9 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

Des événements traumatisants, tels qu’une maladie grave, un divorce ou le décès d’un être cher, peuvent avoir un impact incroyable sur le bien-être.

Des sentiments de peur, de choc et de colère sont fréquents après un traumatisme, ainsi que des pensées de dépression ou des pensées suicidaires.

Le choc émotionnel est un état dans lequel une personne éprouve des émotions fortes qui ne sont généralement pas caractéristiques de sa psyché. Un tel choc peut provoquer une rupture de relation, un licenciement brutal, le décès d’un proche.

Tout événement stressant peut être traumatisant et provoquer un choc émotionnel s’il :

  • C’est arrivé de façon inattendue.
  • Vous n’y étiez pas préparé.
  • Vous ne vous êtes pas senti assez fort pour l’empêcher.
  • C’est arrivé à plusieurs reprises.
  • Quelqu’un a été délibérément cruel.

Les traumatismes émotionnels peuvent être causés par un seul événement, comme de terribles accidents, des catastrophes naturelles ou de la violence.

Après tout événement traumatisant, la plupart des gens éprouvent un large éventail de réactions physiques et émotionnelles. Ce sont des réactions normales à des « événements anormaux » et les symptômes peuvent durer des jours, des mois ou des années après l’expérience traumatisante.

Les symptômes émotionnels :

  • Un choc, un déni ou une incrédulité.
  • Une colère, une irritabilité et des sautes d’humeur.
  • Une culpabilité et une honte.
  • Des sentiments de tristesse et de désespoir.
  • Une confusion, une difficulté à se concentrer sur quoi que ce soit.
  • Une anxiété et une peur.
  • Un engourdissement des sentiments.
  • Éviter des personnes, des lieux et des choses associés à l’événement.
  • Un sentiment de désespoir et d’absence de sens de l’avenir.
  • Un égoïsme et un déni complet des autres.
  • Un état constant d’anxiété.

Les symptômes physiques :

  • Une insomnie et des cauchemars.
  • Le rythme cardiaque est rapide.
  • Une respiration rapide.
  • Une forte transpiration.
  • Des maux de tête sévères.
  • Une douleur et une aggravation des problèmes de santé.
  • Une fatigue intense.
  • Une distraction de l’attention.
  • Une irritabilité.
  • Une tension musculaire.
  • Des troubles alimentaires.
  • Un abus de tabac, d’alcool, de drogues et d’aliments.

Ces symptômes durent généralement de plusieurs jours à plusieurs mois, s’estompant progressivement, tout comme la douleur causée par la blessure.

Mais même si vous vous sentez mieux, vous pouvez être pris de temps en temps par des souvenirs et des émotions douloureuses, en particulier dans des situations qui les déclenchent de toute façon, comme la date ou l’anniversaire d’un événement, une vue, un son ou une situation qui vous rappelle ce qui vous est déjà arrivé.

Toute personne souffrant de choc émotionnel peut présenter des cicatrices émotionnelles pendant des mois, des années ou même pour le reste de sa vie.

Des études ont montré que le choc émotionnel affecte effectivement les fonctions du cerveau de multiples façons. Les effets d’un choc émotionnel ont un impact sur trois zones du cerveau les plus touchées, à savoir l’amygdale, l’hippocampe et le cortex préfrontal. Ces zones jouent toutes un rôle dans la régulation des émotions et la réponse à la peur.

Lorsqu’un choc émotionnel est infligé, des changements durables dans le cerveau peuvent être créés. Il est généralement associé à une augmentation du taux de cortisol et de noradrénaline en réponse à la cause du stress.

Les traumatismes émotionnels conduisent souvent au stress post traumatique qui peut généralement être un problème permanent pour la plupart des gens, entraînant de graves lésions cérébrales.

En effet, ceux qui souffrent de chocs émotionnels au niveau du cerveau manifesteront souvent plus de peur des facteurs de stress traumatiques que les autres. Souvent, les stimuli peuvent déclencher une hyperactivité de l’amygdale s’ils sont liés d’une manière ou d’une autre à l’événement traumatique dont une personne a souffert.

