EXPERTISE MÉDICALE SUISSE: ZURICH, MAJORQUE, LONDRES, NEW YORK

9 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

Les effets de l’alcool sur le fonctionnement du corps sont divers, et le sommeil n’échappe pas à son influence. Bien que l’alcool puisse induire la somnolence et faciliter l’endormissement, il altère en réalité la qualité du sommeil.

Une fois ingéré, l’alcool est absorbé dans le sang à partir de l’estomac et de l’intestin grêle, avant d’être métabolisé par les enzymes du foie (1). Cependant, ce processus métabolique est relativement lent, ce qui signifie que l’excès d’alcool continue de circuler dans le corps. Les effets de l’alcool varient selon plusieurs facteurs, notamment la quantité consommée, la vitesse d’ingestion, l’âge et la composition corporelle de l’individu.

Pour comprendre l’impact de l’alcool sur le sommeil, il est crucial de saisir les différentes phases du cycle du sommeil humain. Ce cycle se compose de quatre étapes distinctes, dont la quatrième est le sommeil paradoxal, survenue environ 90 minutes après l’endormissement initial. Pendant cette phase, les mouvements oculaires reprennent, la fréquence respiratoire et le rythme cardiaque s’accélèrent, et les rêves principalement se produisent. Il est également suggéré que cette étape joue un rôle dans la consolidation de la mémoire (2).

Boire de l’alcool avant de se coucher peut accroître la suppression du sommeil paradoxal pendant les premiers cycles de sommeil. Bien que l’alcool ait un effet sédatif et puisse raccourcir le temps nécessaire pour s’endormir, cela peut créer un déséquilibre entre les phases de sommeil lent et paradoxal au fil de la nuit, conduisant à une diminution de la qualité du sommeil, une durée de sommeil plus courte et plus de perturbations.

Après avoir consommé quelques verres, une personne peut ressentir de la fatigue, grâce aux propriétés sédatives de l’alcool qui ralentissent l’activité cérébrale. Cela peut induire une sensation de détente et de somnolence, facilitant ainsi l’endormissement une fois au lit. Cependant, bien que certains puissent penser qu’ils dorment mieux après avoir bu de l’alcool, les effets réels peuvent être contraires.

Même une ou deux boissons alcoolisées peuvent altérer la qualité du sommeil, et dépasser les recommandations hebdomadaires en matière de consommation d’alcool peut entraîner une fatigue excessive le lendemain. Les raisons en sont multiples, notamment :

  • Une augmentation de la fréquence des réveils nocturnes pour aller aux toilettes.
  • Une perturbation du rythme circadien, ou de l’horloge biologique, qui régule le cycle naturel de sommeil.
  • Une diminution du temps passé dans le cycle de sommeil paradoxal, la phase la plus réparatrice du sommeil.
  • Le risque de se réveiller avec une gueule de bois, entraînant une sensation de fatigue, des maux de tête et une léthargie.

L’insomnie, le trouble du sommeil le plus répandu, se caractérise par des périodes où il est difficile de s’endormir ou de rester endormi, malgré le désir et la possibilité de dormir. Elle entraîne souvent une somnolence excessive pendant la journée et d’autres effets indésirables.

En raison de sa capacité à perturber le sommeil paradoxal et à causer des troubles du sommeil, la consommation d’alcool avant le coucher est fréquemment associée à des symptômes d’insomnie et à une sensation de somnolence excessive le jour suivant (3).

Cette situation peut entraîner un cycle vicieux où la personne consomme l’alcool pour s’endormir, consomme de la caféine et d’autres stimulants pendant la journée pour rester éveillée, puis se tourne à nouveau vers l’alcool pour compenser les effets de ces stimulants (4).

Une consommation excessive d’alcool, définie comme une consommation dépassant les limites recommandées sur une courte période, entraînant un taux d’alcoolémie de 0,08 % ou plus, peut avoir des effets néfastes significatifs sur la qualité du sommeil.

Des études récentes ont démontré que les personnes qui s’adonnent régulièrement à une consommation excessive d’alcool étaient nettement plus susceptibles de rencontrer des difficultés pour s’endormir et rester endormies. Ces observations étaient valables aussi bien pour les hommes que pour les femmes, et des tendances similaires ont été observées chez les adolescents, les jeunes adultes ainsi que les adultes d’âge moyen et plus âgés (5).

