EXPERTISE MÉDICALE SUISSE: ZURICH, MAJORQUE, LONDRES, NEW YORK

18 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

La cocaïne est une substance stimulante hautement addictive, fabriquée à partir de la plante de coca originaire d’Amérique du Sud. Elle est actuellement classée dans l’Annexe II des substances contrôlées en raison de son potentiel élevé d’abus, malgré certaines applications médicales, et de sa capacité à engendrer une dépendance sévère, tant sur le plan psychologique que physique.

Les individus qui consomment de la cocaïne courent le risque de ressentir une profonde dépression ou des effets inverses à ceux ressentis pendant l’euphorie, à mesure que les effets de la drogue se dissipent. Pour beaucoup, les rechutes ressemblent à une forme de gueule de bois, bien que certains symptômes puissent être distincts de ceux provoqués par l’alcool. Les personnes souffrant de symptômes graves liés à la consommation de cocaïne peuvent être tentées de consommer davantage de la drogue pour compenser ces sensations de rechute.

Les individus qui consomment la cocaïne sont susceptibles de souffrir de plusieurs symptômes le lendemain, à mesure que les effets de la substance se dissipent. Les effets de la cocaïne le lendemain, également appelés « gueule de bois » de la cocaïne, peuvent varier d’une personne à l’autre en fonction de divers facteurs, notamment la quantité de cocaïne consommée et la fréquence d’utilisation (1).

En réalité, la prise de cocaïne déclenche une augmentation significative de l’activité dopaminergique, donnant lieu aux effets euphoriques intensément ressentis. Cependant, lorsque les effets de la drogue diminuent, il y a une réduction de la quantité de dopamine active dans le cerveau, pouvant ainsi entraîner des symptômes opposés à ces sensations euphoriques.

Voici quelques-uns des effets courants associés au lendemain de la consommation de cocaïne :

Une congestion nasale :

La cocaïne est un vasoconstricteur, ce qui signifie qu’elle rétrécit les vaisseaux sanguins. Lorsqu’elle est inhalée, les vaisseaux du nez, en particulier, se contractent. Lorsque l’effet de la substance se dissipe, ces vaisseaux s’ouvrent plus largement qu’auparavant, ce qui peut provoquer une sensation de congestion ou des symptômes similaires à un rhume ou à une grippe.

Une fatigue accompagnée de difficultés à s’endormir :

De nombreux consommateurs soulignent des difficultés à s’endormir ou à maintenir un sommeil de qualité le lendemain de la consommation de cocaïne.

Une confusion mentale ou un ralentissement de la pensée :

Les perturbations de la neurotransmission normale peuvent rendre la réflexion, la mémoire et l’apprentissage de nouvelles informations particulièrement pénibles.

Une augmentation de l’appétit :

Le désir de nourriture réconfortante ou d’aliments riches en graisses tend à augmenter. Les stimulants réduisent généralement l’appétit, ce qui fait que les consommateurs de cocaïne peuvent ne pas manger pendant des heures, jusqu’à ce que les effets de la drogue se dissipent ou que la frénésie s’arrête. Lorsque l’appétit revient, il peut se manifester de manière intense.

Des courbatures et des douleurs :

Ces symptômes peuvent également être attribués à des perturbations spécifiques des neurotransmetteurs. L’activité physique peut sembler douloureuse, nécessiter plus de temps en raison de mouvements plus lents, ou demander une motivation considérable pour se lever et bouger. Des tremblements corporels sont également fréquents.

Une dépression :

Lorsque la cocaïne est présente, l’activité des neurotransmetteurs tels que la sérotonine et la dopamine augmente dans tout le cerveau. Cependant, lorsque la substance se dissipe, ces neurotransmetteurs liés à l’humeur s’épuisent, ce qui peut entraîner un sentiment de dépression.

Au niveau de la peau :

La cocaïne agit comme un irritant pour la peau, pouvant entraîner divers problèmes cutanés. La majorité des altérations cutanées sont attribuables à sa capacité de restreindre la dilatation des vaisseaux sanguins, ce qui limite l’apport sanguin à différentes parties du corps, notamment la peau du visage.

Par conséquent, la peau ne peut pas se régénérer de manière efficace et rapide en l’absence d’un apport suffisant en sang et en oxygène.

