis, S., Di Nicola, M., Andriola, I., Bassetti, R., Barlati, S., Pettorruso, M., Sensi, S., Clerici, M., Dell’Osso, B., Vita, A., & Martinotti, G. (2023). Esketamine in treatment-resistant depression patients comorbid with substance-use disorder: A viewpoint on its safety and effectiveness in a subsample of patients from the REAL-ESK study. European neuropsychopharmacology : the journal of the European College of Neuropsychopharmacology, 74, 15–21. https://doi.org/10.1016/j.euroneuro.2023.04.011

COMMENT LA BALANCE PEUT VOUS AIDER

The Balance RehabClinic est l'un des principaux fournisseurs de traitements de luxe en matière de toxicomanie et de santé mentale pour les personnes aisées et leurs familles, offrant un mélange de science innovante et de méthodes holistiques avec des soins individualisés inégalés.

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
UN SEUL CLIENT À LA FOIS
PROGRAMME SUR MESURE
RESTAURATION BIOCHIMIQUE
APPROCHE HOLISTIQUE
THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
THÉRAPIE INFORMÉE SUR LE TRAUMATISME

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer la demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs du traitement

1 semaine

Bilans & Détox

1-4 semaine

Thérapie psychologique et holistique

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Soins Suivis

12+ semaine

Visite de rappel

Désintox Insights

latest news & research on Désintox
La cétirizine
La cétirizine

La cétirizine fait partie d'une catégorie de médicaments, disponible en vente libre, connus sous le nom d'antihistaminiques

read more
cymbalta
Cymbalta

Cymbalta peut provoquer des effets secondaires légers ou graves. Les listes suivantes contiennent certains des effets secondaires principaux qui peuvent survenir lors de la prise de Cymbalta.

read more
Adderall
Adderall

L’Adderall administré à des doses normales ne suscite généralement pas d'effets secondaires sexuels chez les hommes.

read more
Les antidépresseurs et l’alcool
Les antidépresseurs et l’alcool

La prise d'alcool simultanée avec un antidépresseur peut entraîner des interactions négatives, surtout chez les personnes qui consomment régulièrement de l'alcool ou qui sont dépendantes de celui-ci

read more

Accréditations

 
Neurocare
TAA
ssaamp
Somatic Experience
SMGP
SEMES
SFGU
WPA
red GDPS
pro mesotherapie
OGVT
AMF
NeuroCademy
MEG
Institute de terapia neural
ifaf
FMH
EPA
EMDR
COPAO
COMIB
British Psychology Society
 

Médias

 
Live Science
Mallorca Magazin
Woman & Home
National World
American Banker
Marie Claire
BBC
La Nacion
Metro UK
General Anzeiger
Business Leader
Dazed
Apartment Therapy
Express UK
Bloomberg
Cosmopolitan
Morgenpost
Manager Magazin
Entrepreneur ME
abcMallorca
Psychreg
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
PsychologyTimes
LuxuryLife
The Times
The Standard
The stylist
Mirror UK
Mallorca Zeitung
Daily Mail
Guardian