EXPERTISE MÉDICALE SUISSE: ZURICH, MAJORQUE, LONDRES, NEW YORK

12 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

Imovane, un médicament hypnotique appartenant à la famille des benzodiazépines, est prescrit pour soulager les symptômes de l’insomnie.

Cependant, son utilisation comporte des risques potentiels, notamment le risque de développer une dépendance à la substance en cas de dosage excessif ou de traitement prolongé.

Imovane est un médicament qui renferme le principe actif Zopiclone, un hypnotique de la famille chimique des cyclopyrrolones, apparenté aux benzodiazépines (1).

Ce médicament est destiné à aider les individus âgés de plus de 18 ans qui font face à des problèmes de sommeil, communément appelés insomnie. Il vise à faciliter l’endormissement et à minimiser le nombre de réveils nocturnes.

Son utilisation est préconisée sur une période de traitement à court terme, généralement de 7 à 14 jours, dans le cadre du traitement de l’insomnie.

La Zopiclone fait partie d’une nouvelle classe chimique qui ne présente aucune similarité structurelle avec les hypnotiques déjà existants. Son profil pharmacologique est semblable à celui des benzodiazépines. Cette substance possède des propriétés hypnotiques, sédatives, anxiolytiques, myorelaxantes et amnésiantes (2).

Lors d’études en laboratoire portant sur la durée du sommeil chez l’homme, menées sur une période de 1 à 21 jours, la Zopiclone a présenté les résultats suivants : elle a réduit le temps nécessaire pour s’endormir, a prolongé la durée totale du sommeil et a réduit le nombre d’éveils nocturnes (3).

De plus, la Zopiclone a également retardé l’entrée dans la phase de sommeil paradoxal, mais n’a pas entraîné une réduction constante de la durée totale des phases de sommeil paradoxal (4). Par ailleurs, la durée du sommeil en stade 1 a diminué, tandis que le temps passé en stade 2 a augmenté.

En ce qui concerne les phases de sommeil profond en stades 3 et 4, la plupart des études ont montré une tendance à l’augmentation, mais certaines n’ont rapporté aucun changement ou même une diminution. Il est important de noter que l’impact de la Zopiclone sur les stades 3 et 4 du sommeil diffère de celui des benzodiazépines, qui ont tendance à réduire la phase de sommeil lent. Toutefois, la signification clinique de ces observations demeure inconnue (5).

Imovane est un médicament qui doit être utilisé avec précaution pour garantir son efficacité et la sécurité de l’utilisateur. Il est essentiel de prendre en compte plusieurs facteurs lors de sa prise.

Tout d’abord, la dose standard recommandée pour les adultes est d’un comprimé, à prendre juste avant de vous coucher. Il est important de noter qu’Imovane doit être pris en une seule prise et ne doit pas être réadministré pendant la nuit.

La dose initiale habituelle est de 3,75 mg, à prendre juste avant le coucher, lorsque cela est nécessaire pour soulager les difficultés à dormir. La dose recommandée de Zopiclone pour adultes varie de 3,75 mg à 7,5 mg (6). La dose quotidienne maximale est de 5 mg pour les personnes âgées, les personnes dont la fonction hépatique ou rénale est réduite et les personnes prenant certains médicaments.

Cependant, certaines considérations spécifiques doivent être prises en compte comme le poids corporel, d’autres problèmes de santé et la prise d’autres médicaments. Pour les personnes de plus de 65 ans, il est généralement recommandé de prendre un demi-comprimé avant le coucher. Il est possible qu’un médecin ait prescrit une dose différente en fonction de l’état de santé de la personne.

Il est également essentiel de noter qu’Imovane ne doit en aucun cas être administré aux enfants ou aux adolescents de moins de 18 ans. Cette prescription est réservée exclusivement aux adultes qui répondent aux critères appropriés pour son utilisation.

Comme tous les médicaments somnifères, Imovane peut avoir des effets secondaires (7), notamment :

Les effets secondaires les moins graves :

  • Des maux de tête.
  • Une bouche sèche.
  • Un goût amer dans la bouche.
  • Une somnolence.
  • Une éruption cutanée.
  • Une vision floue.
  • Des brûlures d’estomac.
  • Des nausées, des vomissements et / ou une diarrhée.
  • Un changement d’appétit.
  • Une douleur à l’estomac.
  • Une impuissance sexuelle.
  • Une agitation.
  • Une dépression.
  • Une confusion.
  • Une anxiété.
  • Des vertiges.
  • Le somnambulisme ou d’autres comportements inhabituels tels que la conduite, la prise de nourriture, la réalisation d’appels téléphoniques ou l’engagement dans des relations sexuelles, sans être complètement éveillé, ont été associés à des blessures graves, voire à la mort (8).
  • Un délire : changement soudain et grave de l’état mental pouvant provoquer une combinaison de confusion, de désorientation et / ou de déficit d’attention (9).

