10 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

La dépendance aux benzodiazépines est un problème croissant dans le monde. En général, les benzodiazépines sont des médicaments prescrits à la fois pour l’insomnie et l’anxiété, et de nombreux patients, en particulier les personnes âgées, les utilisent quotidiennement et en deviennent dépendants.

Beaucoup de ces patients ne sont pas conscients des dangers de la dépendance aux benzodiazépines et ne prennent conscience du problème que lorsqu’ils manquent de médicaments, par oubli ou pour d’autres raisons.

Sans médicament. C’est alors que le patient commence à souffrir d’une série de troubles qui disparaissent avec la prise du médicament, fermant le cycle de la dépendance et nécessitant une désintoxication aux benzodiazépines.

Le syndrome de sevrage aux benzodiazépines est un ensemble de signes et de symptômes cliniques qui se manifestent lorsqu’une personne qui utilise des benzodiazépines à des fins thérapeutiques ou récréatives, et qui développe une dépendance physique, réduit la posologie ou arrête la production.

En effet, les benzodiazépines sont les médicaments les plus répandus dans le monde et sont largement utilisés dans la pratique médicale comme anxiolytiques, hypnotiques, anticonvulsivants et relaxants musculaires.

La pratique clinique montre que l’efficacité des benzodiazépines diminue avec une utilisation prolongée. Cela conduit au développement de la tolérance et du « syndrome de sevrage », c’est-à-dire les principaux signes de dépendance apparaissent, c’est la toxicomanie.

Par conséquent, il est courant qu’un toxicomane aux benzodiazépines devienne dépendant après avoir commencé un traitement avec cette substance. Et lorsqu’un patient s’écarte du protocole d’utilisation ou de l’avis médical, cela peut entraîner un danger de dépendance aux benzodiazépines par abus ou consommation non autorisée.

Dans une étude récente, il a été démontré que les benzodiazépines ont un fort potentiel d’accoutumance et induisent un haut degré de tolérance. De plus, la plupart des scientifiques notent que le risque de développer une dépendance physique chez ces patients augmente fortement avec l’utilisation à long terme (plus de 6 mois) de médicaments et avec l’utilisation de doses trop élevées.

Ainsi, il y a des gens qui augmentent la dose car cette substance provoque une tolérance. Nous avons affaire à l’un des symptômes de sevrage les plus graves, qui nécessite donc une attention professionnelle pour la désintoxication des benzodiazépines.

La demi-vie des benzodiazépines est divisée en :

  • Court – jusqu’à 12 heures.
  • Moyen – jusqu’à 40 heures.
  • Longue – jusqu’à 250 heures.

Et plus la période est courte, plus les signes de sevrage apparaissent rapidement. Le plus souvent, la dépendance est causée par des médicaments à demi-vie moyenne.

D’autre part, la demi-vie des benzodiazépines est deux fois plus longue chez les personnes âgées que chez les jeunes. Malheureusement, de nombreux médecins n’adaptent pas la posologie des benzodiazépines en fonction de l’âge des personnes âgées.

Le syndrome de sevrage des benzodiazépines peut se manifester plus ou moins par les symptômes suivants : une anxiété sévère, une agitation, une irritabilité, une insomnie, une perte d’appétit, une agressivité, des étourdissements, des nausées, des vomissements, une agitation, une confusion, des convulsions, une fièvre et même la mort.

Parfois, les crises surviennent même 1 à 3 semaines après le sevrage. D’autres symptômes qui surviennent lorsqu’un syndrome de sevrage se développe comprennent la déshydratation, le délire, l’insomnie, les hallucinations visuelles et auditives. Même avec le meilleur traitement, une personne peut ne pas se sentir bien pendant un mois ou plus.

Ces signes apparaissent généralement entre le premier jour et la première semaine après l’arrêt du médicament. De plus, la sévérité du syndrome de sevrage dépend de la dose de médicament prise.

Par ailleurs, un arrêt rapide des benzodiazépines peut conduire à des symptômes plus sévères, tels que : une catatonie qui peut entraîner la mort, des convulsions pouvant entraîner la mort, un coma, un delirium tremens, une hyperthermie, une manie, un événement de type syndrome malin des neuroleptiques, un syndrome cérébral organique, un trouble de stress post-traumatique, une psychose, des pensées suicidaires ou suicide et une violence et agression.

Il convient de noter que le syndrome de sevrage ne se produit pas toujours. Certaines personnes ne l’obtiennent pas, tandis que d’autres retrouvent les symptômes qu’elles avaient auparavant et pour lesquels elles ont été prescrites. L’apparition ou l’absence d’un syndrome de sevrage ne dépend pas toujours de la dose, de la personne ou du moment, mais ces facteurs sont des facteurs de risque qui sont capables de le provoquer.

Ces symptômes peuvent apparaître après une longue période d’utilisation ou d’abus de benzodiazépines. En effet, des symptômes de sevrage ont été décrits après un mois de consommation même à des doses thérapeutiques.

Le risque lié au sevrage des benzodiazépines et la survenue possible d’un syndrome de sevrage invitent à faire surveiller le processus par des médecins spécialistes.

La durée du syndrome de sevrage après l’abolition des benzodiazépines peut aller jusqu’à 2 ou 3 semaines, parfois 1 mois. Dans certains cas, le syndrome de sevrage après l’abolition des benzodiazépines peut durer de 3 à 6 mois.

Le traitement de sevrage des benzodiazépines devient de plus en plus populaire dans les centres de traitement de la toxicomanie.

Il existe de nombreux centres et des hôpitaux de désintoxication aux benzodiazépines spécialisés dans le traitement de la dépendance aux benzodiazépines, qui s’adaptent aux besoins spécifiques des patients.