D’autre part, des études ont montré que chez les personnes souffrant de choc émotionnel, le volume de leur hippocampe peut être plus petit que chez les autres.

De plus, le cortex préfrontal, qui est une partie du cerveau régulant les émotions, est souvent affecté après un traumatisme et devient vulnérable à d’autres parties du cerveau.

Ainsi, ces trois parties du cerveau : l’amygdale, l’hippocampe et le cortex préfrontal, sont les zones du cerveau les plus touchées par un choc émotionnel. Ils peuvent rendre un survivant d’un traumatisme constamment craintif, surtout lorsqu’ils sont déclenchés par des événements et des situations qui lui rappellent son traumatisme passé.

À la suite d’un événement traumatique, le choc émotionnel peut être traité par une psychothérapie et par les médicaments, en particulier si le patient développe un syndrome de stress post-traumatique. Certaines des formes de thérapie comprennent :

L’approche pharmacologique :

Une façon de surmonter les chocs émotionnels consiste à utiliser différents types de médicaments.

Souvent, les médecins prescrivent des médicaments qui affectent les neurotransmetteurs, la sérotonine ou la noradrénaline. C’est pour aider à équilibrer ces produits chimiques qui se produisent naturellement dans le cerveau.

Certaines différentes options de médicaments généralement recommandées pour les survivants sont les antidépresseurs, les antipsychotiques, les Bêta-bloquants ou les benzodiazépines.

Généralement, en fonction du degré du traumatisme, le médecin recommandera d’utiliser des médicaments et prescrira les médicaments qui, selon lui, conviendront le mieux à la situation de chaque patient.

L’approche psychothérapeutique :

La thérapie d’acceptation et d’engagement :

Cette thérapie peut aider à ressentir les émotions et à les accepter, au lieu d’essayer de les échapper ou de les éviter.

La thérapie cognitivo-comportementale :

Elle peut aider à remettre en question les schémas de pensée inutiles et à corriger les comportements problématiques.

La thérapie comportementale dialectique :

Cette thérapie peut aider le patient à réguler ses émotions et à augmenter la pleine conscience.

La thérapie d’exposition :

Elle consiste à revisiter la situation et à affronter les peurs jusqu’à ce que la situation se rétablisse et que le patient n’en a plus peur.

La thérapie cognitivo-comportementale axée sur les traumatismes :

Elle est principalement conçue pour les enfants et les adolescents, cette thérapie peut les aider à gérer l’événement et à gérer leurs réactions émotionnelles.

Surmonter un choc émotionnel demande des efforts, en effet, le cerveau est en constante évolution et la récupération est possible.

Voilà quelques stratégies qui peuvent aider le patient à faire face au choc émotionnel et à retrouver son sens de l’équilibre.

Des exercices de respiration :

La respiration permet le passage du mode de système nerveux sympathique au mode parasympathique, qui restaure l’énergie et tous les processus du corps. Il est conseillé d’utiliser la respiration profonde : inspirez, retenez votre souffle, expirez et retenez à nouveau. Idéalement, 10 cycles respiratoires d’affilée, surtout pendant la nuit et à chaque fois que des émotions vous frappent.

Inutile de rester au lit :

Il est déconseillé de rester au lit toute la journée, cela ralentit la circulation sanguine et abaisse l’humeur. Vous vous retrouvez dans un cercle vicieux, en conséquence, vous pouvez tomber dans une dépression sévère. Il vaut mieux bouger et faire quelque chose dès le début.

Prendre un bain chaud :

Cela aide à s’échauffer, à se détendre, à passer en mode parasympathique et à rétablir la circulation sanguine.

Faire des exercices cardio :

Cela améliore la circulation sanguine et ventile les poumons. Il est possible de réaliser des pompes 10 fois, courir ou sauter pendant 2 à 3 minutes, toutes les 2 heures.

Maintenir l’identité :

Après un traumatisme, l’image du Soi peut être déformée, l’identité peut être perdue à cause de la peur, de la culpabilité, de l’impuissance et de l’incertitude. Le patient commence à se considérer comme un perdant ou une mauvaise personne. Il existe un exercice qui aide à maintenir l’identité, à comprendre qui vous êtes, à réaliser que vous êtes la même personne qu’avant le choc émotionnel.