Les effets secondaires graves :

  • Un gonflement du visage, des lèvres, de la bouche ou de la gorge, pouvant entraîner des difficultés à avaler ou à respirer.
  • Une urticaire.
  • Un évanouissement.
  • Des pensées suicidaires ou des changements dans le comportement.

Imovane peut induire des épisodes de somnambulisme ou d’autres comportements inhabituels (tels que la conduite, la prise de nourriture, l’initiation d’appels téléphoniques ou l’engagement dans des activités sexuelles, etc.) sans que la personne soit complètement éveillée. Certains de ces comportements ont été associés à des blessures graves, voire à des décès (10).

Le lendemain matin, la personne peut ne pas se souvenir de ses actions de la nuit précédente. Ces activités peuvent survenir indépendamment de la consommation d’alcool ou de la prise d’autres médicaments qui provoquent de la somnolence en combinaison avec Imovane. Ainsi, il est déconseillé de consommer de l’alcool pendant la prise d’Imovane, car les effets de l’alcool peuvent être potentialisés en présence d’Imovane.

De plus, les individus qui utilisent ce médicament doivent éviter toute association avec d’autres médicaments, notamment des analgésiques narcotiques ou d’autres sédatifs induisant la somnolence. Cette combinaison peut entraîner une augmentation de la somnolence, une réduction de la respiration, ainsi que d’autres effets secondaires potentiellement dangereux, voire mortels (11).

En outre, l’utilisation de ce médicament peut intensifier les symptômes de la dépression, tels que les pensées suicidaires ou l’idée de nuire à autrui, cela peut induire un comportement agité ou agressif.

L’utilisation d’Imovane a été associée à des cas de dépendance et d’abus. Le risque de développer une dépendance s’accroît avec des doses plus élevées et une utilisation prolongée de la Zopiclone. Ainsi, les individus ayant un historique de problèmes liés à la consommation de substances, qu’ils soient passés ou actuels, peuvent être plus susceptibles de développer un comportement abusif ou devenir dépendants lors de la prise de ce médicament (12).

L’utilisation d’Imovane peut conduire à l’établissement d’une dépendance tant sur le plan physique que physiologique chez le patient (13).

La dépendance à Imovane peut être renforcée par plusieurs facteurs, notamment la consommation prolongée, la prédisposition à la dépendance à d’autres substances, l’anxiété, la prise simultanée de benzodiazépines et l’utilisation d’analgésiques morphiniques.

Les individus qui ont déjà une dépendance à une autre substance (comme l’alcool ou le tabac) ou qui ont des antécédents de troubles psychiatriques courent un risque accru de développer une dépendance à Imovane.

Le médicament peut entraîner une dépendance en raison de la tolérance que le corps développe à ses effets. Cela peut conduire à une dépendance physique, où le médicament devient nécessaire pour se sentir bien et éviter les symptômes de sevrage. Les personnes dépendantes d’Imovane continuent à en prendre malgré les conséquences négatives et ont des envies intenses pour le médicament, ce qui peut rendre leur vie quotidienne difficile (14).

De nombreux signes permettent de reconnaître les signes d’addiction à l’Imovane, notamment :

  • Continuer de prendre le médicament malgré les conséquences négatives dans la vie de la personne.
  • Augmenter les doses d’Imovane par rapport à celles qui lui avaient été prescrites.
  • Prolonger la durée de son utilisation au-delà des recommandations initiales.
  • Éprouver des symptômes de sevrage lorsque la personne n’a pas pris le médicament.
  • Les tentatives visant à arrêter le médicament ont été infructueuses.
  • Utiliser ce médicament pour faire face à des émotions difficiles, au stress et à l’anxiété.
  • S’engager dans des activités à haut risque, dangereuses ou illégales sous l’influence de l’Imovane.
  • Trouver des difficultés à maintenir des relations et des obligations.
  • Se retrouver dans un isolement croissant et s’éloigner des relations sociales.

La Zopiclone a le potentiel de provoquer une dépendance physique, donc l’arrêt soudain d’Imovane, après une utilisation prolongée, entraîne l’apparition de symptômes de sevrage similaires à ceux observés avec des substances apparentées, tels que l’alcool.

