10 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

STILNOX est un médicament dont le principe actif est une molécule appelée Le Zolpidem. Il s’agit d’un hypnotique faisant partie de la classe des Imidazopyridines, apparentée aux benzodiazépines. STILNOX est un puissant somnifère doté d’une demi-vie courte et d’une biodisponibilité élevée indiqué uniquement en cas d’insomnie sévère transitoire.

STILNOX est indiqué chez l’adulte pour le traitement de courte durée de l’insomnie transitoire. Il n’est pas recommandé chez l’enfant et l’adolescent de moins de 18 ans car ses effets sur les sujets de moins de 18 ans ne sont pas connus.

Comme tous les médicaments, STILNOX peut provoquer des effets indésirables mais ces derniers ne surviennent pas d’une façon systématique chez tout le monde. En effet, ils dépendent aussi bien de la dose ingérée que la sensibilité propre de chaque patient.

Parmi les effets indésirables de STILNOX, certains ont été observés plus fréquemment que d’autres (1 à 10 personnes sur 100), en voici la liste:

  • Hallucinations
  • Agitation
  • Cauchemars
  • Dépression
  • Baisse de vigilance voire somnolence (notamment chez les personnes âgées).
  • Céphalées: Maux de tête
  • Vertiges
  • Insomnie
  • Une amnésie concernant les évènements survenus au cours le traitement (amnésie antérograde) associée à un changement de comportement. Cet effet peut apparaitre aux doses prescrites par votre médecin et pas seulement en cas de surdosage mais le risque augmente proportionnellement à la dose.
  • Diarrhée
  • Nausée
  • Vomissement
  • Douleur abdominale
  • Infections de l’appareil respiratoire
  • Fatigue

D’autres effets indésirables suivants sont possibles mais leur survenue est moins fréquente que ceux mentionnés précédemment (1 à 10 personnes sur 1000) comme:

  • Confusion: une désorientation dans l’espace et dans le temps, des troubles de la mémoire, une obnubilation psychique. Le malade a des difficultés, voire une impossibilité, à reconnaître ses proches. Il ne sait pas où il se trouve et n’arrive pas identifier le jour et la date présents.
  • Irritabilité
  • Nervosité
  • Agressivité
  • Somnambulisme ou autre comportement inhabituel pendant le sommeil (comme conduire, manger, passer un appel téléphonique ou avoir des relations sexuelles, etc.) sans être complètement éveillé(e).
  • Excitation (humeur euphorique)
  • Sensation de picotement dans les mains et les pieds (paresthésie)
  • Tremblements
  • Trouble de l’attention et de la parole
  • Vision double
  • Vision trouble
  • Augmentation des enzymes du foie: ASAT/ALAT supérieurs à 5 fois la normale
  • Troubles de l’appétit
  • Éruptions sur la peau et démangeaisons, douleurs articulaire
  • Myalgies (douleurs musculaires), contractions musculaires et faiblesse musculaire

STILNOX a aussi certains autres effets indésirables pouvant rarement survenir (1 à 10 personnes sur 10 000) tels que:

  • Troubles de la libido
  • Troubles de la conscience
  • Baisse de la vision
  • Atteinte hépatique
  • Urticaire: Éruptions transitoires ressemblant à des piqûres d’ortie, associées à des démangeaisons et d’une sensation de brûlure.
  • Troubles de l’équilibre pouvant occasionner des chutes.

Dans de très rares cas (moins d’1 personne sur 10 000) STILNOX peut causer les effets suivants:

  • Délire
  • Dépendance physique et psychique même à des doses prescrites par le médecin, syndrome de sevrage ou rebond de l’insomnie pouvant se manifester à l’arrêt du traitement.
  • Difficulté respiratoire

Enfin, d’autres effets indésirables peuvent aussi survenir mais on ne connaît par leur fréquence, comme:

  • Gonflement du visage et/ou du cou pouvant causer une difficulté à respirer et mettre en danger le patient (œdème de Quincke).
  • Troubles du comportement
  • Colère
  • Difficulté à coordonner certains mouvements
  • Tension

Si une personne ressent un quelconque effet indésirable, il est important  qu’elle en parle à son médecin ou son pharmacien. Ceci est valable aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette liste.

Il faut savoir qu’en signalant les effets indésirables, vous contribuez à ce qu’on appelle la pharmacovigilance en fournissant davantage d’informations sur la sécurité du médicament.

STILNOX est un médicament qui comporte un risque de dépendance d’où l’importance de ne pas l’utiliser sur une période prolongée. La durée du traitement doit être aussi court que possible.

Addiction à la morphine en France et symptômes

En effet, l’usage de ce type de médicament peut engendrer, notamment en cas d’utilisation prolongée, une utilisation abusive et un état de dépendance physique et psychique (effets physiques ou psychiques produits par une compulsion à continuer à prendre le médicament).

Le risque de dépendance est proportionnel à la dose et à la durée du traitement. Des cas de dépendance ont été rapportés plus fréquemment chez les patients traités par STILNOX pendant plus de 4 semaines. Le risque de dépendance est aussi augmenté pour les personnes ayant des antécédents de troubles psychiatriques et/ou d’alcoolisme, de dépendance aux médicaments ou aux drogues.

A noter que la dépendance peut également survenir même en l’absence de ces facteurs favorisants. Certaines personnes pensent que si l’efficacité d’un médicament diminue, la solution est d’augmenter systématiquement la dose. Ce raisonnement est aussi faux que dangereux!