Les chercheurs ont également identifié un lien entre l’abus d’alcool à long terme et les problèmes chroniques de sommeil. Une tolérance à l’alcool peut se développer rapidement chez certains individus, les incitant à augmenter leur consommation avant le coucher pour pouvoir s’endormir. Les personnes diagnostiquées avec des troubles liés à la consommation d’alcool signalent fréquemment des symptômes d’insomnie.

La consommation d’alcool peut également entraîner du ronflement (6). Cela se produit car l’alcool détend les muscles du corps, ce qui peut entraîner un blocage partiel des voies respiratoires, notamment au niveau de la gorge, de la bouche et du nez, favorisant ainsi les vibrations et le ronflement.

Plus sérieusement, l’alcool accroît le risque de développer une apnée du sommeil, une condition dans laquelle les voies respiratoires se rétrécissent pendant le sommeil, entraînant des pauses dans la respiration.

Sans traitement, l’apnée du sommeil peut conduire au développement de maladies telles que le diabète de type 2, la dépression, l’hypertension artérielle et accroître le risque d’accident vasculaire cérébral (7). De plus, elle peut impacter négativement l’humeur, la concentration et augmenter le risque d’accidents en raison de la fatigue.

Lorsque quelqu’un a consommé de l’alcool, il est conseillé de s’abstenir d’utiliser des médicaments qui peuvent causer de la somnolence ou faciliter le sommeil. Prendre ces médicaments avec de l’alcool peut être dangereux, car l’alcool, en lui-même, a un effet dépressif sur le système nerveux central (8).

Si des préoccupations surgissent concernant le sommeil ou la consommation d’alcool, il est recommandé de discuter avec un professionnel de la santé. Celui-ci pourra aider à évaluer les habitudes de sommeil et de consommation d’alcool, et déterminer si des ajustements sont nécessaires.

Bien que la consommation d’alcool puisse initialement induire une sensation de somnolence et donner l’impression d’améliorer le sommeil, en réalité, une forte consommation d’alcool peut perturber les habitudes de sommeil.

L’alcool peut altérer la qualité du sommeil en perturbant notamment le sommeil paradoxal, entraînant ainsi une sensation de fatigue plus prononcée que celle ressentie après un sommeil sobre. Il peut impacter à la fois la qualité et la durée du sommeil, en provoquant des réveils fréquents pendant la nuit et en diminuant le temps de sommeil profond, contribuant ainsi à la fatigue (9).

Il est important de noter que malgré les sensations initiales de détente et de somnolence provoquées par l’alcool, ces effets sont souvent suivis de conséquences plus négatives telles que la fatigue et d’autres symptômes de la gueule de bois. De plus, une consommation excessive ou régulière d’alcool peut engendrer des problèmes de santé à long terme, y compris des dommages au foie, une dépendance et un risque accru de certaines maladies.

Pour favoriser un bon sommeil et combattre la fatigue, il est recommandé de limiter ou d’éviter la consommation d’alcool, surtout avant le coucher. Prioriser des habitudes de sommeil saines, maintenir une hydratation adéquate et adopter une alimentation équilibrée peuvent tous contribuer à améliorer les niveaux d’énergie et le bien-être général.

L’alcool agit comme un dépresseur sur le système nerveux central, freinant l’activité cérébrale et entraînant des effets sédatifs qui peuvent induire une sensation de détente et de fatigue.

Cependant, une consommation excessive d’alcool est associée à une diminution de la qualité et de la durée du sommeil, souvent accompagnée de symptômes d’insomnie chez les personnes ayant des troubles liés à l’alcool.

Si des préoccupations persistent concernant la consommation d’alcool et ses effets sur la santé, il est conseillé de consulter un professionnel de la santé ou de solliciter de l’aide pour toute problématique liée à l’alcool, telle que l’insomnie et le syndrome de fatigue chronique.

