EXPERTISE MÉDICALE SUISSE: ZURICH, MAJORQUE, LONDRES, NEW YORK

9 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

Le Captagon est une drogue stimulante. Son usage étant illégal, toute forme de Captagon présente sur le territoire français est non seulement contraire à la loi mais aussi non soumis à des contrôles réglementaires.

D’autre part, le Captagon est un médicament répertorié comme substance contrôlée depuis 1981, et la FDA des États-Unis n’approuve aucune utilisation médicale. Bien qu’il ne soit pas largement utilisé, cette drogue expose les consommateurs à des risques d’effets secondaires dangereux et de ses effets néfastes sur la santé à long terme, les surdoses et la mortalité.

Le Captagon, aussi connu sous le nom de marque de la fénéthylline, est un médicament sur ordonnance introduit en 1961. Originairement développé en Allemagne, le Captagon était conçu pour traiter le trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH), ainsi que la narcolepsie et la dépression (1).

Les fabricants ont créé ce médicament comme une option plus douce que les amphétamines, médicament couramment utilisé pour le TDAH.

Cependant, il a été ensuite contesté en raison de son potentiel de dépendance, attribué à ses effets de bien-être et à son action énergisante pour combattre la fatigue (2).

Le Captagon est une drogue qui peut être fabriquée facilement, même par un chimiste amateur disposant du matériel adéquat dans un garage. De plus, son coût est peu élevé et il peut être vendu avec facilité, permettant ainsi d’obtenir d’importants bénéfices.

Les utilisateurs de Captagon ne suivent pas de profil spécifique. Cependant, lorsqu’il n’est pas vendu à des personnes recherchant de l’énergie, des stimulants ou souhaitant rester éveillées, il est souvent utilisé comme une « récompense » par les terroristes.

Après leurs attaques, les chefs terroristes distribuent du Captagon à leurs partisans pour leur procurer des effets euphorisants et du plaisir. De plus, certains terroristes en consomment pour mener leurs attaques ou partir au combat, tandis que d’autres le revendent afin de financer leurs actions (3).

Le Captagon, surnommé la « cocaïne du pauvre », est principalement consommé comme drogue récréative pour prolonger les festivités et par les travailleurs physiquement exigeants pour maintenir leur vigilance.

De plus, les jeunes issus de divers pays, confrontés au stress, au chômage et au manque de divertissement, sont les principaux consommateurs. Les étudiants en période d’examens et les jeunes diplômés sans emploi l’utilisent également pour maintenir leur énergie et leur concentration, mais certains finissent par éprouver un stress accru, une désorganisation et une isolation sociale (4).

Le Captagon est constitué de deux composants stimulants : la théophylline et l’amphétamine. Un stimulant est une substance médicamenteuse qui agit en accélérant l’activité du système nerveux central. Son mécanisme d’action implique l’augmentation de la dopamine disponible dans le cerveau, un neurotransmetteur associé aux sensations de récompense, d’énergie et de concentration (5).

La théophylline est un bronchodilatateur, tandis que l’amphétamine a la capacité de libérer des catécholamines, des molécules présentes dans le cerveau qui favorisent l’attention.

Le Captagon et d’autres stimulants agissent différemment selon les antécédents médicaux des individus. Pour les personnes souffrant de TDAH ou de narcolepsie, ces médicaments aident à augmenter la dopamine disponible dans le cerveau, ce qui les aide à rester alertes et concentrés (6).

Cependant, pour ceux qui ont déjà un niveau normal de dopamine, l’utilisation de stimulants comme le Captagon peut entraîner une surproduction de dopamine et une dépendance potentielle.

Les effets du Captagon sur le système nerveux sont comparables à ceux de l’amphétamine. En tant que psychostimulant, le Captagon peut engendrer une euphorie, une vigilance accrue et une amélioration des performances physiques et mentales (7).

Cependant, une utilisation excessive expose à des risques de perturbation des fonctions cognitives et de problèmes cardiovasculaires, ainsi qu’à un potentiel de développement de la dépendance.

Un défi majeur réside dans le fait que certaines pilules fabriquées dans des laboratoires illicites contiennent des doses élevées de fénétylline. La composition du Captagon actuel peut varier considérablement, et le manque de transparence augmente le risque de présence de substances chimiques toxiques.

Comme tous les médicaments qui partagent des similitudes avec les amphétamines, le Captagon induit des effets secondaires comparables à ceux d’autres stimulants puissants. Ces effets indésirables peuvent varier en fonction de la dose de Captagon consommée par une personne ainsi que de la durée de son abus.

À des doses faibles, la fénéthylline entraîne une augmentation de divers paramètres physiologiques et psychologiques, tels que la fréquence cardiaque, la température corporelle, l’énergie, l’endurance, l’humeur, la respiration et la pression artérielle (8).

Lorsque la fénéthylline est utilisée de manière abusive, une personne peut consommer des doses plus élevées que celles qui seraient prescrites à un patient. Elles cherchent peut-être à obtenir des effets tels que l’euphorie et un sentiment d’invincibilité.

