11 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

On entend souvent parler de l’effet «faire mourir» de la morphine sur les personnes en phase terminale. Il est courant d’entendre des phrases comme «Il n’en a plus pour longtemps… Ils l’ont mis sous morphine.» Si l’on hésite à utiliser la morphine pour accompagner les personnes en fin de vie, des confusions peuvent apparaître quant à l’usage courant de la morphine et son association au traitement de fin de vie.

Il est courant d’avoir recours à la morphine lorsqu’une personne en est aux stades avancés d’une maladie et que son état de santé général se détériore. Si la personne ressent des douleurs d’une intensité moyenne à élevée ou est en état de détresse respiratoire, son médecin lui prescrira souvent de la morphine. Ce médicament aidera à maintenir la personne dans un état de confort durant sa maladie et jusqu’au moment de sa mort. Morphine ou pas, c’est la maladie qui provoque le déclin de la personne.

Face à une souffrance physique, plusieurs éléments peuvent indiquer qu’une personne doit passer à la sédation, notamment:

  • Les détresses respiratoires : dans certaines maladies graves, comme le cancer du poumon, il arrive que les patients meurent de détresse respiratoire avec asphyxie. Ce n’est pas une mort sereine ni confortable. Quand on est témoin d’une telle situation, on est extrêmement désireux de trouver les moyens de soulager les malades. Ils vont mourir, la question n’est plus de les en empêcher mais de savoir comment les soulager de la sensation d’asphyxie.
  • Les hémorragies cataclysmiques : dans l’exemple du cancer, un certain nombre de tumeurs, situées à proximité de gros vaisseaux, peuvent provoquer des hémorragies abondantes. Quand il s’agit d’hémorragies internes, le choc psychologique est moins important. Mais les hémorragies extériorisées sont des situations de grande détresse, pour le patient lui-même et pour son entourage. Ici encore la sédation peut être d’une grande utilité. Prenons l’exemple d’un accident de voiture, en attendant de pouvoir extraire un patient du véhicule, les urgentistes peuvent provoquer en urgence un coma artificiel dans des conditions d’ailleurs délicates, afin de diminuer la perception des stress physiologiques et permettre ainsi d’attendre les gestes qui auront vocation à sauver. Pratiquées dans un contexte de grande fragilité du patient, ces techniques lui font courir des risques, mais c’est en échange d’un bénéfice : s’agissant des urgences, le ramener à l’hôpital pour essayer de le guérir, s’agissant de la fin de vie, éviter qu’il meurt dans un ressenti de détresse absolue.
  • Des souffrances physiques : face à ce symptôme, la sédation est une proposition de dernier recours. Elle ne doit être envisagée que devant un symptôme insupportable pour le malade (et non pour les proches ou les soignants) et après échec de traitements adaptés et bien conduits. Ainsi, dans l’immense majorité des cas, une douleur ressentie comme insoutenable par un malade en toute fin de vie peut être soulagée par l’administration d’une dose adaptée de morphine. C’est seulement dans ces situations où l’on approche d’une impasse, chez un patient qui souffre de manière intolérable, que peut s’envisager la sédation.

Addiction à la morphine et effets secondaires France

  • Des souffrances dites « morales » : les patients en fin de vie sont sujets à des remaniements psychiques importants, profonds, à des peurs, etc. C’est le processus normal d’un travail intérieur extrêmement difficile qu’ont à accomplir les personnes atteintes de maladies graves. Dans la plupart des cas, le rôle du médecin est de les accompagner dans ce cheminement, avec l’aide de professionnels comme les psychologues, et non de les sédater, ce qui empêcherait tout ce travail de se faire. Très exceptionnellement cependant, il peut arriver que des situations de détresse extrême, intense, nécessitent d’aller jusqu’à la sédation après que toutes les autres possibilités de soulagement ont été épuisées.

La consommation de la morphine peut entraîner la mort en raison de leurs effets sur la région du cerveau qui règle la respiration. Une surdose du médicament peut être identifiée par l’association de trois manifestations et symptômes, à savoir:

  • Contraction des pupilles
  • Perte de conscience
  • Difficulté à respirer

Cependant, la quantité de morphine susceptible de causer une surdose, ou même la mort, dépend du degré d’accoutumance de la personne qui la reçoit. Autrement dit, il faut plus de morphine pour causer une surdose chez une personne habituée à la morphine que chez une personne qui en prend pour la première fois.

L’administration courante de la morphine et autres opioïdes a pour but premier d’apaiser la douleur. Les effets secondaires d’une surdose se manifestent dans les cas où l’on administre trop de morphine en peu de temps, à savoir:

  • Le corps développe une tolérance à la morphine, et il faudra augmenter la dose pour soulager le patient.
  • La douleur augmente, il est nécessaire dans ce cas d’augmenter la dose de morphine pour calmer à nouveau la douleur. Le corps du patient va s’habituer à la nouvelle dose.
  • Une consommation illicite non prescrite par un médecin.

