EXPERTISE MÉDICALE SUISSE: ZURICH, MAJORQUE, LONDRES, NEW YORK

11 Minutes

Édité et examiné cliniquement par THE BALANCE Équipe
Fait vérifié

De nombreux médicaments qui agissent directement sur le système nerveux central comportent un risque de créer une dépendance. Le rivotril est un de ces médicaments qui appartient à la classe des benzodiazépines. Il est utilisé dans le traitement d’un certain nombre de pathologies telles que l’épilepsie et les troubles paniques.

Bien que ce médicament soit légalement prescrit dans de nombreux cas, il est important de savoir si elle crée ou non une dépendance. Cet article traite de ce médicament, ses effets, ses effets secondaires et la dépendance avec ce médicament.

Rivotril est un médicament délivré sur ordonnance. Le principe actif du médicament est le clonazépam, qui appartient au groupe des antiépileptiques (1).

En tant que benzodiazépine, il a un effet sédatif, c’est-à-dire qu’il ralentit le système nerveux central. C’est aussi ce qui le rend si utile dans le traitement des affections causées par une hyperactivité du système nerveux. Ceux-ci comprennent l’épilepsie, l’anxiété et les troubles paniques, entre autres (2).

Rivotril est un médicament antiépileptique du groupe des dérivés des benzodiazépines. Il a un effet anticonvulsivant prononcé, ainsi qu’un relaxant musculaire central, un effet anxiolytique, sédatif et hypnotique.

Ce médicament améliore l’effet inhibiteur du neurotransmetteur GABA sur la transmission de l’influx nerveux. De plus, il stimule les récepteurs des benzodiazépines situés dans le centre allostérique des récepteurs postsynaptiques GABA de la formation réticulaire activatrice ascendante du tronc cérébral et des neurones intercalaires des cornes latérales de la moelle épinière. En outre, il réduit l’excitabilité des structures sous-corticales du cerveau (système limbique, thalamus, hypothalamus) et inhibe les réflexes spinaux postsynaptiques.

L’effet anxiolytique est dû à l’effet sur le complexe amygdalien du système limbique et se manifeste par une diminution du stress émotionnel, un affaiblissement de l’anxiété, de la peur et de l’anxiété (3).

L’effet sédatif est dû à l’effet sur la formation réticulaire du tronc cérébral et des noyaux non spécifiques du thalamus et se manifeste par une diminution des symptômes névrotiques notamment l’anxiété et la peur (4).

L’action anticonvulsivante est réalisée en raison de l’inhibition présynaptique accrue. Dans ce cas, la propagation de l’activité épileptogène qui se produit dans les foyers épileptogènes du cortex, du thalamus et des structures limbiques est supprimée, mais l’état excité du foyer n’est pas annulé. Conformément à ces données, le clonazépam a un effet bénéfique dans les formes généralisées et focales d’épilepsie.

L’effet myorelaxant central est dû à l’inhibition des voies inhibitrices afférentes spinales polysynaptiques (dans une moindre mesure, monosynaptiques). L’inhibition directe des nerfs moteurs et de la fonction musculaire est également possible (5).

La prise de ce médicament peut être à l’origine de nombreux effets secondaires (6), notamment :

Au niveau du système nerveux central :

– Au début du traitement : une léthargie sévère, une fatigue, une somnolence, des vertiges et des maux de tête.

– Lorsqu’il est utilisé à fortes doses, en particulier avec un traitement à long terme : des troubles de l’articulation, une diplopie, des réactions paradoxales (y compris états d’éveil aigus) et une amnésie antérograde.

– Avec un traitement à long terme de certaines formes d’épilepsie : une augmentation de la fréquence des crises est possible.

Au niveau du système digestif :

– Rarement : une bouche sèche, des nausées, une diarrhée, des brûlures d’estomac, des nausées, des vomissements, une perte d’appétit, une constipation ou une diarrhée, une fonction hépatique anormale, une activité accrue des transaminases hépatiques et de la phosphatase alcaline et un jaunisse.

