EXPERTISE MÉDICALE SUISSE: ZURICH, MAJORQUE, LONDRES, NEW YORK

9 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

Lysanxia est un médicament prescrit principalement pour ses propriétés anxiolytiques. Sa composition inclut du prazépam, une substance active appartenant à la famille des benzodiazépines.

Il est généralement recommandé lorsque l’anxiété s’accompagne d’autres troubles, ainsi que chez les personnes alcooliques en phase de sevrage. Cependant, Lysanxia est susceptible d’entraîner une dépendance, notamment dans le cas où il est pris de façon prolongée.

Lysanxia ou prazépam est un médicament qui fait partie de la catégorie des benzodiazépines 1-4 et possède une activité pharmacodynamique similaire à celle des autres composés de cette classe (1).

Les benzodiazépines 1-4 sont des composés organiques contenant un cycle benzénique fusionné à une 1,4-azépine.

Lysanxia possède des propriétés qui en font :

  • Un relaxant musculaire.
  • Un anxiolytique.
  • Un hypnotique (en facilitant le sommeil).
  • Un anticonvulsivant.
  • Un amnésiant (en inhibant la mémoire).

Ces effets sont dus à son action spécifique comme agoniste sur un récepteur central faisant partie du complexe appelé « récepteurs macromoléculaires GABA-OMEGA », également connu sous les noms de BZ1 et BZ2, qui régulent l’ouverture des canaux de chlore (2).

Lysanxia est un médicament qui peut être indiqué pour :

  • Le traitement symptomatique des manifestations anxieuses sévères et /ou invalidantes (3).
  • La prévention et le traitement du delirium tremens et des autres manifestations du sevrage alcoolique.
  • Les insomnies.
  • La prévention des convulsions, essentiellement celles d’origine hyperthermique (par élévation importante de la température corporelle).
  • Le traitement Épisodes de tétanie.
  • L’épilepsie.
  • Soulager les contractures d’origine musculaire s’accompagnant de douleurs importantes.

Lysanxia, tout comme tous les médicaments, peut entraîner des effets secondaires, bien que tout le monde ne les ressente pas. La survenue de ces effets dépend de la dose prise et de la sensibilité individuelle du patient. Les effets secondaires comprennent :

Des effets neuro-psychiatriques :

  • Des troubles de la mémoire qui peuvent survenir même à des doses thérapeutiques. Le risque de ces troubles augmente proportionnellement à la dose (4).
  • Des troubles du comportement, tels que des modifications de la conscience, de l’irritabilité, de l’agressivité et de l’agitation (5).
  • Une dépendance physique et psychologique, même à des doses thérapeutiques, pouvant entraîner un syndrome de sevrage ou un rebond à l’arrêt du traitement.
  • Un sentiment de divinité, des maux de tête et des difficultés de coordination de certains mouvements.
  • Une confusion, une diminution de la vigilance ou somnolence, notamment chez les personnes âgées.
  • Une insomnie, des cauchemars et une tension.
  • Des modifications de la libido.

Des effets cutanés :

Une éruption cutanée, avec ou sans démangeaisons.

Autres effets :

  • Une faiblesse musculaire.
  • Une fatigue intense.
  • Des effets indésirables oculaires.
  • Une vision double.

Comme pour les autres médicaments de la classe des benzodiazépines, Lysanxia est généralement destiné à être utilisé à court terme. Il est prescrit aux patients pendant seulement quelques semaines.

L’utilisation à court terme permet de réduire le risque de développer une tolérance et une dépendance, ainsi que les effets secondaires potentiels associés aux benzodiazépines.

Les benzodiazépines sont largement prescrites et font partie des médicaments les plus couramment utilisés. Parfois, elles sont également utilisées à des fins récréatives.

Ces médicaments agissent en stimulant les récepteurs GABA du cerveau, ce qui déclenche des sensations de plaisir. Le neurotransmetteur GABA joue un rôle calmant dans le cerveau, ainsi, lorsqu’une personne utilise Lysanxia, les voies de récompense dans le cerveau sont déclenchées (6).

Cependant, cette stimulation peut entraîner un risque accru de dépendance et d’accoutumance. Bien que la consommation régulière de benzodiazépines n’entraîne pas nécessairement toujours une dépendance, elle augmente le risque.

Les benzodiazépines, comme le Lysanxia, agissent sur le cerveau en provoquant une dépression ou une diminution de l’activité du système nerveux central, responsable du contrôle des fonctions corporelles essentielles comme la respiration et le maintien d’un rythme cardiaque stable.

La probabilité de développer une dépendance au Lysanxia augmente lorsque le médicament est abusé ou utilisé pendant de longues périodes. En effet, les benzodiazépines ne sont recommandées que pour un usage à court terme en raison des risques de dépendance.

Il est important de noter que toutes les personnes qui consomment régulièrement du Lysanxia ne deviendront pas nécessairement dépendantes, mais il est crucial de comprendre le potentiel de dépendance du médicament, ainsi que ses signes et ses effets secondaires.