Ces symptômes de sevrage peuvent comprendre :

  • Des crampes abdominales et musculaires.
  • Des vomissements.
  • Une sudation.
  • Une anxiété extrême.
  • Une agitation.
  • Une diarrhée.
  • Des hallucinations.
  • Une confusion.
  • Des maux de tête.
  • Une irritabilité.
  • Une déficience de mémoire.
  • Une douleur musculaire.
  • Une nervosité.
  • Des problèmes de sommeil tels que l’insomnie de rebond.
  • Des tremblements.

Dans les cas graves, des symptômes tels que la déréalisation, la dépersonnalisation, l’hyperacousie, des picotements et des engourdissements aux extrémités, une sensibilité accrue à la lumière, au bruit et au contact physique, des hallucinations, voire des crises d’épilepsie, peuvent se manifester.

L’Imovane est un hypnotique utilisé pour traiter l’insomnie, et il agit en ralentissant l’activité du cerveau. L’alcool a également un effet dépresseur sur le système nerveux central, et lorsqu’il est combiné avec l’Imovane, cela peut entraîner une augmentation de la somnolence, une diminution de la coordination motrice et une détérioration des fonctions cognitives, ce qui signifie que la combinaison de substances comme la Zopiclone et l’alcool doit toujours être évitée.

L’utilisation simultanée de ces médicaments, même à de faibles doses, peut provoquer des symptômes indésirables tels que des vertiges, de la confusion et des évanouissements. Ainsi, il est fortement déconseillé de consommer de l’alcool pendant la prise d’Imovane, car les effets de l’alcool pourraient être amplifiés en présence d’Imovane (15).

L’Imovane est un somnifère utilisé pour le traitement de l’insomnie à court terme. En tant que sédatif non-benzodiazépine, son mode d’action est similaire à celui des benzodiazépines et il présente également le risque de provoquer une dépendance.

Il est recommandé que la désintoxication d’une dépendance à l’Imovane se déroule dans un environnement médicalement supervisé. Cette approche assure une surveillance adéquate du sevrage et veille à ce que la personne demeure en sécurité et à l’aise pendant que son organisme s’ajuste à fonctionner à nouveau sans ce médicament.

(1) Anderson A. (1989). Imovane (zopiclone). The New Zealand medical journal, 102(881), 647. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/2608234/

(2) Houghton GW, Dennis MJ, Templeton R, Martin BK. A repeated dose pharmacokinetic study of a new hypnotic agent, zopiclone (Imovane). International Journal of Clinical Pharmacology, Therapy, and Toxicology. 1985 Feb;23(2):97-100. PMID: 3988401. https://europepmc.org/article/med/3988401

(3) Louzada, L. L., Machado, F. V., Nóbrega, O. T., & Camargos, E. F. (2021). Zopiclone to treat insomnia in older adults: A systematic review. European neuropsychopharmacology : the journal of the European College of Neuropsychopharmacology, 50, 75–92. https://doi.org/10.1016/j.euroneuro.2021.04.013

(4) Gauthier, P., Arnaud, C., Stutzmann, J. M., & Gottesmann, C. (1997). Influence of zopiclone, a new generation hypnotic, on the intermediate stage and paradoxical sleep in the rat. Psychopharmacology, 130(2), 139–143. https://doi.org/10.1007/s002130050221

(5) Trachsel, L., Dijk, D. J., Brunner, D. P., Klene, C., & Borbély, A. A. (1990). Effect of zopiclone and midazolam on sleep and EEG spectra in a phase-advanced sleep schedule. Neuropsychopharmacology : official publication of the American College of Neuropsychopharmacology, 3(1), 11–18. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/2306331/

(6) Luurila, H., & Olkkola, K. T. (1996). Pharmacokinetic-pharmacodynamic modelling of zopiclone effects on human central nervous system. Pharmacology & toxicology, 78(5), 348–353. https://doi.org/10.1111/j.1600-0773.1996.tb01387.x

(7) Bramness JG, Olsen H. [Adverse effects of zopiclone]. Tidsskrift for den Norske Laegeforening : Tidsskrift for Praktisk Medicin, ny Raekke. 1998 May;118(13):2029-2032. PMID: 9656789. https://europepmc.org/article/MED/9656789

(8) Ferentinos, P., & Paparrigopoulos, T. (2009). Zopiclone and sleepwalking. The international journal of neuropsychopharmacology, 12(1), 141–142. https://doi.org/10.1017/S1461145708009541

(9) Kalan, U., Soysal, P., & Isik, A. T. (2018). Delirium associated with only one dose of zopiclone in an older adult. Psychogeriatrics : the official journal of the Japanese Psychogeriatric Society, 18(4), 321–323. https://doi.org/10.1111/psyg.12320