Si une perte d’efficacité survient lors de l’utilisation répétée de STILNOX, il ne faut surtout pas augmenter la dose. Parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien et il vous aidera.

Un phénomène dit de ‘pharmacodépendance’ peut se produire à doses thérapeutiques et/ou chez des personnes sans facteurs de risque individualisés. Si la dépendance en soi se manifeste principalement par un besoin compulsif d’ingérer un comprimé de STULNOX afin de maintenir une vie normale c’est par le syndrome de sevrage à l’arrête du traitement que se confirme et se révèle toute la gravité de la dépendance.

Syndrome de sevrage:

Quelques symptômes sont fréquents et d’allure banale tels que: Insomnie, Céphalées, Anxiété importante, Myalgies, Tension musculaire, Irritabilité.

D’autres symptômes sont plus rares : agitation, pouvant aller jusqu’à un épisode confusionnel, paresthésies des extrémités, photosensibilité, hyperactivité au bruit et au contact physique, dépersonnalisation, déréalisation, des hallucinations, convulsions.

Les symptômes du sevrage au STILNOX peuvent survenir dans les jours qui suivent l’arrêt du traitement. Pour les benzodiazépines à durée d’action brève, et notamment si elles sont prescrites à doses élevées, les symptômes peuvent même survenir dans l’intervalle de temps qui sépare deux prises.

A noté: L’association de plusieurs benzodiazépines risque, peu importe l’indication, anxiolytique ou hypnotique, d’accroître le risque de pharmacodépendance.

Tout médicament comportant un principe actif et susceptible de causer des effets indésirables comporte un risque de surdose (ou overdose) si la dose ingérée est excessive.

STILNOX n’échappe pas à la règle, en plus, à cause de sa nature apparentée aux benzodiazépines et son mécanisme d’action sur le  système nerveux central, un surdosage au STILNOX comporte des risques majeurs pouvant même engager le pronostic vital de la personne. Une overdose de STILNOX nécessite, donc, une prise en charge urgente et en milieu hospitalier adapté afin d’éviter, dans certains cas, des complications dramatiques et irréversibles comme la mort!

Un surdosage au STILNOX est très dangereux et le pronostic vital peut même être menacé, surtout dans les situations de polyintoxication où d’autres dépresseurs du système nerveux central (y compris l’alcool) sont impliqués. Dans le cas du STILNOX, le pronostic a toujours été bon pour les cas d’une mono-intoxication avec des doses de ZOLPIDEM ne dépassant pas les 400 mg.

Par contre, dans les cas d’ingestion de dose massive de STILNOX seul ou en association avec d’autres dépresseurs du système nerveux central (y compris l’alcool), les symptômes de surdosage se manifestent dans la grande majorité des cas par une dépression du Système Nerveux Central pouvant aller de la somnolence jusqu’au coma, selon la quantité ingérée.

Les cas les moins dangereux se manifestent par des signes de confusion mentale et une léthargie.

Dans les cas plus sérieux les signes de surdosage au STILNOX se manifestent par:

  • Une ataxie: Un trouble de l’équilibre et de la coordination des mouvements, d’origine neurologique.
  • Une hypotonie: Insuffisance de tonicité musculaire
  • Une hypotension artérielle.
  • Une dépression respiratoire.
  • Exceptionnellement un décès.

La prise d’alcool est formellement déconseillée pendant la durée du traitement. En effet, l’alcool agit sur quasiment tous les centres cérébraux (cortex frontal, hippocampe, cervelet, etc.) ainsi que sur la moelle épinière et les nerfs périphériques en tant qu’anesthésiant. Il déprime à lui seul le système nerveux central d’où les sensations de somnolence, de déséquilibre, le manque de vigilance, les nausées, les vomissements, les vertiges, etc. que l’on ressent lorsqu’on consomme de l’alcool.

Pour cette raison l’association STILNOX-ALCOOL est très dangereuse et comporte un haut risque de complication voire d’accidents.

En France, le STILNOX ainsi que ses génériques sont soumis à un suivi soutenu par l’ANSM justifié par leurs utilisations illicites (abus, trafic, etc.). Ainsi, la réglementation sur la prescription et la délivrance de STILNOX et ses génériques a été révisée et changée en avril 2017.

Le ZOLPIDEM était l’hypnotique le plus prescrit en France en 2017 selon l’ANSM, avec 22 millions de boîtes vendues en pharmacie libérale (hors délivrance hospitalière). La Suisse, liste le ZOLPIDEM parmi les produits stupéfiants conformément aux recommandations de l’OMS. Cependant, en France, il figure sur la liste des psychotropes mais les conditions de sa prescription sont reproduites sur celles des stupéfiants.

Un arrêté ministériel du 7 janvier 2017 a, par ailleurs, renforcé les conditions de prescription et de délivrance du ZOLPIDEM par voie orale à compter du 10 avril 2017. Une action justifiée par le haut risque de pharmacodépendance, d’abus et d’utilisation illicite du ZOLPIDEM, jugé supérieur à celui du ZOPICLONE(Hypnotiques et sédatifs apparentés aux benzodiazépines), ainsi, depuis, la prescription de l’ensemble des médicaments à base de ZOLPIDEM (STILNOX et ses génériques) doivent obéir aux critères et aux conditions suivants:

.Prescription sur une ordonnance sécurisée.

.Prescription en toutes lettres du nombre d’unités par prise, du nombre de prises et du dosage. .Chevauchement interdit, sauf mention expresse portée sur l’ordonnance.

FAQs