EXPERTISE MÉDICALE SUISSE: ZURICH, MAJORQUE, LONDRES, NEW YORK

15 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

Le sommeil est un besoin humain fondamental et est essentiel à la santé physique et mentale. Pour les adultes, il est recommandé de dormir entre sept et huit heures par nuit.

Les problèmes liés au sommeil peuvent avoir des conséquences significatives sur le bien-être et la santé. A titre d’exemple, une insuffisance de sommeil peut entraîner des perturbations de la mémoire, de la concentration, de l’état d’esprit, de la vigueur, et même de la résistance du système immunitaire.

Les ronflements chroniques, les changements de position fréquents et les épisodes de cauchemars laissent de nombreuses personnes épuisées et désireuses de trouver un soulagement le lendemain, sans réaliser que ces symptômes appartiennent à l’un des types de troubles du sommeil.

Les troubles du sommeil sont répandus parmi les adultes et les enfants, mais il est important de noter que les symptômes associés aux troubles du sommeil peuvent varier entre ces deux groupes d’âge. Chez les enfants, ces problèmes peuvent se manifester sous la forme d’une hyperactivité motrice, de difficultés à se concentrer, d’irritabilité ou de comportements d’opposition, plutôt que par une simple sensation de somnolence que l’on observe généralement chez les adultes (1).

Voici un aperçu des catégories les plus couramment reconnues de troubles du sommeil :

L’insomnie :

Les individus souffrant de l’insomnie rencontrent des difficultés à s’endormir ou à maintenir leur sommeil, ce qui les laisse souvent se sentir fatigués.

Selon l’American Academy of Sleep Medicine, environ 30 % des adultes souffrent de symptômes d’insomnie, ce trouble étant souvent exacerbé en période de stress (2). Cependant, l’insomnie peut devenir chronique lorsque ces symptômes persistent pendant trois mois ou plus.

Le ronflement et l’apnée du sommeil :

Le ronflement peut être source de frustration, mais il comporte également des risques potentiels.

L’Université Johns Hopkins a estimé que plus de 18 millions d’Américains sont touchés par l’apnée du sommeil (3), caractérisée par des interruptions fréquentes de la respiration (au moins 5 fois par heure) qui ont un impact sur la qualité du sommeil et les niveaux d’oxygène.

Sans traitement, cette condition est associée à l’hypertension artérielle, aux maladies cardiaques et aux accidents vasculaires cérébraux.

Les troubles du rythme circadien :

Les troubles du rythme circadien, également connus sous le nom de troubles du cycle veille-sommeil, sont des problèmes qui se manifestent lorsque l’horloge interne du corps de la personne concernée, indiquant à cette dernière quand il est temps de dormir ou de se réveiller, n’est pas synchronisée avec son environnement (4).

L’horloge interne de chaque individu, appelée horloge circadienne, suit un cycle d’environ 24 heures. Ces cycles répétitifs de 24 heures sont désignés sous le nom de rythme circadien.

Un décalage entre l’horloge biologique par rapport à son emploi du temps peut provoquer de l’insomnie ou des réveils fréquents à des moments qui ne permettent pas d’obtenir les sept à huit heures de sommeil recommandées, entraînant ainsi de la somnolence et des difficultés de concentration et d’humeur.

Le syndrome des jambes sans repos :

Le syndrome des jambes sans repos est un trouble qui impacte le système nerveux et les muscles, engendrant des sensations inconfortables au niveau des jambes (5). Les personnes atteintes du syndrome des jambes sans repos éprouvent une irrésistible envie de déplacer le membre affecté lorsque les sensations se manifestent, et ce mouvement soulage généralement temporairement l’inconfort ressenti dans les membres.

L’insomnie est courante chez les personnes atteintes de ce syndrome en raison des problèmes rencontrés pour s’endormir. En effet, ce syndrome rend presque impossible de rester assis la nuit.

Les parasomnies :

Le terme de parasomnie est utilisé pour englober une gamme de comportements inhabituels que les individus peuvent éprouver avant de s’endormir, pendant leur sommeil, ou pendant la transition entre le sommeil et l’éveil (6).

Ces comportements présentent des différences significatives en termes de caractéristiques, de sévérité et de fréquence, et ils comprennent des phénomènes tels que le somnambulisme, la paralysie du sommeil et les terreurs nocturnes.

