EXPERTISE MÉDICALE SUISSE: MAJORQUE, ZURICH, LONDRES, OFFSHORE

11 Minutes

Édité et examiné médicalement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

L’alcool et la dépression sont étroitement liés de différentes manières, et ces deux aspects ont souvent des influences mutuelles. Les individus peuvent recourir à l’alcool comme moyen de faire face aux problèmes d’humeur, mais cette consommation peut également aggraver les symptômes de la dépression. De plus, la prise d’alcool peut altérer l’efficacité des antidépresseurs, ce qui peut compromettre le traitement de la dépression.

Pour certaines personnes, le traitement de l’alcoolisme peut entraîner un soulagement de la dépression. Cependant, il est important de noter que soulager la dépression ne résout pas nécessairement le problème sous-jacent lié à la consommation d’alcool.

Les individus affectés par la dépression sont plus susceptibles d’abuser de l’alcool ou de développer une dépendance à celui-ci. La dépression, en tant que trouble mental, englobe des sentiments persistants de tristesse et de désespoir, influençant progressivement la pensée et le comportement des individus. Cette condition peut exercer des conséquences sur divers aspects de la vie, incluant les responsabilités professionnelles, les objectifs personnels, ainsi que les relations familiales et amicales.

Pour les personnes souffrant de la dépression, l’alcool est parfois utilisé comme moyen de supprimer les symptômes associés à cet état, tels que l’irritabilité, la perte d’intérêt, l’anxiété, l’agitation et l’insomnie (1). La consommation d’alcool devient alors un mécanisme d’évasion de la réalité et de recherche de détente. Malheureusement, recourir à l’alcool comme une forme d’automédication face à la dépression peut avoir des conséquences significatives sur le bien-être physique et émotionnel.

Une consommation excessive d’alcool perturbe les neurotransmetteurs du cerveau, provoquant une fluctuation rapide de substances chimiques telles que la sérotonine et la dopamine. La sérotonine contribue à réguler l’humeur, tandis que la dopamine contrôle le système de récompense du cerveau. Des niveaux anormalement élevés ou bas de ces neurotransmetteurs peuvent déclencher des symptômes dépressifs et d’autres problèmes de santé (2).

En l’absence d’un traitement approprié, l’automédication de la dépression par l’alcool accroît le risque de graves blessures corporelles et même de comportements suicidaires.

Certains experts avancent également que la dépression et les troubles liés à la consommation d’alcool partagent une physiopathologie sous-jacente, dans la mesure où ils sont tous deux considérés comme des affections neuro-inflammatoires (3).

En raison de cette connexion commune, le traitement pour les deux devrait inclure un régime alimentaire visant à améliorer la fonction intestinale et à réduire la charge d’endotoxines qui contribuent à la neuroinflammation. Suivre un régime méditerranéen riche en oméga-3, par exemple, pourrait être une recommandation.

L’alcool agit en tant que dépresseur, altérant l’équilibre délicat des substances chimiques dans le cerveau. Ainsi, la consommation excessive d’alcool provoque des conséquences néfastes sur la chimie cérébrale, aggravant ainsi la santé mentale (4).

En effet, l’alcool a un effet de ralentissement sur les processus du cerveau et du système nerveux central, initialement induisant une sensation de moindre inhibition. À court terme, cela peut entraîner une sensation de détente, mais ces effets s’estompent rapidement. Avec une forte consommation, la tolérance à l’alcool augmente, ce qui signifie qu’une quantité plus importante est nécessaire pour ressentir la même sensation (5).

Dépendre de l’alcool pour atténuer les sentiments de dépression peut conduire à une dépendance à l’alcool. Chez certaines personnes, la consommation d’alcool peut également déclencher des pensées suicidaires.

La fonction de l’alcool est de ralentir le système nerveux central, induisant ainsi une sensation de relaxation. Cela entraîne également une diminution de l’inhibition, du jugement et de la mémoire. En raison de ces propriétés, l’alcool devient un moyen d’évasion face aux facteurs de stress ou aux défis auxquels une personne peut être confrontée.

