EXPERTISE MÉDICALE SUISSE: ZURICH, MAJORQUE, LONDRES, NEW YORK

14 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

De nombreuses personnes prennent des somnifères pour s’endormir plus rapidement et se reposer suffisamment. Certains somnifères, comme les benzodiazépines, requièrent une prescription médicale. D’autres types d’aides au sommeil sont accessibles en vente libre sans ordonnance et peuvent être employés afin de traiter l’insomnie et d’autres problèmes de sommeil.

Cependant, il est recommandé de faire preuve de prudence et de consulter un médecin concernant les facteurs de risque, les effets secondaires et autres problèmes potentiels avant d’entreprendre la prise de ces médicaments pour la première fois.

Comme indiqué par leur nom, les somnifères aident une personne à obtenir du sommeil. Les individus ayant des problèmes de sommeil tels que l’insomnie ont la possibilité de prendre ces médicaments pour faciliter l’endormissement (1).

De plus, ces médicaments, appelés encore des hypnotiques ou des sédatifs,  peuvent aider à maintenir un sommeil continu en cas de réveils fréquents au milieu de la nuit (2).

Les hypnotiques, communément désignés sous le nom de somnifères, sont des substances médicamenteuses qui favorisent le processus de sommeil. Ils facilitent l’endormissement et peuvent également soutenir la persistance du sommeil, particulièrement lorsque leur effet se prolonge sur une période adéquate.

Les hypnotiques les plus couramment prescrits de nos jours appartiennent à la famille des benzodiazépines et des substances apparentées (3).

Lorsque les troubles du sommeil résultent d’autres conditions psychologiques, les traitements recommandés pour atténuer ces problèmes, tels que les neuroleptiques, les anxiolytiques benzodiazépines ou certains antidépresseurs, peuvent rétablir un sommeil de qualité (4).

Ces médicaments sont qualifiés de « sédatifs » en raison de leurs propriétés apaisantes et relaxantes. En atténuant l’anxiété, ils peuvent favoriser l’endormissement. Certains sédatifs sont utilisés à cet effet ou pour apaiser un patient agité. Il convient de faire attention, car un médicament sédatif peut renforcer les effets sédatifs de l’alcool.

Il y a diverses catégories de somnifères, chacune ayant un mode d’action distinct. Ils comprennent les médicaments sur ordonnance, les médicaments en vente libre :

Quels sont les types de somnifères en vente libre ?

Les somnifères en vente libre sont disponibles pour tout adulte sans prescription médicale. Ces produits couramment disponibles contiennent généralement des antihistaminiques, des médicaments utilisés pour traiter les allergies qui peuvent également causer de la somnolence.

Même si ces somnifères sont accessibles sans difficulté, il est vivement recommandé de consulter un professionnel de la santé avant leur utilisation. Les composants présents dans les somnifères en vente libre, y compris les suppléments, pourraient potentiellement interagir avec d’autres médicaments ou aggraver des problèmes de santé existants (5).

La plupart des somnifères contiennent l’un des ingrédients suivants :

  • La mélatonine :

La mélatonine est une hormone naturellement produite dans la glande pinéale du cerveau, une structure influencée par la lumière. En réponse à des conditions de faible luminosité, la glande pinéale libère de la mélatonine naturelle, ce qui peut induire un état de somnolence.

La prise de mélatonine par voie orale peut entraîner une sensation de somnolence chez certaines personnes. Des recherches indiquent que la mélatonine est bénéfique pour favoriser le sommeil, et des études en laboratoire menées sur des animaux tels que des rats et des souris suggèrent également qu’elle possède des propriétés antioxydantes pouvant contribuer à ralentir le processus de vieillissement. Cependant, les conséquences à long terme de la supplémentation en mélatonine demeurent inconnues (6).

  • La diphénhydramine :

La diphenhydramine est un antihistaminique, l’ingrédient actif de Benadryl, se trouve également dans les somnifères en vente libre sous différents noms. La plupart des personnes qui prennent de la diphenhydramine deviennent très somnolentes moins d’une heure après la prise.

