10 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

$L’abus d’alcool est l’un des problèmes médicaux et sociaux importants qui est répandu dans le monde entier. La dépendance conduit à l’alcoolisme chronique est une maladie mentale associée à une dépendance à l’alcool, mentale et physique, qui nécessite une intervention médicale immédiate.

Cependant, le sevrage d’alcool s’exprime dans un complexe de troubles psychopathologiques, neurologiques et somatiques chez une personne souffrant d’alcoolisme et survient dans le contexte d’une diminution soudaine ou un arrêt brutal de la posologie de l’ivrogne.

Le syndrome de sevrage alcoolique est un complexe de troubles somato-végétatifs, neurologiques et mentaux qui se développent à la suite de l’arrêt de la consommation d’alcool, dû au sevrage forcé ou volontaire de l’alcool.

Il ne se développe que chez les personnes souffrant de dépendance à l’alcool. La période entre le début de la consommation régulière d’alcool et l’apparition du syndrome de sevrage alcoolique varie de 2 à 15 ans, en fonction du sexe et de l’âge des patients.

Les symptômes de sevrage apparaissent 6 à 24 heures après le dernier verre. 4 % des personnes en sevrage développent des symptômes graves et 15 % des patients présentant des symptômes graves meurent.

Le traitement du sevrage alcoolique vise à minimiser les symptômes, à prévenir les complications et à faciliter l’abstinence prolongée d’alcool. Par conséquent, le sevrage nécessite des soins médicaux adéquats, dans des centres de désintoxication spécialisés.

Il est important de souligner que le syndrome de sevrage est toujours une manifestation de la deuxième étape de l’alcoolisme, lorsque la dépendance s’est déjà développée et nécessite un traitement spécialisé par un sevrage compétent, et pas seulement la suppression des symptômes.

Ainsi, le soulagement des symptômes aide efficacement à sortir une personne alcoolique de la les signes prédominants des troubles et la sévérité des symptômes cliniques dépendent du stade de la dépendance alcoolique.

Les symptômes du sevrage d’alcool peuvent être classés en trois catégories :

Les troubles somato-végétatives :

Se manifestent par la migraine, des douleurs au cœur et dans la région épigastrique, des arythmies cardiaques (tachycardie, bradycardie), une hypotension (chute de la pression artérielle jusqu’à l’effondrement), des vomissements, une diarrhée, le syndrome des yeux rouges, le gonflement du visage, une transpiration, un désir irrésistible de boisson.

Les troubles neurologiques :

Se caractérisent par des tremblements des mains, de la tête et de la langue, des troubles de l’élocution, une confusion, des convulsions et des crises d’épilepsie.

Les troubles mentaux :

Se traduisent par une anxiété, des attaques de panique, des phobies, un sommeil superficiel, des cauchemars, une dépression, souvent accompagnée avec l’apparition des pensées suicidaires.

Le delirium tremens est la forme la plus grave du syndrome de sevrage. Elle s’accompagne de palpitations cardiaques, d’hypertension artérielle, de désorientation, de tremblements des mains, de transpiration, de troubles de l’attention ou de la conscience, d’hallucinations que le patient ne peut pas distinguer de la réalité et d’une fièvre qui ne s’arrête pas dans les 4 à 12 jours.

Il convient de garder à l’esprit d’abord que les manifestations du sevrage peuvent varier. Ainsi, la gravité et la prévalence de certains effets dépendent non seulement du stade de l’alcoolisme, mais également de la durée d’une frénésie particulière, de l’état des organes internes, etc.

Contrairement au trouble de l’alcoolisme chronique, le syndrome de sevrage s’accompagne toujours d’un besoin irrésistible d’alcool, s’accentuant l’après-midi.

Selon le moment d’apparition, on distingue trois groupes de symptômes de sevrage :

Après 3 jours sans alcool

Les premiers symptômes apparaissent dans les 6 à 48 heures suivant l’arrêt de la consommation d’alcool. Après avoir arrêté l’alcool, le patient est agité, excité, irritable. De plus, le 3ème jour de sevrage se manifeste surtout par l’apparition des crises de boulimie à court terme (généralement, ne durant pas plus de 2 à 3 jours).