Plusieurs troubles cutanés au niveau du visage fréquemment associés à l’abus de cocaïne comprennent :

La vascularite (ou inflammation des vaisseaux sanguins) :

Ce trouble se caractérise par un épaississement des parois des vaisseaux sanguins, réduisant leur diamètre et entravant la circulation sanguine. Elle survient fréquemment chez les utilisateurs de cocaïne qui la consomment par inhalation ou injection, se manifestant par des croûtes, des éruptions cutanées, des taches rouges et d’autres lésions cutanées sur le visage (2).

Des infections cutanées :

L’utilisation de seringues lors de la consommation de cocaïne augmente le risque d’infections cutanées ou d’abcès en raison de la diminution du flux sanguin vers la peau du visage.

Un eczéma et une dermatite :

Les propriétés vasoconstrictrices de la cocaïne peuvent également entraîner des affections telles que l’eczéma et la dermatite, se traduisant par une peau sèche et craquelée, des démangeaisons, des éruptions cutanées, de petits bosses en relief, des suintements, des croûtes ou un épaississement de la peau du visage.

En outre, la cocaïne peut induire une psychose chez certains utilisateurs, entraînant des hallucinations et la sensation d’insectes rampant sur ou sous leur peau. Cela peut les pousser à se gratter, notamment sur le visage, contribuant ainsi aux coupures, aux éruptions cutanées, aux infections cutanées et à d’autres problèmes dermatologiques.

Au niveau des yeux :

La cocaïne peut également induire des effets à long terme au niveau des yeux en fonction de la voie d’administration et de l’ampleur de son utilisation (3). Ces effets comprennent :

Une jaunisse :

L’utilisation excessive de cocaïne peut endommager le foie, entraînant la jaunisse. Cette affection se manifeste par une coloration jaune de la peau et des yeux de l’utilisateur. Dans les cas de consommation à long terme, l’insuffisance hépatique peut survenir, nécessitant une consultation médicale immédiate.

Un nystagmus :

Aussi connu sous le nom de « mouvement oculaire rapide », le nystagmus entraîne une altération permanente du mouvement des yeux. L’utilisateur éprouve des mouvements oculaires incontrôlés dans un ou les deux yeux, un effet de la cocaïne qui endommage les muscles, les nerfs et les tissus cérébraux responsables du contrôle oculaire.

Un glaucome :

Les personnes consommant de la cocaïne présentent un risque accru de développer du glaucome, l’une des principales causes de cécité dans le monde. La cocaïne affecte la pression artérielle, entraînant une élévation à long terme de la pression des liquides oculaires, ce qui rend ses utilisateurs plus sensibles au glaucome (4).

Une kératite :

Fumer de la cocaïne expose les yeux aux fumées qui peuvent engourdir les yeux, supprimant le réflexe de clignement et provoquant une sécheresse oculaire. À long terme, cela peut causer des dommages, car les yeux demeurent exposés aux éléments extérieurs. Des particules étrangères et des vapeurs peuvent facilement provoquer des égratignures à la surface de l’œil, entraînant des cicatrices, des ulcères et une vision floue permanente (5).

Une rétinopathie au Talc :

Lors de l’injection ou de l’inhalation de cocaïne, il arrive que cette substance soit mélangée à du talc. Cela peut entraîner l’accumulation de dépôts de cristaux jaunes ou blancs dans la rétine. Il est à noter que de telles obstructions sont souvent responsables de graves problèmes de santé, y compris la cécité.

Au niveau du nez :

La consommation régulière de cocaïne peut causer des dommages sérieux, entraînant des problèmes structurels importants et augmentant le risque de complications respiratoires (6). Parmi ces effets, on peut citer :

Des saignements de nez (ou épistaxis) :

L’utilisation prolongée de cocaïne peut provoquer des saignements de nez, en raison des produits chimiques présents dans la drogue qui endommagent les tissus du nez, de la gorge et de la bouche. Lorsque la cocaïne est absorbée dans la circulation sanguine, elle agit comme un vasoconstricteur puissant, ce qui peut causer des dommages aux vaisseaux sanguins et entraîner des saignements fréquents (7). Ces saignements sont souvent accompagnés d’irritation des tissus affectés.

Un septum perforé et dévié :

L’utilisation répétée de cocaïne peut causer des dommages au tissu muqueux de la cloison nasale, ce qui peut entraîner la formation d’un trou ou d’une perforation. Cela peut également provoquer le déplacement ou la déviation de la cloison nasale, appelée un septum dévié. Ces problèmes peuvent affecter la respiration, l’odorat et causer des douleurs chroniques.