– Chez les nourrissons et les jeunes enfants : une augmentation de la salivation est possible.

Au niveau du système cardiovasculaire :

Un abaissement de la pression artérielle et une tachycardie.

Au niveau du système endocrinien :

Des modifications de la libido, une dysménorrhée et un développement sexuel prématuré réversible chez les enfants (puberté prématurée incomplète).

Au niveau du système respiratoire :

– Avec l’administration intraveineuse : une dépression respiratoire est possible, en particulier lors d’un traitement avec d’autres médicaments provoquant une dépression respiratoire.

– Chez le nourrisson et le jeune enfant : une hypersécrétion bronchique est possible.

Au niveau du système hématopoïétique :

Une leucopénie, une neutropénie, une agranulocytose, une anémie et une thrombocytopénie.

Au niveau du système urinaire :

Une incontinence urinaire, une rétention urinaire et une altération de la fonction rénale.

Des réactions allergiques :

Une urticaire, une éruption cutanée, des démangeaisons, et extrêmement rarement un choc anaphylactique.

Des réactions dermatologiques :

Une alopécie passagère et des modifications de la pigmentation.

Autres effets secondaires :

Une addiction, une toxicomanie et un syndrome de sevrage dans le cas d’une forte diminution de la dose ou de l’arrêt de son utilisation.

En général, les benzodiazépines sont une cible populaire pour la toxicomanie et l’usage récréatif. Ceux qui en abusent le font à cause des effets sédatifs qu’ils en retirent.

Le risque de développer une dépendance augmente avec l’utilisation de fortes doses et l’augmentation de la durée de traitement, chez les patients ayant précédemment abusé d’éthanol ou de médicaments (7). Pour cette raison, il est important que les patients informent leur médecin s’ils prennent le médicament, surtout s’il n’a pas été médicalement prescrit.

Il convient de noter que l’utilisation continue pendant la grossesse peut entraîner une dépendance physique avec le développement d’un syndrome de sevrage chez le nouveau-né.

En cas de développement d’une toxicomanie, le sevrage brutal s’accompagne d’un syndrome de « sevrage » qui se caractérise par l’apparition des signes suivants (8):

Les symptômes physiques :

Certains changements dans l’état physique d’une personne dépendante du clonazépam peuvent être visibles car les effets sédatifs sont constamment sur elle. Ceux-ci incluent les signes de dépendance suivants : des troubles de la coordination musculaire (l’ataxie), des vertiges, une diminution de la respiration, une durée de sommeil prolongée et une relaxation musculaire excessive.

Les symptômes mentaux :

L’utilisation constante de rivotril affecte également l’état mental de la personne qui en abuse. Il est important que les membres de la famille de tout utilisateur de clonazépam gardent un œil sur ces symptômes : une perte de mémoire, une inattention et une difficulté à se concentrer, une dépression, des états d’anxiété, des sautes d’humeur et changements de personnalité et une excitation.

Les symptômes comportementaux :

Plusieurs signes apparaissent notamment : des problèmes d’argent, voler des objets ou vendre ses biens, une mauvaise performance à l’école ou au travail, consulter plusieurs médecins pour obtenir de nouvelles ordonnances pour le médicament, des conflits avec la loi, une diminution de la motivation et une négligence des relations personnelles.

Rivotril a certains effets sur le corps lorsqu’il est pris. Certains de ces effets secondaires du clonazépam apparaissent dans les premières heures suivant la consommation du médicament. D’autres sont à plus long terme, n’apparaissant qu’après des mois voire des années d’utilisation soutenue.

Les effets à court terme :

Ce sont les effets à court terme du Rivotril, ressentis quelques minutes après l’ingestion. Bien que certains d’entre eux soient souhaitables, ils peuvent avoir des conséquences négatives pour ceux qui abusent du médicament dans un endroit inapproprié, comme au travail : une envie de dormir, un ralentissement des processus cognitifs, une faiblesse musculaire, un mal de tête, une confusion et une coordination musculaire altérée.