Pour certaines personnes, prendre un verre représente la manière la plus simple de gérer quelque chose qu’elles ne savent pas comment aborder ou qu’elles préfèrent éviter comme la dépression.

Les individus qui recourent à la consommation d’alcool comme moyen de faire face à la dépression peuvent éventuellement manquer de mécanismes d’adaptation constructifs qui les aideraient à surmonter les difficultés plutôt qu’à les dissimuler (6). En l’absence de mécanismes d’adaptation sains, il n’est pas rare d’observer l’apparition d’anxiété, de dépression et d’autres troubles de santé mentale chez ces personnes.

Si une personne se préoccupe d’un proche qui semble recourir à la consommation d’alcool comme moyen de faire face à la dépression, il est important de ne pas rester passif et d’attendre que cette personne s’en sorte tout seul.

Reconnaître les signes :

Si des signes tels que la consommation excessive d’alcool, le repli sur soi-même, la consommation solitaire, ou des décisions imprudentes ou risquées associées à la boisson sont observés, en combinaison avec des symptômes de dépression, il est alors temps d’intervenir.

Exprimer son soutien :

Il est recommandé de faire savoir à son proche que l’on est là pour lui. Une communication rassurante est essentielle.

Encourager la consultation professionnelle :

En tant que proche, le rôle n’est pas de diagnostiquer ni de fournir un traitement. S’il ne l’a pas déjà fait, l’encourager à consulter un médecin de famille et/ou un professionnel de la santé mentale.

Informer sur les effets de l’alcool sur le sommeil :

Il est important de souligner que la croyance selon laquelle l’alcool aide à dormir est erronée. Boire peut en réalité perturber le sommeil et le repos nécessaires, interférant significativement avec le cycle de sommeil.

Suggérer une réduction de la consommation d’alcool :

Aider son proche à éviter de boire excessivement est important, surtout s’il prend déjà des médicaments incompatibles avec l’alcool. Il est toutefois nécessaire d’encourager une réduction graduelle plutôt qu’un arrêt brusque, pour éviter des symptômes de sevrage désagréables.

Encourager des stratégies d’adaptation plus saines :

Promouvoir des activités physiques comme alternative à la consommation d’alcool peut être bénéfique pour faire face à la dépression. Proposer des activités, même simples, peut être particulièrement utile compte tenu du fait que la dépression peut réduire l’énergie et la motivation.

Fournir un soutien continu :

Lutter contre la dépression peut entraîner un manque de volonté pour s’améliorer. Avoir des sources de soutien qui écoutent et apportent leur aide, même avant que la personne ne le demande, peut faire une différence significative dans le processus de rétablissement.

Choisir de demander de l’aide pour l’alcoolisme et la dépression représente la première étape pour reprendre le contrôle de sa vie. Même les cas les plus sévères d’alcoolisme et de dépression peuvent faire l’objet d’un traitement. Toutefois, il est préférable que la recherche de soins soit effectuée le plus tôt possible.

En raison de la complexité des affections concomitantes, il est vivement recommandé aux individus de suivre un traitement dans un centre de réadaptation spécialisé dans le traitement de l’alcoolisme et de la dépression. Ces programmes sont non seulement sécuritaires et efficaces, mais ils aident également les personnes à se préparer à réintégrer la vie quotidienne. De nombreux centres sont également en mesure de fournir des conseils de suivi pour soutenir la sobriété après la période de réadaptation (7).

Les thérapies les plus fréquemment employées pour traiter l’alcoolisme et la dépression comprennent :

La thérapie médicamenteuse :

Ce genre de thérapie implique l’utilisation de médicaments sur ordonnance visant à atténuer les symptômes de sevrage et à réduire les pulsions liées à la consommation d’alcool. Il existe quatre catégories de médicaments généralement employés pour diminuer le désir de boire, à savoir les benzodiazépines (8), la naltrexone, l’acamprosate et le disulfirame (9).