Un effondrement septal et une déformation du nez en selle :

Si le septum nasal est gravement endommagé, il peut s’effondrer complètement, ce qui entraîne une déformation faciale appelée « nez en selle ». Cette anomalie peut causer des douleurs et des problèmes respiratoires.

Une perforation du palais mou et dur :

L’utilisation prolongée de cocaïne peut endommager les tissus délicats des voies nasales, ce qui peut entraîner une perforation du palais dur dans la bouche ou une dissolution complète du palais mou. L’utilisation continue de cocaïne après la formation d’une perforation du palais peut également causer des problèmes dentaires.

La consommation de cocaïne peut causer des infections des cavités nasales et des sinus en perturbant l’apport sanguin et en entraînant la mort des tissus. Les tissus nécrosés peuvent rapidement devenir infectés, ce qui peut être grave et difficile à traiter. La cocaïne inhalée peut également causer des dommages aux sinus et entraîner des infections. Les dommages causés par la cocaïne peuvent perturber les fonctions du nez et des sinus, rendant les poumons plus vulnérables aux infections, notamment la pneumonie.

Au niveau de la bouche :

Des caries dentaires :

Les consommateurs de cocaïne sont susceptibles d’augmenter les taux de caries dentaires pour plusieurs raisons, notamment le manque de soins dentaires réguliers, l’absence des pratiques d’hygiène bucco-dentaire régulières, et la possibilité de frotter la drogue directement sur les gencives, ce qui peut entraîner une érosion dentaire (8).

Des maladies gingivales et parodontales :

En raison de la xérostomie et du manque de soins d’hygiène bucco-dentaire de routine. De plus, le bruxisme peut contribuer à ces affections.

Un bruxisme :

Il implique le serrage et le grincement des dents et peut causer des dommages aux structures de soutien des dents, entraînant une abrasion cervicale, une usure occlusale et des troubles de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM).

Des lésions gingivales :

Peuvent également survenir en raison du frottement de la substance sur les gencives, provoquant des dommages (9).

Autres troubles bucco-dentaires :

Comprennent des infections buccales à Candida, la perforation du palais, une fente labiale et palatine bilatérale chez le fœtus, une chéilite angulaire, une halitose, une glossodynie, un lichen plan érosif, une corrosion des restaurations en or et des saignements excessifs après une extraction dentaire.

De plus, les utilisateurs de cocaïne peuvent développer une dyskinésie bucco-linguale, un trouble du mouvement caractérisé par une protrusion de la langue et un pincement de la bouche ou des lèvres.

Lorsqu’ une personne consomme de la cocaïne, cela peut avoir des effets à court et à long terme sur son cerveau.

Les effets à court terme :

Certains effets de la cocaïne se produisent presque instantanément et durent généralement de quelques minutes à une heure. Ainsi, après avoir utilisé de la cocaïne en petites quantités, une personne peut se sentir plus :

  • Alerte mentalement.
  • Loquace.
  • Euphorique.
  • Énergétisée.
  • Sensible au son, au toucher et à la lumière

Les individus peuvent également éprouver :

  • De l’anxiété.
  • Des crises de panique.
  • De la paranoïa.
  • Une irritabilité accrue.

De plus, l’utilisation à court terme de la cocaïne peut augmenter le risque d’accident vasculaire cérébral, de crises, de maux de tête et de coma. Une personne peut aussi adopter soudainement un comportement violent et imprévisible.

Les effets à long terme :

Les effets à long terme de l’utilisation de la cocaïne sur le cerveau peuvent inclure (10) :

Des modifications du système de récompense :

Dans ce système, le cerveau associe des événements ou des objets extérieurs au corps, c’est-à-dire des stimuli, à une issue positive. Le cerveau libère de la dopamine, renforçant ainsi le caractère souhaitable de ces stimuli.

Une utilisation prolongée de la cocaïne peut perturber ce processus naturel, entraînant une accumulation de dopamine qui peut rendre la drogue encore plus désirable. Cependant, une recherche montre qu’un autre neurotransmetteur appelé glutamate peut également jouer un rôle dans le système de récompense et l’addiction.