Parmi ces effets indésirables, on retrouve notamment :

  • Une accélération du rythme cardiaque.
  • Une augmentation de la température corporelle.
  • Une augmentation de la pression artérielle.
  • Une perturbation du sommeil.
  • Une toxicité cardiaque (des lésions du cœur dues à des toxines).
  • Un risque de malnutrition.
  • Un développement de troubles dépressifs.

D’autre part, Captagon est un stimulant qui n’est pas pris sous la surveillance d’un médecin car il n’a pas d’utilisation médicale approuvée par la FDA. Cela signifie que les personnes qui s’auto-médicamentent avec Captagon ne peuvent pas bénéficier d’un suivi médical pour ajuster la dose en fonction de leurs besoins. Cela peut entraîner des effets secondaires dangereux et prononcés.

En France et dans d’autres pays européens, le Captagon est perçu comme une drogue dangereuse à fort potentiel addictif. Les mesures répressives prises à l’encontre de l’industrie du Captagon au Moyen-Orient pourraient pousser les fabricants à chercher de nouveaux débouchés, notamment au sein de l’Union européenne.

La France est généralement considérée comme un point de transit, où les fabricants de Captagon expédient leurs produits avant de les acheminer vers le Moyen-Orient. Cette stratégie vise à réduire les suspicions des douanes. Toutefois, les pays de transit se retrouvent souvent transformés en destinations finales pour ces approvisionnements en médicaments (9).

Dans ce contexte, en France, deux importantes saisies de 750 000 comprimés de Captagon ont été effectuées par les douanes françaises à l’aéroport de Roissy en janvier et février.

Les comprimés étaient dissimulés dans des chargements en provenance du Liban et en transit vers l’Arabie Saoudite via la France, la République Tchèque et la Turquie. La valeur de ces comprimés sur le marché illicite a été estimée à près de 1,5 million d’euros (10).

A Paris, un attentat a eu lieu le 13 novembre 2015 au Bataclan, une salle de concert, quand des assaillants ont ouvert le feu sur le public, faisant 90 morts et de nombreux blessés. Les témoignages des rescapés de cet attentat ont révélé un aspect troublant du comportement des terroristes : ils semblaient totalement déshumanisés et shootés. Ce comportement, décrit comme froid, distant et déconnecté de toute forme d’empathie, correspondait aux effets que provoque la prise de Captagon (11).

Le Captagon est une substance illicite qui a hérité de son nom et de ses propriétés d’un médicament sur ordonnance.

L’abus de Captagon peut entraîner une dépendance sévère. Bien que la récupération puisse sembler difficile, il est possible pour les individus de s’en sortir grâce à un traitement adapté et un soutien approprié.

(1) Katselou, M., Papoutsis, I., Nikolaou, P., Qammaz, S., Spiliopoulou, C., & Athanaselis, S. (2016). Fenethylline (Captagon) Abuse – Local Problems from an Old Drug Become Universal. Basic & clinical pharmacology & toxicology, 119(2), 133–140. https://doi.org/10.1111/bcpt.12584

(2) Schmidt, L. G., Schlünder, M., & Reischies, F. M. (1988). Behandlung von Störungen mit Aufmerksamkeitsdefizit im Erwachsenenalter mit Hilfe von Psychostimulantien sowie niedrigdosierten Neuroleptika–Eine kritische Fallstudie [Treatment of attention deficit disorders in adulthood using psychostimulants and low-dose neuroleptics–a critical case report]. Psychiatrische Praxis, 15(2), 62–65.

(3) Pergolizzi, J., Jr, LeQuang, J. A. K., Vortsman, E., Magnusson, P., El-Tallawy, S. N., Wagner, M., Salah, R., & Varrassi, G. (2024). The Emergence of the Old Drug Captagon as a New Illicit Drug: A Narrative Review. Cureus, 16(2), e55053. https://doi.org/10.7759/cureus.55053

(4) Al Omari, Omar PhD; Wynaden, Dianne PhD; Alkhawaldeh, Abdullah PhD; Alhalaiqa, Fadwa PhD; Al Dameery, Khloud MSc; Roach, Erna Judith PhD; Sunderraj, Sheeba John MSc; Khalaf, Atika PhD. Jordanian University Students’ Lived Experience of Misusing Amphetamine (Captagon): A Qualitative Study. Journal of Addictions Nursing 33(1):p 20-26, 1/3 2022. | DOI: 10.1097/JAN.0000000000000446

(5) Shalaby, A. S., Bahanan, A. O., Alshehri, M. H., & Elag, K. A. (2022). Sleep Deprivation & Amphetamine Induced Psychosis. Psychopharmacology bulletin, 52(3), 31–40.

(6) Bahr, F., Llanos, R., & Matussek, N. (1970). Análisis clínico cuantitativo del efecto de la fenetilina (Captagón) sobre los niños hiperquinéticos [Quantitative clinical analysis of the phenethylline (Cap- tagon) effect on hyperkinetic children]. Revista de neuro-psiquiatria, 33(3), 233–242.