Les risques de surdosages sont dangereux et une attention particulière doit y être attribuée, on reconnaît un patient en surdose quand il est confronté aux symptômes suivants :

  • Le patient devient très fatigué, cesse de parler et devient insensible à la longue.
  • Sa respiration reste régulière, mais ralentit. Elle peut baisser à moins de six expirations à la minute, ou même s’arrêter si la concentration de morphine dans l’organisme est trop élevée. Les étapes finales d’une maladie terminale causent parfois un arrêt respiratoire, ce qui peut compliquer la situation. La respiration d’une personne mourante est généralement peu profonde et irrégulière ; elle s’apparente davantage à un halètement qu’à la respiration d’une personne qui a reçu une surdose de morphine.
  • La somnolence constitue un signe d’appel précoce de l’apparition d’une décompensation respiratoire.
  • Myosis extrême, hypotension, hypothermie, coma sont également observés.
  • Le décès peut survenir des suites d’une insuffisance respiratoire.
  • Pneumonie d’aspiration.

Si l’un ou plusieurs de ces symptômes apparaissent il faut réagir rapidement à travers :

  • Un arrêt de la morphine en court.
  • Une stimulation-ventilation assistée, avant réanimation cardiorespiratoire en service spécialisé.
  • Un traitement spécifique par la naloxone : mise en place d’une voie d’abord avec surveillance pendant le temps nécessaire à la disparition des symptômes.
  • Une dose de morphine pour mourir

Plus généralement, la morphine améliore la dyspnée par diminution de la sensibilité des récepteurs aux variations de PaCO2 et de la PaO2 ce qui ralentit le rythme respiratoire avec diminution de l’espace mort. Les doses sont progressives avec au départ 0,5 mg/kg soit environ 2,5 mg toutes les 4h par voie orale (½ dose en SC ou 1/3 dose en IV). Chez un patient déjà sous morphine, on peut augmenter de 30 % la posologie reçue par 24h. En pratique, comme pour la douleur, il est préférable de donner des suppléments à la demande et de réadapter en conséquence la dose de fond.

Plus précisément, Si le patient est en stade terminal et meurt d’une bronchite chronique, d’un cancer du poumon, d’une infection pulmonaire liée au VIH/SIDA ou d’un problème pulmonaire terminal (mais NON d’une pneumonie aiguë pouvant être traitée avec des antibiotiques), il existe des mesures complémentaires pour soulager la dyspnée :

  • Donner de petites doses de morphine orale, ce qui peut réduire la dyspnée dans les soins de fin de vie. Surveiller attentivement, mais ne pas se laisser arrêter par les craintes de dépression respiratoire.
  • Pour un patient naïf à la morphine – donner 2,5 mg.
  • Pour un patient déjà sous morphine:
    • Augmenter la dose de 25 %. Si cela ne marche pas, augmenter encore de 25 %.
    • En cas d’insuffisance cardiaque ou d’excédent de liquide avec un œdème fuyant au doigt, donner du furosémide 40 mg.
    • En cas de crachats liquides excessifs, donner de l’hyoscine, qui fait fonction d’anticholinergique (10 mg toutes les 8 heures).

Cependant, il ne faut pas oublier de consulter un médecin, un RN ou CO formé aux soins palliatifs pour décider si un patient est en stade terminal.

L’effet principal de l’alcool est influencé par une augmentation de la concentration du neurotransmetteur inhibiteur GABA, qui se trouve dans la moelle épinière et le tronc cérébral, et par une réduction de son effet sur les transmetteurs neuronaux excitateurs. Lorsque l’alcool est combiné à la morphine, cet effet primaire est exagéré, provoquant une augmentation de la pression sur le corps s’accompagnant de dangereux résultats imprévisibles.

De plus, l’alcool et la morphine affectent les niveaux de dopamine dans le cerveau, provoquant une détresse mentale et physique du corps. En d’autres termes, des quantités élevées de morphine et d’alcool ont un effet indésirable plus important, mais la principale recommandation médicale est que les petites doses peuvent être tout aussi nocives et il n’y a aucun moyen de savoir exactement comment la morphine et l’alcool vont affecter un individu avant de les prendre.

En effet, lorsqu’une quantité faible à moyenne d’alcool est associée à la morphine, des troubles du sommeil tels que l’apnée du sommeil peuvent survenir. Selon les dernières données de la Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) la plupart des visites aux urgences et des hospitalisations causées par trop d’alcool étaient associées à d’autres substances telles que la morphine.

Pour éviter toute toxicité résiduelle, il est conseillé d’attendre que la Morphine ait totalement nettoyé votre organisme avant de boire de l’alcool, même en petite quantité

Une prise de morphine en quantité suffisante augmente le risque d’insuffisance cardiaque. Le mélange de l’alcool contre la morphine dans le système d’un individu, crée une confusion et une incompréhension des individus de l’environnement qui les entourent. En raison des propriétés synergiques de la morphine lorsqu’elle est mélangée à de l’alcool, elle peut entraîner de la confusion, de l’anxiété, de la dépression et d’autres troubles mentaux. Mais également, l’utilisation chronique de la morphine et de l’alcool peut entraîner des changements permanents dans le cerveau.