Un stress :

Au fil du temps, l’utilisation de la cocaïne peut rendre les récepteurs du stress dans le cerveau plus sensibles, ce qui peut entraîner une augmentation des sentiments de tristesse et de mauvaise humeur lorsque la personne n’utilise pas la substance.

Une tolérance :

Si une personne utilise régulièrement de la cocaïne sur une longue période, son cerveau peut développer une tolérance à la drogue. Cela signifie qu’une personne peut avoir besoin de consommer des quantités plus importantes de cocaïne plus fréquemment pour ressentir les mêmes effets à court terme. La tolérance à la cocaïne peut accroître le risque de surdose.

Des effets psychologiques :

La consommation de cocaïne de manière répétée et à des doses de plus en plus élevées entraîne de l’irritabilité et de l’agitation. Une personne peut également éprouver de la paranoïa, des crises de panique et de la psychose.

Des troubles neurologiques :

Les personnes qui utilisent de la cocaïne pendant de longues périodes peuvent présenter un risque accru d’hémorragie cérébrale, d’un accident vasculaire cérébral, d’un anévrisme cérébral et la maladie de Parkinson.

Des fonctions cognitives :

Au fil du temps, l’utilisation de cocaïne peut altérer des fonctions telles que l’attention, la mémoire, la prise de décision et les compétences motrices (11).

Au niveau du système cardio-vasculaire :

La consommation prolongée de cocaïne peut accroître la probabilité de développer des caillots sanguins, susceptibles de déclencher des crises cardiaques, des embolies pulmonaires, des accidents vasculaires cérébraux et une thrombose veineuse profonde (12).

De plus, elle peut entraîner une inflammation et une nécrose du muscle cardiaque, une altération de la capacité du cœur à se contracter, ainsi que des ruptures de l’aorte, de l’angine de poitrine et une élévation permanente de la pression artérielle.

Au niveau du système respiratoire :

L’inhalation de cocaïne peut engendrer des troubles respiratoires graves, car elle entrave la diffusion de l’oxygène dans la circulation sanguine et endommage les minuscules vaisseaux sanguins qui transportent l’oxygène vers les différentes parties du corps.

Cela accroît le risque de problèmes respiratoires, notamment la pneumonie, la détresse respiratoire aiguë et l’aggravation de l’asthme (13).

Au niveau du système digestif :

La cocaïne a la capacité de restreindre l’apport sanguin vers l’estomac et les intestins, ce qui peut provoquer des lacérations et des ulcères. De plus, cela peut accroître le risque de colite ischémique, une condition où le gros intestin subit des blessures et une inflammation.

Au niveau des reins et du foie :

La consommation régulière ou ponctuelle de cocaïne provoque la destruction des fibres musculaires et la libération de leur contenu dans le système circulatoire, augmentant ainsi le risque de rhabdomyolyse (dégénérescence musculaire) et de complications rénales graves.

De plus, la métabolisation de la cocaïne peut induire une toxicité significative au niveau du foie, entraînant des dommages importants (14).

Les signes et symptômes de la dépendance à la cocaïne varient d’une personne à l’autre. Cependant, plusieurs symptômes psychologiques, physiques et comportementaux ont été identifiés, et ils sont des indicateurs fiables de la possibilité que la personne souffre d’un trouble lié à la consommation de cocaïne (15).

Si ces comportements sont observés chez une personne, cela peut suggérer qu’elle a développé une dépendance à la cocaïne :

Des signes comportementaux :

On peut observer des changements de comportement, notamment des manifestations d’agressivité, le mensonge, le vol, une augmentation de l’énergie et de l’hyperactivité. Par exemple, un discours rapide qui ne respecte pas les pauses habituelles peut être remarqué. La dépendance à la cocaïne peut également pousser la personne à prendre des risques accrus.

Des signes physiques :

Les signes physiques de la dépendance à la cocaïne comprennent des manifestations visibles, telles qu’un saignement nasal, une transpiration excessive, une diminution de l’appétit ou une perte de poids, ainsi que des pupilles dilatées. La personne dépendante à la cocaïne peut également présenter des épisodes de convulsions.

Des signes cognitifs :

Ces signes de dépendance à la cocaïne peuvent se traduire par des fluctuations de l’humeur. La personne peut par moments présenter des signes d’euphorie, puis devenir agitée et irritable. Elle peut exprimer un sentiment de panique ou montrer des signes de paranoïa. Il est possible qu’elle ait des hallucinations et souffre de psychoses, semblant ainsi perdre tout contact avec la réalité.