Cependant, la FDA (Food and Drug Administration) prévient que des doses de diphenhydramine supérieures aux recommandations peuvent entraîner de graves problèmes médicaux, y compris les convulsions, les crises cardiaques, le coma et la mort (7).

  • La doxylamine :

La doxylamine appartient à la même classe de médicaments que la diphenhydramine : les antihistaminiques de première génération qui peuvent produire des effets sédatifs (8).

  • La valériane :

La valériane est une plante disponible sur le marché et offerte en tant que complément alimentaire sous le nom de « racine de valériane ». Elle est fréquemment présente dans les sédatifs légers qui sont employés pour atténuer les symptômes de l’insomnie et de l’anxiété (9).

Même si le mécanisme d’action précis de la valériane demeure partiellement inconnu, les chercheurs supposent qu’elle interagit avec les récepteurs du GABA, de la sérotonine et de l’adénosine.

Quels sont les types de somnifères sur ordonnance ?

Les somnifères qui nécessitent une prescription médicale sont plus potentiellement efficaces que ceux accessibles en vente libre. Pour acquérir ces médicaments, une ordonnance délivrée par un médecin est requise (10).

Les catégories de somnifères soumis à prescription médicale englobent :

  • Les antidépresseurs :

Les antidépresseurs sont des médicaments initialement développés pour traiter la dépression. Certains de ces médicaments, notamment les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) et les antidépresseurs tricycliques (ATC), provoquent de la somnolence chez certaines personnes. C’est pourquoi des antidépresseurs sont parfois prescrits pour traiter les problèmes de sommeil chez les personnes souffrant d’insomnie associée à la dépression ou à d’autres troubles psychiatriques (11).

Parmi les exemples couramment prescrits, on trouve la trazodone, la mirtazapine, l’amitriptyline et la doxépine.

  • Les benzodiazépines :

Les benzodiazépines sont en effet efficaces pour traiter l’insomnie à court terme. Elles agissent en augmentant l’activité du neurotransmetteur inhibiteur GABA dans le cerveau, ce qui aide à réduire l’anxiété et à induire le sommeil (12).

Parmi les benzodiazépines prescrites contre l’insomnie, citons le lorazépam, le nitrazépam, l’oxazépam, le témazépam, le triazolam et le flurazépam.

  • Les hypnotiques sédatifs non benzodiazépines ou médicaments de la classe Z :

Les médicaments de la classe Z, également connus sous le nom de Z-drugs, sont une classe de médicaments utilisés pour traiter l’insomnie qui agissent en se liant aux récepteurs spécifiques du cerveau pour induire le sommeil. Ils sont généralement prescrits pour une utilisation à court terme afin de traiter l’insomnie occasionnelle ou transitoire.

Ces médicaments ont généralement moins d’effets secondaires que les benzodiazépines traditionnelles (13). Les médicaments les plus couramment prescrits de cette classe comprennent le zolpidem, la zopiclone, le zaleplon et l’eszopiclone.

  • Les antagonistes des récepteurs de l’orexine :

Les antagonistes des récepteurs de l’orexine fonctionnent en bloquant l’effet de l’orexine, une substance naturelle qui accroît l’état de veille. En réduisant les niveaux d’orexine, ces médicaments encouragent la sensation de somnolence tout en évitant certains effets secondaires courants associés à d’autres somnifères, tels que les maux de tête, les nausées et les pertes de mémoire à court terme (14).

  • Les agonistes des récepteurs de la mélatonine :

Un agoniste des récepteurs de la mélatonine désigne un médicament qui, sur prescription, reproduit les effets de la mélatonine. Son utilisation prévaut généralement chez les individus éprouvant des difficultés d’endormissement (15). Cette prescription diffère d’un complément de mélatonine en vente libre.

  • Les anticonvulsivants :

Les anticonvulsivants sont des médicaments principalement utilisés pour traiter les convulsions et, dans certains cas, ils sont prescrits pour les problèmes de sommeil. Leur effet sur le sommeil est lié à leurs potentielles propriétés anti-anxiété.

  • Les antipsychotiques :

Les antipsychotiques sont une classe de médicaments utilisés pour traiter les troubles de santé mentale, car ils agissent pour réduire les délires et les hallucinations. Ils sont parfois prescrits pour traiter les problèmes de sommeil en raison de leur effet sédatif lié à la façon dont ils influencent la sérotonine chimique dans le cerveau.