Un médecin peut également prescrire un antidépresseur pour stabiliser les fluctuations d’humeur et d’autres symptômes liés à la dépression. Bien que les médicaments puissent apporter des bienfaits considérables dans le processus de rétablissement, il est important de les utiliser en association avec d’autres formes de traitement.

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) :

La thérapie cognitivo-comportementale, une forme de psychothérapie, guide les individus dans l’acquisition de compétences visant à substituer les pensées négatives par des sentiments positifs et constructifs. Elle constitue une composante cruciale du processus de récupération (10).

La TCC aide les patients à identifier les déclencheurs potentiels, à développer des stratégies pour faire face aux envies de boire, et à établir des objectifs réalistes. Habituellement initiée dans le cadre d’un programme de réadaptation, la thérapie cognitivo-comportementale peut se poursuivre après le traitement, avec le soutien d’un conseiller en alcoolisme.

La thérapie de groupe :

Au cours du traitement, la thérapie de groupe est employée comme un moyen permettant aux individus de rencontrer et de faciliter la discussion avec leurs pairs qui travaillent à surmonter des troubles concomitants similaires. Selon le programme choisi, les séances ont généralement lieu une à deux fois par semaine.

La thérapie de groupe offre aux participants une plateforme pour discuter ouvertement des hauts et des bas liés à leur dépendance, tout en partageant des conseils avec d’autres personnes confrontées à des difficultés similaires. De nombreux programmes de suivi mettent en place divers types de thérapies de groupe, permettant ainsi aux patients de continuer à progresser dans leur rétablissement.

L’alcoolisme est courant chez les personnes aux prises avec la dépression. L’alcool peut aggraver les symptômes de la dépression et, dans certains cas, les provoquer. Pour quelqu’un éprouvant des symptômes de dépression, l’alcool ne représente pas une solution efficace pour améliorer son état émotionnel. Bien qu’il puisse momentanément atténuer les sentiments d’isolement, d’anxiété ou de tristesse, ces effets sont passagers et il est probable que la dépression s’aggrave.

Identifier les symptômes associés à la dépression et à la consommation d’alcool peut faciliter l’obtention du bon diagnostic et du traitement approprié.

(1) Schuckit M. A. (1996). Alcohol, Anxiety, and Depressive Disorders. Alcohol health and research world, 20(2), 81–85. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6876499/

(2) Kuria, M. W., Ndetei, D. M., Obot, I. S., Khasakhala, L. I., Bagaka, B. M., Mbugua, M. N., & Kamau, J. (2012). The Association between Alcohol Dependence and Depression before and after Treatment for Alcohol Dependence. ISRN psychiatry, 2012, 482802. https://doi.org/10.5402/2012/482802

(3) Keith W. Kelley, Robert Dantzer, Alcoholism and inflammation: Neuroimmunology of behavioral and mood disorders, Brain, Behavior, and Immunity, Volume 25, Supplement 1, 2011, Pages S13-S20, https://doi.org/10.1016/j.bbi.2010.12.013.

(4) Karina P. Abrahao, Armando G. Salinas, David M. Lovinger, Alcohol and the Brain: Neuronal Molecular Targets, Synapses, and Circuits, Neuron, Volume 96, Issue 6, 2017, Pages 1223-1238, https://doi.org/10.1016/j.neuron.2017.10.032.

(5) Gan, G., Guevara, A., Marxen, M., Neumann, M., Jünger, E., Kobiella, A., Mennigen, E., Pilhatsch, M., Schwarz, D., Zimmermann, U. S., & Smolka, M. N. (2014). Alcohol-induced impairment of inhibitory control is linked to attenuated brain responses in right fronto-temporal cortex. Biological psychiatry, 76(9), 698–707. https://doi.org/10.1016/j.biopsych.2013.12.017