Des signes psychosociaux :

Une personne présentant une dépendance à la cocaïne peut manifester une perte d’intérêt pour ses activités préférées. Par exemple, elle peut fréquemment présenter des symptômes de dépression ou une anxiété intense. Les variations de son humeur peuvent aussi devenir plus évidentes.

Beaucoup de gens sont conscients des conséquences médicales et psychologiques néfastes des troubles liés à la consommation de cocaïne. Cependant, il est important de noter que l’utilisation de cette drogue peut également altérer l’apparence physique, un aspect qui saute aux yeux des autres en premier lieu.

Comme la cocaïne a un impact sur le cerveau et le corps, les modifications physiques peuvent se manifester progressivement. La consommation de substances peut engendrer de nombreux problèmes externes, lesquels peuvent avoir des répercussions sur la vie personnelle et professionnelle des individus. Ces changements dans l’apparence physique sont souvent accompagnés de sentiments de honte ou d’embarras, ce qui décourage souvent les personnes de rechercher de l’aide à tout prix.

(1) Roque Bravo, R., Faria, A. C., Brito-da-Costa, A. M., Carmo, H., Mladěnka, P., Dias da Silva, D., Remião, F., & On Behalf Of The Oemonom Researchers (2022). Cocaine: An Updated Overview on Chemistry, Detection, Biokinetics, and Pharmacotoxicological Aspects including Abuse Pattern. Toxins, 14(4), 278. https://doi.org/10.3390/toxins14040278

(2) Marquez, J., Aguirre, L., Muñoz, C., Echeverri, A., Restrepo, M., & Pinto, L. F. (2017). Cocaine-Levamisole-Induced Vasculitis/Vasculopathy Syndrome. Current rheumatology reports, 19(6), 36. https://doi.org/10.1007/s11926-017-0653-9

(3) Kéki-Kovács, K., Nagy, Z. Z., & Szentmáry, N. (2022). „Kokainszem-szindróma” [“Cocaine eye syndrome”]. Orvosi hetilap, 163(47), 1886–1890. https://doi.org/10.1556/650.2022.32643

(4) Moreno-Castro, L., García-García, G. P., & Pérez-Santonja, J. J. (2022). Acute Bilateral Angle-Closure Glaucoma Related to Intranasal Cocaine Abuse. Akutes bilaterales Engwinkelglaukom im Zusammenhang mit intranasalem Missbrauch von Kokain. Klinische Monatsblatter fur Augenheilkunde, 239(1), 99–102. https://doi.org/10.1055/a-1388-7330

(5) Zhou, M., Farooq, A. V., Andreoli, M. T., Ali, M., & Traish, A. S. (2016). Bilateral Rhizopus keratitis in a cocaine user. Canadian journal of ophthalmology. Journal canadien d’ophtalmologie, 51(1), e21–e23. https://doi.org/10.1016/j.jcjo.2015.09.018

(6) Jalali A. (2023). Cocaine Nose Correction: A Nonsurgical Approach Using a Novel Hyaluronic Acid Filler. Plastic and reconstructive surgery. Global open, 11(10), e5329. https://doi.org/10.1097/GOX.0000000000005329

(7) Richards, J. R., Laurin, E. G., Tabish, N., & Lange, R. A. (2017). Acute Toxicity from Topical Cocaine for Epistaxis: Treatment with Labetalol. The Journal of emergency medicine, 52(3), 311–313. https://doi.org/10.1016/j.jemermed.2016.08.006

(8) Melo, C. A. A., Guimarães, H. R. G., Medeiros, R. C. F., Souza, G. C. A., Santos, P. B. D. D., & Tôrres, A. C. S. P. (2022). Oral changes in cocaine abusers: an integrative review. Brazilian journal of otorhinolaryngology, 88(4), 633–641. https://doi.org/10.1016/j.bjorl.2021.04.011

(9) Dello Russo, N. M., & Temple, H. V. (1982). Cocaine effects on gingiva. Journal of the American Dental Association (1939), 104(1), 13. https://doi.org/10.14219/jada.archive.1982.0149

(10) Harvey J. A. (2004). Cocaine effects on the developing brain: current status. Neuroscience and biobehavioral reviews, 27(8), 751–764. https://doi.org/10.1016/j.neubiorev.2003.11.006