L’hypersomnolence :

Dormir excessivement, défini comme une durée de sommeil de plus de neuf heures, décrit un état dans lequel une personne dort de façon prolongée et éprouve une forte somnolence pendant la journée. L’hypersomnie est généralement associée à des troubles tels que la narcolepsie, un dysfonctionnement du système nerveux résultant d’une insuffisance en orexines, des substances chimiques cérébrales (7).

Dans la population en général, une durée excessive de sommeil était liée à des troubles psychiatriques et à un indice de masse corporelle (IMC) plus élevé, sans être associée à d’autres affections chroniques (8).

L’insomnie peut se présenter soit en tant que problème principal, soit en association avec d’autres troubles. L’insomnie chronique, en particulier, découle généralement du stress, d’événements de la vie, ou de comportements perturbateurs du sommeil.

Par conséquent, résoudre la cause sous-jacente peut souvent mettre fin à l’insomnie, bien que cela puisse parfois prendre de nombreuses années (9).

Parmi les facteurs courants à l’origine de l’insomnie, on peut citer :

Le stress et l’anxiété :

Les soucis liés au travail, à l’éducation, à la santé, aux finances et à la famille ont la capacité de maintenir l’esprit en éveil la nuit, empêchant ainsi le sommeil. De plus, des événements stressants de la vie tels que le décès d’un proche, une maladie grave, un divorce ou la perte d’emploi peuvent également déclencher des épisodes d’insomnie (10).

Des facteurs liés au mode de vie :

 Des causes telles que le décalage horaire, le travail posté ou la consommation d’alcool ou de caféine avant d’aller au lit peuvent entraver le sommeil.

Les rythmes circadiens d’une personne agissent comme une horloge interne, régulant des aspects tels que le cycle de sommeil-éveil, le métabolisme et la température corporelle. La perturbation de ces rythmes circadiens peut entraîner de l’insomnie. Les causes courantes de cette perturbation comprennent le décalage horaire dû aux voyages à travers plusieurs fuseaux horaires, les horaires de travail tardifs ou matinaux, ainsi que les changements fréquents d’équipe.

En outre, les mauvaises habitudes alimentaires, comme manger trop avant de se coucher, peuvent causer des problèmes physiques. Les stimulants comme la caféine et la nicotine peuvent perturber le sommeil s’ils sont consommés en fin de journée. L’alcool peut aider à s’endormir mais nuit à la qualité du sommeil (11).

Un mauvais environnement de sommeil :

Un mauvais environnement de sommeil peut avoir un impact significatif sur la qualité de notre sommeil et notre bien-être général. Plusieurs facteurs peuvent contribuer à un environnement de sommeil médiocre, tels qu’un lit inconfortable, une chambre trop lumineuse, bruyante, chaude ou froide.

Les problèmes de santé mentale :

Les troubles liés à l’anxiété, tels que le trouble de stress post-traumatique, ont la capacité de perturber le sommeil (12). De même, se réveiller trop tôt peut être un symptôme associé à la dépression. Il est fréquent que l’insomnie soit également présente en conjonction avec d’autres troubles de santé mentale.

Les problèmes de santé physique :

Les troubles de la santé physique qui peuvent être associées à l’insomnie comprennent la douleur chronique, le cancer, le diabète, les maladies cardiaques, l’asthme, le reflux gastro-œsophagien, l’hyperactivité thyroïdienne, la maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer, pour ne citer que quelques exemples.

Par ailleurs, pratiquement toutes les affections entraînant des douleurs peuvent perturber le sommeil en rendant difficile l’adoption d’une position confortable au lit. Se concentrer sur la douleur tout en restant éveillé au lit peut aggraver cette sensation, augmentant ainsi le niveau de stress et les difficultés à dormir.

Certains médicaments :

De nombreux médicaments prescrits peuvent avoir un impact négatif sur la qualité du sommeil, notamment certains antidépresseurs ainsi que des médicaments pour l’asthme ou la pression artérielle (13).

En outre, de nombreux médicaments en vente libre, tels que certains analgésiques, les médicaments contre les allergies et le rhume, ainsi que des produits destinés à la perte de poids, renferment de la caféine et d’autres stimulants susceptibles de perturber le sommeil.