Des études portant sur les effets de drogues telles que la morphine et l’alcool ont montré que le potentiel de parasomnie (effectuer des tâches pendant le sommeil) est considérablement augmenté lorsque la morphine et l’alcool sont combinés. Des effets secondaires graves et dangereux peuvent survenir lorsque des médicaments sont mélangés dans le système, et les troubles du sommeil sont un effet secondaire courant de la prise d’alcool et de morphine ensemble.

Notons également que les effets et les réactions spécifiques qui se produisent en raison d’une utilisation fréquente de morphine et d’alcool dépendent de la quantité consommée d’une substance par rapport à l’autre (plus d’alcool que de morphine ou inversement). Par exemple, l’utilisation de beaucoup plus de morphine avec de l’alcool entraînera une sédation et une léthargie, ainsi que les effets synergiques résultant d’un mélange des deux médicaments.

Les personnes qui consomment simultanément de la morphine et de l’alcool vont donc ressentir à différentes échelles les effets suivants :  

  • Réflexes moteurs réduits de la morphine et de l’alcool
  • Vertiges dus à l’alcool et à la morphine
  • Nausées et vomissements de la morphine

D’autres personnes peuvent également ressentir plus d’euphorie, de dépression, d’irritabilité ou les trois. Une combinaison d’alcool et de morphine entraîne une léthargie beaucoup plus importante qui peut facilement basculer dans le coma, des crises de dépression respiratoire et la mort. Voici quelques exemples des risques liés au mélange de morphine et d’alcool :

  • Vertiges
  • Lenteur
  • Somnolence
  • Essoufflement
  • Démangeaisons
  • Urticaire
  • Palpitations
  • Dépression respiratoire
  • Arrêt cardiaque
  • Coma
  • Saisies
  • Décès

Le sevrage de la morphine s’accompagne généralement de l’apparition de symptômes, et on observe généralement la présence simultanée de plusieurs des symptômes suivants:

  • Psychiques : insomnie, angoisse, signes dépressifs, agitation excitation, craving ou «faim de drogue» (envie irrépressible), fatigue.
  • Digestifs : nausées/vomissements, constipation, diarrhée, crampes d’estomac, anorexie.
  • Algique : douleurs ostéo-articulaires, douleurs viscérales.
  • Neurovégétatifs : rhinorrhée, frissons, sueurs, sensations de chaud et froid, bâillements, chair de poule, tremblement, mydriase..

Les symptômes se manifestent généralement dans les 6 à 24 heures suivant la dernière prise, atteignent leur paroxysme dans les 2 à 3 jours et se dissipent largement en 5 à 10 jours. Cependant, l’état de manque, les insomnies et la dysphorie peuvent persister pendant des semaines ou même des mois.

Notons également que, contrairement au sevrage alcoolique, le sevrage des opioïdes n’entraîne pas de convulsions, d’arythmies, de délire ou de psychose. Il comporte cependant d’autres risques importants:

  • Chez les femmes enceintes, le sevrage risque de provoquer une fausse-couche (premier trimestre) ou un accouchement prématuré (troisième trimestre).
  • À la naissance, les enfants dont la mère présente une dépendance physique aux opioïdes connaissent parfois une période de sevrage prolongée nécessitant un traitement à la morphine pour prévenir les convulsions et autres complications.
  • Durant le sevrage, le risque de suicide est élevé, en particulier si le sevrage est brutal, non traité et imposé par la force.
  • En raison d’une perte de tolérance, les patients qui sont passés par une période de sevrage risquent fortement la surdose s’ils rechutent après une ou deux semaines d’abstinence et reprennent la même dose qu’avant.

De plus, ces symptômes peuvent également s’accompagner de troubles du comportement. Ils peuvent générer une angoisse importante pour le patient et des manifestations d’irritabilité et d’impatience à l’origine de demandes multiples et contradictoires manifestant une sollicitation incessante de l’équipe soignante pour soulager ces symptômes. La motivation de rester aux urgences devient de plus difficile à gérer face à un désir croissant de produit et un cortège de symptômes pénibles. Le « harcèlement » des personnels aux seuls fins d’obtenir des traitements supplémentaires doit être pris, au-delà d’une appétence à la demande et à la consommation, pour ce qu’il est : la traduction d’un système neuronal insensibilisé aux effets des psychotropes aux doses usuelles. Le traitement du sevrage nécessitera donc d’adapter les posologies à la réponse anxiolytique.

Il faut également souligner la fréquence de manifestations psychotiques tel que l’envahissement délirant et dissociatif.

Enfin, le syndrome de sevrage des opiacés est autolimité et, bien que très désagréable, ne menace pas le pronostic vital. Les effets mineurs métaboliques et physiques du sevrage peuvent persister jusque pendant 6 mois. Le sevrage est généralement géré dans un cadre ambulatoire, sauf si une hospitalisation est nécessaire, selon l’état des patients, pour des problèmes concomitants de santé physique ou mentale.

FAQs