EXPERTISE MÉDICALE SUISSE: ZURICH, MAJORQUE, LONDRES, NEW YORK

11 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

Les pensées suicidaires se manifestent fréquemment et il n’y a aucune raison de ressentir de la honte à leur égard. Ces pensées ne reflètent pas forcément une réelle intention de mettre fin à sa vie, mais elles expriment généralement le désir de modifier sa situation et de mettre un terme à ses souffrances.

Si quelqu’un est aux prises avec de telles pensées, il est important de ne pas les garder enfouies en soi. Il est important d’en discuter avec une personne de confiance, qu’il s’agisse d’un proche ou d’un membre du personnel d’assistance. Parfois, une prise en charge médicale peut s’avérer nécessaire afin d’améliorer la situation.

Les pensées suicidaires sont des pensées, des idées, des désirs, des considérations liées à la mort et au suicide. En règle générale, ils surviennent à un moment de désespoir, d’états dépressifs prolongés, de stress sévère. Une personne ayant des pensées suicidaires ne voit pas d’autre issue à cette situation, elle est animée par le désir de mettre fin à sa douleur mentale (1).

Les pensées suicidaires peuvent survenir dans de nombreux troubles mentaux, ainsi que dans le cas, par exemple, d’une crise résultant de la perte d’un être cher. Les pensées suicidaires sont souvent liées à des sentiments apparemment insupportables. Tout sentiment négatif, comme la peur, la honte, la déception ou le chagrin, devient si fort que la personne cherche à s’évader de la situation (2).

Les pensées suicidaires sont assez courantes. La plupart du temps, ils sont temporaires et traitables, mais parfois ils exposent la personne au risque de se suicider. Dans les pensées suicidaires, bien souvent, le problème n’est pas le désir de mourir lui-même, mais le désir de mettre fin à la condition insupportable.

Le plus souvent, les pensées suicidaires surviennent chez des personnes souffrant de dépression majeure ou de trouble bipolaire. Cependant, dans certaines circonstances, ils peuvent également survenir chez des personnes mentalement saines.

Les signes avant-coureurs qu’une personne envisage de se suicider comprennent (3) :

  • Une perte d’intérêt pour la vie environnante et diverses activités.
  • Un isolement des membres de famille et des amis.
  • Une déconnexion de la réalité quotidienne.
  • Le silence lors des réunions, débats et rencontres.
  • Un sentiment accru de pessimisme.
  • Un sentiment de désespoir.
  • Parler souvent de la mort.
  • Un intérêt pour les meurtres, les funérailles, etc.
  • Des expressions courantes concernant l’absurdité de l’existence.
  • Des sautes d’humeur (colère, rage, irritabilité).
  • Une toxicomanie et un surdosage intentionnel.
  • Des comportements à risque (une conduite en état d’ébriété, des sauts de grande hauteur, des rapports sexuels non protégés, etc.).
  • Un état d’anxiété extrême.
  • Des troubles du sommeil et de l’appétit.

En outre, un indicateur de pensées suicidaires se manifeste par le comportement d’une personne qui semble dire au revoir à ses proches ou leur offrir quelque chose de précieux, voire rédiger un testament.

Les pensées suicidaires chez les adolescents peuvent être suspectées par un comportement fortement modifié, un changement dans le cercle social habituel, une humeur constamment sombre et un refus de participer à des activités sociales. De plus, l’attention des parents doit être attirée par les conversations fréquentes de l’enfant sur la mort, sa participation à des communautés suspectes sur les réseaux sociaux, ainsi que des photos et des publications sur ce sujet.

La dépression et le suicide sont étroitement liés. Jusqu’à 10 à 15 % des patients souffrant de dépression sévère et récurrente finissent par se suicider. Entre 40 et 70 % des patients déprimés ont des pensées suicidaires et 90 % des personnes qui meurent par suicide ont éprouvé un trouble psychiatrique, le plus souvent une dépression (4).

