8 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

La morphine est l’un des alcaloïdes de l’opium, cette substance est apparue au début du 19ème siècle, elle est utilisée dans le domaine thérapeutique comme un analgésique très efficace. Ils sont souvent prescrits pour traiter les douleurs aiguës ou chroniques.

Cependant, les gens les utilisent parfois en dehors du traitement médical, car ils peuvent améliorer l’humeur, augmenter la productivité, réduire la douleur et d’autres avantages à court terme. Mais, comme de nombreux médicaments utiles, la morphine avait des effets secondaires.

Cependant, avec le temps, de nombreuses personnes deviennent tolérantes aux effets du médicament et nécessitent des doses de plus en plus élevées pour obtenir les effets souhaités et prévenir les symptômes de sevrage.

En fin de compte, cela peut entraîner des problèmes sociaux, émotionnels, physiques, professionnels ou juridiques et éventuellement l’incapacité d’obtenir des quantités suffisantes de drogue auprès de sources légales ou illégales et de programmes de réadaptation.

La dépendance à la morphine est l’une des plus sévères, elle entraîne une diminution de la capacité d’adaptation de l’organisme et une détérioration des processus associés à l’activité mentale, ainsi qu’à la mémorisation et à la reproduction des informations.

Le syndrome de sevrage s’accompagne de l’apparition d’un syndrome de sevrage prononcé. Même une légère surdose de médicament entraîne la mort en raison d’un dysfonctionnement du système cardiovasculaire.

Le syndrome de sevrage se forme environ 2 semaines à 1,5 mois après le début de l’utilisation systématique d’opioïdes et survient après l’arrêt de l’utilisation intensive à long terme du médicament ou une forte diminution de sa dose. Il se développe 6 à 24 heures après la dernière consommation de drogue.

Il est convenable d’indiquer que le temps de développement du syndrome de sevrage dépend de la dose et la durée du médicament utilisé, ainsi que de diverses impuretés qui prolongent l’effet psychotrope des opioïdes (benzodiazépines, antihistaminiques).

Dans la première phase du développement du sevrage de morphine (après 8 à 12 heures à compter de la dernière injection de la drogue), il se produit une tension émotionnelle, un état d’insatisfaction, d’anxiété, ainsi que des troubles végétatifs : pupilles dilatées, bâillements, larmoiement, nez qui coule, éternuements, aversion pour la nourriture, parfois une sensation de « chair de poule », difficulté à s’endormir.

Dans la deuxième phase, après une journée de privation, des frissons, des bouffées de chaleur, des accès de transpiration et de faiblesse, une augmentation du tonus musculaire et une gêne musculaire apparaissent. Il y a des douleurs dans les articulations de la mâchoire, les muscles masticateurs. Les symptômes de la première phase de sevrage s’intensifient : les éternuements, les bâillements deviennent plus fréquents, la salivation survient avec une augmentation du besoin de drogue.

Dans la troisième phase (à la fin du deuxième jour de privation), dans le contexte des symptômes les plus prononcés des phases précédentes, on observe des douleurs musculaires intenses, des convulsions des muscles périphériques, une humeur dépressive avec tension, de la méchanceté apparaît chez le toxicomane.

Dans la quatrième phase, les symptômes dyspeptiques augmentent : douleurs dans les intestins, vomissements, diarrhée. La température corporelle peut augmenter, des palpitations se produisent, la pression artérielle augmente, diverses douleurs s’intensifient, en particulier dans les organes malades.

Il faut souligner que la durée totale de l’abstinence est de 1,5 mois ou plus, la plus grande intensité de ses manifestations se situe dans l’intervalle de trois à dix jours.

Si le toxicomane choisit d’arrêter la morphine et de désintoxiquer à la maison, il est recommandé de suivre les stratégies suivantes qui peuvent lui aider à traverser le sevrage :

  • Parler-en à au moins une personne ou un proche en qui il a confiance et lui demander de le surveiller périodiquement.
  • Boire beaucoup de liquides pour prévenir la déshydratation due aux vomissements et à la diarrhée.
  • Utiliser des médicaments en vente libre pour gérer les symptômes graves. Par exemple, le lopéramide peut soulager la diarrhée, tandis que l’acétaminophène peut soulager les douleurs et les douleurs, et le dimenhydrinate peut soulager les nausées.
  • Bouger son corps pour favoriser la libération d’endorphines qui peuvent l’ aider à se sentir mieux. Les activités de mouvement lent, comme le yoga ou le tai-chi, sont d’excellentes options. Il peut également faire une promenade.
  • Pratiquer de bons soins personnels. Manger des repas nourrissants, se distraire avec des passe-temps ou parler à quelqu’un en qui il a confiance.

Le sevrage des opioïdes peut être très inconfortable, et de nombreuses personnes continuent de prendre ces médicaments pour éviter des symptômes désagréables, ou essaient de gérer ces symptômes par elles-mêmes.

Cependant, un traitement médical dans un environnement contrôlé peut rendre le toxicomane plus confortable et augmenter ses chances de succès d’éliminer la dépendance.