Demandez-vous : « Quel est mon nom ? Quel âge j’ai ? Qui suis-je? » Dites ce que vous aimez, quels intérêts vous avez, quels rôles sociaux vous jouez (je suis une fille, une mère, une sœur, une collègue, une patronne), quelles sont vos réalisations, vos qualités. Répondez à voix haute.

Travailler avec les sentiments :

Donnez-vous le temps de comprendre vos sentiments. Ne combattez pas vos sentiments, n’utilisez pas de positivité toxique, n’essayez pas de vous convaincre que rien d’extraordinaire ne s’est produit. Crier, frapper, piétiner et écrivez sur papier ce que vous ressentez et pourquoi.

Chercher de l’aide et aider les autres :

Trouvez des amis qui pensent de la même manière que vous et communiquez avec eux, prononcez vos sentiments. Aidez les autres, en particulier vos enfants, en leur donnant de la chaleur et du soutien, ne les repoussez pas, aidez-les à faire face à leurs sentiments.

Les parents froids et congelés sont un stress supplémentaire pour les enfants. Ils ont besoin d’un sentiment de sécurité et d’être rassurés que vous êtes ensemble et que tout ira bien. Le contact avec les autres vous aide à mieux gérer le stress.

Se concentrer sur la résolution du problème :

Lorsque vous êtes en danger, se concentrer sur le problème est la meilleure chose à faire. Pas « qui est à blâmer », mais « que faire ». Pensez à ce que vous devez faire pour améliorer la situation. Quelle est la prochaine étape, et quelle est la prochaine.

Planifier la journée :

Planifiez la journée d’avance, écrivez-les. Le lendemain soir, rappelez-vous ce que vous avez fait, vérifiez le plan, cochez les cases. Ajoutez autre chose que vous avez fait. Évaluez-vous et dites que vous allez bien et faites un nouveau plan.

Remplacer les pensées :

Lorsque des pensées dérangeantes sur l’avenir, sur vous-même, sur ceux qui sont dans la zone de danger surgissent, faites la technique de la liberté émotionnelle, appuyez sur ces pensées, puis, lorsque la charge est partie, remplacez-les par d’autres et répétez-les. Envoyez-vous mentalement et aimez vos proches. N’oubliez pas que l’anxiété et les prédictions sombres ne vous aident ni vous ni eux, et l’amour a un grand pouvoir.

La récupération d’un traumatisme peut prendre beaucoup de temps et de travail acharné, mais c’est tout à fait possible.

Obtenir du soutien est le meilleur moyen de gérer et de surmonter un choc émotionnel. De l’aide est disponible, que ce soit par l’intermédiaire d’amis, d’un thérapeute agréé ou d’une séance de soutien de groupe.

FAQs

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
1 - UN SEUL CLIENT À LA FOIS
2 - VIE PRIVÉE ET DISCRÉTION
3 - VÉRIFICATION COMPLÈTE
4 - PROGRAMME SUR MESURE TRAITANT LES CAUSES FONDAMENTALES
5 - RESTAURATION BIOCHIMIQUE
6 - APPROCHE HOLISTIQUE
7 - LES DERNIÈRES THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
8 - CONSEILLER EN RÉSIDENCE 24/7
9 - ÉTABLISSEMENT PRIVÉ DE LUXE
10 - CHEF PERSONNEL ET RÉGIME ALIMENTAIRE

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer une demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs de traitement

1 semaine

Évaluations complètes et désintoxication

1-4 semaine

Thérapie physique et mentale en cours

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Suivi

12+ semaine

Visite de remise à niveau

Accréditations & Médias

 
AMF
British Psychology Society
PsychologyTimes
COMIB
COPAO
EMDR
EPA
FMH
ifaf
Institute de terapia neural
MEG
NeuroCademy
Neurocare
OGVT
pro mesotherapie
Psychreg
red GDPS
WPA
SFGU
SEMES
SMGP
Somatic Experience
ssaamp
TAA
SSP
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
Views
abcMallorca
LuxuryLife