Les signes aigus de risque suicidaire comprennent des pensées suicidaires persistantes, des sentiments de désespoir et de culpabilité, un fort désir de comportements suicidaires, ainsi que des messages directs et indirects liés au suicide (5).

Les jeunes enfants deviennent léthargiques, se replient sur eux-mêmes et préfèrent la solitude, passant de longues périodes sans activité physique. Les élèves expriment des idées suicidaires à travers leurs dessins et leurs récits, parfois évoquant des méthodes de suicide ainsi que leurs avantages et inconvénients. Chez les adolescents plus âgés, des perturbations comportementales peuvent se manifester, comme quitter le domicile, montrer un intérêt pour des activités extrêmes ou potentiellement dangereuses (6).

Selon la gravité du trouble et l’état mental du patient, le traitement peut être effectué en ambulatoire ou en hospitalisation.

Dans les cas simples, lorsque le risque de suicide est minime, le patient se voit prescrire un cycle de séances de psychothérapie et de médicaments. Si l’état s’accompagne d’agitation psychomotrice, d’hallucinations, une personne est sujette à l’automutilation, pour des raisons de sécurité, une hospitalisation dans un établissement médical est nécessaire (jusqu’à ce que l’état se stabilise).

Le plan de sécurité :

Le plan de sécurité est une intervention à court terme qui réduit la probabilité qu’une personne tente de mettre fin à sa vie. Cette approche limite l’accès d’une personne à des moyens de suicide létaux en retirant les armes, les médicaments et les substances toxiques du domicile.

Le plan de sécurité offre également aux personnes des contacts et des ressources de soutien qu’elles peuvent utiliser en cas de crise (7).

Le traitement médicamenteux :

De nombreuses personnes qui envisagent le suicide peuvent présenter une condition de santé mentale telle que l’anxiété, la dépression ou un trouble lié à la consommation de substances. Les médicaments peuvent aider à traiter les symptômes de ces conditions et à réguler l’humeur d’une personne (8).

Il existe différents médicaments qu’un médecin pourrait prescrire, en fonction de la situation et des circonstances d’une personne. Les antidépresseurs, les anxiolytiques, les sédatifs ainsi que les stabilisateurs de l’humeur tels que le lithium sont fréquemment prescrits en tant que traitements médicamenteux pour les pensées suicidaires.

La psychothérapie :

La psychothérapie est employée pour traiter des conditions telles que le trouble de stress post-traumatique, la névrose, la dépression, les troubles anxieux, ainsi que d’autres troubles mentaux engendrant des pensées suicidaires.

Il existe de nombreux types de psychothérapie. Les méthodes de psychothérapie les plus fréquemment appliquées dans la prévention du suicide sont la thérapie cognitivo-comportementale ainsi que la thérapie comportementale dialectique.

La thérapie cognitivo-comportementale enseigne aux individus à identifier et, avec le temps, à remplacer les pensées inutiles qui ont un impact négatif sur leur humeur par des alternatives plus équilibrées et réalistes (9). La thérapie comportementale dialectique aide les personnes à reconnaître les pensées négatives et à apprendre des compétences qui renforcent les méthodes de gestion dans des situations perturbantes (10).

Il existe également des versions spécialisées de la thérapie cognitivo-comportementale pour les personnes ayant vécu un traumatisme ou ayant d’autres troubles de santé mentale nécessitant une attention particulière, comme les troubles alimentaires ou la dépendance.

De plus, la thérapie par la parole aide les individus à comprendre comment leurs pensées, leurs émotions et leurs expériences influencent leur santé mentale. Elle les assiste ensuite dans la gestion de leurs émotions et dans la recherche de moyens pour progresser.

Le soutien continu :

Les personnes sont moins susceptibles de mettre fin à leur propre vie si elles bénéficient d’un soutien continu. Cela peut inclure un accès facile à des soins de santé mentale efficaces, au cas où une personne en aurait à nouveau besoin, ainsi que des appels de suivi fréquents de la part de professionnels de la santé.