Les symptômes asthéniques et les troubles du système nerveux autonome prédominent, et sont accompagnés par une augmentation du rythme cardiaque, des mains tremblantes, une bouche sèche, de la transpiration excessive, une augmentation de la pression artérielle, une aversion pour la nourriture, de la diarrhée, des nausées et des vomissements.

Par ailleurs, le tonus musculaire est réduit, des violations de la mémoire, de l’attention, des jugements, etc. sont révélées.

Après 8 jours du sevrage d’alcool

Des symptômes tardifs sont observés dans les 3 à 5 jours suivant le début de sevrage de l’alcool. L’état psychique du patient change rapidement. En effet, les troubles neurologiques et les symptômes des organes internes rejoignent les troubles végétatifs.

Il peut y avoir confusion, hallucinations, un délire et des crises d’épilepsie. Les idées délirantes se forment sur la base d’hallucinations et ont généralement un caractère paranoïaque.

Elles s’accompagnent par des rougeurs de la peau et du blanc des yeux, de palpitations, de fluctuations de la tension artérielle, des nausées et des vomissements.

De plus, se manifeste une sensation de turbidité et de lourdeur dans la tête, des troubles de la marche, de tremblements des mains, des paupières et de la langue.

Au cours de cette période, tous les changements de personnalité caractéristiques de l’alcoolisme apparaissent, deviennent plus marqués et perceptibles de l’extérieur. L’attention est attirée sur l’inertie et la pensée improductive du patient.

Le patient ne perçoit pas bien les explications et les instructions, agit et répond souvent de manière inappropriée, dans ses réponses et ses discours, il n’y a pas de légèreté et d’immédiateté caractéristiques de la communication informelle ordinaire. L’humour et l’ironie sont absents ou simplifiés et grossiers.

Après 14 jours du sevrage d’alcool

Les symptômes végétatifs et somatiques persistent, mais s’estompent. Le tableau clinique est principalement déterminé par des troubles mentaux : troubles du sommeil, des cauchemars, une anxiété, une sensation de culpabilité, une humeur triste, une irritation et une agressivité envers les autres.

Pendant cette phase, les patients se sentent désespérés, souffrent de sentiments de culpabilité en raison de l’incapacité de s’abstenir de boire de l’alcool et de leurs actes commis dans un état d’ébriété.

Dans certains cas, des attaques de panique surviennent, associées parfois à des pensées suicidaires. La dépression alterne avec des épisodes de détermination en raison de l’augmentation des envies d’alcool.

Dans cet état, les patients sans remords trompent leurs proches, ouvrent les serrures ou s’enfuient de chez eux par un balcon, mendient de l’argent à des amis et à des inconnus, commettent des vols, etc.

Jour après jour, les bienfaits de l’arrêt de l’alcool se font sentir sur votre corps et votre esprit :

Le premier jour :

Pour la plupart des alcooliques, le premier jour sans alcool représente un sentiment d’accomplissement et de contrôle sur leur propre vie.

À moins que l’alimentation de cette personne ne soit malsaine, sa glycémie peut se normaliser d’ici la fin de la journée suivante.

Le deuxième jour :

Pour les alcooliques, les symptômes de sevrage les plus graves peuvent survenir entre 24 et 48 heures après le dernier verre. C’est une période dangereuse pour toute personne qui a arrêté de boire et qui est en état de sevrage.

Le troisième jour :

C’est entre 48 et 72 heures que les symptômes de sevrage s’atténuent ou deviennent plus gérables. Les alcooliques devraient se sentir plus hydratés et moins fatigués après 4 jours sans boire.

Ceux qui luttent contre l’alcoolisme peuvent sentir que leurs symptômes de sevrage alcoolique commencent à disparaître au 4ème jour.

Après une semaine :

La plupart des buveurs commencent à mieux dormir après une semaine sans alcool. Ils se sentent plus hydratés, ce qui pourrait améliorer leur santé bucco-dentaire et même celle de leur peau.

Après deux semaines :

Après 2 semaines de sevrage d’alcool, la plupart des buveurs ne devraient plus souffrir de reflux acide. La muqueuse de leur estomac a eu le temps de guérir d’une inflammation constante et revient à la normale.

Après trois semaines :

Après 3 semaines sans consommation d’alcool, la plupart des alcooliques ont réussi à réduire leur risque de maladie cardiaque, notamment d’accident vasculaire cérébral, d’hypercholestérolémie et d’hypertension artérielle. Leur santé rénale et même leur vision peuvent s’améliorer.