Certains signes d’addiction au Lysanxia ou à d’autres benzodiazépines incluent :

  • L’incapacité de cesser d’utiliser le Lysanxia au fil du temps, même si on le souhaite.
  • Des tentatives infructueuses pour arrêter de prendre du Lysanxia au moins une fois.
  • Une dépendance physique au Lysanxia, avec des symptômes de sevrage si l’utilisation est interrompue.
  • La poursuite de l’utilisation du Lysanxia malgré les effets néfastes sur la santé et le mode de vie.
  • Une obsession pour l’approvisionnement du médicament.
  • Un repli sur soi.
  • Le déni de dépendance ou d’abus de Lysanxia.

Outre les signes d’addiction associés à la consommation de Lysanxia ou d’autres benzodiazépines, de nombreux autres effets négatifs peuvent se produire.

En effet, les personnes souffrant d’un trouble lié à la consommation de Lysanxia ou d’autres benzodiazépines peuvent rencontrer des difficultés accrues dans leur travail et peuvent développer des problèmes de santé.

De plus, les personnes souffrant d’une consommation chronique de Lysanxia ou d’autres benzodiazépines peuvent rencontrer des problèmes dans leurs relations avec leur partenaire, leur famille, leurs amis et leurs proches.

Au fil du temps, les problèmes liés à la consommation de Lysanxia ou d’autres benzodiazépines, tels que l’addiction, peuvent également entraîner des difficultés cognitives et des problèmes de mémoire à long terme.

Les symptômes de sevrage peuvent apparaître dans les jours suivant l’arrêt du traitement. Dans le cas des benzodiazépines à action brève, et surtout lorsqu’elles sont prises à des doses élevées, les symptômes peuvent même se manifester entre deux prises. Cependant, cela n’est pas prévu avec le prazépam en raison de sa longue demi-vie.

Il est important de noter que l’utilisation simultanée de plusieurs benzodiazépines, qu’elles soient prescrites comme anxiolytiques ou hypnotiques, peut augmenter le risque de pharmacodépendance.

Les modalités d’un arrêt progressif du traitement doivent être communiquées de manière précise au patient.

Pour éviter un arrêt brutal, il est recommandé de réduire progressivement la dose sur une période de 4 à 10 semaines. En cas de syndrome de sevrage (qui se résout généralement spontanément en 2 semaines ou rarement en 3 mois), il est préférable de reprendre la dose précédemment prescrite et de la diminuer de manière plus progressive.

En cas d’arrêt brutal, il peut y avoir un rebond d’anxiété. Il s’agit d’un syndrome transitoire qui survient lors de l’arrêt brusque du traitement. Pour minimiser ces symptômes tels que les changements d’humeur, l’anxiété, les troubles du sommeil et les impatiences, il est recommandé de réduire progressivement la posologie.

Il est également conseillé d’évaluer le degré d’attachement aux benzodiazépines à l’aide de l’échelle ECAB. Après l’arrêt du traitement, une surveillance étroite est nécessaire, avec des consultations rapprochées jusqu’à une semaine après l’arrêt. Un suivi sur une période de 6 mois est recommandé, en utilisant un agenda du sommeil-éveil et un calendrier de suivi de l’arrêt.

D’une manière générale, le surdosage de benzodiazépines survient généralement lorsque plusieurs médicaments de cette classe sont pris simultanément ou lorsqu’ils sont associés à d’autres substances telles que l’alcool.

Les symptômes d’une surdose impliquant uniquement le Lysanxia peuvent inclure des troubles de l’équilibre, des problèmes de parole et une ataxie (ou troubles de coordination des mouvements).

Cependant, il est important de noter que lorsque les benzodiazépines sont combinées à d’autres substances, des surdoses dangereuses peuvent se produire.

Ces dernières années, le nombre de décès liés à une surdose de benzodiazépines a considérablement augmenté. Cependant, les surdoses mortelles surviennent presque toujours lorsque les benzodiazépines sont consommées en combinaison avec d’autres substances.

Les chercheurs et les professionnels de la santé estiment que les personnes décédées d’une surdose ont tendance à consommer des substances telles que le Lysanxia de manière plus risquée, ce qui contribue aux décès par surdose. Cela peut inclure la prise de doses supérieures à celles prescrites et la combinaison avec d’autres médicaments sur ordonnance, des drogues illicites et de l’alcool.

Le risque de surdosage est très élevé lorsqu’un médicament tel que le Lysanxia est combiné avec un autre sédatif. La combinaison de benzodiazépines et d’opioïdes est particulièrement risquée.

Par exemple, les benzodiazépines, comme le Lysanxia, et les opioïdes dépriment le système nerveux central. Lorsqu’une personne les combine, elle est plus susceptible de présenter une dépression respiratoire pouvant être mortelle. Les signes d’une surdose peuvent inclure :

  • Une respiration lente ou superficielle.
  • Un arrêt de la respiration.
  • Des lèvres ou des extrémités bleues.
  • Une désorientation ou une confusion.
  • Une perte de conscience.

Lysanxia est indiqué dans le traitement de l’anxiété lorsqu’elle s’accompagne de troubles gênants, ou dans la prévention et / ou le traitement des manifestations liées au sevrage alcoolique.