L’utilisation de somnifères peut avoir des effets indésirables à court et à long terme, notamment (16) :

Les effets secondaires à court terme :

  • Une fatigue et une somnolence.
  • Des maux de tête.
  • Une confusion.
  • Une diarrhée ou une constipation.
  • Une bouche sèche.
  • Une faiblesse musculaire.
  • Une prise de décision lente et un traitement cérébral lent.
  • Une difficulté de digestion, un gaz dans l’estomac, des coliques ou une distension abdominale.

Les effets secondaires à long terme :

L’utilisation à long terme de somnifères affecte la fonction cérébrale, modifie la structure du sommeil et entraîne une dépendance aux somnifères, une tolérance aux médicaments et d’autres effets secondaires, notamment :

  • Un risque de démence, particulièrement chez les personnes âgées.
  • Une mauvaise mémoire et une dégénérescence cérébrale.
  • La maladie d’Alzheimer.
  • Une dépression.
  • Une dysfonction sexuelle.
  • Un risque de chutes accidentelles.
  • Une dépression respiratoire pendant le sommeil, pouvant entraîner la mort.

De plus, de nombreuses personnes éprouvent des symptômes de lendemain de veille après avoir pris des somnifères. Ces symptômes incluent une sensation de somnolence persistante, des pensées embrouillées ainsi que des vertiges ou des perturbations de l’équilibre.

Ces effets diurnes ont le potentiel d’entraver les capacités des individus à conduire, travailler, étudier et accomplir leurs activités quotidiennes.

L’utilisation de ces médicaments, notamment les benzodiazépines et les médicaments Z, peut entraîner une dépendance et n’est pas conseillée sur une période prolongée. Ils présentent une corrélation avec un risque plus élevé de mortalité et des troubles de la mémoire (17).

Certains somnifères sur ordonnance peuvent déclencher des épisodes de parasomnie chez les individus (18). Ce trouble perturbant du sommeil peut entraîner des comportements potentiellement dangereux alors que la personne est encore dans un état de quasi-endormissement.

En particulier chez les personnes prenant des médicaments de la classe Z, il est possible de marcher en dormant, de manger, de prendre des médicaments, de parler ou même de conduire, sans avoir conscience de ces actions. Bien que l’apparence puisse indiquer un état d’éveil, le fonctionnement cérébral n’est pas complètement vigilant. La plupart des individus ne se rappellent pas avoir accompli ces actions une fois qu’ils se réveillent.

Dans le cas où une personne consomme de l’alcool ou suit un traitement médicamenteux comprenant des substances provoquant de la somnolence, tels que des opioïdes ou des relaxants musculaires, il est impératif d’éviter l’usage de médicaments visant à faciliter l’endormissement. La combinaison de produits tels que le zolpidem, le lorazépam et l’eszopiclone avec de l’alcool ou d’autres médicaments à effet sédatif représente un danger potentiel (19). Une telle association peut même avoir des conséquences mortelles.

Tous les somnifères à base de benzodiazépines ont la capacité de conduire rapidement à un état de dépendance physique et psychologique. Les individus qui développent cette dépendance continuent de prendre des benzodiazépines sur une période prolongée, même si les effets indésirables persistent et que ces médicaments se révèlent inefficaces pour atténuer les symptômes pour lesquels ils avaient été initialement prescrits (20).

De plus, mettre fin brusquement à leur usage peut entraîner des symptômes de sevrage et exacerber le problème d’insomnie (ce qu’on appelle l’insomnie de rebond).

Certaines personnes peuvent éprouver des symptômes de sevrage tels que des épisodes de vomissements et une augmentation de la transpiration lorsqu’elles tentent de cesser leur utilisation.

Pour minimiser cette possibilité, les médecins limitent généralement la prescription de ces somnifères à une utilisation à court terme.

L’insomnie représente un défi fréquent et peut avoir des conséquences significatives dans la vie d’une personne. Si quelqu’un estime avoir besoin de médicaments pour traiter ce trouble du sommeil, il est recommandé de discuter avec son médecin pour déterminer l’option la mieux adaptée.