Les effets à long terme :

L’utilisation à long terme du Rivotril entraînera des changements semi-permanents dans la chimie du cerveau. Ceux-ci se manifestent par des effets secondaires à long terme du clonazépam. Certains d’entre eux peuvent affecter la vie quotidienne de manière significative.

Les effets à long terme de la dépendance au clonazépam sont les suivants : une insomnie, une dépression, des états d’anxiété, un comportement agressif, une perte de mémoire, des vertiges, une diminution de la libido, un tremblement, un comportement suicidaire et un risque accru de surdosage.

La dose thérapeutique de clonazépam commence à un maximum de 1,5 mg/jour et peut être augmentée par paliers de 0,5 mg selon les besoins. La dose quotidienne maximale est de 20 mg, mais cette dose est souvent utilisée chez les personnes souffrant de troubles épileptiques. 

Une dose létale de Rivotril est de 300 mg. C’est la quantité de ce médicament qui peut être prise par une personne en une seule séance, et c’est suffisant pour causer la mort en quelques heures ou quelques jours.  

Pour éviter une surdose de clonazépam, évitez de boire de l’alcool pendant que vous prenez du clonazépam et d’autres médicaments ou autres drogues et consultez des professionnels de la santé agréés.

Le dépassement de la dose de Rivotril se manifeste par une dépression du système nerveux central, une somnolence, une confusion, une dépression respiratoire et un coma.

La dépendance au Rivotril est un problème grave qui peut nuire à la vie et aux relations d’un individu. Si vous abusez de Rivotril depuis un certain temps et que vous êtes préoccupé par votre dépendance, vous pouvez prendre plusieurs mesures pour obtenir de l’aide.

Vous devriez également demander à votre médecin de vous orienter vers un centre de traitement de la toxicomanie spécialisé dans le traitement de la dépendance et de réadaptation de haute qualité qui peut faire la différence entre la vie et la mort. Une approche de réadaptation active combine l’entrée dans un centre de traitement de la toxicomanie avec le soutien, l’éducation, la thérapie et les changements de style de vie.

(1) Scollo-Lavizzari, G., Pralle, W., & De La Cruz, N. (1974). Clinical experience with clonazepam (Rivotril) in the treatment of epilepsy in adults. European neurology, 11(6), 340–344. https://doi.org/10.1159/000114332

(2) Gosselin, P., Ladouceur, R., Morin, C. M., Dugas, M. J. & Baillargeon, L. (2003). Sevrage des benzodiazépines chez des patients souffrant du Trouble d’anxiété généralisée : efficacité d’une intervention comportementale et cognitive. Santé mentale au Québec, 28(2), 59–86. https://doi.org/10.7202/008617ar

(3) Nin, M. S., Couto-Pereira, N. S., Souza, M. F., Azeredo, L. A., Ferri, M. K., Dalprá, W. L., Gomez, R., & Barros, H. M. (2012). Anxiolytic effect of clonazepam in female rats: grooming microstructure and elevated plus maze tests. European journal of pharmacology, 684(1-3), 95–101. https://doi.org/10.1016/j.ejphar.2012.03.038

(4) Wildin, J. D., Pleuvry, B. J., Mawer, G. E., Onon, T., & Millington, L. (1990). Respiratory and sedative effects of clobazam and clonazepam in volunteers. British journal of clinical pharmacology, 29(2), 169–177. https://doi.org/10.1111/j.1365-2125.1990.tb03616.x

(5) Ashton H. (1994). Guidelines for the rational use of benzodiazepines. When and what to use. Drugs, 48(1), 25–40. https://doi.org/10.2165/00003495-199448010-00004