(11) Frazer, K. M., Richards, Q., & Keith, D. R. (2018). The long-term effects of cocaine use on cognitive functioning: A systematic critical review. Behavioural brain research, 348, 241–262. https://doi.org/10.1016/j.bbr.2018.04.005

(12) Lucyk S. N. (2022). Acute Cardiovascular Toxicity of Cocaine. The Canadian journal of cardiology, 38(9), 1384–1394. https://doi.org/10.1016/j.cjca.2022.05.003

(13) Perper, J. A., & Van Thiel, D. H. (1992). Respiratory complications of cocaine abuse. Recent developments in alcoholism : an official publication of the American Medical Society on Alcoholism, the Research Society on Alcoholism, and the National Council on Alcoholism, 10, 363–377. https://doi.org/10.1007/978-1-4899-1648-8_18

(14) Vitcheva V. (2012). Cocaine toxicity and hepatic oxidative stress. Current medicinal chemistry, 19(33), 5677–5682. https://doi.org/10.2174/092986712803988929

(15) Roncero, C., Martínez-Luna, N., Daigre, C., Grau-López, L., Gonzalvo, B., Pérez-Pazos, J., & Casas, M. (2013). Psychotic symptoms of cocaine self-injectors in a harm reduction program. Substance abuse, 34(2), 118–121. https://doi.org/10.1080/08897077.2012.691446

(16) Staak, M., & Rupp, C. P. (1993). Lebenserwartung des Drogenkonsumenten [Life expectancy of the drug addict]. Versicherungsmedizin, 45(1), 10–14.

(17) Hoyumpa A. M., Jr (1984). Alcohol interactions with benzodiazepines and cocaine. Advances in alcohol & substance abuse, 3(4), 21–34. https://doi.org/10.1300/J251v03n04_03

FAQs

COMMENT LA BALANCE PEUT VOUS AIDER

The Balance RehabClinic est l'un des principaux fournisseurs de traitements de luxe en matière de toxicomanie et de santé mentale pour les personnes aisées et leurs familles, offrant un mélange de science innovante et de méthodes holistiques avec des soins individualisés inégalés.

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
UN SEUL CLIENT À LA FOIS
PROGRAMME SUR MESURE
RESTAURATION BIOCHIMIQUE
APPROCHE HOLISTIQUE
THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
THÉRAPIE INFORMÉE SUR LE TRAUMATISME

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer la demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs du traitement

1 semaine

Bilans & Détox

1-4 semaine

Thérapie psychologique et holistique

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Soins Suivis

12+ semaine

Visite de rappel

Désintox Insights

latest news & research on Désintox
Captagon
Captagon

Le Captagon est une drogue stimulante. Son usage étant illégal, toute forme de Captagon présente sur le territoire français est non seulement contraire à la loi mais aussi non soumis à des contrôles réglementaires.

read more
L’alcool et le sommeil
L’alcool et le sommeil

Les effets de l'alcool sur le fonctionnement du corps sont divers, et le sommeil n'échappe pas à son influence. Bien que l'alcool puisse induire la somnolence et faciliter l'endormissement

read more
Keppra
Keppra

Le Keppra est un médicament qui contient l'ingrédient actif lévétiracétam. Il appartient à une classe de médicaments appelés anticonvulsivants ou antiépileptiques

read more
La cétirizine
La cétirizine

La cétirizine fait partie d'une catégorie de médicaments, disponible en vente libre, connus sous le nom d'antihistaminiques

read more

Accréditations

 
Neurocare
TAA
ssaamp
Somatic Experience
SMGP
SEMES
SFGU
WPA
red GDPS
pro mesotherapie
OGVT
AMF
NeuroCademy
MEG
Institute de terapia neural
ifaf
FMH
EPA
EMDR
COPAO
COMIB
British Psychology Society
 

Médias

 
Live Science
Mallorca Magazin
Woman & Home
National World
American Banker
Marie Claire
BBC
La Nacion
Metro UK
General Anzeiger
Business Leader
Dazed
Apartment Therapy
Express UK
Bloomberg
Cosmopolitan
Morgenpost
Manager Magazin
Entrepreneur ME
Khaleej Times
abcMallorca
Psychreg
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
PsychologyTimes
LuxuryLife
The Times
The Standard
The stylist
Mirror UK
Mallorca Zeitung
Daily Mail
Guardian