Les symptômes de l’insomnie englobent diverses perturbations du sommeil et des problèmes qui se manifestent pendant la journée. Parmi les troubles du sommeil fréquemment associés à l’insomnie, on peut citer :

  • Une difficulté à s’endormir la nuit.
  • Se réveiller pendant la nuit.
  • Se réveiller trop tôt.
  • Pas de sensation de repos après une nuit de sommeil.
  • Une fatigue ou une somnolence diurne.
  • Une irritabilité, une dépression ou une anxiété.
  • Une difficulté à prêter attention, à se concentrer sur les tâches ou à se souvenir.
  • Une augmentation des erreurs ou des accidents.
  • Des inquiétudes constantes concernant le sommeil.

Par ailleurs, l’insomnie génère des symptômes diurnes résultant du manque de sommeil. Les individus touchés par l’insomnie font souvent état d’une fatigue persistante pendant leurs heures d’éveil, ce qui peut entraîner une diminution de l’attention et de la mémoire.

Une personne souffre d’insomnie si elle :

  • Éprouve des difficultés à s’endormir.
  • Se réveille à plusieurs reprises pendant la nuit.
  • Reste éveillée pendant la nuit.
  • Se réveille tôt le matin et ne parvient pas à se rendormir.
  • Ressente de la fatigue persistante après le réveil.
  • Éprouve des difficultés à faire une sieste en journée malgré la fatigue.
  • Présente de la fatigue et de l’irritabilité pendant la journée.
  • Rencontre des difficultés de concentration en journée en raison de la fatigue.

Les conséquences de l’insomnie varient souvent en fonction de sa durée, qu’elle soit de courte durée ou chronique. Une insomnie à court terme, qui survient pendant quelques semaines en raison d’un événement majeur de la vie ou d’un facteur de stress, peut avoir un impact sur le fonctionnement quotidien, mais généralement, elle ne provoquera pas d’effets indésirables durables si le facteur de stress est géré ou résolu.

En revanche, l’insomnie chronique, qui persiste pendant plus d’un mois, peut commencer à avoir des conséquences négatives sur la santé physique et émotionnelle (14). Le manque de sommeil ou une mauvaise qualité de sommeil peut rendre une personne plus susceptible de tomber malade plus fréquemment, par exemple, en attrapant un rhume ou une grippe, car le sommeil joue un rôle essentiel dans le fonctionnement du système immunitaire. Si le système immunitaire n’est pas en bonne santé, cela peut augmenter le risque de développer d’autres maladies plus graves.

Sur le plan de la santé mentale, les problèmes de sommeil à eux seuls peuvent contribuer à l’apparition de la dépression, de l’anxiété, voire, dans les cas graves, de la psychose. Le sommeil est tellement crucial pour la santé globale qu’un manque chronique de sommeil peut entraîner des changements significatifs dans la personnalité d’une personne. Les individus peuvent devenir irritables, colériques, voire agressifs dans certains cas.

Pour combattre l’insomnie, il existe des solutions sous la forme de changements de mode de vie, de thérapies, et d’autres traitements qui peuvent aider à rétablir le sommeil nécessaire pour maintenir non seulement le bien-être mais aussi la santé.

Voici quelques-unes des options de traitement que le médecin ou le spécialiste du sommeil peut recommander en cas d’insomnie :

Les changements de mode de vie :

Voici quelques recommandations des médecins en matière d’hygiène du sommeil et de changements de mode de vie qui peuvent contribuer à améliorer la qualité du sommeil :

  • Suivre un horaire de sommeil régulier en se couchant et en se réveillant à des heures approximativement identiques.
  • Éliminer l’alcool et les stimulants comme la nicotine et la caféine.
  • Pratiquer une activité physique régulière.
  • Éteindre les appareils électroniques au moins une heure avant le coucher.
  • Réserver le lit uniquement pour le sommeil et le sexe.
  • S’abstenir de manger et de boire juste avant de vous coucher.
  • Créer un environnement propice au repos. Cela implique de contrôler la température, l’éclairage et le bruit dans votre chambre.
  • Résoudre toutes les préoccupations avant de vous coucher.
  • Limiter les siestes pendant la journée à 30 minutes maximum.

La thérapie cognitivo-comportementale :

Selon une revue de littérature, la thérapie cognitivo-comportementale s’est avérée plus efficace pour améliorer la qualité du sommeil que les médicaments courants, entraînant une augmentation du temps de sommeil de 30 à 60 minutes lorsqu’elle était comparée à ces médicaments dans le cadre d’essais cliniques (15). Elle est souvent recommandée en tant que traitement de premier choix pour les individus aux prises avec l’insomnie.