(6) Merrill, J. E., & Thomas, S. E. (2013). Interactions between adaptive coping and drinking to cope in predicting naturalistic drinking and drinking following a lab-based psychosocial stressor. Addictive behaviors, 38(3), 1672–1678. https://doi.org/10.1016/j.addbeh.2012.10.003

(7) DeVido, J. J., & Weiss, R. D. (2012). Treatment of the depressed alcoholic patient. Current psychiatry reports, 14(6), 610–618. https://doi.org/10.1007/s11920-012-0314-7

(8) Kattimani, S., & Bharadwaj, B. (2013). Clinical management of alcohol withdrawal: A systematic review. Industrial psychiatry journal, 22(2), 100–108. https://doi.org/10.4103/0972-6748.132914

(9) Patel AK, Balasanova AA. Treatment of Alcohol Use Disorder. JAMA. 2021;325(6):596. doi:10.1001/jama.2020.2012

(10) Riper, H., Andersson, G., Hunter, S. B., de Wit, J., Berking, M., & Cuijpers, P. (2014). Treatment of comorbid alcohol use disorders and depression with cognitive-behavioural therapy and motivational interviewing: a meta-analysis. Addiction (Abingdon, England), 109(3), 394–406. https://doi.org/10.1111/add.12441

(11) Edward V. Nunes, ,  M.D. Alcohol and the Etiology of Depression. American Journal of Psychiatry March 01, 2023 180(3):179. https://ajp.psychiatryonline.org/doi/full/10.1176/appi.ajp.20230004

FAQs

COMMENT LA BALANCE PEUT VOUS AIDER

The Balance RehabClinic est l'un des principaux fournisseurs de traitements de luxe en matière de toxicomanie et de santé mentale pour les personnes aisées et leurs familles, offrant un mélange de science innovante et de méthodes holistiques avec des soins individualisés inégalés.

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
UN SEUL CLIENT À LA FOIS
PROGRAMME SUR MESURE
RESTAURATION BIOCHIMIQUE
APPROCHE HOLISTIQUE
THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
THÉRAPIE INFORMÉE SUR LE TRAUMATISME

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer la demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs du traitement

1 semaine

Bilans & Détox

1-4 semaine

Thérapie psychologique et holistique

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Soins Suivis

12+ semaine

Visite de rappel

Désintox Insights

latest news & research on Désintox
Captagon
Captagon

Le Captagon est une drogue stimulante. Son usage étant illégal, toute forme de Captagon présente sur le territoire français est non seulement contraire à la loi mais aussi non soumis à des contrôles réglementaires.

read more
L’alcool et le sommeil
L’alcool et le sommeil

Les effets de l'alcool sur le fonctionnement du corps sont divers, et le sommeil n'échappe pas à son influence. Bien que l'alcool puisse induire la somnolence et faciliter l'endormissement

read more
Keppra
Keppra

Le Keppra est un médicament qui contient l'ingrédient actif lévétiracétam. Il appartient à une classe de médicaments appelés anticonvulsivants ou antiépileptiques

read more
La cétirizine
La cétirizine

La cétirizine fait partie d'une catégorie de médicaments, disponible en vente libre, connus sous le nom d'antihistaminiques

read more

Accréditations

 
Neurocare
TAA
ssaamp
Somatic Experience
SMGP
SEMES
SFGU
WPA
red GDPS
pro mesotherapie
OGVT
AMF
NeuroCademy
MEG
Institute de terapia neural
ifaf
FMH
EPA
EMDR
COPAO
COMIB
British Psychology Society
 

Médias

 
Live Science
Mallorca Magazin
Woman & Home
National World
American Banker
Marie Claire
BBC
La Nacion
Metro UK
General Anzeiger
Business Leader
Dazed
Apartment Therapy
Express UK
Bloomberg
Cosmopolitan
Morgenpost
Manager Magazin
Entrepreneur ME
Khaleej Times
abcMallorca
Psychreg
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
PsychologyTimes
LuxuryLife
The Times
The Standard
The stylist
Mirror UK
Mallorca Zeitung
Daily Mail
Guardian