La consommation prolongée de Lysanxia peut entraîner une dépendance chez certaines personnes. Il est préférable de parler le plus tôt possible à votre médecin si vous observez des signes, des symptômes ou des effets secondaires liés à une dépendance au Lysanxia, afin d’obtenir de l’aide.

(1) Prazepam. (1996). IARC monographs on the evaluation of carcinogenic risks to humans, 66, 143–155. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/9097122/

(2) Zhu, S., Noviello, C. M., Teng, J., Walsh, R. M., Jr, Kim, J. J., & Hibbs, R. E. (2018). Structure of a human synaptic GABAA receptor. Nature, 559(7712), 67–72. https://doi.org/10.1038/s41586-018-0255-3

(3) Ansseau, M., & Von Frenckell, R. (1991). Intèrêt du prazépam gouttes dans le traitement bref des troubles anxieux [Value of prazepam drops in the brief treatment of anxiety disorders]. L’Encephale, 17(4), 291–294. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/1959497/

(4) Chavant, F., Favrelière, S., Lafay-Chebassier, C., Plazanet, C., & Pérault-Pochat, M. C. (2011). Memory disorders associated with consumption of drugs: updating through a case/noncase study in the French PharmacoVigilance Database. British journal of clinical pharmacology, 72(6), 898–904. https://doi.org/10.1111/j.1365-2125.2011.04009.x

(5) Mangrella, M., Motola, G., Russo, F., Mazzeo, F., Falcone, G., D’Alessio, O., Piucci, B., & Rossi, F. (1998). Monitoraggio intensivo ospedaliero delle reazioni avverse da benzodiazepine e neurolettici [Intensive hospital monitoring of adverse reactions to benzodiazepines and neuroleptic agents]. Minerva medica, 89(7-8), 293–300. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/9824992/

(6) Sigel, E., & Steinmann, M. E. (2012). Structure, function, and modulation of GABA(A) receptors. The Journal of biological chemistry, 287(48), 40224–40231. https://doi.org/10.1074/jbc.R112.386664

(7) Girre, C., Hirschhorn, M., Bertaux, L., Palombo, S., & Fournier, P. E. (1991). Comparison of performance of healthy volunteers given prazepam alone or combined with ethanol. Relation to drug plasma concentrations. International clinical psychopharmacology, 6(4), 227–238. https://doi.org/10.1097/00004850-199100640-00004

(8) Smith, M. T., Evans, L. E., Eadie, M. J., & Tyrer, J. H. (1979). Pharmacokinetics of prazepam in man. European journal of clinical pharmacology, 16(2), 141–147. https://doi.org/10.1007/BF00563121

COMMENT LA BALANCE PEUT VOUS AIDER

The Balance RehabClinic est l'un des principaux fournisseurs de traitements de luxe en matière de toxicomanie et de santé mentale pour les personnes aisées et leurs familles, offrant un mélange de science innovante et de méthodes holistiques avec des soins individualisés inégalés.

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
UN SEUL CLIENT À LA FOIS
PROGRAMME SUR MESURE
RESTAURATION BIOCHIMIQUE
APPROCHE HOLISTIQUE
THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
THÉRAPIE INFORMÉE SUR LE TRAUMATISME

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer la demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs du traitement

1 semaine

Bilans & Détox

1-4 semaine

Thérapie psychologique et holistique

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Soins Suivis

12+ semaine

Visite de rappel

Désintox Insights

latest news & research on Désintox
Captagon
Captagon

Le Captagon est une drogue stimulante. Son usage étant illégal, toute forme de Captagon présente sur le territoire français est non seulement contraire à la loi mais aussi non soumis à des contrôles réglementaires.

read more
L’alcool et le sommeil
L’alcool et le sommeil

Les effets de l'alcool sur le fonctionnement du corps sont divers, et le sommeil n'échappe pas à son influence. Bien que l'alcool puisse induire la somnolence et faciliter l'endormissement

read more
Keppra
Keppra

Le Keppra est un médicament qui contient l'ingrédient actif lévétiracétam. Il appartient à une classe de médicaments appelés anticonvulsivants ou antiépileptiques

read more
La cétirizine
La cétirizine

La cétirizine fait partie d'une catégorie de médicaments, disponible en vente libre, connus sous le nom d'antihistaminiques

read more

Accréditations

 
Neurocare
TAA
ssaamp
Somatic Experience
SMGP
SEMES
SFGU
WPA
red GDPS
pro mesotherapie
OGVT
AMF
NeuroCademy
MEG
Institute de terapia neural
ifaf
FMH
EPA
EMDR
COPAO
COMIB
British Psychology Society
 

Médias

 
Live Science
Mallorca Magazin
Woman & Home
National World
American Banker
Marie Claire
BBC
La Nacion
Metro UK
General Anzeiger
Business Leader
Dazed
Apartment Therapy
Express UK
Bloomberg
Cosmopolitan
Morgenpost
Manager Magazin
Entrepreneur ME
Khaleej Times
abcMallorca
Psychreg
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
PsychologyTimes
LuxuryLife
The Times
The Standard
The stylist
Mirror UK
Mallorca Zeitung
Daily Mail
Guardian