La thérapie cognitivo-comportementale pour l’insomnie peut être une option pour aider à maîtriser ou éliminer les pensées et les comportements négatifs qui entravent le sommeil. La composante cognitive de la thérapie cognitivo-comportementale enseigne aux personnes à reconnaître et à modifier les croyances qui influent sur leur aptitude à dormir. La partie comportementale aide à développer de bonnes habitudes de sommeil et à éviter les comportements qui empêchent une personne de bien dormir.

Les techniques de relaxation :

La relaxation musculaire progressive, le biofeedback et les exercices de respiration sont des méthodes visant à diminuer l’anxiété avant le coucher. L’application régulière de ces techniques peut aider à réguler la respiration, la fréquence cardiaque, la tension musculaire et l’état d’esprit, favorisant ainsi la détente.

La luminothérapie :

Si une personne s’endort trop tôt puis se réveille prématurément, elle peut recourir à la lumière pour réajuster son horloge biologique. Elle peut sortir pendant les périodes de l’année où il fait encore jour le soir, ou utiliser une lampe de luminothérapie (16).

Les médicaments somnifères :

Les somnifères prescrits par un médecin ont la capacité d’aider une personne à s’endormir. Généralement, les médecins ne préconisent pas l’utilisation de somnifères sur ordonnance pendant plus de quelques semaines, bien que plusieurs médicaments aient été approuvés pour une utilisation à long terme.

Il est préférable de n’utiliser des médicaments qu’en dernier recours, et seulement de manière très limitée, selon les besoins.

L’insomnie est un problème de santé courant qui touche de nombreuses personnes à travers le monde. Cependant, il est important de comprendre que l’insomnie n’est pas une fatalité et qu’il existe une multitude de stratégies, allant des changements d’habitudes de vie à la thérapie cognitivo-comportementale en passant par les traitements médicamenteux, pour aider à améliorer la qualité du sommeil.

L’identification des causes sous-jacentes de l’insomnie et la recherche de solutions adaptées à chaque individu sont des étapes essentielles dans la gestion de ce trouble. Avec la bonne approche, il est possible de retrouver un sommeil réparateur et de profiter d’une meilleure qualité de vie.

(1) Huyett, P., Siegel, N., & Bhattacharyya, N. (2021). Prevalence of Sleep Disorders and Association With Mortality: Results From the NHANES 2009-2010. The Laryngoscope, 131(3), 686–689. https://doi.org/10.1002/lary.28900

(2) Roth T. (2007). Insomnia: definition, prevalence, etiology, and consequences. Journal of clinical sleep medicine : JCSM : official publication of the American Academy of Sleep Medicine, 3(5 Suppl), S7–S10. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1978319/

(3) The Johns Hopkins University. Sleep Apnea. https://www.hopkinsmedicine.org/health/conditions-and-diseases/sleep-apnea

(4) National Heart, Lung, and Blood Institute (NHLBI). What Are Circadian Rhythm Disorders? https://www.nhlbi.nih.gov/health/circadian-rhythm-disorders#:~:text=Language%20switcher&text=Circadian%20rhythm%20disorders%2C%20also%20known,cycles%20about%20every%2024%20hours.

(5) National Institute of Neurological Disorder and Stroke (NINDS). Restless Legs Syndrome. https://www.ninds.nih.gov/health-information/disorders/restless-legs-syndrome#:~:text=about%20related%20topics-,What%20is%20restless%20legs%20syndrome%3F,irresistible%20urge%20to%20move%20them.

(6) Fleetham, J. A., & Fleming, J. A. (2014). Parasomnias. CMAJ : Canadian Medical Association journal = journal de l’Association medicale canadienne, 186(8), E273–E280. https://doi.org/10.1503/cmaj.120808

(7) National Institute of Neurological Disorder and Stroke (NINDS). Narcolepsy. https://www.ninds.nih.gov/health-information/disorders/narcolepsy

(8) Léger, D., Beck, F., Richard, J. B., Sauvet, F., & Faraut, B. (2014). The risks of sleeping “too much”. Survey of a National Representative Sample of 24671 adults (INPES health barometer). PloS one, 9(9), e106950. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0106950

(9) Drake, C. L., Roehrs, T., & Roth, T. (2003). Insomnia causes, consequences, and therapeutics: an overview. Depression and anxiety, 18(4), 163–176. https://doi.org/10.1002/da.10151