Pour les buveurs dépendants, la tension artérielle peut revenir à des niveaux normaux vers la 3ème ou la 4ème semaine.

Après un mois :

Après un mois d’arrêt d’alcool, le foie est capable de consacrer plus de temps à ses fonctions vitales. Après 1 mois sans boire, la graisse hépatique peut être réduite jusqu’à 20 %, ce qui réduit considérablement le risque de cirrhose du foie ou de stéatose hépatique.

Après trois mois :

3 mois sans alcool réduisent le risque de cancer. De plus, les alcooliques ressentiront souvent plus d’énergie et un sentiment de bien-être au bout de 3 mois.

Après un an :

La peau devient plus saine, l’énergie et l’humeur sont améliorés, il y a perte de poids. Plus probablement les relations se seront améliorées au cours de cette année sans alcool. La productivité au travail sera probablement bien meilleure.

Au cours d’une année d’arrêt d’alcool, la personne devra avoir économisé quelques milliers d’euros qu’elle peut dépenser sur n’importe quel nombre d’achats ou d’économie.

Le risque de cancer, de maladie cardiaque, de maladie du foie et de maladie rénale a tous chuté de façon spectaculaire. La fonction immunitaire s’est améliorée.

Le sevrage alcoolique augmente le risque de lésions cérébrales liées à l’alcool et de troubles cognitifs.

Les alcooliques qui ont subi un sevrage alcoolique à plusieurs reprises ont une mémoire altérée et un dysfonctionnement cognitif du lobe frontal marqué, ce qui se propage et affecte l’ensemble comportement du patient.

Par ailleurs, les épisodes répétés de sevrage alcoolique peuvent entraîner des symptômes de sevrage profonds, notamment de l’anxiété, des convulsions, une neurotoxicité et un effet néfaste sur la structure ou la fonction du système nerveux périphérique et central.

Bien que certaines études aient montré qu’une consommation modérée d’alcool réduit le risque de décès par infarctus du myocarde et maladie coronarienne, l’arrêt brutal de la consommation d’alcool augmente le risque des maladies coronariennes et d’infarctus du myocarde.

D’autre part, le comportement du patient au cours du delirium tremens peut également aggraver le pronostic : une sensation d’auto-humiliation, des tentatives de se lever du lit et de retirer les sondes de nutrition entérale …

Le syndrome de sevrage est l’une des affections les plus douloureuses qui accompagnent l’alcoolisme. L’évolution du syndrome de sevrage peut être très grave et mettre la vie du patient en danger.

Le sevrage de la consommation excessive d’alcool et la suppression des symptômes de sevrage nécessitent une surveillance médicale stricte. Par conséquent, dès l’apparition des premiers signes de sevrage, il est impératif de consulter un centré spécialisé pour une cure de désintoxication strictement individualisée, en tenant compte de l’état psychophysique du patient.

FAQs

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
1 - UN SEUL CLIENT À LA FOIS
2 - VIE PRIVÉE ET DISCRÉTION
3 - VÉRIFICATION COMPLÈTE
4 - PROGRAMME SUR MESURE TRAITANT LES CAUSES FONDAMENTALES
5 - RESTAURATION BIOCHIMIQUE
6 - APPROCHE HOLISTIQUE
7 - LES DERNIÈRES THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
8 - CONSEILLER EN RÉSIDENCE 24/7
9 - ÉTABLISSEMENT PRIVÉ DE LUXE
10 - CHEF PERSONNEL ET RÉGIME ALIMENTAIRE

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer une demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs de traitement

1 semaine

Évaluations complètes et désintoxication

1-4 semaine

Thérapie physique et mentale en cours

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Suivi

12+ semaine

Visite de remise à niveau

Accréditations & Médias

 
AMF
British Psychology Society
PsychologyTimes
COMIB
COPAO
EMDR
EPA
FMH
ifaf
Institute de terapia neural
MEG
NeuroCademy
Neurocare
OGVT
pro mesotherapie
Psychreg
red GDPS
WPA
SFGU
SEMES
SMGP
Somatic Experience
ssaamp
TAA
SSP
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
Views
abcMallorca
LuxuryLife