La famille, les amis et la communauté d’une personne jouent également un rôle important pour s’assurer qu’elle reste connectée avec les autres. Cela peut aider les personnes à se concentrer sur les éléments qui donnent un sens et un but à leur vie.

Si vous vous trouvez dans une situation impliquant une personne présentant un haut risque de suicide, les mesures suivantes peuvent s’avérer utiles. Elles sont également applicables si vous constatez, au cours d’une conversation personnelle, que les pensées suicidaires sont spécifiques et que la personne avec laquelle vous échangez est en danger (11).

Gagner du temps :

Le risque élevé de suicide est généralement une situation temporaire. Une crise suicidaire aiguë peut se résorber rapidement. En retardant l’acte suicidaire, vous augmentez les chances de survie de la personne. Rappeler l’espoir, la foi ainsi que le soutien de la famille et des amis peut avoir une valeur inestimable.

Faire preuve d’empathie :

Évitez de proposer des solutions. Écoutez attentivement et montrez de la compréhension.

Solliciter davantage d’aide :

Lorsqu’il est possible, il convient d’impliquer les proches. Il est également important de noter que la personne consulte un psychiatre et entretient une relation de confiance avec un médecin généraliste. En cas de besoin, il est recommandé de déterminer l’emplacement du centre psychiatrique ou du service d’urgence le plus proche.

L’autodestruction est habituellement définie comme des pensées ou des actions visant à infliger des préjudices à soi-même de diverses manières. En présence de telles pensées, il est important de ne pas demeurer isolé, car une assistance est accessible.

(1) Nock, M. K., Borges, G., Bromet, E. J., Cha, C. B., Kessler, R. C., & Lee, S. (2008). Suicide and suicidal behavior. Epidemiologic reviews, 30(1), 133–154. https://doi.org/10.1093/epirev/mxn002

(2) D. Lester, J.F. Gunn, Chapter 32 – Psychology of Suicide, Editor(s): George Fink, Stress: Concepts, Cognition, Emotion, and Behavior, Academic Press, 2016, Pages 267-272, https://doi.org/10.1016/B978-0-12-800951-2.00032-7.

(3) Rotenstein, L. S., Ramos, M. A., Torre, M., Segal, J. B., Peluso, M. J., Guille, C., Sen, S., & Mata, D. A. (2016). Prevalence of Depression, Depressive Symptoms, and Suicidal Ideation Among Medical Students: A Systematic Review and Meta-Analysis. JAMA, 316(21), 2214–2236. https://doi.org/10.1001/jama.2016.17324

(4) Schneider, R. A., Chen, S. Y., Lungu, A., & Grasso, J. R. (2020). Treating suicidal ideation in the context of depression. BMC psychiatry, 20(1), 497. https://doi.org/10.1186/s12888-020-02894-5

(5) Crane, C., Barnhofer, T., Duggan, D. S., Eames, C., Hepburn, S., Shah, D., & Williams, J. M. (2014). Comfort from suicidal cognition in recurrently depressed patients. Journal of affective disorders, 155(100), 241–246. https://doi.org/10.1016/j.jad.2013.11.006

(6) Croarkin, P. E., Nakonezny, P. A., Deng, Z. D., Romanowicz, M., Voort, J. L. V., Camsari, D. D., Schak, K. M., Port, J. D., & Lewis, C. P. (2018). High-frequency repetitive TMS for suicidal ideation in adolescents with depression. Journal of affective disorders, 239, 282–290. https://doi.org/10.1016/j.jad.2018.06.048

(7) Takahashi, Y., Takahashi, S., Imamura, Y., & Yamashita, R. (2014). Seishin shinkeigaku zasshi = Psychiatria et neurologia Japonica, 116(8), 690–696. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25244733/

(8) Zalar, B., Kores Plesničar, B., Zalar, I., & Mertik, M. (2018). Suicide and Suicide Attempt Descriptors by Multimethod Approach. Psychiatria Danubina, 30(3), 317–322. https://doi.org/10.24869/psyd.2018.317