(10) Hajak G. (1999). A comparative assessment of the risks and benefits of zopiclone: a review of 15 years’ clinical experience. Drug safety, 21(6), 457–469. https://doi.org/10.2165/00002018-199921060-00003

(11) Andersson, J. A., Brekke, M., & Vallersnes, O. M. (2020). Acute poisoning from substance abuse of benzodiazepines. Akutt forgiftning ved rusrelatert bruk av benzodiazepiner. Tidsskrift for den Norske laegeforening : tidsskrift for praktisk medicin, ny raekke, 140(10), 10.4045/tidsskr.20.0035. https://doi.org/10.4045/tidsskr.20.0035

(12) Thompson S. H. (1990). Imovane addiction potential. The New Zealand medical journal, 103(891), 276. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/2356050/

(13) Dorian P, Sellers EM, Kaplan H, Hamilton C. Evaluation of zopiclone physical dependence liability in normal volunteers. International Pharmacopsychiatry. 1982 ;17 Suppl 2:228-234. PMID: 7188376. https://europepmc.org/article/MED/7188376

(14) Flynn, A., & Cox, D. (2006). Dependence on zopiclone. Addiction (Abingdon, England), 101(6), 898. https://doi.org/10.1111/j.1360-0443.2006.01448.x

(15) Morinan, A., & Keaney, F. (2010). Long-term misuse of zopiclone in an alcohol dependent woman with a history of anorexia nervosa: a case report. Journal of medical case reports, 4, 403. https://doi.org/10.1186/1752-1947-4-403

(16) Szmulewicz, A., Bateman, B. T., Levin, R., & Huybrechts, K. F. (2021). The Risk of Overdose With Concomitant Use of Z-Drugs and Prescription Opioids: A Population-Based Cohort Study. The American journal of psychiatry, 178(7), 643–650. https://doi.org/10.1176/appi.ajp.2020.20071038

FAQs

COMMENT LA BALANCE PEUT VOUS AIDER

The Balance RehabClinic est l'un des principaux fournisseurs de traitements de luxe en matière de toxicomanie et de santé mentale pour les personnes aisées et leurs familles, offrant un mélange de science innovante et de méthodes holistiques avec des soins individualisés inégalés.

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
UN SEUL CLIENT À LA FOIS
PROGRAMME SUR MESURE
RESTAURATION BIOCHIMIQUE
APPROCHE HOLISTIQUE
THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
THÉRAPIE INFORMÉE SUR LE TRAUMATISME

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer la demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs du traitement

1 semaine

Bilans & Détox

1-4 semaine

Thérapie psychologique et holistique

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Soins Suivis

12+ semaine

Visite de rappel

Désintox Insights

latest news & research on Désintox
Captagon
Captagon

Le Captagon est une drogue stimulante. Son usage étant illégal, toute forme de Captagon présente sur le territoire français est non seulement contraire à la loi mais aussi non soumis à des contrôles réglementaires.

read more
L’alcool et le sommeil
L’alcool et le sommeil

Les effets de l'alcool sur le fonctionnement du corps sont divers, et le sommeil n'échappe pas à son influence. Bien que l'alcool puisse induire la somnolence et faciliter l'endormissement

read more
Keppra
Keppra

Le Keppra est un médicament qui contient l'ingrédient actif lévétiracétam. Il appartient à une classe de médicaments appelés anticonvulsivants ou antiépileptiques

read more
La cétirizine
La cétirizine

La cétirizine fait partie d'une catégorie de médicaments, disponible en vente libre, connus sous le nom d'antihistaminiques

read more

Accréditations

 
Neurocare
TAA
ssaamp
Somatic Experience
SMGP
SEMES
SFGU
WPA
red GDPS
pro mesotherapie
OGVT
AMF
NeuroCademy
MEG
Institute de terapia neural
ifaf
FMH
EPA
EMDR
COPAO
COMIB
British Psychology Society
 

Médias

 
Live Science
Mallorca Magazin
Woman & Home
National World
American Banker
Marie Claire
BBC
La Nacion
Metro UK
General Anzeiger
Business Leader
Dazed
Apartment Therapy
Express UK
Bloomberg
Cosmopolitan
Morgenpost
Manager Magazin
Entrepreneur ME
Khaleej Times
abcMallorca
Psychreg
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
PsychologyTimes
LuxuryLife
The Times
The Standard
The stylist
Mirror UK
Mallorca Zeitung
Daily Mail
Guardian