5 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

Le Xanax ou Alprazolam (substance active du Xanax), est un médicament de la famille des Benzodiazépines ayant un effet tranquillisant, sédatif, hypnotique et bien d’autres. Prescrit  dans le  traitement symptomatique des manifestations anxieuses sévères et/ou invalidantes et celui du syndrome de sevrage (ou Delirium tremens qui consiste en des troubles mentaux et du comportement liés à l’utilisation d’alcool), est l’anxiolytique le plus consommé en France ainsi que dans de nombreux pays, tels que les Etats Unis.

Risques de mélanger Tramadol et Alcool

Ce médicament peut avoir également plusieurs effets secondaires, entre autres des somnolences, des troubles de la concentration et de la mémoire, des chutes chez les personnes âgées, mal de tête, une dépression, une confusion, des nausées, des troubles de la déglutition et des fausses routes. Un syndrome de sevrage peut également apparaître à l’arrêt.

Souvent utilisé en pensant que cela favorise l’endormissement et le sommeil et faire face à l’anxiété, le mélange Xanax et alcool est très insidieux ! En effet, les effets tranquillisants des anxiolytiques, ne s’additionnent pas aux effets relaxants de l’alcool. Cela provoque même des effets contraires à ceux recherchés, en plus de constituer un risque pour la santé.

L’alcool et le Xanax sont tous deux des dépresseurs du système nerveux central qui entraînent un ralentissement de l’activité cérébrale et les fonctions physiques de la personne qui les consomme. En agissant sur les mêmes récepteurs, l’alcool va booster les effets de ces médicaments, en particulier les effets sédatifs. Leur consommation concomitante augmente donc le risque de surdosage médicamenteux. 

Comme les femmes sont généralement plus légères que les hommes, à dose égale, l’effet produit sur elles est plus fort. Elles devraient donc toujours prendre de plus petites doses, sinon elles s’exposent à un plus grand risque de surdosage.

Selon une étude publiée dans l’American Journal of Managed Care, les individus ayant une consommation d’alcool excessive sont plus susceptibles de prendre des benzodiazépines, telles que le Xanax, que celles qui sont abstinentes ou qui boivent modérément.

L’ingestion d’alcool mélangée au Xanax peut augmenter les effets de somnolence de l’alprazolam et les deux drogues entrent en synergie.

Élocution lente et difficile, étourdissements et confusion car  l’alcool majore l’effet sédatif de ces médicaments avec une altération accrue de la vigilance, rendant dangereuse la conduite de véhicules et l’utilisation de machines. Les pertes de mémoire sont également très fréquentes. La consommation d’un tel mix peut mener au coma, à des arrêts respiratoires ou cardiovasculaires et à la mort. Etant donné que les effets de l’alcool et de l’anxiolytique se renforcent mutuellement, ils entraînent souvent des nausées voire des vomissements. Le consommateur risque dans ce cas de s’étouffer avec son propre vomi ce qui engendre une perte de connaissance et un ralentissement de la respiration allant jusqu’à une paralysie respiratoire donnant suite à la mort.

Il est à noter que même une consommation occasionnelle d’alcool peut nuire à la « vie du médicament” dans l’organisme. Effectivement, l’alcool peut modifier l’élimination du médicament. Selon les conditions ainsi que la quantité d’alcool consommée, ce dernier peut soit prolonger la présence du médicament dans l’organisme, en renforçant son activité et en augmentant éventuellement ses effets indésirables, nous parlons ici d’une consommation aiguë, soit engendrer une consommation chronique qui au contraire, consiste à accélérer la dégradation de l’anxiolytique, puis son élimination, ce qui diminue son efficacité.

De plus, la modification du métabolisme du médicament peut induire la production de composés anormalement toxiques, sources réduction de la fonction hépatique et affectent d’autres organes.

La consommation en concomitance d’alcool et d’anxiolytiques est à éviter voire proscrire, même en faibles quantités. Si tout de même l’individu se décide tout de même de mélanger ces substances afin de se droguer, il est possible de réduire les risques de détresse respiratoire, coma et voire de mort en suivant quelques règles simples et efficace :

  • Avant de prendre la décision de faire un mix Xanax-Alcool, il faut tout d’abord bien prendre le temps de se renseigner sur les effets indésirables et les risques de cette combinaison
  • Il faut toujours commencer par tester une petite dose et attendre que la substance fasse pleinement son effet. La personne peut, par exemple,  prendre des notes sur ce qu’elle a consommé, combien et quand, c’est ce qu’on appelle un « journal de bord des trips »
  • Le début de l’effet peut être retardé, il ne faut jamais en prendre si l’effet ne s’est pas encore manifesté, sinon il y a un risque d’overdose ! Les benzodiazépines en particulier peuvent empêcher l’organisme d’envoyer des signaux d’alerte.
  • Il ne faut jamais consommer tout.e seul∙e. Il serait plus judicieux d’informer quelques ami·e·s ou des proches des substances consommées ou mélangées afin qu’en cas d’urgence, le médecin puisse réagir rapidement et de manière appropriée sans perdre de temps à faire des prélèvement sanguins pour connaître l’identité des substances et mettre plus en péril la vie du patient.

Afin de minimiser les risques et préserver sa  santé, il est préférable d’espacer le plus possible la prise du Xanax et la consommation d’alcool. 

Comme les femmes sont généralement plus légères que les hommes, à dose égale, l’effet produit sur elles est plus fort et le temps d’élimination d’alcool d’une femme varie entre 0,085 et 0,10 grammes par litre de sang et par heure tandis que pour un individu de sexe masculin, l’élimination de l’alcool varie entre 0,10 et 0,15 grammes d’alcool par litre de sang et par heure. A titre indicatif, une bière de 25 cl à 5°C engendre un taux de 0.2g/l d’alcool dans le sang ce qui est égal à un ballon de vin de 12 cl à 12°C. Il est préférable d’attendre jusqu’à ce que la quantité d’alcool soit éliminée de l’organisme en sa totalité afin de prendre son comprimé ou gouttes de Xanax car leur interaction est nuisible voire toxique pour les organes du corps ainsi que tout l’organisme, et ce même à faibles doses.

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
1 - UN SEUL CLIENT À LA FOIS
2 - VIE PRIVÉE ET DISCRÉTION
3 - VÉRIFICATION COMPLÈTE
4 - PROGRAMME SUR MESURE TRAITANT LES CAUSES FONDAMENTALES
5 - RESTAURATION BIOCHIMIQUE
6 - APPROCHE HOLISTIQUE
7 - LES DERNIÈRES THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
8 - CONSEILLER EN RÉSIDENCE 24/7
9 - ÉTABLISSEMENT PRIVÉ DE LUXE
10 - CHEF PERSONNEL ET RÉGIME ALIMENTAIRE

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer une demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs de traitement

1 semaine

Évaluations complètes et désintoxication

1-4 semaine

Thérapie physique et mentale en cours

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Suivi

12+ semaine

Visite de remise à niveau

Accréditations & Médias

 
AMF
British Psychology Society
PsychologyTimes
COMIB
COPAO
EMDR
EPA
FMH
ifaf
Institute de terapia neural
MEG
NeuroCademy
Neurocare
OGVT
pro mesotherapie
Psychreg
red GDPS
WPA
SFGU
SEMES
SMGP
Somatic Experience
ssaamp
TAA
SSP
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
Views
abcMallorca
LuxuryLife