Il est essentiel de prendre en considération les effets secondaires potentiels de ces médicaments : pour de nombreux individus, les risques pourraient surpasser les bénéfices escomptés. Quelle que soit la décision prise, il demeure essentiel de limiter l’utilisation de ces médicaments à une courte période afin de réduire les risques pour la santé.

(1) Lou, B. X., & Oks, M. (2021). Insomnia: Pharmacologic Treatment. Clinics in geriatric medicine, 37(3), 401–415. https://doi.org/10.1016/j.cger.2021.04.003

(2) Fine L. (2020). Pharmacologic Approach to Insomnia. Physical medicine and rehabilitation clinics of North America, 31(2), 255–264. https://doi.org/10.1016/j.pmr.2020.01.003

(3) Koelega H. S. (1989). Benzodiazepines and vigilance performance: a review. Psychopharmacology, 98(2), 145–156. https://doi.org/10.1007/BF00444684

(4) Bollu, P. C., & Kaur, H. (2019). Sleep Medicine: Insomnia and Sleep. Missouri medicine, 116(1), 68–75. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30862990/

(5) Almond, S. M., Warren, M. J., Shealy, K. M., Threatt, T. B., & Ward, E. D. (2021). A Systematic Review of the Efficacy and Safety of Over-the-Counter Medications Used in Older People for the Treatment of Primary insomnia. The Senior care pharmacist, 36(2), 83–92. https://doi.org/10.4140/TCP.n.2021.83

(6) Sletten, T. L., Magee, M., Murray, J. M., Gordon, C. J., Lovato, N., Kennaway, D. J., Gwini, S. M., Bartlett, D. J., Lockley, S. W., Lack, L. C., Grunstein, R. R., Rajaratnam, S. M. W., & Delayed Sleep on Melatonin (DelSoM) Study Group (2018). Efficacy of melatonin with behavioural sleep-wake scheduling for delayed sleep-wake phase disorder: A double-blind, randomised clinical trial. PLoS medicine, 15(6), e1002587. https://doi.org/10.1371/journal.pmed.1002587

(7) Hoang, R., Correia, M. S., & Castelli, R. (2022). Diphenhydramine overdose with neuromuscular excitation. Clinical toxicology (Philadelphia, Pa.), 60(11), 1282–1283. https://doi.org/10.1080/15563650.2022.2121717

(8) Abraham, O., Schleiden, L., & Albert, S. M. (2017). Over-the-counter medications containing diphenhydramine and doxylamine used by older adults to improve sleep. International journal of clinical pharmacy, 39(4), 808–817. https://doi.org/10.1007/s11096-017-0467-x

(9) Morin, C. M., Koetter, U., Bastien, C., Ware, J. C., & Wooten, V. (2005). Valerian-hops combination and diphenhydramine for treating insomnia: a randomized placebo-controlled clinical trial. Sleep, 28(11), 1465–1471. https://doi.org/10.1093/sleep/28.11.1465

(10) Dujardin, S., Pijpers, A., & Pevernagie, D. (2020). Prescription Drugs Used in Insomnia. Sleep medicine clinics, 15(2), 133–145. https://doi.org/10.1016/j.jsmc.2020.02.002

(11) Stallman, H. M., Kohler, M., & White, J. (2018). Medication induced sleepwalking: A systematic review. Sleep medicine reviews, 37, 105–113. https://doi.org/10.1016/j.smrv.2017.01.005

(12) Matheson, E., & Hainer, B. L. (2017). Insomnia: Pharmacologic Therapy. American family physician, 96(1), 29–35. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28671376/

(13) Mellingsaeter, T. C., Bramness, J. G., & Slørdal, L. (2006). Er z-hypnotika bedre og tryggere sovemedisiner enn benzodiazepiner? [Are z-hypnotics better and safer sleeping pills than benzodiazepines?]. Tidsskrift for den Norske laegeforening : tidsskrift for praktisk medicin, ny raekke, 126(22), 2954–2956. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/17117195/

(14) Wu, X., Xue, T., Chen, Z., Wang, Z., & Chen, G. (2022). Orexin Receptor Antagonists and Insomnia. Current psychiatry reports, 24(10), 509–521. https://doi.org/10.1007/s11920-022-01357-w