(1) Centers for Disease Control. Alcohol and Public Health: Frequently Asked Questions. https://www.cdc.gov/alcohol/faqs.htm

(2) Rasch B, Born J. About sleep’s role in memory. Physiol Rev. 2013;93(2):681-766. doi:10.1152/physrev.00032.2012

(3) Park SY, Oh MK, Lee BS, et al. The Effects of Alcohol on Quality of Sleep. Korean J Fam Med. 2015;36(6):294-299. doi:10.4082/kjfm.2015.36.6.294

(4) Colrain IM, Nicholas CL, Baker FC. Alcohol and the sleeping brain. Handb Clin Neurol. 2014;125:415-431. doi:10.1016/B978-0-444-62619-6.00024-0

(5) Popovici, I., & French, M. T. (2013). Binge drinking and sleep problems among young adults. Drug and alcohol dependence, 132(1-2), 207–215. https://doi.org/10.1016/j.drugalcdep.2013.02.001

(6) Simou, E., Britton, J., & Leonardi-Bee, J. (2018). Alcohol and the risk of sleep apnoea: a systematic review and meta-analysis. Sleep medicine, 42, 38–46. https://doi.org/10.1016/j.sleep.2017.12.005

(7) Hirshkowitz M. (2008). The clinical consequences of obstructive sleep apnea and associated excessive sleepiness. The Journal of family practice, 57(8 Suppl), S9–S16.

(8) Schweizer, C. A., Hoggatt, K. J., Washington, D. L., Bean-Mayberry, B., Yano, E. M., Mitchell, M. N., Alessi, C. A., & Martin, J. L. (2019). Use of alcohol as a sleep aid, unhealthy drinking behaviors, and sleeping pill use among women veterans. Sleep health, 5(5), 495–500. https://doi.org/10.1016/j.sleh.2019.06.005

(9) Woolley, J., Allen, R., & Wessely, S. (2004). Alcohol use in chronic fatigue syndrome. Journal of psychosomatic research, 56(2), 203–206. https://doi.org/10.1016/S0022-3999(03)00077-1

FAQs

COMMENT LA BALANCE PEUT VOUS AIDER

The Balance RehabClinic est l'un des principaux fournisseurs de traitements de luxe en matière de toxicomanie et de santé mentale pour les personnes aisées et leurs familles, offrant un mélange de science innovante et de méthodes holistiques avec des soins individualisés inégalés.

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
UN SEUL CLIENT À LA FOIS
PROGRAMME SUR MESURE
RESTAURATION BIOCHIMIQUE
APPROCHE HOLISTIQUE
THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
THÉRAPIE INFORMÉE SUR LE TRAUMATISME

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer la demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs du traitement

1 semaine

Bilans & Détox

1-4 semaine

Thérapie psychologique et holistique

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Soins Suivis

12+ semaine

Visite de rappel

Désintox Insights

latest news & research on Désintox
Captagon
Captagon

Le Captagon est une drogue stimulante. Son usage étant illégal, toute forme de Captagon présente sur le territoire français est non seulement contraire à la loi mais aussi non soumis à des contrôles réglementaires.

read more
L’alcool et le sommeil
L’alcool et le sommeil

Les effets de l'alcool sur le fonctionnement du corps sont divers, et le sommeil n'échappe pas à son influence. Bien que l'alcool puisse induire la somnolence et faciliter l'endormissement

read more
Keppra
Keppra

Le Keppra est un médicament qui contient l'ingrédient actif lévétiracétam. Il appartient à une classe de médicaments appelés anticonvulsivants ou antiépileptiques

read more
La cétirizine
La cétirizine

La cétirizine fait partie d'une catégorie de médicaments, disponible en vente libre, connus sous le nom d'antihistaminiques

read more

Accréditations

 
Neurocare
TAA
ssaamp
Somatic Experience
SMGP
SEMES
SFGU
WPA
red GDPS
pro mesotherapie
OGVT
AMF
NeuroCademy
MEG
Institute de terapia neural
ifaf
FMH
EPA
EMDR
COPAO
COMIB
British Psychology Society
 

Médias

 
Live Science
Mallorca Magazin
Woman & Home
National World
American Banker
Marie Claire
BBC
La Nacion
Metro UK
General Anzeiger
Business Leader
Dazed
Apartment Therapy
Express UK
Bloomberg
Cosmopolitan
Morgenpost
Manager Magazin
Entrepreneur ME
Khaleej Times
abcMallorca
Psychreg
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
PsychologyTimes
LuxuryLife
The Times
The Standard
The stylist
Mirror UK
Mallorca Zeitung
Daily Mail
Guardian