(9) van Bentum, J. S., van Bronswijk, S. C., Sijbrandij, M., Lemmens, L. H. J. M., Peeters, F. F. P. M. L., Drukker, M., & Huibers, M. J. H. (2021). Cognitive therapy and interpersonal psychotherapy reduce suicidal ideation independent from their effect on depression. Depression and anxiety, 38(9), 940–949. https://doi.org/10.1002/da.23151

(10) Kothgassner, O. D., Goreis, A., Robinson, K., Huscsava, M. M., Schmahl, C., & Plener, P. L. (2021). Efficacy of dialectical behavior therapy for adolescent self-harm and suicidal ideation: a systematic review and meta-analysis. Psychological medicine, 51(7), 1057–1067. https://doi.org/10.1017/S0033291721001355

(11) Mann, J. J., Apter, A., Bertolote, J., Beautrais, A., Currier, D., Haas, A., Hegerl, U., Lonnqvist, J., Malone, K., Marusic, A., Mehlum, L., Patton, G., Phillips, M., Rutz, W., Rihmer, Z., Schmidtke, A., Shaffer, D., Silverman, M., Takahashi, Y., Varnik, A., … Hendin, H. (2005). Suicide prevention strategies: a systematic review. JAMA, 294(16), 2064–2074. https://doi.org/10.1001/jama.294.16.2064

FAQs

COMMENT LA BALANCE PEUT VOUS AIDER

The Balance RehabClinic est l'un des principaux fournisseurs de traitements de luxe en matière de toxicomanie et de santé mentale pour les personnes aisées et leurs familles, offrant un mélange de science innovante et de méthodes holistiques avec des soins individualisés inégalés.

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
UN SEUL CLIENT À LA FOIS
PROGRAMME SUR MESURE
RESTAURATION BIOCHIMIQUE
APPROCHE HOLISTIQUE
THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
THÉRAPIE INFORMÉE SUR LE TRAUMATISME

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer la demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs du traitement

1 semaine

Bilans & Détox

1-4 semaine

Thérapie psychologique et holistique

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Soins Suivis

12+ semaine

Visite de rappel

Santé Mentale Insights

latest news & research on Santé Mentale
La thérapie cognitivo-comportementale
La thérapie cognitivo-comportementale

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est une approche de traitement psychologique reconnue pour son efficacité dans le traitement d'un large éventail de problèmes, tels que la dépression

read more
effets secondaires du tramadol
Tramadol

Le tramadol peut entraîner une somnolence (3). Par conséquent, il est déconseillé de ne pas conduire, d’utiliser des machines lourdes ou d’effectuer des activités dangereuses

read more
La bipolarité
La bipolarité

Les individus souffrant de trouble bipolaire traversent des périodes marquées par des émotions exceptionnellement intenses, des altérations dans leurs habitudes de sommeil et leurs niveaux d'activité

read more
pensées suicidaires
Les idées suicidaires

Les idées suicidaires sont un terme général utilisé pour décrire une gamme de contemplations, de souhaits et de préoccupations concernant la mort et le suicide

read more

Accréditations

 
Neurocare
TAA
ssaamp
Somatic Experience
SMGP
SEMES
SFGU
WPA
red GDPS
pro mesotherapie
OGVT
AMF
NeuroCademy
MEG
Institute de terapia neural
ifaf
FMH
EPA
EMDR
COPAO
COMIB
British Psychology Society
 

Médias

 
Live Science
Mallorca Magazin
Woman & Home
National World
American Banker
Marie Claire
BBC
La Nacion
Metro UK
General Anzeiger
Business Leader
Dazed
Apartment Therapy
Express UK
Bloomberg
Cosmopolitan
Morgenpost
Manager Magazin
Entrepreneur ME
Khaleej Times
abcMallorca
Psychreg
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
PsychologyTimes
LuxuryLife
The Times
The Standard
The stylist
Mirror UK
Mallorca Zeitung
Daily Mail
Guardian