(15) Erman M. K. (2005). Therapeutic options in the treatment of insomnia. The Journal of clinical psychiatry, 66 Suppl 9, 18–43. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16336038/

(16) Brandt, J., & Leong, C. (2017). Benzodiazepines and Z-Drugs: An Updated Review of Major Adverse Outcomes Reported on in Epidemiologic Research. Drugs in R&D, 17(4), 493–507. https://doi.org/10.1007/s40268-017-0207-7

(17) Kripke, D. F., Simons, R. N., Garfinkel, L., & Hammond, E. C. (1979). Short and long sleep and sleeping pills. Is increased mortality associated?. Archives of general psychiatry, 36(1), 103–116. https://doi.org/10.1001/archpsyc.1979.01780010109014

(18) Marshall, N. S., & Buchanan, P. R. (2011). Z drug zombies: parasomnia, drug effect or both?. Sleep medicine reviews, 15(5), 283–284. https://doi.org/10.1016/j.smrv.2011.03.002

(19) Bye, E. K., & Rossow, I. (2017). Concomitant alcohol and sedative-hypnotic drug use among the elderly in Norway. Nordisk alkohol- & narkotikatidskrift : NAT, 34(1), 18–27. https://doi.org/10.1177/1455072516683896

(20) Hoyer, D., & Jacobson, L. H. (2013). Orexin in sleep, addiction and more: is the perfect insomnia drug at hand?. Neuropeptides, 47(6), 477–488. https://doi.org/10.1016/j.npep.2013.10.009

FAQs

COMMENT LA BALANCE PEUT VOUS AIDER

The Balance RehabClinic est l'un des principaux fournisseurs de traitements de luxe en matière de toxicomanie et de santé mentale pour les personnes aisées et leurs familles, offrant un mélange de science innovante et de méthodes holistiques avec des soins individualisés inégalés.

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
UN SEUL CLIENT À LA FOIS
PROGRAMME SUR MESURE
RESTAURATION BIOCHIMIQUE
APPROCHE HOLISTIQUE
THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
THÉRAPIE INFORMÉE SUR LE TRAUMATISME

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer la demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs du traitement

1 semaine

Bilans & Détox

1-4 semaine

Thérapie psychologique et holistique

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Soins Suivis

12+ semaine

Visite de rappel

Désintox Insights

latest news & research on Désintox
Captagon
Captagon

Le Captagon est une drogue stimulante. Son usage étant illégal, toute forme de Captagon présente sur le territoire français est non seulement contraire à la loi mais aussi non soumis à des contrôles réglementaires.

read more
L’alcool et le sommeil
L’alcool et le sommeil

Les effets de l'alcool sur le fonctionnement du corps sont divers, et le sommeil n'échappe pas à son influence. Bien que l'alcool puisse induire la somnolence et faciliter l'endormissement

read more
Keppra
Keppra

Le Keppra est un médicament qui contient l'ingrédient actif lévétiracétam. Il appartient à une classe de médicaments appelés anticonvulsivants ou antiépileptiques

read more
La cétirizine
La cétirizine

La cétirizine fait partie d'une catégorie de médicaments, disponible en vente libre, connus sous le nom d'antihistaminiques

read more

Accréditations

 
Neurocare
TAA
ssaamp
Somatic Experience
SMGP
SEMES
SFGU
WPA
red GDPS
pro mesotherapie
OGVT
AMF
NeuroCademy
MEG
Institute de terapia neural
ifaf
FMH
EPA
EMDR
COPAO
COMIB
British Psychology Society
 

Médias

 
Live Science
Mallorca Magazin
Woman & Home
National World
American Banker
Marie Claire
BBC
La Nacion
Metro UK
General Anzeiger
Business Leader
Dazed
Apartment Therapy
Express UK
Bloomberg
Cosmopolitan
Morgenpost
Manager Magazin
Entrepreneur ME
Khaleej Times
abcMallorca
Psychreg
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
PsychologyTimes
LuxuryLife
The Times
The Standard
The stylist
Mirror UK
Mallorca Zeitung
Daily Mail
Guardian