(6) Vassella, F., Pavlincova, E., Schneider, H. J., Rudin, H. J., & Karbowski, K. (1973). Treatment of infantile spasms and Lennox-Gastaut syndrome with clonazepam (Rivotril). Epilepsia, 14(2), 165–175. https://doi.org/10.1111/j.1528-1157.1973.tb03953.x

(7) Scherkl, R., & Frey, H. H. (1986). Physical dependence on clonazepam in dogs. Pharmacology, 32(1), 18–24. https://doi.org/10.1159/000138148

(8) Nardi, A. E., Freire, R. C., Valença, A. M., Amrein, R., de Cerqueira, A. C., Lopes, F. L., Nascimento, I., Mezzasalma, M. A., Veras, A. B., Sardinha, A., de Carvalho, M. R., da Costa, R. T., Levitan, M. N., de-Melo-Neto, V. L., Soares-Filho, G. L., & Versiani, M. (2010). Tapering clonazepam in patients with panic disorder after at least 3 years of treatment. Journal of clinical psychopharmacology, 30(3), 290–293. https://doi.org/10.1097/JCP.0b013e3181dcb2f3

FAQs

COMMENT LA BALANCE PEUT VOUS AIDER

The Balance RehabClinic est l'un des principaux fournisseurs de traitements de luxe en matière de toxicomanie et de santé mentale pour les personnes aisées et leurs familles, offrant un mélange de science innovante et de méthodes holistiques avec des soins individualisés inégalés.

Une méthode originale

un concept réussi et éprouvé axé sur les causes sous-jacentes
UN SEUL CLIENT À LA FOIS
PROGRAMME SUR MESURE
RESTAURATION BIOCHIMIQUE
APPROCHE HOLISTIQUE
THÉRAPIES BASÉES SUR LA TECHNOLOGIE
THÉRAPIE INFORMÉE SUR LE TRAUMATISME

APPROCHE DURABLE

0 Avant

Envoyer la demande d'admission

0 Avant

Définir les objectifs du traitement

1 semaine

Bilans & Détox

1-4 semaine

Thérapie psychologique et holistique

4 semaine

Thérapie familiale

5-8 semaine

Soins Suivis

12+ semaine

Visite de rappel

Désintox Insights

latest news & research on Désintox
La cétirizine
La cétirizine

La cétirizine fait partie d'une catégorie de médicaments, disponible en vente libre, connus sous le nom d'antihistaminiques

read more
cymbalta
Cymbalta

Cymbalta peut provoquer des effets secondaires légers ou graves. Les listes suivantes contiennent certains des effets secondaires principaux qui peuvent survenir lors de la prise de Cymbalta.

read more
Adderall
Adderall

L’Adderall administré à des doses normales ne suscite généralement pas d'effets secondaires sexuels chez les hommes.

read more
Les antidépresseurs et l’alcool
Les antidépresseurs et l’alcool

La prise d'alcool simultanée avec un antidépresseur peut entraîner des interactions négatives, surtout chez les personnes qui consomment régulièrement de l'alcool ou qui sont dépendantes de celui-ci

read more

Accréditations

 
Neurocare
TAA
ssaamp
Somatic Experience
SMGP
SEMES
SFGU
WPA
red GDPS
pro mesotherapie
OGVT
AMF
NeuroCademy
MEG
Institute de terapia neural
ifaf
FMH
EPA
EMDR
COPAO
COMIB
British Psychology Society
 

Médias

 
Live Science
Mallorca Magazin
Woman & Home
National World
American Banker
Marie Claire
BBC
La Nacion
Metro UK
General Anzeiger
Business Leader
Dazed
Apartment Therapy
Express UK
Bloomberg
Cosmopolitan
Morgenpost
Manager Magazin
Entrepreneur ME
abcMallorca
Psychreg
DeluxeMallorca
BusinessInsider
ProSieben
Sat1
Focus
Taff
Techtimes
HighLife
PsychologyTimes
LuxuryLife
The Times
The Standard
The stylist
Mirror UK
Mallorca Zeitung
Daily Mail
Guardian