(10) Palagini, L., Cipollone, G., Masci, I., Novi, M., Caruso, D., Kalmbach, D. A., & Drake, C. L. (2019). Stress-related sleep reactivity is associated with insomnia, psychopathology and suicidality in pregnant women: preliminary results. Sleep medicine, 56, 145–150. https://doi.org/10.1016/j.sleep.2019.01.009

(11) Clark, I., & Landolt, H. P. (2017). Coffee, caffeine, and sleep: A systematic review of epidemiological studies and randomized controlled trials. Sleep medicine reviews, 31, 70–78. https://doi.org/10.1016/j.smrv.2016.01.006

(12) Ahmadi, R., Rahimi-Jafari, S., Olfati, M., Javaheripour, N., Emamian, F., Ghadami, M. R., Khazaie, H., Knight, D. C., Tahmasian, M., & Sepehry, A. A. (2022). Insomnia and post-traumatic stress disorder: A meta-analysis on interrelated association (n = 57,618) and prevalence (n = 573,665). Neuroscience and biobehavioral reviews, 141, 104850. https://doi.org/10.1016/j.neubiorev.2022.104850

(13) Santos Moraes, W. A., Burke, P. R., Coutinho, P. L., Guilleminault, C., Bittencourt, A. G., Tufik, S., & Poyares, D. (2011). Sedative antidepressants and insomnia. Revista brasileira de psiquiatria (Sao Paulo, Brazil : 1999), 33(1), 91–95. https://doi.org/10.1590/s1516-44462011000100017

(14) Institute of Medicine (US) Committee on Sleep Medicine and Research; Colten HR, Altevogt BM, editors. Sleep Disorders and Sleep Deprivation: An Unmet Public Health Problem. Washington (DC): National Academies Press (US); 2006. 3, Extent and Health Consequences of Chronic Sleep Loss and Sleep Disorders. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK19961/

(15) Mitchell, M. D., Gehrman, P., Perlis, M., & Umscheid, C. A. (2012). Comparative effectiveness of cognitive behavioral therapy for insomnia: a systematic review. BMC family practice, 13, 40. https://doi.org/10.1186/1471-2296-13-40

(16) Chambe, J., Reynaud, E., Maruani, J., Fraih, E., Geoffroy, P. A., & Bourgin, P. (2023). Light therapy in insomnia disorder: A systematic review and meta-analysis. Journal of sleep research, e13895. Advance online publication. https://doi.org/10.1111/jsr.13895

FAQs

COMMENT LA BALANCE PEUT VOUS AIDER

The Balance RehabClinic est l'un des principaux fournisseurs de traitements de luxe en matière de toxicomanie et de santé mentale pour les personnes aisées et leurs familles, offrant un mélange de science innovante et de méthodes holistiques avec des soins individualisés inégalés.

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
UN SEUL CLIENT À LA FOIS
PROGRAMME SUR MESURE
RESTAURATION BIOCHIMIQUE
APPROCHE HOLISTIQUE
THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
THÉRAPIE INFORMÉE SUR LE TRAUMATISME

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer la demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs du traitement

1 semaine

Bilans & Détox

1-4 semaine

Thérapie psychologique et holistique

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Soins Suivis

12+ semaine

Visite de rappel

Troubles chroniques Insights

latest news & research on Troubles chroniques
impatiences dans les jambes
Le syndrome des jambes sans repos

Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) est une affection du mouvement qui se caractérise par une intense envie de bouger les jambes lorsqu'une personne se repose

read more
L’insomnie
L’insomnie : causes, symptômes et traitement

L'insomnie peut se présenter soit en tant que problème principal, soit en association avec d'autres troubles.

read more

Accréditations

 
Neurocare
TAA
ssaamp
Somatic Experience
SMGP
SEMES
SFGU
WPA
red GDPS
pro mesotherapie
OGVT
AMF
NeuroCademy
MEG
Institute de terapia neural
ifaf
FMH
EPA
EMDR
COPAO
COMIB
British Psychology Society
 

Médias

 
Live Science
Mallorca Magazin
Woman & Home
National World
American Banker
Marie Claire
BBC
La Nacion
Metro UK
General Anzeiger
Business Leader
Dazed
Apartment Therapy
Express UK
Bloomberg
Cosmopolitan
Morgenpost
Manager Magazin
Entrepreneur ME
Khaleej Times
abcMallorca
Psychreg
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
PsychologyTimes
LuxuryLife
The Times
The Standard
The stylist
Mirror UK
Mallorca Zeitung
Daily Mail
Guardian