(7) Wazaify, M., Al-Khateeb, Y. M., Musleh, B., Al-Smadi, H., & Steenkamp, C. (2024). Qualitative Exploration of the Experiences of People Who Use Captagon and Therapists in Jordan. Substance use & misuse, 59(5), 816–824. https://doi.org/10.1080/10826084.2024.2304012

(8) Wu, N., Feng, Z., He, X. et al. Insight of Captagon Abuse by Chemogenomics Knowledgebase-guided Systems Pharmacology Target Mapping Analyses. Sci Rep 9, 2268 (2019). https://doi.org/10.1038/s41598-018-35449-6

(9) Al-Imam, A., Santacroce, R., Roman-Urrestarazu, A., Chilcott, R., Bersani, G., Martinotti, G., & Corazza, O. (2017). Captagon: use and trade in the Middle East. Human psychopharmacology, 32(3), 10.1002/hup.2548. https://doi.org/10.1002/hup.2548

(10) Le Monde. Première saisie en France de Captagon, la « drogue du conflit syrien ». 30 mai 2017. https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/05/30/premiere-saisie-en-france-de-captagon_5135807_1653578.html

(11) RFI. Le Captagon, la drogue des terroristes. 17/11/2015. https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20151117-attentats-captagon-drogue-terroristes-kamikaze-syrie

(12) Alabdalla M. A. (2005). Chemical characterization of counterfeit captagon tablets seized in Jordan. Forensic science international, 152(2-3), 185–188. https://doi.org/10.1016/j.forsciint.2004.08.004

(13) Adebahr, G., Klöppel, A., & Weiler, G. (1979). Coma dépassé: Toxikologisch-diagnostische und forensische Aspekte am Beispiel einer Captagon-Vergiftung [Coma dépassé: toxicological-diagnostic and forensic aspects of a fenetyllin (captagon) intoxication (author’s transl)]. Zeitschrift fur Rechtsmedizin. Journal of legal medicine, 82(4), 279–287. https://doi.org/10.1007/BF02092040

(14) Uluçay, A., Arpacık Kargı, C., & Aksoy, M. F. (2012). Acute myocardial infarction associated with Captagon use. Anadolu kardiyoloji dergisi : AKD = the Anatolian journal of cardiology, 12(2), 182–185. https://doi.org/10.5152/akd.2012.047

FAQs

COMMENT LA BALANCE PEUT VOUS AIDER

The Balance RehabClinic est l'un des principaux fournisseurs de traitements de luxe en matière de toxicomanie et de santé mentale pour les personnes aisées et leurs familles, offrant un mélange de science innovante et de méthodes holistiques avec des soins individualisés inégalés.

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
UN SEUL CLIENT À LA FOIS
PROGRAMME SUR MESURE
RESTAURATION BIOCHIMIQUE
APPROCHE HOLISTIQUE
THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
THÉRAPIE INFORMÉE SUR LE TRAUMATISME

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer la demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs du traitement

1 semaine

Bilans & Détox

1-4 semaine

Thérapie psychologique et holistique

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Soins Suivis

12+ semaine

Visite de rappel

Désintox Insights

latest news & research on Désintox
Captagon
Captagon

Le Captagon est une drogue stimulante. Son usage étant illégal, toute forme de Captagon présente sur le territoire français est non seulement contraire à la loi mais aussi non soumis à des contrôles réglementaires.

read more
L’alcool et le sommeil
L’alcool et le sommeil

Les effets de l'alcool sur le fonctionnement du corps sont divers, et le sommeil n'échappe pas à son influence. Bien que l'alcool puisse induire la somnolence et faciliter l'endormissement

read more
Keppra
Keppra

Le Keppra est un médicament qui contient l'ingrédient actif lévétiracétam. Il appartient à une classe de médicaments appelés anticonvulsivants ou antiépileptiques

read more
La cétirizine
La cétirizine

La cétirizine fait partie d'une catégorie de médicaments, disponible en vente libre, connus sous le nom d'antihistaminiques

read more

Accréditations

 
Neurocare
TAA
ssaamp
Somatic Experience
SMGP
SEMES
SFGU
WPA
red GDPS
pro mesotherapie
OGVT
AMF
NeuroCademy
MEG
Institute de terapia neural
ifaf
FMH
EPA
EMDR
COPAO
COMIB
British Psychology Society
 

Médias

 
Live Science
Mallorca Magazin
Woman & Home
National World
American Banker
Marie Claire
BBC
La Nacion
Metro UK
General Anzeiger
Business Leader
Dazed
Apartment Therapy
Express UK
Bloomberg
Cosmopolitan
Morgenpost
Manager Magazin
Entrepreneur ME
Khaleej Times
abcMallorca
Psychreg
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
PsychologyTimes
LuxuryLife
The Times
The Standard
The stylist
Mirror UK
Mallorca Zeitung
Daily Mail
Guardian