Il existe des médicaments qui peuvent soulager les symptômes du sevrage à la morphine. Par exemple, le traitement du sevrage peut être réalisé avec la buprénorphine, un agoniste partiel synthétique des opioïdes. Ce traitement peut être administré dans le cadre d’un plan de désintoxication aux opiacés plus rapide ou en tant que transition vers un programme de thérapie de substitution aux opiacés d’entretien.

D’autre part, la clonidine, est un médicament agoniste alpha-2-adrénergique, qui peut soulager les symptômes de sevrage des opioïdes, en réduisant les réponses du système nerveux sympathique telles que la tachycardie et l’hypertension, ainsi qu’en réduisant la transpiration, les bouffées de chaleur et l’agitation générale.

Cependant, la clonidine peut également baisser dangereusement la tension artérielle et doit être utilisée sous surveillance médicale.

Une variété d’interventions complémentaires peuvent également être utiles, notamment la nutrition, l’activité physique, l’autogestion, les compléments alimentaires, l’acupuncture, la thérapie cognitive et la méditation de pleine conscience.

Le plan de traitement de chaque personne est établi individuellement, en fonction de ses besoins et de sa situation. Un plan de traitement typique de la dépendance aux opiacés peut inclure tout ou partie des éléments suivants :

  • Des médicaments de désintoxication des opiacés, avec un traitement de stabilisation et d’entretien.
  • Une psychothérapie individuelle et / ou de groupe pour les addictions.
  • Un diagnostic et un traitement des problèmes de santé physique associés.
  • Un diagnostic et un traitement des troubles de l’humeur associés et autres problèmes psychologiques.
  • Une coordination du soutien familial et de la thérapie familiale.
  • Un soutien nutritionnel et un traitement d’amélioration de la médecine fonctionnelle.
  • Un auto-suivi et un traitement, basés sur les données.
  • D’autres méthodes telles que la zoothérapie, l’entraînement physique et le coaching.
  • Une transition en douceur de la phase « detox » au plan d’entretien continu.

Les nausées et les vomissements peuvent avoir des effets indésirables importants pendant le processus de sevrage.

L’inhalation accidentelle de matière vomie dans les poumons (connue sous le nom d’aspiration) peut être une complication grave associée au sevrage, car elle peut entraîner le développement d’une pneumonie.

La diarrhée est un autre effet secondaire très inconfortable de sevrage et potentiellement dangereux. La perte de liquides et d’électrolytes due à la diarrhée peut faire battre le cœur de manière anormale, ce qui peut entraîner des problèmes circulatoires et même une crise cardiaque.

Par conséquent, il est important de remplacer les liquides perdus par les vomissements et la diarrhée pour prévenir ces complications.

Même en absence de vomissements, les nausées peuvent être très inconfortables. Des crampes musculaires et des douleurs articulaires peuvent également être présentes pendant le sevrage des opioïdes.

Le médecin peut fournir des médicaments sélectionnés qui peuvent aider le patient à soulager ces effets secondaires indésirables de sevrage.

Il est également important de noter que certaines personnes peuvent éprouver d’autres effets secondaires de sevrage non mentionnés ici. C’est pourquoi il est important de travailler avec le médecin pendant la période de sevrage.

Arrêter la morphine est une expérience très frustrante et stressante. Il est très important que les personnes physiquement et/ou psychologiquement dépendantes des opiacés comprennent les détails du sevrage des opiacés et sachent où obtenir de l’aide en cas de problème.

Le traitement du sevrage de la morphine est réalisé dans des cliniques spécialisées, par la mise place d’un programme de traitement complet qui maximise leur confort et leurs chances d’atteindre d’éliminer la dépendance à la morphine.

FAQs

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
1 - UN SEUL CLIENT À LA FOIS
2 - VIE PRIVÉE ET DISCRÉTION
3 - VÉRIFICATION COMPLÈTE
4 - PROGRAMME SUR MESURE TRAITANT LES CAUSES FONDAMENTALES
5 - RESTAURATION BIOCHIMIQUE
6 - APPROCHE HOLISTIQUE
7 - LES DERNIÈRES THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
8 - CONSEILLER EN RÉSIDENCE 24/7
9 - ÉTABLISSEMENT PRIVÉ DE LUXE
10 - CHEF PERSONNEL ET RÉGIME ALIMENTAIRE

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer une demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs de traitement

1 semaine

Évaluations complètes et désintoxication

1-4 semaine

Thérapie physique et mentale en cours

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Suivi

12+ semaine

Visite de remise à niveau

Accréditations & Médias

 
AMF
British Psychology Society
PsychologyTimes
COMIB
COPAO
EMDR
EPA
FMH
ifaf
Institute de terapia neural
MEG
NeuroCademy
Neurocare
OGVT
pro mesotherapie
Psychreg
red GDPS
WPA
SFGU
SEMES
SMGP
Somatic Experience
ssaamp
TAA
SSP
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
Views
abcMallorca
LuxuryLife