La désintoxication aux benzodiazépines à l’hôpital fournit des soins médicaux si nécessaire pendant le traitement. Étant donné que le rebond des benzodiazépines présente un risque important pendant le sevrage, la présence de personnel médical 24 heures sur 24 peut apporter une réponse immédiate à toute crise hypertensive ou potentiellement mortelle qui pourrait survenir, car le processus professionnel de réduction progressive de la dose réduit la probabilité que les patients vivre des épisodes fatals.

Le sevrage et la désintoxication des benzodiazépines commencent par un examen physique initial pour déterminer l’état physique et identifier les habitudes de consommation de chaque patient lors de son admission dans un centre de réadaptation.

Cette période de sevrage des benzodiazépines avant la désintoxication peut durer jusqu’à 24 heures, car le personnel médical détermine à la fois l’état de santé général du patient et ses antécédents médicamenteux, avant de faire une planification individualisée adaptée à ses besoins spécifiques.

La méthode de traitement combine la pharmacothérapie et des méthodes psychologiques et psychothérapeutiques.

La pharmacothérapie :

Certaines études ont montré qu’il y a des avantages à ajouter certains médicaments de substitution, notamment, de la mélatonine, de la paroxétine, de la trazodone ou du valproate en combinaison avec cette réduction de dose.

Il convient de signaler que la caféine peut aggraver les symptômes de sevrage en raison de ses propriétés stimulantes.

L’approche psychologique et psychothérapeutique :

Le soutien psychologique joue également un rôle important pour réduire l’anxiété, faire face aux attaques de panique, surmonter la dépression et trouver et résoudre la cause de la consommation et de la dépendance aux benzodiazépines.

Au niveau des centres de désintoxication, les  spécialistes utilisent des méthodes modernes, agréées et éprouvées de traitement de la dépendance aux benzodiazépines.

Par ailleurs, un programme psychothérapeutique individuel permet de traiter les causes psychologiques de la consommation de ce médicament. De plus, le psychothérapeute aide le patient à trouver des outils psychologiques pour une vie confortable sans médicaments.

Il est utilisé également la psychothérapie neurocognitive, qui aide à se débarrasser des attitudes et des comportements malsains. Il est également important d’établir des relations au sein de la famille du patient. Sans le soutien et la compréhension des êtres chers, il y a une forte probabilité de revenir au mode de vie antérieur.

La phytothérapie pour traiter le sevrage benzodiazépine :

Certaines plantes peuvent aider à traiter les effets secondaires du sevrage pour les personnes sous anxiolytiques. Ainsi, la passiflore est une aide appréciable pour réduire puis arrêter la consommation de benzodiazépines. Dans ce cas précis, elle est souvent accompagnée par la ballote fétide, aux propriétés assez proches. Bien souvent, le sevrage prendra de un à plusieurs mois et se fera toujours sous suivi médical.

De plus, Les nutritionnistes créent un plan nutritionnel personnalisé basé sur l’analyse génétique et biochimique du patient. En effet, un régime à faible indice glycémique aide à rétablir le fonctionnement de tous les systèmes de l’organisme, y compris l’activité cérébrale. Ce régime aide à réduire les envies de médicament, donne une sensation de gaieté, augmente l’efficacité. Donc, une bonne nutrition est une partie importante d’un programme de réadaptation et de traitement aux benzodiazépines.

Plus globalement, les techniques de kinésithérapie favorisent une récupération rapide de l’organisme après un abus prolongé de benzodiazépines. De plus, des techniques de gymnastique spéciales, du yoga, de la natation, de la massothérapie, tout cela aide le patient à retrouver une excellente forme physique.

La désintoxication avec les benzodiazépines est souvent problématique en raison des symptômes de sevrage très longs et sévères qu’ils provoquent souvent.

Généralement, l’arrêt des benzodiazépines provoque une gêne et de nombreux toxicomanes essaient d’arrêter par eux-mêmes. Cela se traduit, souvent, par des taux élevés d’abandon et de rejet.

Avec une cure de désintoxication aux benzodiazépines professionnelle et guidée par un hôpital ou un centre de désintoxication, le taux de réussite est de près de 100 %. Il est important de procéder à une évaluation initiale car chaque patient se verra attribuer un traitement aux benzodiazépines unique et individuel.

Il convient de noter, finalement, que pour éviter une dépendance au médicament après un traitement aux benzodiazépines, il est nécessaire de respecter strictement les doses et les conditions recommandées par le médecin.

FAQs

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
1 - UN SEUL CLIENT À LA FOIS
2 - VIE PRIVÉE ET DISCRÉTION
3 - VÉRIFICATION COMPLÈTE
4 - PROGRAMME SUR MESURE TRAITANT LES CAUSES FONDAMENTALES
5 - RESTAURATION BIOCHIMIQUE
6 - APPROCHE HOLISTIQUE
7 - LES DERNIÈRES THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
8 - CONSEILLER EN RÉSIDENCE 24/7
9 - ÉTABLISSEMENT PRIVÉ DE LUXE
10 - CHEF PERSONNEL ET RÉGIME ALIMENTAIRE

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer une demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs de traitement

1 semaine

Évaluations complètes et désintoxication

1-4 semaine

Thérapie physique et mentale en cours

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Suivi

12+ semaine

Visite de remise à niveau

Accréditations & Médias

 
AMF
British Psychology Society
PsychologyTimes
COMIB
COPAO
EMDR
EPA
FMH
ifaf
Institute de terapia neural
MEG
NeuroCademy
Neurocare
OGVT
pro mesotherapie
Psychreg
red GDPS
WPA
SFGU
SEMES
SMGP
Somatic Experience
ssaamp
TAA
SSP
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
Views
abcMallorca
LuxuryLife